Vorskla Poltava – Arsenal (0-3) : La Gunners Academy livre ses notes

Paul, ta valise !

Salut à tous, sauf à ceux qui ne sont pas encore qualifiés pour le second tour en Coupe d’Europe.

Nous voici de retour, après deux semaines de trêve internationale marquée notamment par la victoire de la bande à Xhaka sur l’équipe pratiquant le plus beau jeu de tout le Bras d’Orion (mais qui n’est pas championne de ce monde si tristement pragmatique qu’est la Terre). Si le football de niveau district de Genlis un lendemain de manif des gilets jaunes, exécuté par des joueurs à l’esprit embrumé pour cause d’after chargé au PMU de Fauverney, vous avait manqué, ne vous inquiétez pas, la Ligue Europa est de retour.

Le match qui nous intéresse devait avoir lieu à Poltava, charmante bourgade à l’Est de l’Ukraine, arrosée par la rivière qui donne son nom si terrible pour nos gosiers occidentaux à notre adversaire du soir. Manque de bol, la région étant considérée par Vladimir Poutine comme sa résidence secondaire, l’UEFA se dit que voir l’ami Vlad chasser l’ursidé sur le terrain en utilisant Julien Rochedy comme appât ferait mauvais genre et décide de déplacer la rencontre à Kiev.

NB : sportivement parlant, Poltava est ouverte aux partenariats avec d’autres pays que la Russie. Voici les images de la signature de l’entente sportive entre les représentants du club et le capo des Bad Gones.


ZE GAME :


Nos Gunners étant déjà qualifiés au coup d’envoi, Unai Emery décide de faire tourner en vue du North London Derby de ce week-end. Cech revient dans les buts, Aaron est titulaire au milieu, Jenkinson tente de dissimuler son emploi fictif et un trident Willock-Nketiah-Smith Rowe est aligné devant.

Face à un adversaire pourtant rentré sur le terrain avec le seul espoir d’un trépas rapide et sans souffrances, Arsenal trouve le moyen de se faire une frayeur d’entrée, avec une combinaison sur coup-franc de Poltava qui permet à Kolomiyets de tenter sa chance seul face à Cech. Toutefois, vu la trajectoire de la frappe, l’Ukrainien inquiètera davantage les avions de la Malaysian Airlines que le portier d’Arsenal. 

Arsenal finit malgré tout par boucler l’affaire en une mi-temps. D’abord sur une combinaison entre Nketiah et Ramsey aux abords de la surface. L’Anglais oublie cependant le ballon une fois arrivé aux six-mètres mais le cuir parvient à Smith-Rowe, qui ouvre le score dans le but vide (0-1, 10e). 

Un quart d’heure plus tard, le même Smith-Rowe hérite du ballon dans un couloir gauche plus désert que l’espace entre les deux oreilles d’Oxlade-Chamberlain. Emile a donc tout le temps de s’avancer et de servir Ramsey en pleine surface, lequel est le premier surpris du tacle débile de Perduta sous le nez de l’arbitre et se laisse donc gentiment tomber pour assurer le coup. Avant de transformer la sentence lui-même (0-2, 26e). 

La rencontre est définitivement clôturée à cinq minutes de la pause, quand Elneny récupère un ballon aux quarante mètres et lance Willock. Encore une fois, Joe a tout le temps de s’avancer jusqu’à l’entrée de la surface et de décocher une frappe enroulée au ras du poteau. Le gardien a beau plonger tout Shust, le ballon finit au fond des filets (0-3, 40e). 

Pas grand-chose à signaler au cours de la seconde période, si ce n’est un but (logiquement) refusé à Smith-Rowe. Arsenal se contente de gérer son avantage en ronronnant face à une équipe ukrainienne exsangue, histoire d’assurer la première place du groupe sans risques de blessures avant de fumer Tottenham dimanche.


ZE BÂCHES :


Cech (3+/5) : Reprise en douceur pour le capitaine, qui n’a eu qu’un seul arrêt à effectuer de toute la rencontre, mais s’en est acquitté de manière convaincante.

Lichtsteiner (3/5) : Vous croyiez vraiment qu’un mec avec son expérience et son vice allait se laisser marcher dessus par le premier random brésilien venu ? Moi non plus.

Jenkinson (3-/5) : Carl continue d’avoir la carrière rêvée pour tout Gooner qui se respecte. Je l’ai toutefois trouvé moins inquiétant dans l’axe. Peut-être parce qu’il jouait en Ukraine, allez savoir.

Holding (3+/5) : Encore une prestation solide pour le minot, toutefois ternie par un carton jaune inutile qui le privera du dernier match de poule. Pas sûr que ça l’empêche de dormir, cela dit. Remplacé par Medley (non noté), qui a pu faire admirer une technique appréciable en fin de match.

Maitland-Niles (3-/5) : Bon match de sa part, mais j’aurais aimé le voir plus participer au jeu offensif. Surtout qu’il a plus l’habitude de l’équipe première que la majorité de ses partenaires du soir.

Elneny (2+/5) : Encore un match discret du Pharaon, même si une de ses récupérations est à l’origine du troisième but. Momo a compris que Lucas et Mattéo sont passés devant lui dans la hiérarchie et semble mal le vivre. 

Guendouzi (3+/5) : Même en jouant une main dans le slip, il arrive à montrer qu’il en a plus sous le capot qu’une bonne partie de nos titulaires habituels. Remplacé par Gilmour, qui s’est mis en valeur sur nos dernières actions.

Ramsey (4/5) : Aaron ce soir, c’était le triple redoublant au collège que tu affrontais parfois en EPS. Le mec qui n’a rien à faire là, mais qui prends quand même un malin plaisir à bolosser les mômes qui osent se mesurer à lui. Remplacé par Saka, dont je me suis juré d’attendre le prochain match pour faire des jeux de mots avec son nom.

Willock (4/5) : Vous l’aviez aimé en milieu relayeur l’an dernier en Ligue Europa ? Découvrez-le en ailier intenable et décisif. On le reverra forcément en championnat pendant les fêtes.

Smith-Rowe (4/5) : Lui aussi laisse présager de très belles choses. Ses vis-à-vis ukrainiens le cherchent encore dans leur dos trois jours après le match.

Nketiah (2/5) : Il voulait marquer et ça s’est (beaucoup) (trop) vu, surtout en deuxième mi-temps où il a croqué des occasions en or, par excès d’individualisme. J’imagine qu’Unai a dû lui faire passer un petit message à 120 décibels une fois de retour dans les vestiaires.


IF NOTE : 


  • Ramsey a marqué et ça n’a évidemment pas raté, on a appris le décès de l’ancien président américain George Bush (le Papa, pas le Mongolien) vendredi dernier. J’ose pas imaginer l’état du monde s’il rentre et plante un doublé dans le derby.
  • Puisqu’on parle d’Aaron, une interview très intéressante du Secret F… de Dave Kitson est parue cette semaine. L’ancien Potter revient notamment sur les circonstances qui ont mené au tacle de Shawcross (Pulis, enculé).
  • Vous l’avez probablement déjà vue, mais cette vidéo de nos deux anciens gardiens polonais mérite quand même un coup d’oeil. 
  • Soulignons la classe du club, qui a contacté chacun de nos Away Fans qui avaient prévu de se rendre à Poltava pour s’assurer qu’ils étaient au courant que le match avait été déplacé. 
  • Enfin, la Team Horsjeu est mobilisée pour le Téléthon et dès vendredi, vous aurez le droit à votre dose de lives improbables. Ce sera par .

Sur ce, bise sur vous, donnez et à la prochaine.

Johny Kreuz

Johny Kreuz

J'ai autant de clubs de cœur qu'Alex Oxlade-Chamberlain a de neurones. Seul supporter non-basque de Bilbao et Cazorliste convaincu.

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.