Le Onze Mondial de la semaine.

Un Onze Mondial défensivement exotique et offensivement extatique.

Avec l’inflation récente des prix des défenseurs, le Capitano tente des coups en mode Football Manager : de l’Ecossais, de la L2, du Natianal et même Jordan Amavi. Incroyable ! C’est un peu pareil au milieu où l’on retrouve un remplaçant, un briscard et un intermittent. Tout ça pour mettre tous ses crédits dans l’attaque, pour une sélection aux couleurs marseillaises cette semaine. Le Capitano est bel homme mais à 8 ans dans sa tête.


Bouet 4/5 :
C’est le genre de gamin surdoué que personne ne comprend. Capter un ballon c’est pas ce qu’il sait faire de mieux mais aller chercher des balles pleine lucarne ou éviter le but en étant quasiment pris à contre pied, il sait faire. Au moins, on sait maintenant de quoi il est capable.

John Souttar (4/5) :
Le mec est solide avec la sélection Ecossaise, il revient, il est solide contre Motherwell. Quel bonheur de le voir exploser sous nos couleurs. Dire qu’on l’a acheté pour à peine 100K à Dundee United.

Sunzu, 4/5 : 

Connais ton ennemi et connais-toi toi-même, eussiez-vous cent guerres à soutenir, cent fois vous serez victorieux. Stoppila Sun Tzu.

CANCELO (5/5) :

Il était censé se reposer pour être en forme mardi. Mais João n’en a rien à branler. Du talent mâtiné d’un soupçon d’arrogance, l’ADN Juve en somme.

Amavi (4/5) :

Des ballons sauvés grâce à une intelligence constante dans le placement, et une participation bien sentie au jeu olympien. Le même sentiment qu’à la découverte d’une rue de Marseille propre : on sait que ce devrait être la normalité, mais on ne peut pas s’empêcher d’éprouver une heureuse et encourageante surprise.


Torreira – 4/5 :

45 minutes ont (une énième fois) suffit à nous prouver que ce type doit être titulaire et un des premiers noms à cocher dans la composition d’équipe.

Milner (5/5) :

Mon MOTM. Incroyable de constance dans l’effort, la hargne, le courage, l’amour. Des occasions à lui, un pénalty au fond, des taquets permanents sur Neymar qui avait peur de s’approcher de lui à la fin comme s’il avait une ordonnance restrictive.

DRAXLER (4) : 

Des mots, des actes. C’est tout ce qu’on demande. Régulier, décisif et actif, ne change rien Julian.


Thauvin (5/5) :

Cf l’introduction. Florian fait sa mijaurée au début, puis Florian vous fait grimper aux rideaux quand l’envie lui prend enfin. Florian est une chieuse. Mais qu’est-ce qu’on l’aime, Florian.

C. RONALDO (5/5) :

Il fallait bien que ça arrive, ce déblocage de compteur. Et il nous offre la victoire en plus. Imaginez quand il se sera adapté au calcio… Je crois qu’on ne comprend sa toute-puissance que lorsqu’il joue enfin pour nous. Oui je suis une groupie, mais vous le seriez aussi à ma place.

Payet (5/5) :

Pisse-vinaigre : nom composé invariable. Se dit d’une personne morose, ennuyeuse. Exemples : « N’oublions pas que la première mi-temps de Payet était à chier. » ou encore « moui, le but est beau, mais c’est surtout le gardien qui rate son arrêt. »


Olympique de Marseille 4-2-3-1 football formation

Pas sûr qu’on revoit ce Onze Mondial de si tôt.

Franck Ripoux

Fondu de l’eTG, je porte ma Croix de Savoie académie dont je suis le papa, en relation ambiguë avec Pascal Diot-Maid avec qui j’ai trouvé la Tomme crochue. Je suis adepte du pragmatisme, et même Dupraz tique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.