Strasbourg – Rennes (2-1) : La Verdam Mi! Académie reprend espoir

Toutes les blagues sur le patronyme de notre attaquant vedette du jour ont été évacuées dans cette acad’, afin qu’elles restent par la suite dans l’oubli. Nous vous demanderons de ne pas les applaudir.

Après la trêve internationale qui a dû permettre au staff de revoir plusieurs fois le match contre Troyes, petits veinards que vous êtes, nous revoici à l’approche de la réception de Rennes.

Bon, de toute façon, peu importe qui vient à la Meinau, on n’a pas vraiment la possibilité de choisir nos matchs, donc là, faudrait penser à prendre trois points, parce que la situation au classement n’est pas vraiment folichonne. En plus, dans ce qui ressemble à un test quant au moral des troupes, on va accueillir deux fois le PSG en décembre, puisque c’est contre eux qu’on est tombé en Coupe Moustache (d’où on peut déduire que visiblement le père Keller ne pèse pas assez pour nous sortir une petite roublardise à base de boules chaudes ; ou alors qu’il se dit que deux gros matchs d’affilée de Kenny Lala à quelque semaines du mercato est le meilleur moyen de recevoir une bonne offre à 100 patates le premier janvier, inch’allah).

Quelques petits mots sur l’équipe alignée tout de même.

Tout d’abord, notons l’absence de nos deux attaquants, suspendus. C’est-à-dire que c’est un peu la tuile. S’il y a bien un truc qui allait en ce moment, c’était l’entente devant. Donc de se retrouver avec deux joueurs dont c’est la première titularisation de la saison en championnat, avec des profils différents des deux titulaires habituels, c’est pas forcément l’idée qui me réjouit le plus. Mais bon, à eux d’en profiter pour se montrer. En l’occurrence, Stéphane Hadoken et Blayac remplacent Da Costa et Terrier ; ce qui confirme qu’ Idriss Saadi est bien devenu le cinquième voire sixième choix du coach, et là c’est toute les supporteurs du onze anal qui sont en détresse.

A noter également, à la stupeur générale, le retour de Kader Mangane dans le groupe, ancien capitaine et également joueur de football à ses heures perdues. Alors là je cache pas que toute l’équipe de la Verdam mi! (et ça, ça en fait du monde) était aux abois pendant quelques jours, jusqu’à ce que la compo officielle tombe… Et…(vous pouvez vous imaginer Titi Laurey, avec sa bonne petite bouille, nous faire un petit roulement de tambour)… Dieu merci il reste sur le banc ! On connaît le côté farceur du coach, donc on a eu peur, mais on suppose qu’il est préservé en vue du match des supers-vétérans lundi, ce qui ma foi, fournit une explication satisfaisante.

Sinon on s’appuie sur la continuité, même schéma, même défense et même milieu que pour les matchs précédents, avec Liénard de retour de suspension, ce qui, sans vouloir spoiler, aura son importance. On se retrouve donc avec l’équipe suivante, si mes progrès en informatique me permettent d’afficher correctement une compo :

Le match :

Je dois bien avouer que j’ai pas grand-chose à dire. Juste que c’était pas mal, pas mal du tout. En gros, c’était assez maîtrisé.

Une première mi-temps avec de l’intensité, de la volonté de presser, de l’engagement, des duels gagnés, mais aussi une envie de ressortir les ballons calmement, ou alors de s’appuyer sur les percussions d’Ernest Seka. Je sais, dit comme ça, ça ressemble pas vraiment à la meilleure tactique possible, mais il commence à me plaire dans son couloir. En face on avait quand même le droit à une opposition de qualité, ce qui donne un match équilibré, et pas si déplaisant que ça, sans trop de déchet.

Le grand moment de cette première période est sans nul doute l’action du match, à la 28e minute : un combo touche-longue-directement-dans-la-surface-duel-aérien-perdu-par-nos-attaquants-deuxième-ballon-sur-Seka-frappe-dégueulasse-de-35-mètres-qui-atterrit-dans-les-pieds-de-Blayac-peut-être-hors-jeu-qui-nous-gratifie-d’un-bel-enchaînement-contrôle-frappe, et voilà l’ouverture du score !

Le fait de mener nous donne encore plus de confiance, on domine plutôt la fin de première période, et on se crée même une énorme occasion, avec Stéphane Shoryuken, qui décidément manque un tantinet de sang-froid quand il est seul à cinq mètres du but. Oui, ça peut s’avérer gênant quand on joue en pointe, je ne vous le cache pas.

1-0 à la mi-temps, c’est plutôt encourageant, mais on sait qu’on a du mal à tenir un résultat, et les quelques occasions ratées sont là pour nous rappeler qu’on a encore plus de mal à mener par deux buts d’écart (c’est arrivé deux fois, pour nos deux seules victoires de la saison, je dis ça, je veux pas donner l’impression de pointer du doigt un problème). L’entame de deuxième période, sans être catastrophique, montre surtout que les Rennais reviennent bien dans la partie : dès la 48e minute, Hunou il me semble (oooooh ça va, on me demande de regarder le Racing hein, les Rennais devant y en avait plusieurs qui avaient des têtes de gamins et des maillots rouges, vous aussi vous les auriez confondus) frappe sur la barre au bout d’une contre-attaque. On se demande d’ailleurs comment il peut trouver le temps d’armer son tir avec le retour de Bakary Koné qui trottine tranquillement derrière lui.

Le premier quart d’heure du deuxième acte n’est donc pas vraiment la période la mieux maîtrisée de notre part, mais Amalfitano va nous rendre un bon coup de pouce à l’heure de jeu en se faisant exclure pour un tacle de rageux par derrière, qui m’a rappelé les plus belles heures de l’arbitrage maison en district. Malheureusement pour lui, c’était un arbitre officiel, et il n’a pas vraiment hésité à sortir le rouge direct, ne serait-ce que pour une raison simple : ici t’es à la Meinau mon grand, et pas touche à notre Liénard, non mais, et puis quoi encore !

Après tout de suite c’est plus simple, on affiche une capacité à gérer en faisant tourner qui me convient assez. Et, à la 82e, Liénard se rappelant qu’il fait plutôt un bon match mais qu’il n’a pas encore pensé à marcher sur la défense adverse, décide de remonter le terrain tout seul comme un grand et de déposer un amour de petit centre enroulé sur la tête de Stéphane Hokuto no ken, qui marque !

On trouve tout de même le moyen d’encaisser un but avant la fin du match, par Hunou (et là j’en suis sûr) parce que bon, ça sert à quoi la différence de buts pour un maintien ? Le match se termine sur cette victoire 2-1, une satisfaction ! Le contenu était bon, les deux attaquants ont marqué leur premier but de la saison, et on s’accroche au classement.

 

Les notes :

Kamara : 4/5
Premier vrai bon match de la saison. Il dévie légèrement la frappe sur la barre à la 48e minute, et a capté à peu près tout ce qui est venu dans sa surface le reste du temps. Faudrait que je revois le but, mais je crois qu’il y est pour rien. Et même si c’est le cas, allez on s’en cogne, garde ton 4 on a gagné.

Koné : 2/5
Donc c’est à ça que ça ressemble quand il fait un bon match. Propre dans la relance, quelques duels gagnés… Faut quand même éviter de le laisser en un contre un. Il dégage une impression de tranquillité très troublante quand on sait qu’il n’a absolument aucune idée de ce qu’il est en train de faire.

Salmier : 4/5
Voilà. C’était bien. Tout simplement.

Seka : 3/5
De plus en plus à l’aise, on voit qu’il donne tout ce qu’il a pour compenser le fait que c’est pas son meilleur poste, et ça me plaît. J’aime beaucoup quand il s’enflamme et tente des petits dribbles qui ne passent pas du tout, t’as raison Ernest, yolo.

Lala : 3/5
A nettement plus de mal qu’il y a quelques semaines, on le voit beaucoup moins. Ce qui fait qu’il est descendu de son piédestal pour devenir un simple « bon » joueur de Ligue 1. Si tu veux vraiment me faire plaisir, refais-moi un match où tu bouffes tout ce qui passe de près ou de loin dans ton couloir avant de partir en Premier League, allez, s’il-te-plaît. Contre Saint-Etienne si je suis sage cette semaine ?

Aholou : 4/5
Possède comme capacité spéciale un petit crochet avec une accélération fulgurante sur deux mètres, et je peux vous dire que c’est super efficace ! On a retrouvé le patron au milieu.

Gonçalves : 4/5
J’ai pas suivi quand t’es sorti, mais j’espère que c’est pas grave, parce que tu me plais de plus en plus.

Liénard : 5/5
Ça me semble important de montrer clairement qui est le chouchou. Déjà afin d’illustrer cette aura, c’est le seul nom de joueur que mon correcteur d’orthographe ne souligne pas. Il le respecte, et s’il continue les matchs comme ça, toute la Ligue 1 Conforama (putain, mais comment briser tout le caractère épique d’une compétition sportive quoi) le respectera tout autant.

Martin : 2/5
C’est pas terrible. Peut mieux faire. Peut être que c’est simplement qu’il faisait la boude parce que ses copains Martin et Nuno étaient punis et n’avaient pas le droit de sortir.

Bahoken : 4/5
Une très bonne première mi-temps, où il a fait de nombreux appels et a beaucoup pressé, il baisse un peu le pied en deuxième, mais marque, donc c’est difficile de lui en vouloir. Enfin, faut pas trop s’attarder sur ce qu’il rate devant le but juste avant la mi-temps, mais restons positifs : on a gagné !

Blayac : 3/5
Moins actif et dangereux que son collègue de devant, il n’a quand même pas démérité, s’est battu au pressing, et a même marqué. C’est plutôt encourageant.

Passons rapidement sur les remplaçants (ce n’est pas sale), qui n’aurons pas fait l’entrée du siècle. Grimm, Sacko et Saadi, on attend un peu plus de vous.

Un match encourageant, à confirmer dès vendredi prochain contre St-Etienne !

Leonard Speck

Leonard Speck

6 Comments

  1. Je trouve que Koné prend beaucoup pour lui alors que je le trouve être le seul défenseur central compétent en ce début de saison. (Je ne vais pas mentionner Mangane, vous penseriez que je me moque de vous)

    • Il faut reconnaître qu’il fait de meilleures prestations depuis quelques semaines, (je n’ai pas encore eu le temps d’écrire sur le match de St Etienne, mais c’était surement son meilleur jusque là), mais il a quand même de sacré lacunes… Après, à lui de me montrer qu’il peut continuer sur cette lancée ! Je reconnais aussi que ce type de défenseur central, bon à la relance et jouant sur l’anticipation, mais affreusement lent et manquant d’agressivité, c’est pas du tout ma tasse de thé, je préfère un stoppeur bien nerveux, avec lequel t’es sur que rien ne passe. Après les goûts et les couleurs… (Effectivement, déjà que je tente tant bien que mal d’oublier Mangane, vous seriez un amour de ne pas me rapeller son cas)

      • Je retire ce que j’ai dit, ce soir contre Caen il m’a rendu dingue; je riais nerveusement à chacune de ses interventions.

        • C’est vrai ? Parce que j’ai trouvé la performance de ma doublette de rêve pas si mal contre Caen! (mais après c’est sur que ça respire pas du tout la confiance, là je suis parfaitement d’accord) J’espère juste que les deux dribbles dans la surface avant de relancer c’était un one night only, ça vaut mieux pour tout le monde ;)

  2. C’est bien Hunou qui frappe sur la barre, petite astuce toute simple : tu peux te fier au nom sur le maillot. Sinon pour tempérer un peu l’enthousiasme, vu les joueurs qu’on alignait en attaque il est fort possible que votre défense soit assez nulle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.