SRFC – ASSE (3-0) : la Forez Académie dans la béchamel

Une semaine à 3 mâches qu’on entame par une branlée. Grosse fatigue…

Le match résumé en 1 phrase : « Ça s’équilibre à quel moment en fait ? »

Non parce que là, je commence à en avoir marre de me faire enfler par l’arbitrage. Deux penalties oubliés, sur lesquels on va saupoudrer 2 expulsions qui tiennent plus de l’énervement que d’un attentat sur le terrain : je pense que quand la balance va pencher du bon côté, on risque de gagner 1 mâche 5-0 avec 3 buts de la main et 2 faux penalties validés par le VAR.


La compo :

Khazri et M’Vila sont suspendus, Selnæs est allé chercher de l’arg… un projet sportif en Chine, donc c’est une bonne partie de la colonne vertébrale de l’équipe qui est absente au coup d’envoi. Gasset garde son système à 3 défenseurs, et titularise Aït Bennasser au milieu, avec Monnet-Paquet à ses côtés. C’est donc un nouveau poste que va découvrir le couteau suisse stéphanois, je m’attends même à le voir jouer gardien si un jour Ruffier se blesse. Devant, Diony et Hamouma sont associés avec Cabella en meneur de jeu.


Le mâche :

On va tout de suite parler des choses qui fâchent : il y avait penalty sur Hamouma qui est accroché par Da Silva dans la surface (2e). L’arbitre ne dit rien, son assistant non plus, et le tube cathodique du VAR n’avait pas encore assez chauffé pour voir clairement le ralenti : les Verts se sont fait enfler. Rennes réagit, mais Subotic veille et repousse les attaques de la tête ou du pied. De l’autre côté, Cabella fait danser la carioca à Mexer et centre vers Silva, mais Traoré le devance et dégage (17e). Le même RC7 qui va se transformer en  Air Trompette, avec un passe en retrait parfaite pour lancer Siebatcheu qui défie Ruffier, mais le portier stéphanois repousse du pied en corner (20e). Et c’est sur ce corner que Niang pourra tranquillement venir manger le ballon sur la tête de Kolo et ouvrir le score de la tête (1-0, 21e). Diony se procurera sa seule occasion du mâche : un frappe toute pataude, suite à un centre de Debuchy, qui viendra s’écraser sur le poteau (28e). Arbitrage en carton épisode 2 : sur un coup-franc dévié, Sarr est hors-jeu de 3 m mais non signalé, Ruffier s’interpose et Niang reprend derrière mais frappe la barre. S’il y a but, on peut penser qu’il aurait été validé malgré un hors-jeu aussi visible qu’un contrôle réussi de Diony dans son océan de gestes approximatifs (34e). Et comme si ça ne suffisait pas, sur un corner bien repris par Kolo, Koubek repousse dans les pieds de Subotic qui n’a plus qu’à pousser la balle : il préfère frapper très fort et la mettre au-dessus, tout ça à 3 m des cages et avec un gardien au sol (44e).

La 2e période démarre avec le 3e épisode de « Nos amis les arbitres aveugles et incompétents ». Hamouma est fauché dans la surface, mais il est signalé hors-jeu par Hamel. Sauf que Niang qui comptait les pâquerettes au sol le couvrait, donc pas de hors-jeu, et donc le penalty aurait dû être sifflé (55e). Les Verts poussent mais ne sont pas dangereux, Rennes contrôle sans trop se livrer, même si Ben Arfa fappe le poteau sur une frappe du droit à 20 m environ (74e). La fin de mâche sera horrible : Perrin fait main dans la surface, penalty accordé après appel de la VAR (qui ne marche visiblement que dans un sens), Ben Arfa transforme même si Ruffier touche la balle (2-0, 87e). Dans une défense démobilisée, Traoré sert Sarr en profondeur qui centre pour Hunou tranquille au 2e poteau et qui fusille Ruffier (3-0, 90e+1). Pour parachever son œuvre, Hamel mettra un 2e jaune à Hamouma synonyme d’expulsion dans les arrêts de jeu (90e+4).

Cet arbitrage a été tellement mauvais que même les commentateurs de BeIn en ont fait la remarque. C’est toujours délicat de dire qu’une défaite est due uniquement à l’arbitrage, mais dans ce cas-là, difficile de ne pas le penser quand même. Les faits de jeu ont été beaucoup trop lourds à supporter pour une équipe de Saint-Etienne qui n’était de base pas dans sa meilleure configuration. Le score est très sévère et ne reflète pas forcément la physionomie du mâche, sauf que ça on s’en contrefout. Les Verts repartent avec une belle raclée dans les valises, et le mâche en retard face à Strasbourg qui était déjà important le devient encore plus. Surtout que le prochain adversaire s’appelle Paris. Pour ce qui est des joueurs, KMP n’est pas plus milieu que Daniel Alves, et le faire jouer contre nature à ce poste est une belle connerie. Cabella retombe dans ses travers, et passe plus de temps à donner le ballon à l’adversaire qu’à ses coéquipiers. Diony est d’une lourdeur incroyable, et le voir réaliser un enchaînement contrôle-frappe donne l’impression se passer la scène en ultra slow motion. Difficile aussi de juger l’apport des recrues, surtout Aït Bennasser qui a dû jouer dans un milieu qui n’en était pas vraiment un. Rendez-vous donc mercredi pour relancer la machine, ou continuer de noyer le moteur.

L’histoire de M. Hamel et ses assistants racontée en images.

Le résumé du mâche :


Les notes :

Ruffier (tout seul, 3/5) :

Il sort une balle chaude et encaisse un but sur le corner suivant. Il a failli sortir son premier penaty depuis longtemps, mais il était écrit que ce serait une soirée de merde. Manquait plus qu’un but de Grenier pour que ce soit le cas.


Perrin (le tournant, 2/5) :

Il a été sobre, jusqu’au 2e penalty oublié sur Hamouma. Ensuite, il a complètement déconnecté, on l’a même vu s’énerver contre l’arbitre. Une main débile dans la surface, une air-défense sur le 3e, cap’tain fracassé.


Subotic (les valeurs de l’ovalie, 1/5) :

Il était plutôt en vue dans le bon sens jusqu’au but. Il avait marqué la saison passé à Rennes, là il a préféré taper une grande chandelle dans le ciel breton. J’ai poussé un cri à la « Le Guen vs Sergi Roberto » devant ma tv. Sa vitesse de tracteur en marche arrière commence à sérieusement poser problème.


Kolodziejczak (babtou fragile, 2/5) :

Après Denayer en novembre, c’est Niang qui vient se payer Kolo au duel aérien. Plutôt bon au sol, il se transforme en paillasson dès qu’il s’agit de disputer un ballon de la tête. On va lui tatouer « Welcome » sur le sommet du crâne si ça continue.


Silva (pas aidé, 3/5) :

Il a essayé de dédoubler sur son côté gauche, sauf qu’il s’est souvent retrouvé avec Diony comme seul « soutien ». Il ne devrait pas tarder à se blesser, comme toutes les 6 semaines environ.


Debuchy (retour ?, 3/5) :

Il a été très bon, avec notamment ce retour sur Hunou en tant que dernier défenseur. Il a toujours essayé d’apporter le surnombre à droite, et a délivré quelques bons centres pour malheureusement Diony. C’est toujours une bonne nouvelle de le voir sur le terrain.


==> remplacé à la 62e par Vada (non noté), qui a de a grinta, ce qui ne sera pas de trop dans cette équipe parfois un peu molle. A voir ce qu’il peut donner sur un temps de jeu plus important.


Monnet-Paquet (inadapté, 2/5) :

Il devait jouer au centre, il était en permanence attiré par le côté. Du coup, on avait un trou au milieu que le seul Aït Bennasser n’a pas pu combler à lui tout seul. Pas du tout convaincu par cette expérimentation à la Tuchel.


==> remplacé à la 77e par Salibur (non noté), la tête à Guingamp, les pieds dans le béton.


Aït Bennasser (compliqué, 2/5) :

Il n’a pas joué avec le patron M’Vila donc c’est dur de se prononcer sur ce mâche. Volontaire, il l’est. Après, je n’ai pas été subjugué par sa relance ou sa capacité à se projeter, alors que c’était censé être ses points forts.


Cabella (le cave bêla, 1/5) :

Pertes de balles en pagaille, aucun bon ballon de donné ou presque, Cabella ressemble plus à un mauvais Yohan Mollo qu’à Cristiano en ce moment. L’absence de solutions crédibles sur le banc lui garantit quasiment une place de titulaire en permanence, ce qui n’est pas une bonne nouvelle pour nous.

Diony (Chavroux, 1/5) :

Si Loïs était un fromage, ce serait forcément un fromage de chèvre. Sauf que Loïs est un joueur de foot, un peu enrobé, très pataud, et qui n’a plus marqué en Ligain depuis le 16/12/2018. Le Père Noël est déjà passé, il est sans doute un peu tard pour lui demander des nouveaux pieds.

remplacé à la 62e par Beric (non noté), encoreplus discret que Macron sur la crise des gilets jaunes.


Hamouma (crucifié, 2/5) :

Il a été secoué 2 fois dans la surface sans que cela soit sanctionné, du coup il a gueulé (jaune) et s’est farci Sarr de frustration (jaune). Il est rentré 30 s plus tôt que tout le monde, ça lui a permis au moins d’être le premier sous la douche.


La question minitel :

Grosse performance des 3 arbitres, qui ont réussi à être encore plus mauvais que certains joueurs des Verts sur le terrain. Mais on en retient quoi de ce mâche ? ?


Très large victoire pour le trio arbitr(an)al à qui j’associe aussi le VAR pour sa non-assistance à arbitre dépassé. Sérieusement, à quoi servent les mecs dans le camion s’ils ne sont pas capables d’intervenir pour signaler ce qui n’a pas été vu ? Une grande réussite que l’introduction de l’assistance vidéo dans le foot, comme on pouvait le pressentir. Loin derrière, Caca-bella prend quand même la 2e place grâce à sa générosité envers nos adversaires. En tout cas, il essaie quand même de jouer, ce qui n’est pas le cas de Saliburne qui ne donne même plus l’impression d’en avoir quelque chose à foutre de sa saison. Larguez le à Guingamp, il ne nous servira à rien. Enfin, dernière place pour Diony, qui ressemble plus à la Vache qui Rit qu’à un taureau de combat.


Roland Gromerdier


HorsJeu recrute donc si le cœur t’en dit, lance toi en cliquant sur le bouton plus bas! Et si tu veux juste nous aider un peu à produire des contenus de qualité, alors tu peux faire un don, en cliquant juste à côté.


Roland et ses collaborateurs tiennent à remercier EVECT, pour ses infos quotidiennes sur le club, le site asse-stats.com, qui est une mine d’infos chiffrées sur les Verts, Furania Photos pour ses images des tribunes stéphanoises à domicile comme à l’extérieur, ainsi que Poteaux Carrés, où l’on trouve un peu de tout.


N’oublions pas aussi d’encenser la Divette de Montmartre, qui permet à Roland d’étancher toutes ses soifs (de victoires et de houblon).


Enfin la fine équipe est aussi présente sur les réseaux sociaux, alors n’hésite pas à venir nous voir et à tailler l’bout d’gras, la page FB de la Forez Académie est fort enjaillante.


Et tu trouveras Roland sur fessebouc aussi, et sur touitère. Il ne mord pas et certains le disant même plutôt sympa. Gruger est aussi  sur le sôchôl net-oueurk, tout comme Robert Binouzaret : viens donc les saluer.

Roland Gromerdier

Né dans le Chaudron, de la verveine coule dans mes veines. Mes analyses sont aussi carrées que les poteaux de Glasgow. Peu importe les époques : je n’oublie jamais qui sont les plus forts.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.