Rayo-Real Sociedad (1-0) : La Txuri-Urdin Académie crise déjà

Aupa !

J’ai cherché. Cherché. Cherché toute la semaine. Cherché encore. Parcouru des kilomètres de papiers inintéressants, fouillé dans les moindres recoins les plus improbables. Et rien. Rien du tout. Pas une trace du mot « crise » face à la situation de la Real Sociedad. Tiens.

Pourtant, le club fait tout pour. Depuis la dernière académie, rien de glorieux. Un défaite 4-1 face à un Barça réalisant son unique match parfait de la saison, un médiocre 1-1 face à Séville et une défaite 2-1 à Leverkusen pour une deuxième défaite en deux matchs de LDC. Jamais, dans ces trois matchs, la Real ne s’est montrée réellement faible. Simplement manquant de réalisme. Et de couilles, surtout. Résultat, le club pointe à la 13e place de Liga avec une misérable victoire au compteur (1e journée), 4 nuls et 2 défaites. En LDC, deux défaites en deux matchs avant d’aborder une double confrontation face à United, autant dire que la qualification s’annonce plutôt compliquée. Quoi qu’avec Moyes, tout semble désormais possible.

Alors, crise ou pas ? Ouais. Non. Enfin peut-être. En championnat, la Real n’a donc pas gagné depuis la 1e journée. La faute à un effectif trop limité pour réussir l’enchaînement championnat-LDC, un départ d’Illarra qui se ressent sacrément au milieu de terrain et un calendrier mine de rien pas évident. Sur ses 7 premiers matchs, elle a déjà affronté le Barça, l’Atletico, Malaga ou encore Séville. Bon on va pas se mentir non-plus, l’année dernière elle gagnait contre ces mêmes équipes. Cette année, le jeu tarde un peu se mettre en place et surtout, le réalisme est proche du néant. Mais même malgré ça, la Real parvient à ne pas être décrochée, la faute à une Liga étonnement (trop) équilibrée. Et n’oublions jamais que la Real n’était que 17e début novembre 2012, et qu’elle s’apprête pourtant à affronter Manchester United dans 2 semaines.

Ce week-end, le match semble plus abordable. Un déplacement à Vallecas face au Rayo Vallecano, bon dernier, contre qui la Real s’était imposée 4-0 et 2-0 l’année dernière. Seul bémol, on sort d’un match de LDC mercredi, et qu’on n’est incapable de gagner dans ces moments-là. Genre là, on aurait enfin l’occasion de voir apparaître le mot crise.

Pre-Jokoa :

Dieu et Mikel toujours absent, Jagoba a dû appeler Montanier pour faire sa compo. Résultat un 4-2-3-1 toujours ordinaire, Zurutuza en milieu offensif, Agirretxe préféré à Seferovic en pointe et Ruben Pardo toujours boycotté. Au point de titulariser Elustondo à côté de Markel. Derrière, Ansotegi remplace Mikel. Cette fois c’est définitif, on n’a rien sur le banc. Même pas un entraîneur.

Compo Rayo

Remplaçants : Zubikarai, Cadamuro, José Angel, Ros, Pardo, Chory Castro, Seferovic

Rayo Vallecano : Rubén, Arbilla, Mojica, Saúl, Zé Castro, Adrián, Trashorras, Lass, Iago Falqué, Larrivey, Nery

Jokoaren :

7’ : Frappe de Griezmann. Ruben se couche.

17’ : Vela récupère le ballon à droite, repique dans l’axe et frappe enroulé. Ruben repousse en corner.

28’ : Après un cafouillage dans la surface, Larrivey frappe à bout pourtant. Sur la barre.

33’ : Agirretxe hérite du ballon dos au but. Il choisit la passe. Au gardien.

35’ : Que Markel frappe, passe encore. Qu’il frappe des 30 mètres, non. Qu’il frappe des 30 mètres et du gauche, c’est la prison. Sans sursis.

38’ : Deux centres de Vela en 2 minutes, les deux fois Agirretxe chie sa tête.

42’ : Centre de Bangoura pour la tête de Larrivey, poteau.

Mi-temps : La possession et deux poteaux pour la Rayo, rien pour la Real, l’ennui pour tous.

52’ : Agirretxe arrive cette fois à se retourner sans la surface. Ruben sort dans ses pieds.

58’ : Occasion pour la Rayo après un écran de l’arbitre sur Griezmann qui revenait défendre. Tout va bien.

61’ : Sur un contre, Elustondo peut décaler Griezmann à gauche ou Agirretxe à droite. Sûr de sa qualité de frappe inexistante, il choisit de tirer. A côté, bien sûr.

63’ : La Real joue vite un coup-franc à l’entrée de sa surface et perd le ballon aussi vite. Comme des U9. Bien.

68’ : Alors que rien ne va, Arrasate attend la 72e minute pour faire son premier changement. Histoire de pas froisser Monty, ce serait con.

70’ : Vela entre dans la surface côté droit et sert Agirretxe en ratrait. Seul face au but vide, il tire à côté. Normal.

75’ : Elustondo s’ouvre l’arcade. De loin sa plus belle action du match.

79’ : Passe de Griezmann pour Seferovic. Sa frappe en première intention est déviée par Ruben.

88’ : Penalty pour une faute de Bravo sur Viera. But. 1-0.

Ce serait donc ça, avoir les fesses qui se disent Bravo ?

Ce serait donc ça, avoir les fesses qui se disent Bravo ?

90+2’ : Seferovic frappe des 20 mètres. Ruben choppe.

Fin du match : Une dizaine d’occasions ratées, un match chiant à en crever et une défaite dans les dernières minutes comme à Leverkusen. Sauf que là, c’était contre le dernier.

Jokalariak :

Bravo (0/5) : Aussi en retard qu’un Parisien dans le métro, aussi con qu’un Parisien courant après le métro.

C.Martinez (2/5) : Juste dans la suffisance, il devait pas avoir envie.

Ansotegi (2/5) : Le gars n’a pas été très mauvais, le gars est juste très limité.

I.Martinez (3/5) : Plus offensif qu’Agirretxe, plus défensif que Bravo. Un des seuls à sortir du lot, comme toujours.

De la Bella (3/5) : Le gars qui fait semblant d’être motivé pour se faire remarquer par le prof. Au moins, il a fait semblant.

Markel (2/5) : Sans intérêt, ni maîtrise, ni tentative. Sans bourde non-plus.

Elustondo (1/5) : La seule chose qu’il a fait, c’est de s’ouvrir l’arcade. Et même ça, c’était raté.

Zurutuza (1/5) : Transparent, sans création, ni magie, ni même suffisance. A la limite de la médiocrité et du regardable.

Vela (3/5) : Il a bien couru, il a bien tenté, il a bien provoqué, il a bien frappé, il a bien centré. Mais il était bien seul.

Griezmann (2/5) : Il a perdu le ballon sur ses rares incursions et son repli défensif ressemblait plus à un acte de présence.

1380996514765

Un vagin se cache sur cette photo, sauras-tu le retrouver ?

Agirretxe (0/5) : Selon certaines rumeurs, même avec sa meuf après le match, il n’aurait pas réussi à en mettre une au fond.

Ordezte :

Seferovic (Zurutuza, 72’) : Percutant, il a dynamité le jeu de la Real dès son entrée. Définitivement, c’est lui qui devrait prendre la place d’Agirretxe en pointe.

Ruben Pardo (Elustondo, 90’) : Histoire de se faire caresser les crampons par le 4e arbitre.

Chory Castro (Agirretxe, 90’) : Histoire de mater le cul du 4e arbitre.

Entrenatzaile :

Jagoba Arrasate : A trop vouloir faire la même saison que Montanier, Jagoba galère. Jamais depuis le début de la saison il n’a tenté un schéma différent de celui de Montanier. Même les joueurs sont restés les mêmes, au même poste. Même les bannis sont restés les mêmes. Mêmes les minutes des changements sont restés les mêmes. Avec une compo discutable au départ, Jagoba n’a rien changé, même lorsque rien n’allait, même en voyant la moitié des joueurs à leur niveau le plus faible. Pis encore, il n’a fait qu’un seul changement, les 2 autres intervenants dans le temps additionnel (malin de gagner du temps quand on est mené au score). Il a beau être Basque, sa côte ne risque pas de monter bien plus haut que celle de Philou.

Bonus « Le jeu Super Foot Mag » :

Retrouve le ballon, et gagne peut-être un anulingus de Agirretxe Lionel Potillon !

Retrouve le ballon, et gagne peut-être un anulingus de Agirretxe Lionel Potillon

Les remarques post-mortem :

Les images de la purge sont .

Crise. Crise crise crise crise crise crise. Crise. Criiiiiiiise. Je me le répète, parce que cette fois, je devrais pas y manquer. Et pendant au moins deux semaines.

C’est seulement la 4e défaite en 2013 en Liga. On dirait pas, hein ?

Jagoba pousse la ressemblance avec Philou jusqu’au début de saison cata. A ce stade là, ça devient de l’homosexualité.

15e place, à 1 point du 19e. Tout va très bien.

Prochain match le samedi 18 à 18h. Juste avant Manchester. Ça s’arrête jamais la LDC ?

Muxus,

Patxi

academicien

Le plus grand auteur Anal de football

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.