La PL Academy vous présente la vingt-neuvième journée

Ça va, on vous dérange pas trop ? La trêve se passe bien ? Et vous croyiez qu’on allait vous laisser profiter de Luxembourg-Portugal ou Azerbaïdjan-Serbie sans vous parler de la PL alors qu’elle vous attend tapie dans un coin pour vous sauter dessus dès ce week-end ? Naïfs.


Manchester City 4 – 1 Wolves

Un peu ras le cul d’écrire toujours la même chose sur City (et sur les Wolves aussi d’ailleurs, quelle saison de merde, vraiment) alors profitons de l’actu de la semaine pour varier les plaisirs : on a appris par le club que Sergio Aguero allait quitter les Skyblues en fin de saison. Du côté de l’ouest de Manchester, on sera forcément moins malheureux que dans les parages de l’Etihad vu le bourreau des Raides et Vils que fut l’Argentin dans sa carrière anglaise. Ils n’oublieront peut-être même pas aussi vite que leurs noisy neighbours ce but face à Queens Park Rangers à la dernière seconde de la dernière minute qui leur rapporta un titre de champion dont ils n’avaient alors pas vu la couleur depuis quarante-quatre ans.

Le Kun, s’il restera une icône d’un club de merd…de mercenaires disons, est pourtant de la trempe de ces attaquants modernes dont peu sont faits : rapide, technique, physique (parfois un peu trop, ce qui lui a causé de nombreuses blessures), un talent de finisseur hors pair et cette impression qu’il donne d’avoir sinon toujours, au moins très souvent un temps d’avance sur son défenseur. Bref, on ne va pas vous sortir les lignes de stats car on préfère toujours rester sur une impression plutôt que d’ennuyeuses colonnes de chiffres : Aguero avait presque tout et s’en va donc, un peu comme David Silva, tel ce joueur que tu te refuses à aimer parce qu’il joue pour les enculés d’en face, mais que le bon sens t’oblige au moins à respecter.

Son remplaçant attitré peinant à s’imposer, gageons que les finances du Manchester City Football Club vont encore être généreusement amputées de quelques milliards l’été prochain. En tout cas on lui souhaite bien des choses en attendant de connaître sa prochaine destination.


Crystal Palace 0 – 0 Manchester United

L’efficacité n’était pas de la partie à Selhurst Park. Les visiteurs ont eu leurs chances en première période et au-delà de Cavani et Rashford qui ont manqué leurs tentatives de près, Guaita a sorti la parade du match pour dévier une frappe contrée de Matic qui montait vers sa lucarne. En seconde période, ce sont les Eagles qui auraient pu prendre l’avantage mais ils ont fait preuve de la même maladresse que leurs adversaires, et Henderson, titulaire en l’absence de Papa De Gea a su se montrer lui aussi déterminant.

Le train d’enfer de City se trouve conforté sur sa lancée par ces deux nouveaux points abandonnés par un United en manque d’inspiration et en déficit physique. Du côté des hommes de Papy Hodgson, on reste bien calé dans le ventre mou, pépouze.


Burnley 1 – 1 Leicester

C’était un peu la foire en défense à Turf Moore, surtout du côté des visiteurs. L’avalanche de blessés n’est pas facile à compenser pour Brendan Rodgers et mettre Wilfred Ndidi en défense centrale n’apporte pas d’immenses garanties, en témoigne la manière dont il se fait passer tranquilou par Matej Vydra qui part au but comme un dératé derrière.

Heureusement les Foxes peuvent compter sur Iheanacho. Le Nigérian ne marque pas souvent mais régulièrement au bon moment cette saison. Sa reprise d’un long ballon venu de l’arrière est de surcroît superbe, comme quoi la confiance est bien là.

Les Clarets ont besoin de points pour rester à l’abri de la relégation et Leicester pour se maintenir dans le top 4 : personne n’est content.


Sheffield 1 – 0 Aston Villa

Stupeur en bas de classement, avec la quatrième victoire de Sheffield cette saison, face à des Vilains auteurs de l’une de leurs meilleures saisons de la décennie. Un retour intérieur et une frappe ratée de George Boldock permettent à David McGoldrick d’ouvrir le score à la demi-heure de jeu. Vingt-cinq minutes plus tard, l’expulsion de Phil Jagielka laisse présager une fin de match compliquée pour les Blades. Mais un manque de réalisme flagrant des hommes de Dean Smith (Bertrand Traoré en tête) permet aux locaux d’arracher une victoire inespérée. Insuffisant pour éviter la relégation, probablement, mais de quoi retrouver un peu le sourire.


Fulham 1 – 2 Leeds

Les Cottagers ont cru pouvoir profiter de la mauvaise série des Whites pour se donner de l’air par rapport à la zone rouge. Raté, les hommes de Bielsa ayant décidé de planter quatre pions (même si la VAR et M. Coote ont jugé bon d’en annuler un chacun). Mais à la demi-heure de jeu, ni les officiels ni Alphonse Aréola ne peuvent empêcher la frappe du gauche de Patrick Bamford de finir au fond. Joachim Andersen égalise sur corner, mais Bamford se signale une nouvelle fois, en tant que passeur décisif pour le but vainqueur de Raphinha. Le Fou pourra également remercier Ilan Meslier, impérial dans les bois. Le maintien est quasiment assuré, et c’est une foutue bonne nouvelle pour le football.


Spurs – Southampton : reporté


Brighton 3 – 0 Newcastle

Vous dites ? Brighton réaliste ? La FA devrait probablement ouvrir une enquête sur la question, tant ce match est à rebours du reste de la saison. Ainsi, Leandro Trossard ouvre le score juste avant la pause, d’une frappe des vingt mètres au ras du poteau de Martin Dubravka, sous les regards médusés de tous les statisticiens du royaume. C’est ensuite Danny Michel Welbeck qui continue de faire n’importe quoi en marquant la copie conforme du premier but. La suspicion devient ensuite totale lorsque les Mouettes ajoutent un troisième but peu après l’heure de jeu, après un débordement de Pascal Gross et un centre repris en pleine course par Neal Maupay. De quoi s’éloigner peut-être définitivement de la zone rouge (et c’est mérité).

Bonus : Après une performance aussi choquante, un petit retour sur la saison des hommes de Graham Potter pour se rassurer


West Ham 3 – 3 Arsenal

Plus la saison avance, plus les éditions Albert René envisagent de déposer plainte pour plagiat à l’encontre d’Arsenal, tant la stratégie des Gunners semble calquée sur celle des pirates apercevant un navire gaulois. Ainsi, le sabordage rituel des hommes d’Arteta a rapidement permis aux squatteurs du stade du contribuable d’ouvrir le score par Jesse Lingard, esseulé en pleine surface. Deux minutes plus tard, un coup-franc rapidement joué (à tel point que John Moss était encore en train de sortir le spray) permet à Jarrod Bowen de doubler la mise, en trompant un Bernd Leno particulièrement mou du genou sur cette frappe. C’est enfin Tomas Soucek qui dévie à la demi-heure de jeu une tête piquée pourtant asthmatique de Michail Antonio.

Heureusement pour Arsenal, les Marteaux décident que 3-0, c’est un peu beaucoup, et le même Soucek choisit de dévier une frappe d’Alexandre Lacazette hors de portée de Lukasz Fabianski. A l’heure de jeu, c’est au tour de Craig Dawson de martyriser son propre gardien en déviant un centre de Calum Chambers. Les Gunners finissent toutefois par marquer eux-mêmes, grâce à une tête rageuse de Lacazette servi par Nicolas Pépé. La fin de match grand-guignolesque aurait pu basculer n’importe comment, les supporters des deux équipes se contenteront donc d’un résultat nul finalement logique.


West Bromwich Albion 0 – 1 Everton

Encore une défaite difficile à digérer pour les Baggies, mais à ce moment-là Everton n’avait pas encore rencontré Chelsea ni les terribles Burnley. Est-ce à dire que la saison des Toffees est en dent de scie ? Oui, en effet on peut le dire.

Du côté de West Brom, le problème est toujours le même, semaine après semaine : les forces offensives sont à peu près égales à la confiance des défenseurs, deux choses elles-mêmes égales à la compétence de notre bon président en épidémiologie (en dépit de ce que les ministres annoncent à qui veut l’entendre).

Résultat : ça prend un but de Richarlison sur un corner où on laisse Sygurdsson centrer tout seul tranquille, ça perd encore et encore et ça s’enfonce dans le sillage de Sheffield vers le port de l’angoisse du Championship. Les hommes de Carlo sont huitièmes.


Liverpool 0 – 1 Chelsea

La chaîne Youtube des Reds vient de faire breveter un nouveau template et un nouveau titre pour toutes ses vidéos. Dorénavant, chaque publication commencera par : “Reds beaten at Anfield”, agrémenté d’un “Liverpool 0 -” et suivi du nombre de buts pris par les Scousers et de l’équipe, peu importe son niveau et son classement, venue prendre trois points comme Balkany des billets dans la caisse : facilement et aux yeux de tous sans que ça ne dérange personne.
Marre.


The table : profitons-en que ça ne bouge presque pas malgré le fait que personne n’a joué le même nombre de matchs : voici le classement à neuf matchs de la fin. Enfin, dix pour certains. Et huit pour d’autres. Oh zut, débrouillez vous.

Edgar Allan Poeteau

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.