Madagascar – Tunisie (0-3), l’Hariss Académie balance enfin la sauce

Jeudi 11 juillet 2019, 20h55, l’Algérie vient d’arracher sa qualif en demi après sa victoire aux tirs aux buts face à la Côte d’Ivoire. Le spectacle peut alors enfin commencer. Non parce que la vraie affiche n’est pas celle de 18h, ça tout le monde le sait. Avant c’est pour les équipes de seconde zone. A 21h par contre, on a forcément une grosse cylindrée qui assure la grosse audience.

C’est pas moi qui le dit c’est la ligue 1… non parce qu’à part les allemands qui s’intéressent à ce faux derby de l’Est ?

Des malgaches de Malgachie :

Une fois n’est pas coutume, Aïcha, ma tendre et douce, est à sa place dans la cuisine en train de préparer un plat de pâtes. Elle a bien compris que c’était soir de fête pour la nation des Aigles de Carthage. Mon frère Walid nous a rejoint et m’interroge déjà sur la qualité de jeu proposée par nos cousins pendant cette CAN. Trois secondes suffisent pour lui faire un exposé en trois parties : Y en/a/pas. Du moins pas encore assez à mon goût. Après un premier tour poussif, mais malgré tout maîtrisé, la Tunisie a sorti une réelle perf’ en huitième pour écarter le Ghana. Pourtant je reste sur ma faim…ça manque de piment cette histoire encore. Un peu comme les assiettes de pâtes qui arrivent devant nous au coup d’envoi. Je sens bien qu’Aïcha n’attend qu’une chose, l’élimination de la Tunisie pour que j’arrête de l’emmerder avec mes articles à la con d’un site à la con. Elle ne comprend déjà pas la règle du hors jeu, alors un site qui porte ce nom tu penses bien qu’elle n’y prête même pas attention.

Pauvre femme qui ne mesure pas la chance qu’elle a de chérir un Aigle. Marocain ou Égyptien nous aurions dû déménager pour éviter le regard méprisant de nos voisins malgaches. De Malgachie oui c’est ça. Madagascar ? Non ce n’est pas un pays ça, enfin pas dans la vraie vie. Y a bien un film Walt Disney à la con qui porte ce nom mais c’est tout. Ah bon c’est un DreamWorks? Mouais c’est les même vendeurs de rêves pour gamins non…quoi y en a 4 ??? Et c’est vraiment là-bas que vivent les malgaches du coup ?? Et ben le monde n’a pas attendu la fonte des glaces et l’exode des pingouins pour partir en vrille. Comment ça y a un film « Les Pingouins de Madagascar » aussi ?? Mais c’est quoi ce pays de fou? Faut qu’on les arrête direct hein, s’ils vont en demi on va avoir le droit à toute l’animalerie là.

Fallait vraiment les stopper là…

Objectif demi-finale :

Ainsi donc se dresse ce soir l’île de Madagascar pour nous empêcher de rejoindre l’Algérie, le Nigeria et surtout le Sénégal, potentiel futur adversaire du vainqueur de ce quart. On va pas se mentir, Madagascar est la surprise de cette CAN, on pensait qu’ils étaient là juste pour faire le nombre mais finalement ils ont déjoué tous les pronostics pour se hisser jusqu’ici. La compèt’ est déjà une totale réussite pour eux. Pour nos Aigles, l’objectif annoncé était de dépasser le seuil symbolique des quarts de finale, plus qu’un obstacle à franchir donc, une montagne.

Il faut dire que depuis la victoire des hommes de Roger Lemerre en 2004, on s’est pris toutes les CAN dans l’arrière train. Entre éliminations ridicules dés le 1er tour ou braquage de l’arbitrage en quarts, nos Aigles n’arrivent plus à côtoyer les cieux depuis quinze ans. Pour conjurer le sort, la fédération tunisienne a donc décidé de donner les commandes à Alain Giresse. Les cons étions-nous tenter de dire à l’époque. Se reposer sur un gnome pour retrouver notre grandeur perdue, allez comprendre !! Pas besoin de s’attarder très longtemps sur les statistiques du père Alain pour s’inquiéter : il restait sur deux CAN désastreuses avec le Sénégal puis le Mali. Notre stratège, avant l’affrontement face à Madagascar, était titulaire d’une série bien moche, neuf matchs de phase finale sans la moindre victoire. Alors que ce petit homme transforme nos oisillons en de fiers Aigles de Carthage qu’ils n’auraient jamais du cesser d’être, peu de bledards y croyaient. Et pourtant.

Il a chopé Jennifer Aniston et Angélina Jolie le type…on peut lui faire confiance.

Enfin une équipe type :

Alain s’est amusé de nous. Et de chacun de ses adversaires. Pour lui les qualifs et la phase de poule n’étaient qu’un vaste laboratoire. Il a pu y tester toutes les combinaisons imaginables et associations possibles sans la moindre gêne. Les critiques s’abattaient sur lui le mettant sous pression. Peu importe…car comme la pluie, il ne la ressentait qu’après tout le monde. Lui n’avait qu’un objectif en tête, mettre fin aux tristes séries respectives dans lesquelles lui et la Tunisie s’étaient engluées. Enfin le jour J était arrivé. Fini de faire « mumuse » avec des compos improbables, Giresse a envoyé du lourd direct, et je parle pas de Ben Mustapha :

STARFALLAH !! Mais c’est que ça ressemblerait presque à une vraie équipe de football ce soir !!

Hassen de nouveau dans les cages à la place du cachalot, qui lui ne devrait faire des apparitions que pour d’hypothétique séances de penaltys.

Derrière, Bronn et ses trois fistons. Ces trois derniers prennent de plus en plus confiance au fur et à mesure des matchs qui s’enchainent. Premier chantier sur lequel à bosser Alain et on le sent bien. Ces quatre là ont disputé l’intégralité des quatre premières rencontres de la CAN et sont bien en jambes.

Sur la Terre du Milieu, Giresse nous propose un trio inédit mais tellement complémentaire qu’on en vient à se demander pourquoi on ne l’a pas avant: Skhiri en sentinelle, Chaalali pour ratisser et Sassi pour mettre tout ça au propre.

Devant, on retrouve l’invisible Khenissi en pointe pour faire le nombre, et les artistes Khazri et Msakni pour désorienter la Madagascar.

Aigles contre Zébus :

45 premières minutes où les Aigles auront passé l’essentiel du temps à faire courir le troupeau de Zébus après un ballon qu’ils n’attraperont finalement jamais. Clairement, soit Madagascar n’avait plus d’essence dans le moteur soit la Tunisie était largement supérieur.

La seconde période a apporté la réponse à la question. Enfin plutôt les réponses à la question. Trois pour être exact, signées Sassi, Msakni et Sliti. Nette et sans bavure, la prestation tunisienne nous a rassuré sur le niveau des Aigles. Ils ont survolé ce quart de final et attendent le Sénégal de serres fermes.


Les notes du match :

Tant la symphonie tunisienne a bien été rythmée les notes seront attribuées par bloc-équipe :

Hassen 5/5 : Pas de boulettes, pas de but encaissé…ça change des matchs précédents.

Kechrida / Bronn / Meriah / Haddadi 4/5 : Un quatuor d’agent de sécurité du LIDL qui petit à petit change de statut. A quand la garde royale ?

Shkiri / Challali/ Sassi 4/5 : Version ultime du dernier modèle de chez Dyson, ce trio a aspiré tous les ballons pour les ressortir assez proprement. Mention spéciale à Sassi qui a signé l’ouverture du score avec une bande sur la fesse d’un défenseur malgache.

Khazri / Khenissi / Msakni 5/5: Khazri et Msakni n’ont pas toujours été à leur niveau en équipe nationale. Mais le temps des 45 dernières minutes ils ont rappelé à tout le monde pourquoi on les aimait autant. Cœur sur vous les gars, vous êtes nos chouchous ok, mais après votre performance on ne peut que s’incliner. Par contre si quelqu’un a aperçu Khenissi sur le terrain, qu’il nous fasse signe on est sans nouvelles…

Le banc 4/5 : Quatre points pour Sliti qui même relégué sur le banc parvient à faire la différence d’une pichenette pleine de sang froid.


Maintenant place à l’équipe individuellement la plus costaud de cette CAN, le Sénégal. Se qualifier pour la finale serait une véritable surprise. Mais après les matchs de poules, être en demi en est une aussi , alors pourquoi ne pas y croire ? Les Aigles ont changé de statut et ont pris leur envol. Finis les terrains pentus, place aux véritables Aigle de Carthage !!

AlbertNardiNamouk

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.