Paris FC – Red Star (0-1) : La Jules Rimet Académie livre ses notes

Salut les zouzous,

Alors on fait quoi ? Je vous la fais façon classique « on a niqué ces bâtards de leurs mères de rivaux de mon cul » ? Ou alors je la joue puriste à la con et je vous explique que le match face au PFC c’est trop mainstream (un genre de SoFootico) et que la vraie rivalité c’est Brétigny (ces petits zizis) ?

Je vais commencer par gueuler. Vous devez le savoir, que quand on est bien, que tout est bien, que tout va bien ; cet enfoiré de destin s’arrange toujours pour niquer ton kiff, même juste un peu, mais juste assez pour que ce soit niqué. Et en ce qui me concerne, aujourd’hui dans ce rôle ce sont ces chers putains de médias. Ils commencent sérieusement à me péter les couilles avec leur derby parisien/francilien/périphériquien, leur chialerie habituelle sur l’air du « quelle honte qu’il n’y ait pas plusieurs clubs parisiens en Liguain… » après nous avoir fait chier avec « quelle honte qu’il n’y ait pas d’autres clubs pros en région parisienne », et tout en continuant l’éternel « mais qui donc sera le deuxième grand club parisien ? » Ben je vais donner mon opinion : le nombre de clubs et de derbies parigo-franciliens en Ligain, je m’en cogne. Voilà.

Si c’est pas le Red Star, ça vaut peau de zob. Jamais je ne souhaiterai voir une Ligain Red Star/PSG/PFC/Créteil/Brétigny juste parce que nos robinets à merde de journalistes font un complexe sur Londres. Et encore moins d’un retour du Racing de merde (elle était gratuite celle-là). Et puis on nous vante souvent la Bundesliga… Y a combien d’équipes berlinoises en Bundesliga ? Merci.

La deuxième gratuite, elle est pour ces petits étrons de bobos de SoFoutre. Leur « on y était »… Putain mais laisse tomber, c’est encore plus naze que mes académies ! Ils auraient plutôt dû aller à Dortmund – Schalke.

Voilà. Maintenant on peut passer à l’exultage de la victoire et au foutre de la gueulage des adversaires.

Déjà, il faisait un temps magnifique, ce qui est tout à fait chelou pour le mois de novembre, mais ça va j’arrête de me plaindre. Remarque comme j’avais pris mon manteau, j’ai eu trop chaud, ça fait un peu chier.

Une sacrée foultitude de supporters du Restar se rendirent au secteur visiteur, qui fut rapidement pratiquement totalement comblé. Environ. De toute façon, on a gagné, je dis ce que je veux. L’affluence officielle était de sept mille, mais en retirant les Audoniens, les invits, les journalistes et autres blogueurs, il reste environ dix-sept spectateurs. Dont quatre qui accompagnaient juste leur pote. Pour ainsi dire, les hordes gueulardes de M. Ferracci. D’ailleurs les kops péfécistes (oui, t’as presque pas de supporters, mais t’as deux kops…) entrèrent en retard dans leur tribune. Ils avaient oublié d’emmener le mot que leurs mamans leurs ont écrit pour être autorisés à entrer. De toute façon, qu’ils soient là ou pas, ça change rien, personne ne les entend. Et tout le monde s’en branle.

Bien. Maintenant, parlons du match.

D’abord, un point sur deux blessures de notre côté. Au milieu de terrain, le Portugiste Rui Sampaio s’est fait une entorse à la bite, tandis que Xavier Chavalerin a une fissure anale d’environ six centimètres. Hasard ou coïncidence, je ne veux pas le savoir.

La partie en elle-même, c’était un peu de la merde. D’une part parce que, voilà, nos joueurs ne furent pas très concluïstes par rapport au but adverse. Et puis surtout qu’en face, ils jouaient comme des grosses bitasses. A la 85e minute, notre Sliti (souvenez-vous qui n’en voulait pas en National…) délivre une passe astucieuse à Guacamole, qui ne se gêne pas pour niquer les filets de Thépabeau, et surtout de faire péter les plombs au secteur visiteur. C’est à peu près tout, on vient, on gagne et on s’en va. Ah oui. On est cinquième.

Les notes objectives :

Arnaud Balijon (5/5) : ben oui, il a pas encaissé de but.

Lloyd Palun (5/5) : je kiffe grave sa dégaine.

Julian Jeanvier (5/5) : match tranquille pour lui.

Rémi Fournier (5/5) : il a fait de très bons tacles. Enfin c’est ce qu’on m’a dit.

Rémi Amieux (5/5) : un mec qui fout des coups de boule dans les pieds des attaquants adverses, tu respectes.

Danilson Da Cruz (5/5) : merde alors, j’ai même plus les mots tellement je suis content de l’avoir dans mon équipe.

Yann Boé-Kane (4/5) : je crois qu’il a raté un truc à un moment, mais c’est pas grave.

Florian Makhedjouf (5/5) : ce mec est super déter.

Naïm Sliti (6/5) : merci à Christophe Taisne pour ce joueur.

Ange-Freddy Plumain (4/5) : pas trop vu, je lui mets cette note car j’aime bien son prénom.

Anatole Guacamole (5/5) : il est là quand il faut marquer, il a fait son boulot. La terreur de Zurich se réveille petit à petit.

Les remplaçants :

Kévin Diaz, pour Plumain à la 68′ (4/5) : je lui met une bonne note juste pour qu’il en ait une cette saison.

Pierrick Cros, pour Makhedjouf à la 76′ (NN) : rentré comme milieu défensif, ben il aura fait l’affaire.

Kévin Lefaix, pour Sliti à la 87′ (NN) : il n’aura pas eu le temps de faire grand chose.

J’ai désormais l’honneur de vous présenter une nouvelle rubrique de la Jules Rimet Académie. Cette rubrique s’appelle « Tout sur Porthos Molise » (Et non pas « Tous sur Porthos Molise »).

Vérité sur Porthos numéro 1 : Porthos Molise ne porte pas son pull sur les épaules, mais il le porte autour de la taille. C’est beaucoup plus pratique.

Voilà c’est tout pour aujourd’hui, dans la prochaine édition, nous aurons un déplacement d’enfer à Saint Malo, pour le 17e tour de Coupe de France.

Sur ce, allez donc faire vos CR, moi je vais me foncedé,

Jean-Claude Pied.

Jean-Claude Pied

eh ouai couzin, y bédav quand les gens chafrav, y pillav quant les gens pachav, c jeanklode qui vient pour bolossé la ligue2. Keskya ?

8 commentaires

  1. Ouais bin on voit que HorsJeu est un site de parisiens, deux académiciens pour une équipe de Ligue 2 et pas un seul pour le FC Barcelone. Ce néocentrisme est dangereux, les provinces devraient demander l’indépendance de l’Île de France.

  2. Sinon pour de vrai, le seul vrai club parisien, c’est le CA Paris.

  3. Le CA Paris XIVème ou le CAP-Charenton ? Y a deux ans, quand on a remporté la DSR, on avait tapé les premiers cités 0-4, on avait fait une invasion de terrain au stade Didot.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.