Rennes-Saint-Etienne (3-0) : La Breizhou Académie ne s’arrête plus

Salut les asticots,

Tchou-tchou, le train du Stade Rennais F.C. est lancé à toute berzingue sur les rails de la victoire, et rien ni personne ne semble pouvoir l’arrêter. En tout cas sûrement pas l’AS Saint-Etienne.

La composition :

Certes, ce match est un duel entre deux prétendant à l’Europe, sauf que l’Europe, nous, on la joue pour de vrai quatre jours plus tard. Donc Sarr est sur le banc, il a des Andalous à faire danser jeudi soir. André blessé, c’est Bourigeaud qui glisse au côté de Grenier.

Koubek – Zeffane, Mexer, Da Silva, Traoré – Grenier, Bourigeaud – Hunou, Ben Arfa, Niang – Siebatcheu

Le match :

Vu leurs absents et leur compo’ de départ à 5 derrière, on sait tout de suite que les Stéphanois ne sont pas venus pour envoyer du football-champagne. Ils défendent de façon compacte,nous pressent bien et cherchent à jouer long dans le dos de nos défenseurs dès qu’ils le peuvent. Et dès potron-minet, c’est en passe de fonctionner (2e) : Hamouma est alerté dans le dos de Da Silva. Il loupe son contrôle, est touché légèrement du bras par notre capitaine, il tombe bien à retardement, yapapéno.

Les Rouge et Noir réagissent par Zeffane qui alerte Niang dans la profondeur. Mais l’attaquant s’emmêle les pinceaux et ne peut partir défier Ruffier (10e).

Venus pour défendre, ce sont plutôt les Verts qui ont la maitrise du ballon, mais globalement, on s’emmerde durant ces vingt premières minutes. Jusqu’à un rush de Ben Arfa qui lance Siebatcheu, mais celui-ci bute sur Ruffier. Les Rennais poussent et dans la minute qui suit, Bourigeaud obtient un corner qu’il dépose lui-même sur la tête de Niang. Rennes 1-0 Sainté.

On se dit que cette ouverture du score va forcer les Verts à se découvrir et nous offrir des situations de contre. Logiquement, le match s’emballe avec une tentative de Grenier à 25 mètres à côté, puis une grosse action stéphanoise par Diony qui trouve le poteau de Koubek. À la demi-heure de jeu, Siebatcheu est contraint de sortir, apparemment victime d’une lésion musculaire à une cuisse. Sarr, que l’on voulait préserver, entre, c’est Niang qui passe en pointe. Quelques instants plus tard, le même Sarr est trouvé par Bourigeaud dans la surface, ne parvient pas à tirer mais ça revient sur Niang, qui, au lieu de signer tranquillement un doublé face au but (ou)vert, décide d’envoyer une minasse dans les tribunes. Merci pour le suspense, pas pour nos slips.

Le rythme retombe jusqu’à l’approche de la mi-temps, où les visiteurs enchainent les corners, qui sont vraiment notre spécialité comme chacun le sait. Et ça ne loupe pas : sur l’un d’entre eux, Kolomachin (trop dur à écrire) place une tête que Koubek repousse magistralement. Subotic a suivi, et, seul à un mètre de la cage, efface Niang des tablettes avec un loupé encore plus monumental. Merci, vieux.

On repart avec de bonnes intentions, ça joue plutôt bien au milieu, notamment Ben Arfa qui a moins tendance à porter le ballon et trouve bien ses partenaires devant. Hunou marque en position de hors-jeu, avant que les Stéphanois se plaignent d’une situation litigieuse. Hamouma, en position de frappe, est fauché dans la surface. Mais l’arbitre siffle un hors-jeu. Sauf que Niang, victime d’une faute non sifflée, était resté au sol et couvrait. Les Verts contestent plutôt légitimement, ce qui n’empêche pas l’arbitre d’avertir Hamouma. Ce qui ne sera pas sans conséquence plus tard *clin d’oeil complice*.

Ruffier détourne une nouvelle frappe de Sarr sur un bon service de Ben Arfa. A l’heure de jeu, les Verts font entrer du sang neuf et passent à quatre derrière. Eh oui, c’est mieux pour marquer. Quelques minutes plus tard, nouveau coup dur pour nos Rennais, avec la sortie sur blessure de Bourigeaud. Le milieu s’est effondré tout seul dans le rond central, il quittera le terrain sur civière et le stade en béquilles.

Ben Arfa, décidément en pleine forme, récupère un ballon de Grenier aux abords de la surface et déclenche une frappe aussi soudaine que sèche, mais elle heurte le poteau.

La fin de match est de plus en plus crispante, avec des Verts qui poussent logiquement, des Rennais qui reculent et n’arrivent plus à conserver le ballon.

Mais à quelques minutes du terme, l’arbitre accorde un péno après visionnage des images pour une main de Perrin. Cojones time pour Ben Arfa, qui se charge de le tirer après en avoir loupé un à l’aller. Cette fois-ci le meneur trompe Ruffier sans trembler. OUF. Rennes 2-0 Sainté.

Les Rouge et Noir aggravent encore le score dans les arrêts de jeu par Hunou qui coupe bien un centre de Traoré (90+2). Rennes 3-0 Sainté.

La soirée cauchemar se termine côté visiteur par un carton rouge pour Hamouma, sur une grosse faute d’humeur sur Sarr.

3e victoire d’affilée à domicile pour les hommes de Stéphan, sur un score plus flatteur qu’il n’y parait. Les Bretons ont été solides et ont su être réalistes face à des Stéphanois qui ont perdu leurs nerfs en deuxième période. Le Stade Rennais revient à un point de son adversaire du soir. Très belle opération, d’autant plus que le prochain match, c’est la réception du Bétis. Haut les coeurs.

Les joueurs :

Koubek 3-/5. Un arrêt magnifique devant Kolo[…], mais un jeu au pied encore une fois scandaleux. Ca n’a l’air de rien, mais au bout du compte c’est un nombre pas négligeable de ballons rendus gratos.

Zeffane : 3/5. Ca m’embête, je ne trouve plus rien à lui reprocher. Il va me falloir une nouvelle tête de Turc.

Mexer et Da Silva : 3/5. Les compères défensifs ont fait le job, sans être brillantissimes.

Traoré : 4/5. Début de match en retrait, moins habitué à avoir Hunou devant lui. L’entrée de Sarr l’a libéré et il conclut avec une passe dé.

Grenier : 3/5. Allez, je suis sympa parce qu’on gagne comme il faut, mais c’est toujours insuffisant pour moi.

Bourigeaud: 3+/5. Du taf, une nouvelle passe dé, mais une blessure qui fait super chier. Espérons que ça soit « plus de peur que de mal », comme l’a dit Stéphan en conférence d’après-match. Remplacé par Gélin (70e), qui a eu l’occasion de tester son prochain poste contre le Bétis.

Niang : 4/5. Sur l’aile ou en pointe, lui s’en fout, en 2019 il a décidé de fermer des bouches. Et de mettre des buts. Remplacé par Del Castillo (62e), c’est toujours non pour ma part, désolé.

Ben Arfa : 5/5. Enfin un gros match de la part du maestro Hatem. Contrairement aux précédentes rencontres, il a joué sobre, très juste, et a mis le but du break sans trembler du menton. Refais-nous ça jeudi et on sera très copains.

Hunou : 3/5. Encore un but de renard pour clôturer la soirée. Avant d’être replacé en pointe, il a eu du mal à trouver sa place sur l’aile.

Siebatcheu : non noté. Il se claque tout seul à la demi-heure de jeu, mauvaise nouvelle car il montait en puissance. Remplacé par Sarr (31e) : 3/5. Quelques belles offensives, il aurait pu mettre son petit but avec un peu plus de justesse. Il a l’air mieux physiquement, à confirmer contre Séville.

Belle victoire, bonne opération au classement, mais la Vérité, elle sera jeudi : réception du Real Betis Balompié en Europa League.

ALLEZ RENNES

Marco Grossi

Vous aimez Horsjeu ? Vous aimez écrire ? Alors rejoignez-nous en cliquant sur le bouton juste en dessous. Vous verrez, on est alcooliques mais sympa. Si vous aimez Horsjeu mais que vous ne voulez ou ne savez pas écrire, vous pouvez aussi nous aider en nous filant un peu de fric. Promis, il ne servira pas à acheter à boire. Enfin peut-être pas.

Marco Grossi

2 Comments

  1. A 15 contre 11, y’a moyen de faire de belles choses contre le Bétis également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.