Manchester United-RB Leipzig (5-0) : La Raide et Vile Academy livre ses notes

Salut à tous !

La Raide et Vile Academy ne vous lâchera pas tant que Manchester United ne sera pas champion d’Angleterre, d’Europe, du monde. Voilà, c’est dit.

En difficulté en Premier League et en particulier dans son lupanar de luxe d’Old Trafford que le COVID fait sonner tristement creux (aucune victoire, deux défaites), les rouges diablesses sont à la recherche d’une première bonne performance à domicile. Dans la lignée de leur belle performance face à Paris, on attendait donc beaucoup de la réception du Red Bull RasenBallsport Leipzig, demi-finaliste la saison dernière face à…Paris. How exciting !

Point tactique : au moment où on ne l’attend plus, Ole le sort enfin, son 4-4-2 losange. Face à l’imprévisibilité tactique de Nagelsmann, le Norvégien fait un choix audacieux en s’appuyant enfin sur la grande force technique de son effectif au milieu. Une formation attendue depuis longtemps, qui donne l’opportunité de voir Van de Beek dans ses œuvres. Miam.


Le match

Comme on s’y attendait, les Allemands se lancent sans peur dans un pressing tout terrain qui vient nous gêner dans la circulation de balle et nous empêche de sortir proprement le ballon. Cela nous prive de la possession dans un premier temps, mais la vitesse et la technique de nos avants nous garantissent tout de même un début de match sans grosse frayeur. D’autant que les visiteurs semblent bien empotés avec le ballon, incapables qu’ils sont de créer du danger.

Au terme de vingt minutes sans grand relief, c’est tout naturellement que Paul Pogba se permet de lancer Mason Greenwood à la limite du hors-jeu dans la surface adverse. Le jeune Anglais n’ayant pas encore eu l’occasion de marquer dans la reine des compétitions, c’est encore plus naturellement qu’il croise parfaitement sa frappe et ouvre le score. 1-0, 21e.

Un but à son avantage assez tôt dans le match permet toujours d’évaluer la force de réaction de l’adversaire, ici elle se résume à peau de zob.

En seconde période, la physionomie du match change peu, nos invités teutons s’épuisant à nous presser sans succès. Alors, ennuyé par ce peu de but au vu de l’investissement consenti, Ole envoie ses machines vers l’heure de jeu et regarde le grand spectacle de la violence en riant, bien calé dans son fauteuil, des flammes dans les yeux.

C’est d’abord Rashford qui alourdit la marque par deux fois en l’espace de quatre minutes (74e, 78e) puis Martial est invité à se faire justice lui-même sur un penalty qu’il a obtenu avec sa science habituelle (87e). Enfin Rashford conclut le score et la match sur un service de Martial, la boucle est bouclée (92e) : 5-0, ce qui aurait pu se terminer comme une victoire honorable se solde finalement par une grosse branlée excellente pour assurer la première place de ce groupe tout de même pas facile et faire le plein de confiance à quelques jours de recevoir Arsenal.


Les notes

De Gea 5/5
Dans la lignée de son match au Parc, il a réalisé les gestes justes à chaque fois qu’il a été sollicité en assurant le spectacle, de surcroît. S’il a été moins mis à l’épreuve qu’à Paris, il a cette fois répondu par une clean sheet. Il est encore trop tôt pour dire si le vrai David est de retour, mais il semble en tout cas plus serein ces derniers temps.

Wan-Bissaka 4/5
Toujours absolument injouable en un contre un, il ne cesse de nous impressionner match après match tant il semble lire les intentions des attaquants adverses avant qu’eux-même n’aient pris leur décision quant au dribble qu’ils allaient tenter.

Lindelöf 4/5
Très sérieux, pas pris en défaut, il a encore produit un excellent match tout en contrôle.

Maguire 4/5
Des matchs comme ça vous font remonter l’ego en flèche et vous confortent à votre place après des avalanches de commentaires négatifs (mais largement justifiés) sur un début de saison complètement raté. Aujourd’hui le capitaine de Manchester United était bien sur le terrain, et même si dans l’attitude ce n’était pas encore l’ogre assoiffé de sang qu’on attendrait parfois, dans le jeu c’était quasiment parfait.

Shaw 4/5
Il semble avoir repris une condition physique très correcte, ce qui lui permet d’être au rendez-vous derrière et d’apporter son soutien devant. En attendant que Telles soit testé négatif au COVID (contracté le jour du match), on espère le voir encore à ce niveau.

Matic 3/5
L’occasion était belle de montrer qu’il n’est pas fini, il l’a saisie. Averti assez tôt, il aurait pu se laisser submerger mais il a tenu à l’expérience et a obtenu le soutien de Fred pour assurer la relance et le placement de ses camarades.

Fred 4/5
Une activité impressionnante au milieu pour couper toutes les transmissions et protéger sa défense. Tout n’a pas été parfait, surtout ses relances dans lesquelles il a connu du déchet. Pour autant, il montre encore un visage supérieur lors de matchs européens par rapport aux matchs de championnat, tout en continuant à progresser.

Pogba 4/5
Passeur pour la seconde fois en deux matchs de Ligue des champions, il a surtout montré qu’il était capable de jouer merveilleusement quand il partait de sa place préférentielle (milieu gauche) et qu’il décidait de se discipliner en phase défensive ensuite.

Van de Beek 3/5
Tout le monde le demandait, tout le monde l’a eu. Son jeu sans ballon est merveilleux, son utilisation du cuir est fantastique. S’il n’est pas décisif dans l’immédiat, nul doute qu’il le deviendra bientôt.

Martial 3/5
Il a certes marqué sur un penalty, mais si cela permet de lancer sa saison, on pourrait apprécier. Son activité a été excellente durant tout le match, même si à l’image de ses sorties récentes, il a encore péché dans le dernier geste.

Greenwood 4/5
Premier match, premier ballon en Ligue des Champions et premier but : l’histoire a commencé ce soir. Bon, il a un peu disparu ensuite, mais on ne peut pas tout avoir d’un coup, soyez patients, merde.


SUBS

Rashford 5/5
Un petit mot sur le futur capitaine de cette équipe, qui a donc inscrit son nom dans les records de la Ligue des Champions en marquant le triplé le plus rapide en sortie de banc de toute l’histoire de la compétition. Pas mal pour conclure quelques jours éprouvants entre diriger le pays et tenter de traiter du Londonien plus bas que terre. À dimanche, Marcus.

Bobby Carlton

Académicien et souteneur de la Raide et Vile Academy.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.