Lorient – Guingamp (4-3), la Paysan Breton Académie livre ses notes

J’ai enterré la défaite contre Bordeaux. Pour cela je suis allé au bar cette semaine. Celui qui faut prendre une fois à droite puis une autre fois à droite en sortant de chez moi. À l’intérieur j’ai consommé quelques rafraîchissements dans l’espoir d’oublier les images terribles, celles qui m’ont provoqué des terreurs nocturnes pendant des nuits entières : Clément Chantôme inscrivant un but à l’En Avant de Guingamp. Encore un Clément tiens. Je dois être maudit. J’avais dû penser tout fort puisque la personne assise à côté de moi s’adresse à moi pour me demander ce que j’ai contre les Clément.

– Oh rien rien, des problèmes personnels laissez tomber.
– Si racontez-moi, je vous en supplie. Il ne se passe pas grand chose de bien flamboyant ce soir de toute façon.

C’est ainsi que j’ai débuté un long monologue narrant tout ce qui pesait trop lourd sur mon petit cœur de cendres. À la fin, alors que je m’attardais sur toutes les turpitudes que j’aimerais appliquer sur un arbitre qui persécute le football depuis trop longtemps, elle m’interrompt pour me demander.

– Vous avez froid ?
– Oui, c’est vrai. Ça se voit tant que ça ?
– Oui vous avez la chair de poule sur vos burnes.
– QU… ?

Faut vraiment que je m’achète un autre pantalon de bar.

Je m’excuse totalement, tout en remettant tout ce beau petit monde au bon endroit.

– Ce n’est rien, reprenons. C’est assez clair comme de l’eau de roche. Vous êtes damné.
– Je suis ?
– Damné.
Damned, je suis damné. Certainement par des anti-Noël le Graët. Ce qui explique assez bien tout les tracas provoqués par les Clément-Maçonniques depuis quelques semaines.

– Il n’y a pas de Clément dans l’équipe du FC Lorient, ça veut dire que tout va bien se passer ?
– On est jamais trop prudent.
– Que voulez-vous dire ?
– Vous l’avez dit vous même tout à l’heure. Christophe Kerbrat est suspendu, Jérémy Sorbon est blessé et Maxime Baca sait faire des doubles nœuds.
– C’est horrible. Mais qu’est-ce que je peux faire ?
– J’ai une lampe de génie dans mon organe sexuel magique. Si vous le frottez très fort, votre vœu le plus cher se réalisera.
– Vous avez un organe sexuel magique ?
– Oui.
– Mais en quoi il est magique ? 

– Il est différent, il n’est pas dans un endroit habituel.
– Et donc si je fais un vœu, tout rentrera dans l’ordre ? 

–  Oui.
– Un vœu, un vœu… Vous voulez dire comme espérer une version remasterisée de Vercingétorix avec Christophe Lambert ?
– Non, ce monde à déjà assez souffert. Faites le bien autour de vous pour une fois voulez-vous bien ?

– QU’ON EN COLLE TROIS AU FC LORIEEEEEEEEEEENT !

Alors oui ça c’était plutôt une réussite, mais j’aurais dû être un poil plus complet au moment de formuler mon vœu.

Pour ce nouveau déplacement dans le Morbihan Jocelyn Gourvennec doit bricoler une défense avec un slip de bain pour tout vêtement, sans une brosse à dent et avec donc cinq blessés/suspendus.

Lössl – Baca, Héry, Angoua, Jacobsen – Bénézet, Giresse, Sankharé, Salibur – Briand, Erding

Côté gauche Maxime Baca est aligné. Dorian Lévêque étant, ce week-end de plus, absent car girls just want to have fun.

L’avantage évident de ce genre de composition c’est la forte concentration axiale de haine. Avec Benjamin Angoua qui, à la manière des corridas, a eu le corps imbibé d’essence de térébenthine afin de lui provoquer des brûlures importantes pour empêcher l’animal de rester tranquille. Il aura probablement à cœur de terrasser, comme Xavier Dupont de Ligonnès l’a si bien fait en son temps, ce pleutre de Majeed Waris ainsi que sa famille entière.

La joute :

D’entré et comme à l’aller, Guingamp marque tôt. Bénézet, libre de tout marquage, déboule sur le côté gauche et adresse un centre pied gauche à destination de Briand qui se fait contrer. C’est dégagé n’importe comment, tant et si bien que Yannis Salibur qui traînait par là et malgré son contrôle raté et sa frappe pas fameuse, ouvre le score. FLC 0-1 EAG.
Lorient ne tarde pas à réagir et Waris profite d’un mauvais alignement de Franck Héry pour forcer Lössl à sortir devant lui. Le Ghanéen décale Jimmy Cabot et sa petite trogne de démoulé trop chaud qui ne cadre pas malgré le but quasiment vide. Dans la foulée, ils adressent à nouveaux deux frappes qui n’inquiètent pas Lössl, avec notamment Mesloub qui décale Moukandjo qui décale Cabot qui dévisse à nouveau au moment de conclure. C’est au tour de Paye et Cabot de se jouer de notre côté gauche pour s’infiltrer dans notre surface. Sauf que Paye, le latéral lorientais, fait un très mauvais choix au moment de conclure et frappe sur Lössl. Aucune intelligence de jeu, même sans Lorientais dans la surface il avait plus de chance de marquer en centrant fort dans nos défenseurs qu’en sauçant Lössl de la sorte.

À la demi-heure de jeu, Erding est proche de crucifier les Morbihannais lorsque Briand le lance dans la profondeur et qu’il se présente face à Lecomte. Mais Lecomte est bon et oblige l’ancien Parisien à frapper dans un angle pas très ouvert et à ne trouver que le montant. Vingt secondes, oui vingt secondes plus tard c’est Jeannot, rentré quelques minutes plus tôt pour succéder à Moukandjo blessé, qui trouve le montant de Lössl. Lorient pousse encore, mais ne concrétise pas. Waris rentre dans notre surface aussi facilement que Papy rentre dans Maman. Il s’appuie sur Maxime Baca pour un une-deux mais ne cadre pas. C’est ce moment précis que choisit Salibur pour faire à nouveau parler la poudre. Contre le cours du jeu Yannis adresse une praline du gauche, détournée par Touré qui ne laisse donc aucune chance à Lecomte. FCL 0-2 EAG.

Le match est très ouvert, on a à peine le temps d’apprécier un ralenti d’occasion que l’action se situe déjà devant le but adverse. Les deux équipes se projettent très vite vers l’avant, et le grand nombre d’absents défensifs des deux côtés offre beaucoup d’espace aux attaquants. Les Lorientais se montrent cependant très maladroits au regard de leur nombreuses opportunités. Sauf qu’avant la pause, Majeed Waris réduit l’écart sur un but complètement insignifiant tout comme son auteur. Je ne vais donc pas en parler d’avantage. Ni de l’alignement de notre défense, car j’ai des remontés d’acides rien que d’y penser. FCL 1-2 EAG.

Au retour des vestiaires on aperçoit Didier Ndong discuter du carton jaune qu’il a récolté en première période, qu’il considère injustifié, et faire de la lèche au corps arbitral. Je n’ai jamais rien vu de mes propres yeux qui m’ait autant soulevé le cœur à part peut-être Romain Danzé jouer au football.

 Didier Ndong préfère les buckets de poulets aux cartons jaunes.

Très rapidement, Lorient affiche ses intentions. Jeannot, au duel avec Giresse, gratte un ballon non loin de notre surface. Il remet à Mesloub qui lui remet à son tour et s’y prend à deux fois avant de tromper Lössl au beau milieu d’Héry et du reste de la défense qui le regarde sans même lui filer un coup de main. Je sais pas, retenez Jonas Lössl, il aurait eu moins de mal à marquer. Franck Héry qui doit probablement être l’ex femme de Benjamin Jeannot et qui doit également avoir eu une interdiction de l’approcher après un divorce houleux. C’est la seule explication plausible qui expliquerait pourquoi il a tant tenu à défendre à plus de cinq mètres de lui tout le long de l’action en marchant presque sur sa seconde tentative. FCL 2-2 EAG.

Cette rencontre commence à avoir mauvaise haleine et les garçons enchainent les inactions défensives. Dans la minute qui suit, Guerreiro force notre côté droit, rentre dans la surface et sert Waris qui trompe Lössl révélant le fait que Franck Héry n’a toujours pas assimilé le concept de protéger son camp en se mettant entre l’attaquant et le but. Je t’assure, essaie tu verras que le mec aura plus de mal à marquer. FCL 3-2 EAG.

Ce sont des merlus très remontés qui sont revenus des vestiaires.

Ce troisième but m’oblige à tomber dans les insultes, la violence, le sacrifice animal et à m’infliger l’écoute du dernier Pascal Obispo. Et si les aveugles ont la possibilité d’avoir des labradors d’aveugles, Majeed Waris devrait avoir un labrador d’abrutis. Ce baltringue s’empresse d’aller chambrer le parcage guingampais après son but. Contemple plutôt ton public de sans-âme qui t’acclame avec des clap-clap. Blaireau.

Non ça serait insulter le blaireau qui est un animal autrement plus futé que toi. Tocard.

On menait deux à zéro et on est désormais mené trois buts à deux. Ça me fait une sorte de fussoir. Mais je n’étais, à ce moment précis, pas au bout de mes émofions. À l’heure de jeu, Yannis Salibur remonte le terrain balle au pied devant Paye et la défense lorientaise sur le reculoir. Et ce qu’il ne savait pas Paye c’est que Bénézet allait faire un bon appel dans son dos et être admirablement bien servi avant de centrer pour Briand qui, d’un habile plat du pied, sauve le peu d’honneur qu’il restait aux Guingampais ce soir. FCL 3-3 EAG.

Voilà, très beau match nul trois buts partout à Lorient, un point précieux récolté chez un concurrent dans la course pour le maintien. Il n’y a pas eu de faute idiote de Younousse Sankharé devant sa surface à la quatre-vingt treizième minute et un coup franc catapulté dans la lucarne guingampaise, non je n’ai pas non plus abusé de Mélanie et du conduit de sa pudeur, qui fêtait son brevet et qui agonisait au bord du coma éthylique sur son lit quand je suis allé demander aux jeunes du dessous de faire moins de bruit. NON JE NE SUIS PAS DANS LE DENI, QU’EST CE QU’IL Y A ?

Est-ce qu’on est content à Lorient ?


Oui très.

Les Paysans notés :

Lössl (4/5) : Je lui mets quatre par solidarité. Je suis désolé qu’il ait été obligé de travailler avec quatre prix Nobel devant lui pendant quatre-vingt dix minutes.

Baca (1/5) : Il manque de confiance. Même s’il s’est pas mal défoncé, il a été trop souvent pris à défaut dans son couloir. Mais étant donné qu’il n’a pas marqué contre son camp, ça reste tout de même une bonne performance pour lui.

Héry (1/5) : 

Tu sais quoi ? T’es vraiment trop nul. T’es archi-nul. Tu es viré de chez viré. Tu es né idiot et tu vas mourir idiot. Tu me casses les couilles, tu fous rien, allez dégage, casse-toi ! Attends, tes merdes ici. Oublie rien, allez dégage, connard ! Casse-toi ! Allez ! J’veux plus jamais te voir, dégage.

Angoua (1/5) : Pas de violence, mise à part une deux bonnes couvertures il a été assez médiocre. Notamment sur l’alignement.

Jacobsen (1/5) : Je n’ai rien à lui reprocher de spécial, mais dans le doute on va quand même lui coller le tarif collectif. À son âge c’est pas possible d’accepter de prendre quatre pions deux week-end d’affilée sans hausser le ton.

Giresse (4/5) : Il a distribué des galettes à ses coéquipiers et n’a pas hésité à sortir de son rôle de milieux axial pour faire le surnombre sur un côté. Il est très bien à ce poste, mais il faudrait qu’il soit associé à un gros bosseur. On l’a vu très touché, très remonté à la fin de la rencontre. On sait pas trop contre quoi par contre, peut-être contre son coiffeur qui ne trouve toujours pas comment masquer cette calvitie.

Sankharé (2/5) : Il loupe une grosse occasion où il doit frapper au lieu de manquer son contrôle. Sinon on ne l’a pas trop vu jusqu’à cette ultime faute qui coûte deux points à son équipe.

Bénézet (3/5) : Ça a été compliqué de faire un match complet. Il a eu une période un peu plus dure, notamment en seconde période où on l’apercevait moins. C’était un match de reprise pour lui dans lequel il a effectué un gros travail sur le premier but et délivré une passe décisive pour Jimmy Briand.

Salibur (4/5) : Double buteur, il initie également l’action du troisième but. Omniprésent, sa percussion a constamment fait mouche face à la défense adverse. Je regrette un peu qu’il n’ait pas alterné avec Bénézet plus souvent pour jouer sur leur bon pied afin de pouvoir s’appliquer sur leur centre. Ils ont été pas mal imprécis en seconde période dans ce domaine et c’est dommage.

Briand (4/5) : Très bon, surtout dans les décalages et lorsqu’il est venu décrocher pour faire avancer le bordel.

Erding (1/5) : Avec ce niveau de forme et d’implication, la seule compétition qu’il pourra disputer cet été c’est le championnat municipal de lutte à l’huile Turque d’Edirne.

Les pécores :

Cardy : Une entrée teigneuse.

Coco : Il y eut cette frappe en rupture bien repoussée par Lecomte.

Privat : Nul.

Gwen Tragenmer

academicien

Le plus grand auteur Anal de football

5 commentaires

  1. Avec le printemps qui approche, les boules commencent à ressortir, c’est bien.

  2. Chaud la photo des Lorientais, heureusement que Tristan Bourrepif n’était pas là

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.