PSG – REIMS (4-1) – LA PORTE DE SAINT-CLOUD EST LUE EN ALLEMAGNE

Lorsqu’une chose évolue, tout ce qui est autour évolue de même (Paul Coelho, l’Alchimiste)

Thomas a décidé de changer, est on est bien heureux, comme le dit la citation en intro, tout change autour lors…

Tout évolue quand…

Oh merde, vous avez saisi l’idée.

DIE MANSHAFT:

Thomas, je tiens à te remercier de ta fidélité à horsjeu.net, et surtout ta prise de notes de nos remarques pointues, sensées, et surtout pleines de sang froid.

Notre Führer lance le 4-2-3-1, et un triplette de jeunes made in Camp des Loges pour ambiancer Mickael Fucking Goat Jordan, venu vider la cave à vin du Parc, et augmenter la vente de ses fringues (IN YOUR FACE LE FPF !!!).

On attend le début du match, on veut du feu, du sang, du supplice pour dans le camps rémois, c’était presque ça !
psg/sr


 DAS SPIEL:

Thomas l’a dit, on va passer à la vitesse supérieure, Thomas est un homme de parole, Julian par contre…confond vitesse et précipitation (la phrase bateau), tente une talonnade de merde.

Conséquence, Reims lance sa contre attaque, et Chavalerin profite de l’âge de Gigi pour envoyer la balle au fond (2’).

Maintenant que c’est fait, on peut charbonner, et ça, c’est la spécialité d’Edi, qui rôde comme un vautour pour profiter de tout ce qui passe, une interception bien sentie, pour finir sur un lob délicieux, pour le plus grand plaisir du Parc.

Voyant qu’en face, ça a le niveau L2, Marqui survole la surface mais est gêné par sa chevelure pour conclure (9’). Commence alors le show Diaby, 17 ans, les crocs qui rayent le parquet à chaque entrée, et bien décidé à régaler son monde. Il va passer 10 minutes à foutre le bordel en face, et surtout, à ne pas s’arrêter de courir pour offrir solutions à tout le monde. Il est à la base de l’action du penalty, avec un centre bien senti, et bien flairer par Edi pour obtenir le penalty offert à Neymar (23’).

Reims est en surchauffe, El Matador le sent bien, et décide d’achever la bête juste avant la mi-temps, en profitant de la moiteur de Mendy (44’).

La seconde mi-temps c’est 45 longues minutes pour les Rémois, Neymar distribue en automatique, régale le Parc, et Meunier continue d’afficher son nom au tableau des buteurs, sur un centre de l’infernal Moussa Diaby (Stéphane Guy ©). Thomas fait tourner, et Paris gère, Neymar continue de s’amuser, Jordan est parti.

Pas besoin de forcer, le turn-over a marché, Mbappé va revenir, cap sur Nice !


DIE NOTIZEN:

BUFFON (3/5) : Ils sont au parfum qu’il a 40 balais, et qu’un tel moteur, malgré sa fiabilité, a besoin de chauffer. À chaud c’est invincible, surtout en 2nd mi-temps.

DAGBA (19/5) : Le temps qu’il a fallu au marabout de Meunier pour s’occuper de son cas. Energie et envie, le cocktail du bon stagiaire. A bientôt…Colin.

MARQUINHOS (3/5) : Comme à la maison, il a pu taper la causette avec un vieil ami le temps d’un match. Une chevelure qui se rapproche de Ronaldinho, l’amour pour l’alcool et le fun en moins.

THIAGO SILVA (3/5) : Le vieil ami en question, lui aussi pourrait jouer jusqu’à 40 ans dans de tels matchs.

NSOKI (4/5) : Quel club espagnol reprendra Bernat pour 30 millions ? Pas gêné défensivement, il a beaucoup combiné avec Diaby. Dans le dur sur la fin du match, logique, les poches sont plus lourdes désormais.

RABIOT (2/5) : 2, simplement parce que je ne l’ai pas trop vu, mais a été utile au fait que l’équipe passe un match tranquille.

VERRATTI (3/5) : Partout, Marco a encore du mal dans l’enchaînement des efforts, et tu m’agaces parfois à chercher exclusivement Neymar.

DIABY (4/5) : Amara, mon beau Amara, tu es de retour parmi nous, tes foulées chaloupées, ta nonchalance trompeuse, couplée à l’activité du jeune bleu. Et il n’a pas oublié d’être décisif dans son match complet.

DRAXLER (1/5) : Le match commence mal, alors restons dans ce registre. Nous en parlions avec Georges, mais va falloir traduire « Constance » en allemand, et lui coller sur le casier.

NEYMAR (4/5) : Le match qu’il aime par dessus tout. Malgré les remois qui se sont relayés pour le tamponner, Neymar a régalé, Neymar a distribué, et Neymar a marqué, et il a surtout fermé sa gueule. Allez, manque plus qu’à reproduire ça tout le temps, et surtout face aux gros.

CAVANI (4+/5) : Ben on s’est inquiété 2 heures mais Edi était partout, Edi a été presque parfait techniquement, un doublé qui appelé un triplé, mais on a tous hurlé « HIJO DE PUTA » quand il tape la barre.

NKUNKU (5/5) : Je continuerai jusqu’à ce qu’il apparaisse dans le Onze Mondial de la semaine.

DI MARIA (NN) : RAS

MENIER (XI) : Tendu le Meunier, il digère pas de voir son concurrent direct dans le XI de mes couilles alors qu’il est à l’infirmerie depuis Mai. Alors il continue de marquer, et d’apporter énormément offensivement. On reste sur nos gardes, on verra s’il y a progression quand il devra défendre.


REMARQUES:

Aucune aujourd’hui, donc nous ferons un point Simon Pheonix:

psg/sr

Quand tu prends un but de Chavalerin au bout à la 2ème minute.

PAPUS

Papus Camarade

One Comment

  1. La joie et l’allégresse (ou des beuverages moins sophistiqués que Jordan ne s’envoie) empêchent visiblement de se relire… attends que le comité de vigilance retrouve un abonnement internet…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.