Sochaux – Metz (1-2) : La Metz Que Un Club Académie passe devant le juge.

Cette acad’ est la suite de mon précédent coup de sang, ce serait dommage de louper le début de l’histoire alors pour ceux qui ne l’aurait pas lu, c’est par ici.

 

– Monsieur le Juge, ne vous trompez pas, ce que vous jugez aujourd’hui, ce n’est pas un homme : Mais un supporter du FC Metz !

La salle était vide. Il y avait deux prévenus qui attendaient derrière. Mon avocat, avec sa robe noire et blanche était debout. Il puait la cigarette froide et avait la mine pas très fraîche. Il cachetonnait les petits merdeux dans mon genre qui était un poil au-dessus de l’avocat commis d’office. Et c’était lui que j’avais choisi pour défendre ma liberté… Bien ouej Gras.

Son préambule était minable. Il se donnait des airs d’avocat, avec des manières d’avocat et un phrasé d’avocat. Ma gueule, il ne pouvait pas la saquer depuis que je lui avais fait une réflexion sur le fait que ce n’était qu’une sale vermine qui zonait encore tout en bas de l’échelle de sa profession à la veille de la fin de sa carrière… Vraiment bien ouej petit gros.

 

– Ouais, ok, commençais-je à lui dire, on a tous compris ton numéro de pedzouille, je crois que je préfère encore me défendre tout seul.
– Mais enfin, monsieur GrasAuLly…
– Et la particule, bâtard ?
– …

Il se rassit aussi sec, avec un regard pervers dans le regard. Je compris qu’il trouvait ça encore plus drôle de me voir m’enfoncer tout seul. Je lui offrais probablement ce qu’il y avait de plus excitant dans sa vie depuis que sa femme avait dû se faire la malle avec le prof de yoga… Je voyais un sourire lubrique se dessiner tandis qu’il s’asseyait sur sa chaise, ravi de l’enculade sauce LeGrasAuLly qui n’allait pas tarder.

Quel colossal connard !

 

– Vous mesurez bien les conséquences, Monsieur LeGrasAuLly ?
– Oui, Monsieur le Juge, mais je vois que je n’irais pas plus loin avec ce branleur de seconde zone devenu avocat parce qu’il a foiré médecine.
– Je vois… Alors énonçons les fait… Greffier…

Là, un tout petit homme sur ma droite, lissé du crâne, la bouche charnue tel un crapaud leva un papelard jaunâtre et annonça d’une voix fluette :
– L’accusé, Monsieur LeGrasAuLly, domicilié à Metz, a été appréhendé chez lui alors qu’il revenait d’une séance chez son psychologue, Monsieur Nougat. Il est accusé d’avoir démoli sa voiture, une Suzuki Swift, immatriculé dans les Vosges et ce à l’aide d’un parpaing. Selon M. Nougat, au cours de leur séance, il aurait en effet menacé plusieurs fois M. Nougat de s’attaquer à sa voiture. Des témoins assurent en outre avoir vu un homme, basket, pantalon noir et avec un maillot du Fc Metz au nom de Robert Pirès dont la description correspond à Monsieur LeGrasAuLly lorsqu’il a été appréhendé chez lui. Le parquet requiert une peine de prison de 3 mois ferme ainsi qu’une amende égale au prix de la voiture étant donné que la voiture de M. Nougat est désormais inutilisable. Il apparaît après examen d’un expert, qu’un seul coup de pierre a suffit à produire cet effet. L’expert, en effet, déclarera, ouvrez les guillemets : « Non, sérieux, c’est vraiment de la merde ces bagnoles », fermez les guillemets.

 

J’avoue, le coup du maillot ce n’était pas très malin…

 

– M. LeGrasAuLly, qu’avez-vous à dire pour votre défense ?
– Monsieur le Juge, j’avoue… le coup du maillot, ce n’était pas très malin…
– Et c’est tout ce que vous avez à dire ?
– Non, mais j’aimerais savoir combien de temps j’ai pour m’expliquer, parce que mon histoire est longue et vu que je sais faire deux plus deux… Je vois qu’il est presque midi et au vu de mes qualités d’observation, je comprends que vous n’avez pas eu ce corps en vous privant, je me trompe ? Alors je doute que vous m’écoutiez jusqu’au bout…

J’ai pris 6 mois.

Ça tombe bien, je devais vous parler du match contre Sochaux…

 

FC Sochaux-Montbéliard – FC Metz (10e journée).

 

En zonzon, il y a des types qui font vraiment peur… Mais ces têtes là… Je vous jure que j’ai du mal à les regarder dans les yeux.

 

Le match, je l’ai vu avec Hamid et Jean-pierre. Parce que oui, en prison, on n’a peut-être pas l’espace pour chier sans que votre co-détenu vous zyeute, mais au moins, on a BeIn. Je ne comprends vraiment pas ceux qui se plaignent de la télé en prison. Sérieusement, vous trouvez qu’on a l’air enviable, là, dans cette petite pièce avec la peinture qui s’écaille, nos baskets sans lacet et l’odeur de transpi qui accompagne les détenus qui ont peur d’aller à la douche ? Alors, vous excuserez la mauvaise foi dont je vais faire preuve au cours de ce match, mais au vu de ma situation, c’est dur de se la jouer façon réjouissance et tout le tralala lorsque, justement, on pue la transpi et qu’on sent la crasse moiteur qui enveloppe zizi et kiwis.

Alors on commence avec cette petite merde de bourgeoise de Chelsea, j’ai nommé Tati Angby qui a encore éclaboussé son slipon avec une frappe à l’arrachée de gueuse syphilitique. Ça ne veut rien dire mais qu’est ce que ça fait du bien ! Sérieusement, cadrer… Une fois… C’est possible pour toi ou pas ? Surtout que la gueuse de Chelsea a eu une autre occaz inratable. Suite à un raté de la défense adverse, il arme une frappe qui passe à côté de la cage. Sans doute son sac à main Gucci qui devait le perturber je pense, la pauvre la Tati Angby.

 

Savez-vous ce qu’il y a de plus inquiétant que la main de Hamid qui se pose sur votre cuisse ? Un supporter du FC Metz qui a misé vingt jizz sur cette putain d’équipe ! Je vois défiler la première mi-temps avec un constat alarmant : Putain, on dirait l’AsAnal ! Pas une passe propre. Pas un bon débordement. Du déchet technique comme dans les couches d’un EHPAD. J’ai passé des acads entières à saluer l’effort tactique de Tonton’Neti, et voilà qu’après un tour de culbuto, la grosse tanche enlève son masque et se change en Mamie Hinsch ! Vous savez quoi ? J’en ai marre de son discours « j’ai changé », « je suis plus calme », « quand je fais du yoga, mon bide me retombe sur le visage, c’est chaud ». Cette équipe a besoin de se reprendre, elle a besoin de rage, de panache. Elle s’en fiche que tu essuies la crasse de Holtz gentiment. Il fallait l’emplâtrer ce luxo-bobo ! On est qui nous, bordel ? Hein ? Des putains de barbares du clan de Steinhoff ! C’est ça qu’on veut voir ! Ils sont où les coups de physique de Boye ? Jean-Pierre a sorti la meilleure réplique : « Bordel ! Il y a deux matchs de cela, j’avais un guerrier Massaï en face de moi, à présent, on dirait un putain de Kirikou ! »

 

La deuxième mi-temps redémarre et vous savez quoi ? Façon encoprésie, le FC Metz en tenait une bonne ! C’était un festival du n’importe quoi ! Au sommet de la pyramide fécale, on retrouve notre spaetzle notoire ! Alexandre OUKIDJA ! Mais j’y reviendrais… Toi, je ne vais certainement pas te louper…

Quand je suis retourné à ma cellule, mon co-détenu, un mastard de presque deux mètres, que je remercie de n’être que peu intéressé par mes fesses flasques, m’a demandé qu’est ce qui s’était passé. Je lui ai raconté, comme ce qui va suivre, et je vous jure qu’en le racontant, j’ai réalisé quel match de merde on avait traversé :
« – Bah on a gagné et on méritait de gagner parce qu’en face ils n’ont pas fait un tir cadré. Mais notre défense était à chier, nos milieux absents. Fini les une-deux, le beau jeu vers l’avant. On a marqué un but grâce à un exploit individuel de Boulaya et une faute débile sur Delaine qui a offert un penalty. Mais surtout, on a échappé à deux penaltys indiscutables… On a pris le feu avec une équipe qui jouait à dix, et notre goal… NOTRE GOAL BORDEL ! Mais j’y reviendrais… Je te jure que je ne vais pas le louper lui ! »

 

Il m’a regardé, avec ses beaux yeux noirs injecté de sang et de testostérone, et il m’a demandé si c’était aussi moche que ça.
« – Bah, le match, on méritait de le gagner. Sérieusement quoi, pas une frappe cadrée. Nos seules frayeurs, c’était surtout des erreurs messines. On a été les fossoyeurs d’une belle victoire comme les artisans d’un fiasco retentissant… Terrible…
– … De quoi ?
– Je ne sais pas comment te le dire autrement. »

 

La Metz Que Des Notes :

Oukidja (-5/5) :
Le fœtus, dans ses premiers mois n’a pas un cerveau très développé. Quelques capacités de préhension lui permettent tout de même d’ouvrir ou fermer le poing. Il n’a pas encore d’odorat. Une ouïe qui commence à se connecter avec les deux, trois neurones qui s’agitent. Des gonades qui sont en mode « stand-by » en attente de migration. Bah Alexandre, si tu étais un fœtus, je t’aurais dit : Franchement, tu as fait un match moyen, mais je comprends… Mais là, sérieusement… Tu es un homme, non ? Je vois une barbe fournie, un short moulant qui laisse deviner des testicules. Tu as l’ouïe, l’odorat, la vue… ALORS C’ETAIT QUOI CE MATCH DE MERDE BORDEL ?? Sérieusement, pas une action où tu ne m’as pas donné envie de me faire une Redouane Faid et de venir en face te dire ce que je pense de ta personne ! Passer à ce point à côté de son match, c’est de l’ordre du cirque organisé ! Pas possible autrement ! Entre ta foireuse relance à la main que tu as fait maquillée en agression de rue, ton manque de communication avec ta défense, tes prises de décisions au ralenti et ta première sortie hasardeuse façon castor junior hors de son terrier, c’était catastrophe sur caca-strophe ! Je te jure que tu as fait l’unanimité ici en prison, il a deux trois juteuses qui serait ravi de faire ta connaissance ! On a l’œil sur ton petit cul à présent, torche-nous encore un match comme celui-ci et je te jure que tu vas finir avec une jupe façon Beecher dans Oz, baltringue va !

 

Bientôt Oukidja. Très bientôt…

 

… Pfiou… Trop énervé pour la suite. Ce sera donc très laconique.

Boye (0/5) :
A chier.

Fofana (1/5) :
Caca.

Delaine (3/5) :
Un centre ça se cadre putain !

Rivierez (-4/5) :
CSC. Nul dans tous les autres compartiments du jeu. Tu as de la chance qu’Oukidja m’a épuisé. La prochaine fois, je t’aurais !

Cohade (1/5) :
Gonade sur la tête. A perdu les deux qu’il avait en bas.

Tati Angby (1/5) :
A Chelsea, tu étais une reine. Ici, tu ne vaux plus tripette !

Boulaya (5/5) :
Tu retrouves des jambes. J’aime ça. Ta frappe m’a presque poussé à accepter les avances de Hamid…

N’Guette (4/5) :
MOMENT D’ANTHOLOGIE ! Bonne défense, bonne relance. Un poil trop lent. En vrai, tu valais 3/5, mais j’avais envie de te mettre en avant pour une fois.

Diallo (3/5) :
Bonne vitesse balle au pied, percussion, puissance. Il t’a juste manqué ce culot que tu as depuis le début de saison.

Les remplaçants (D’habitude, je ne le fais jamais, mais là, il y en a un que je ne veux pas louper non plus).

Balliù ( ?/5) :
M’en fous, c’est pas de lui que je veux parler.

Niane ( ?/5) :
M’en fous aussi.

Riviere (-3/5) :
Espèce de vieille perruche moisie ! Ça vient chez nous, touche son salaire, et chie sur notre gang ! On va te traquer avec mes potes. Ton lob de bâtard n’est toujours pas passé !

 

La conclu du barbu :

Ma copine n’est pas venue me voir. Pas une fois. Ma vie s’est arrêtée, comme ça. Mon codétenu a choppé un harmonica et essaye d’apprendre le blues, mais j’ai beau lui expliquer que « Le lac du Connemara », ça ne sonne pas vraiment blusies-mélancolies, ces 110 kilos de muscles m’expriment subtilement que c’est moi qui dois être dans l’erreur.
La vie en prison est faite de challenge illusoire. On le sait tous, ça. Par exemple, manger sainement est un défi perdu d’avance, on le sait. De même, s’empêcher de rire pour conserver ses dents lorsque son codétenu d’un mètre quatre-vingt-quinze vous demande en zozotant : « Zérieux, tu zens le vieux zlip ! », c’est fichu depuis belle lurette. On le sait tous, ça aussi.
Je ne sais pas combien de temps j’arriverais à tenir. Mon caractère de fouille merde n’est pas fait pour être au contact de mastard sans z’umour comme lui…
C’est comme pour mon Fc Metz, c’est bien beau de trôner sur le toit de la Ligue 2, mais si vous n’agissez pas comme des rois, on va vite vous confondre avec des bouffons !

 

Et puis j’en ai marre.

 

A suivre…

LeGrasAuLLy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.