Pau FC – AC Ajaccio (2-1) : c’est la reprise pour I Sanguinari

C’est la reprise !

Cinquante-trois jours après le dernier déplacement de la saison 2018/2019, à Troyes, la saison 2019/2020 débute enfin. Et pas de n’importe quelle manière. Elle commence avec un déplacement à Anglet, pour un match contre le Pau FC, comme l’année dernière. Et bien évidemment, I Sanguinari ne pouvaient pas rater ça. Le départ se fait donc au petit matin, aux alentours de 7 heures, en 106, parée pour ce long déplacement : le GPS indique 1100 km et 13h de route, aller-retour (ce sera bien plus au final, 1162 km et 18h le cul dans la caisse).

Après une petite pause repas dans la petite bourgade sympathique de Liposthey et un trajet interminable, nous voici enfin arrivés sur le parking du stade Saint-Jean d’Anglet, plus de deux heures avant le coup d’envoi. Le parking est vide. Seuls quelques enfants sortant d’une salle municipale viennent troubler la tranquillité du coin. Au loin, le bruit des marteaux-piqueurs. On en profite (oui, je dis ‘on’, parce que j’étais avec mon frère) pour entrer dans le stade. Qui dit match amical à Anglet, dit entrée gratuite. Aucune fouille, aucun stadier, rien. Le football champêtre vrai. On s’installe, on bâche, on profite de la vue et on attend. On attend très longtemps.

Quelques curieux ou touristes viennent garnir la tribune unique du stade. Les joueurs des deux équipes arrivent au compte-goutte pour l’échauffement. Le match, qui devait débuter à 18h, ne commencera finalement qu’à 18h10, l’arbitre de la rencontre ayant du mal à se faire violence. Toujours en attente de la réponse de la DNCG, l’AC Ajaccio est venu en stage dans le Pays basque avec un effectif jeune et amené à changer, avec également des joueurs à l’essai : Famoussa Koné, Gaël Andonian, Matthieu Huard et William Nkounkou. Quant à l’ancien président Alain Orsoni, il nous indique être venu exprès pour le match en moto depuis Barcelone.

Au coup d’envoi, la composition ajaccienne est la suivante : Leroy – Hergault, Avinel, Pellegrini, Andonian – Coutadeur, Lejeune – Tramoni, Cavalli, Zady – Koné. Et les premières minutes sont largement en faveur des Acéistes, qui écartent bien le jeu et font courir les Palois. Des adversaires qui réussiront à enchaîner deux bonnes passes consécutives pour la première fois seulement à la… 6e minute. Après le quart d’heure de jeu, la partie se rééquilibre. Juste avant la pause, le Pau FC ouvre le score sur un cafouillage dans la surface consécutif à un coup franc. La cinquantaine de spectateurs présents, dont un gamin qui s’appelle Maturin, en tribune se régale (c’est totalement faux). La tribune, parlons-en : elle est tellement vide et proche de la pelouse que l’on peut entendre les consignes de l’entraîneur, on peut entendre les joueurs parler entre eux (notamment le « Oh la pute » de Jérôme Hergault à la 31e minute après une transversale ratée), on peut entendre les joueurs s’énerver contre l’arbitre. Et on peut surtout voir les tablettes de chocolat de Cédric Avinel à travers son maillot. C’est pour ça qu’on aime les matchs amicaux.

On aime un peu moins les matchs amicaux pour une autre raison : il n’y a pas de buvette ouverte au stade Saint-Jean d’Anglet. Tant pis, on se consolera plus tard en allant manger un tempura de crevettes, une barquette de frites à la truffe et une planche de fromage de brebis le long de la plage. S’il n’y a pas de bouffe au stade, il y a bel et bien des chiottes.

Le fameux caddie, vous verrez le reste dans la vidéo

Les toilettes du stade Saint-Jean d’Anglet sont plus qualitatives que certaines de Ligue 2. Et ça, c’est un problème. Pas pour Anglet, mais bien pour les clubs de Ligue 2 aux chiottes pourries qui ont des infrastructures moins bonnes que celles d’un club évoluant en National 3. Les chiottes de Saint-Jean sont immenses, avec plusieurs cabines, toutes très propres, avec du PQ dans chacune. Au niveau de l’odeur, c’est neutre. En revanche, c’est un peu plus compliqué concernant le confort : la machine à savon ne fonctionnait pas et il n’y avait rien pour s’essuyer les mains à côté du lavabo. Petit bonus pour la présence d’un caddie de chez Lidl dans un recoin des toilettes. Première fois que je vois ça. Note : 3,5/5.

La deuxième période reprend. Avec une surprise. Huit ultras du Pau FC sont arrivés et se sont installés le long de la main courante, en face de la tribune principale. Ils ont pu donner de la voix lors de l’égalisation ajaccienne sur un but contre son camp de toute beauté consécutif à une passe en retrait un peu trop appuyée de la part d’un défenseur, puis lors du but du 2-1 palois, sur un coup franc direct légèrement dévié. Score final 2-1. Il n’y a pas grand chose à retenir de ce match amical, si ce n’est que les jeunes ont joué et que les joueurs à l’essai ont pu se montrer. Andonian n’a pas eu grand chose à faire sur son côté en première période. Nkounkou a coupé plusieurs transversales sur son côté droit. Matthieu Huard a été le latéral le plus à l’aise du match, avec du sérieux derrière et une volonté de monter apporter offensivement. Famoussa Koné n’a pas été très en vue, mais il a pas mal décroché pour toucher du ballon. Mentions spéciales à Kévin Lejeune, Caleb Zady Sery et à Qazim Laçi pour leur bon match.

La suite ? Le débâchage, une petite discussion avec les ultras adverses, un échange de stickers, un petit resto et c’est reparti pour au moins 6h30 de route. Le retour se fera finalement à 7h du matin, après une pause dodo sur le parking d’Auchan Angoulême La Couronne. Quelle vie. Et c’est reparti pour un autre match amical le 13 juillet, à 11h, à Toulouse, contre le TFC. Comme on dit : toujours là !

Ce déplacement ayant été filmé, vous retrouverez bientôt la vidéo sur ma chaîne Youtube. Restez connectés.

Perfettu

Perfettu Erignacci De l'Aiacciu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.