Péru – Danemark (0-1) : La Petite Sirène académie livre ses bâches

Parce que la France n’est pas la seule à gagner salement.

NB : L’académicien n’arrivant pas à différencier le cercle et le cercle barré dans l’alphabet runique, ce résumé en sera exempté.

Salut les vikings (et les autres),

Bienvenue au Danemark, ce beau pays fabriqué à partir de milliers d’îles, de terres gelées dans lesquelles aucun humain sensé ne mettrait jamais les pieds et de machins qui se meuvent au gré du vent. Plein. 

Devant la menace de l’ennui estival, l’équipe a décidé de se rendre en Russie, afin de participer à la fête de Vladimir. Le chemin fut quelque peu rude et passa par les barrages, face à la République d’Irlande. Autant te dire que quand la Ginger Army est venue faire match nul dans la capitale, aucun sirénien n’en menait large. Mais, à l’inverse des Français, la Danish Dynamite n’a pas eu à tricher afin de faire péter les mangeurs de trèfle. Un cinq à un dans les dents plus tard, et la Russie est prête à accueillir la bande à Hareide.

Le hasard a fait que le Danemark se battra face à la France, l’Australie et l’Empire Inca déchu au premier match. Les Bleus et les anciens bagnards britanniques, c’est du déjà-vu, enfin presque, mais El Peru, c’est aussi familier à un sujet de la reine Margarethe que l’eau claire à Michael Rasmussen. Il faudra se méfier.

 

Le match :

La première mi-temps est aussi indigeste qu’un repas préparé par René Redzepi. Peu inspirée, la Danish Dynamite a semble-t-il pris l’eau. En face, les Péruviens affichent un visage intéressant et créatif. Heureusement, leur réalisme est resté dans les Andes. Schmeichel (fils du précédent), a même dû réussir une belle raie dès la treizième minute. C’est ensuite Kjaer (fils du père de Kjaer) qui, d’un superbe tacle glissé, empêche Farfan de marquer.

Quelques minutes à subir les assauts péruviens plus tard, les Six Cent Cinquante nm et Blancs pensent tenir le match nul à la pause. Que nenni, répliquent Bakary Gassama, l’arbitre gambien, et l’assistant VAR. La faute a beau s’être tenue une minute avant, le mec au sifflet décide d’y revenir et de siffler pénalty en faveur des Péruviens. Mais Christian Cueva expédie le cuir dans la Baltique, ce qui permet de respirer.

« Ah tiens, il n’y avait pas pénalty sur Nilmar. »

Le deuxième acte permet à Schmeichel de multiplier les parades afin de préserver les résultats. Plus saignants, les Vikings finissent par planter quand, sur une passe merveilleuse d’Eriksen, Yussuf balance une praline que Pallese ne peut attraper. Un but à rien, rideau, le Danemark revient à hauteur de la France en tête du classement.

 

Les bâches :

 

Schmeichel (3+/5) : Des parades en cascade et le fils de Mancunien (ce qui peut être une insulte, au gré des préférences du lecteur) repart avec le titre de mec du match (enfin, d’après l’académicien). Mérité.

Stryger Larsen (2+/5) : Tant qu’il évite de greffer de l’adamantium sur Hugh Jackman et d’apparaître dans un chant de Zazie, ça ira bien.

Adam Christensen (3/5) : Un défenseur rugueux appelé « fils du Christ », ça plairait à des étudiants australiens, ça. Remplacé par Mathias J., afin de mettre plus de taquets.

Kjaer (3+/5) : Capitaine fracasse. En vrai.

Dalsgaard (2+/5) : C’était bien.

Delaney (3/5) : Du beau taf au milieu, mais des frappes directement en tribunes. A travailler.

Kvist (4/5) : A tellement martyrisé les milieux péruviens qu’untel parlera dans peu de temps du Kvist fucking, pratique sexuelle radicale. Remplacé par Lasse, chien fidèle.

Yussuf (3+/5) : Un pénalty cédé gracieusement aux Péruviens, un but qui permet à la patrie de gagner. Sacré match.

PS (3/5) : Ça valide. Remplacé par un Martin Braithwaite, peu identifiable sans sa tignasse.

Eriksen (4/5) : Évidemment. 

NJ (2/5) : Pas vu.

 

Sur ce, BA et à très vite.

Michael Løtruche

Débarqué sur Horsjeu à la suite de l’exclusion de l’académicien yougoslave (une sombre histoire de pays disparu), Michael hésite entre la joie d’être là et le regret de voir ses vacances au Groenland annulées.

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.