La Bianconero Académie vous raconte son été


Ciàu ragazz’,

Difficile de commencer par le traditianal « salut les zèbres » puisque l’équipementier du club, en accord avec la direction et les actionnaires, ces fils de pute, a décidé de pisser à la gueule de 122 ans d’histoire à rayure en nous pondant un maillot dégueulasse. Une sorte de malabar bi-(mauvais)goût avec une bande rose au milieu. Et même pas le rose originel, non. Le résultat final donne envie de tremper son sexe dans un seau d’acide chlorhydrique, et le maillot extérieur fait à peu près le même effet.

Parenthèse mode refermée, on va discutailler un peu de ce qu’il s’est passé dans la capitale du Piémont depuis la fin de la Serie A et l’inévitable huitième scudetto d’affilée.

LE CHANGEMENT (et le cancer du poumon) C’EST MAINTENANT

On a donc perdu Max Allegri. Il n’a pas survécu à la fronde menée par quelques twittos influents qui en avaient marre de gagner (sauf en Champion’s). En vérité, l’homme est arrivé au bout d’un cycle et on sait tous que l’élimination en quart de finale contre l’Ajax a scellé son destin. Il n’empêche que Max restera dans les annales du club comme l’un des tous meilleurs mister, seulement surpassé par le Trap’ (le plus grand sans l’ombre d’un doute) et Lippi. Bon vent Max, j’ai dans l’idée que ton année sabbatique te fera le plus grand bien et que tu tarderas pas à reprendre une équipe de foot, ou bien l’Inter mais je pense que tu as du goût contrairement à l’autre sac à merde d’ex-chauve dopé (bon OK ça c’est chez nous) homophobe catholique intégriste de turbo droite et bouilleur d’enfants, j’ai nommé Antonio Conte.

Tiens, un homme de merde !


Il a donc fallu chercher un remplaçant à Max. On a vu une palanquée de noms circuler. Des plus sexy à Jouzé, on a entendu un paquet de conneries disons-le franchement. Bon, pas non plus du Garcia ou du Génésio hein, mais en gros à peu près tout le monde a vu son nom associé à la Vieille Dame à un moment où un autre. On a parlé avec insistance de Pep (pas Génésio, faut suivre un peu bordel) et autant vous dire que ça nous a bien fait rire à la Bianconero Académie. Non parce que si le profil du club correspond bien à la philosophie du bonhomme (club d’ultra riches qui lui permet de s’acheter tous les joueurs hors de prix dont il a besoin pour mettre en place son football révolutionnaire qui lui fait gagner le championnat chaque année mais pas plus), on le voyait mal partir de City avec son salaire à 20M£ par an. D’autant plus qu’on gagnerait le championnat tous les ans même sans entraîneur.

Du coup, on s’est remis à cloper. Je veux dire en dehors de l’ivresse. Et plutôt soixante fois qu’une. L’homme qui traitait Mancini de pédé, l’homme qui crachait à la gueule de la Juve, l’homme qui fumait soixante cigarettes par jour donc, mais surtout l’homme qui a dû partir du Napoli pour enfin gagner (comme tout le monde), l’homme qu’on appelle Maurizio Sarri a été nommé à la tête de la Vieille Dame. On attendra avant de le juger. Enfin on attendra la deuxième journée, puisqu’on y affronte le Napoli. Allez, on attendra un peu plus. Mais on y manquera pas. Parce qu’il nous a sacrément chié dans les bottes cet enfoiré. Alors il a pas intérêt à se rater.

Pas dans ce sens les clopes Maurizio.



Et les joueurs dans tout ça ?

Et ben on a démarré fort, comme un puceau qui s’est tapé des tutos de préliminaires pendant tout l’hiver et qui arrive au camping de Bourg-la-Reine le 5 juillet avec une banane remplie de capotes pour éjaculateurs précoces. Puis le marché s’est calmé. Puis c’est carrément parti en couilles et pour tout vous dire, à l’heure tardive où j’écris ses lignes les veines pleines de vin, ça pue un peu la merde. Devant surtout. J’y reviens plus bas. Faisons un bilan ligne par ligne, à la mode de l’Académie Française du sexy mais néanmoins abordable Didier Décampe.


Le derrière du derrière

PERIN sur le départ (même si on sait pas où), on a récupéré BUFFON après une année en Erasmus à Paris. S’il a validé ses semestres, il peut toujours courir pour la mention Européenne. Pour espérer l’accrocher, il lui aura fallu revenir au pays de l’eurosceptique Salvini (pezzo di merda comme on dit). Douce ironie.

Mieux que two girls one cup , Due merde, una tartina.


Le derrière

Georges n’étant pas éternel, et ce bel homme de Barzagli étant désormais retraité, il fallait lancer les grandes manœuvres et sortir les myions. On a commencé par DEMIRAL en provenance de Sassuolo. D’abord envisagé comme une vulgaire monnaie d’échange ou comme une plus-value facile, il semble qu’il ait carrément convaincu Sarri puisqu’on a dit au Milan d’aller se faire cuire une partie du corps au choix alors qu’il était chaud comme une bunga-bunguette pour le recruter. Excellente surprise qui poussera Bonucci sur le banc (ou sous un tram’ à vrai dire on s’en fout) en tout cas on se le souhaite. Le gros morceau, c’est DE LIGT. Enfin c’est surtout son agent. Mais comme c’est le jeune néerlandais qui jouera pour nos couleurs on va se concentrer sur lui. Un gros paquet de myons et une négociation infinie avec Mino plus tard, Matthijs est bel et bien bianconero. Chialez, dopés catalans et richards parigots. Il n’a pas pu choisir entre la richesse et le dopage institutionnalisé, alors il a choisi les deux. Sans rancune. Ou bien avec, faites ce que vous voulez on n’en a rien à foutre.

Cette vidéo n’a pas pris une ride.


PELLEGRINI est arrivé de la Roma comme un pari d’avenir mais l’avenir risque d’être bien plus immédiat que ce qu’on pourrait imaginer, bien qu’on parle d’un éventuel prêt à Cagliari. Mais si ALEX SANDRINE continue avec son niveau abyssanal, on risque de voir Luca assez rapidement. Il existe toutefois une lueur d’espoir pour le Brésilien. L’arrivée de son poto, ex-partenaire à Porto et centreur au troisième poteau, le beau DANILO. Il pourrait raviver la flamme du football en lui. Ou bien dans trois mois on appellera Danilo « Danila » en chantant Elmer Food Beat à tue-tête. On verra.

CANCELO quand à lui a fait le chemin inverse et va faire les beaux jours des Citizens puisqu’il n’est pas nécessaire de bien savoir défendre pour s’épanouir en Premier League. Enfin, la SPINAZZOLE a fait partie du deal avec la Roma pour Pellegrini, bon vent à elle.


Le milieu

Dans le milieu, on aime bien ce qui est gratos. Non pas qu’on soit pingres, mais disons qu’on a une réputation à tenir. Ça n’a donc étonné personne que l’on signe RAMSEY à paramètre zéro au printemps. On y a pris goût aux milieux de terrain gratuits, alors on s’est dit que ma foi on pouvait couper l’herbe sous le pied d’un paquet de clubs (et ainsi faire grimper notre côte de haine) en signant RABIOT dans les mêmes circonstances. Par chance, elle a accepté que son fils fasse partie du deal. Fait gaffe Adrien, la mère ça transforme le vin en vinaigre. Côté départ, STURARO a été transféré définitivement au Genoa, mais au fond je crois que tout le monde s’en fout. On espère que KHEDIRA ira faire montre de son talent (non) ailleurs parce que franchement on est à bout à la Bianconero Académie.


Pas encore au point sur le salut fasciste de merde la Véro.


Le devant

C’est là que ça se complique. Si on a enregistré le retour de HIGUAIN après un prêt tout pourri dans un club tout pourri (ce qui lui a tout de même permis d’ajouter une C3 à son palmarès), c’est l’arbre qui cache la forêt. Et peu importe le tour de taille de l’arbre, on la voit bien derrière. MANDZUKIC, l’amour de ma vie, devrait partir mais on sait pas encore où. J’essaierai de continuer à vous donner de ses nouvelles mais rien ne sera plus jamais comme avant. Le beau MOÏSE KEAN s’en est allé sur les bords de la Mersey, mais il a choisi d’aller dans le club où l’on ne gagne rien. Bon vent mec, ta célébration face à la Curva Mussolini de Cagliari restera le plus beau geste de la saison passée.

On ne sait pas si DYBALA sera encore un joueur de la Juve au moment où vous lirez ces lignes. Annoncé un temps à Manchester United, ses prétentions salariales, son souhait d’avoir la mainmise sur son droit à l’image et la prime délirante que demande son agent ont fini par avoir raison de l’envie diabolique de le voir peindre ses arabesques du côté du Vieux Trafford. Tottenham est entré dans la danse et a offert 70 myions pour Paulo. Offre acceptée, le joueur devait encore se mettre d’accord avec les Spurs alors que nous entamions le deadline day du marché anglais. On espère qu’il n’y est pas arrivé et qu’il va rester (OUI). Il a dû se passer quelque chose en coulisses parce que maintenant qu’on a un mister capable de bien le faire jouer, ça semble incompréhensible de s’en séparer. En clair, la fille (ou le fils) de qui Paulo a-t-il baisé ?

update post deadline day : Sarri a dit au board que s’il avait 70M de dispo, il recruterait Dybala. Fin du feuilleton donc. Paulo reste, même si Proutmercato et l’Abyss Sport vous diront le contraire.



COMMENT ON VA JOUER

Vraisemblablement à onze, dont dix exclusivement au pied.

Vous pensiez quand-même pas qu’on allait parler tactique ? Je laisserai le bel Alessio Tachycardie le faire. Il est meilleur que nous tous.



LES AMBITIONS

Gagner toutes les compétitions dans lesquelles nous sommes engagés. Quelle sous-partie à la con…

Voilà mes ragazz’, le décor est planté. Vous n’en savez pas plus qu’avant d’avoir lu cet article, mais vous n’étiez pas venus pour ça alors ça va. Suivez de près les stagiaires d’été qui sont super sympas (sauf un) pour les dernières infos mercato et pour des jeux de mots d’une qualité esseptionnelle.

Pour le reste, vous retrouverez la Bianconero Académie dès la première journée contre Parme, le 24 août.


FINO ANAL FINE.

Roberto Bettégras

Gérontophile lubrico-bakouniniste.

7 commentaires

  1. En voilà un qui chôme pas et qui académise même pendant la trêve estivale !
    Ah et si vous pouviez rafler le titre encore une fois, ça arrangerait tout le monde … pas envie que les interistes se reprennent encore pour les meilleurs du monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.