Monaco-Rennes (2-1) : la Breizhou Académie y croit encore

Est-ce que Monaco allait payer sa demi-finale de coupe de France jouée quelques jours plus tôt ? Est-ce que nos Rennais seraient capables d’élever leur niveau de jeu pour aller chercher trois points sur le Rocher ? Est-ce que le prince Albert a lui-même un prince Albert ? Ou bien l’appelle-t-il prince Rainier en hommage à son défunt père ? Tant de questions et si peu de réponses satisfaisantes.

La Breizhou Académie est en désaccord avec sa nouvelle idole, Flavien Tait, qui estimait en interview d’après-match que l’équipe avait raté son début de partie.

Je pense plutôt que ce sont les Monégasques qui ont réalisé une entame parfaite : occupation du terrain optimale, pressing de tous les diables, marquage ciblé sur nos rampes de lancement (Camavinga et Doku notamment), efficacité offensive leur permettant de mener 2-0 au bout de 30 minutes. Les hommes de Genesio n’ont dû leurs rares incursions dans le camp adverse qu’à des exploits individuels en sortie de balle, avant d’être la plupart du temps repoussés dans leurs 40 mètres par le pressing adverse.

La réorganisation tactique en 442 après la pause avec l’entrée de Guirassy ainsi que la baisse physique logique des hommes de Kovac ont permis aux Bretons de rééquilibrer les débats, de se montrer plus dangereux jusqu’à réduire le score de façon méritée. Malheureusement, le rouge récolté par Da Silva en fin de partie a empêché ses partenaires de mettre une pression forte sur le buts de Lecomte dans le Stéphan money time pour aller chercher le point du match nul. Point qui n’aurait pas été immérité, mais vous le savez désormais aussi bien que moi : la vie est une chienne et le football est sa maîtresse.

Les joueurs :

Gomis : 3/5. Pas aidé par le pressing adverse à la relance, il a réalisé plusieurs arrêts décisifs.

Maouassa : 2/5. Une chevauchée fantastique en début de partie puis plus grand chose. Beaucoup de travail défensif. Remplacé par Truffert (67e, non noté) qui a tenté d’endosser le costume de sauveur comme au match aller, avec bien moins de réussite.

Aguerd : 2/5. Naïf Aguerd (prenez ça, les Grosses Têtes). Ben Yedder l’a fait tourner en bourrique et a pointé toute la marge de progression de notre défenseur central.

Da Silva : 1/5. Sale soirée pour notre capitaine : à trois mètres de Ben Yedder sur le 1er but, il détourne la frappe de Golovine sur le 2e avant de prendre un rouge mérité en fin de match. Le plus triste étant que c’était sans doute sa dernière apparition sous nos couleurs, lui qui sera suspendu pour le dernier match à la maison contre Nîmes et en fin de contrat en juin.

Traoré : 2+/5. Malgré un Golovine remuant dans sa zone, il s’est efforcé de sortir les ballons proprement et de se rendre disponible devant.

Tait 3/5. Toujours aussi précieux dans l’organisation du jeu. Moins en vue offensivement après le passage en 442, mais très utile à la récupération.

Nzonzi : 2/5. Typiquement le genre de match où ses qualités se transforment en défauts. Il a encore été beaucoup cherché à la relance, mais il n’a pas su se défaire du pressing monégasque et a parfois ralenti le jeu.

Camavinga : 2-/5. Sorti à la pause, Eduardo a vécu un match compliqué, serré de près par ses adversaires. A sa décharge, il ne s’est pas caché et a beaucoup essayé. Remplacé par Guirassy (46e, 2+/5) dont l’entrée a permis de faire remonter le bloc et qui a été présent dans la surface.

Bourigeaud : 3/5. Peu d’espaces pour s’exprimer, mais comme à son habitude il n’a pas ménagé ses efforts et a même poussé Disasi à la faute pour la réduction du score.

Terrier : 2-/5. Encore un match où il a été difficile à trouver. Pour autant, les rares fois où ce fut le cas il a joué intelligemment et s’est procuré quelques situations. Remplacé par Nyamsi (87e, non noté) suite à l’expulsion de Da Silva.

Doku : 2/5. Eh oui, il fallait bien que ça arrive : un adversaire a regardé les matchs de Jérémy et s’est dit que lui coller en permanence deux voire trois défenseurs sur le dos allait considérablement l’emmerder. Un apport offensif logiquement moindre, mais une sacrée débauche d’énergie. Il a tout pour devenir un des grands joueurs de Ligue 1 la saison prochaine. Sauf s’il part. Nan j’déconne. Mais imagine quand même. Nan j’déconne. Remplacé par Del Castillo (67e, non noté), auteur d’une belle entrée pleine de mordant, en témoignent son dribble et son centre sur la réduction du score.

Un Monaco hyper solide en première période s’est mis à l’abri en trente minutes face à des Rouge et Noir qui ont été trop courts pour revenir. Une défaite pas illogique mais qui nous place à la merci des Lensois dans la course à l’Europe. La beauté du sport fait que l’on sera désormais fervents supporters monégasques face à ces mêmes Lensois dimanche prochain, sous réserve que l’on fasse un résultat contre des Nîmois déjà relégués. Autant dire que si cela n’était pas le cas, on ne mériterait pas d’accéder à l’Europe.

————————————————————-

Horsjeu.net a besoin de toi pour exister. Tu as envie d’aider ou de participer ? Alors clique sur les boutons ci-dessous pour que vive l’Alterfoot.

Tu te demandes ce que tu fous sur Twitter ? Moi aussi.

Marco Grossi

Marco Grossi

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.