Porto Guimarães (2-3) La Dragão académie se fait routourner

Comme à Fukushima, tout allait bien car on avait prévu de résister à un tremblement de terre ou à un raz de marée, mais pas les deux en même temps…

 

Bom Dia,

Aujourd’hui, c’est un moment important de la saison.
Oui ce n’est que la troisième journée et ce n’est pas ça le point clé. Le point clé, c’est que le Benficaca reçoit déjà les Lézards et donc il faut en profiter pour prendre des points sur au moins un, voir sur les deux en cas de nul.


O Equipe :

 

Sergio, bien que mécontent de la dernière prestation, aligne pour la troisième fois la même équipe.

 

O Jogo :

 

On démarre le match en jouant haut dès la sixième avec Herrera qui déclenche à 20 mètres et voit Douglas claquer en corner. Quand Guimarães pose le pied sur le ballon, ils  déploient leur jeu et construisent en nous déplaçant, sans forcément partir en contre à deux cent à l’heure. On tente bien de combiner mais il faut attendre la vingtième pour que Felipe place une tête mais de nouveau Douglas, chaud bouillant, claque en corner. Le quadrillage du Vitoria ne nous permet pas de nous approcher mais on n’est absolument pas en danger. On pousse, Herrera trouve Maxi sur une superbe louche, l’Uruguayen remet à Aboubakar mais il est devancé alors que le but est vide.

Une minute après, Brahimi rentre dans le coeur du jeu, fait un une deux avec Aboubakar et déclenche la FOUDRE! 1-0 (37e).

Alors que le vitoria met plus de pression dans le jeu et physiquement, Telles dépose un bonbon sur la tête de Pereira qui claque une tête parfaite 2-0 (43e).

Le VAR valide le but alors que le hors-jeu semble clair sur l’image arrêtée, mais on en parlera plus tard. Sur l’engagement, Guimarães obtient un corner qu’on cafouille et André André manque de tromper Casillas mais ce n’est pas cadré. Avant la mi-temps Oliveira déclenche mais ça frôle le poteau de Douglas qui semblait battu.

Mi-Temps :

On a pris le temps mais notre maîtrise nous a donné un avantage construit et sans coup férir. Casillas a à peine pu se chauffer, mais Vitoria a des armes et il faut vite finir le travail. La magie de la VAR est partie en vrille et n’a pas fonctionné sur la mi-temps car le car régie n’avait pas les images et ne pouvait pas communiquer avec le central, d’où la validation du but. MA-GNI-FI-QUE !

Dès le début de la seconde période, Brahimi sort sur blessure et se fait remplacer par Corona pour une douleur à la cuisse. Le match est tranquille, Guiramãres tente de s’approcher mais on reste les plus dangereux notamment grâce à Aboubakar et Maxi. D’un coup, sur une montée de Maxí, Ola John se retrouve face à Oliveira qui se feinte seul et tacle comme un débile pour apparemment contrer un centre, mais il touche l’attaquant alors qu’il n’y avait aucun danger.

André André transforme le péno : 2-1 (63e).

On remet la marche avant avec un corner mais Leite ne cadre pas. Alors qu’on est endormi, Corona doit sortir pour Oliver car il s’est lui aussi blessé après vingt minutes.

On tente de pousser et sur un contre, Maxí se fait déposer par Hanin qui sert Tozé, laissé seul par Telles. Le sus-nommé flingue Casillas. 2-2 (77e).

Donc en vingt minutes on a réussi à perdre deux joueurs et prendre deux buts, dans un match ou les adversaires n’avaient pas cadrés une frappe. On est enfin pressant, on combine, mais les centres de Maxi ne sont pas coupés ou les frappes d’Oliveira ne sont pas cadrés.

Alors qu’on s’énerve, on passe plus de temps à gueuler sur l’arbitre qu’à se concentrer et sur une touche on n’est pas placé. Welthon joue en déviation pour Davidson-qui-ne-connaît-plus-personne. Celui-ci fait rugir son pied gauche pour fusiller Casillas. 2-3 (87e).

Torres tente le tout pour le tout dans les arrêts de jeu, mais il frappe sur Douglas qui derrière sort une tête de Marega sur la ligne et voit Pereira se jetter pour mettre la balle au dessus. Une minute plus tard, Herrera frappe, Douglas repousse sur le poteau et Maxi met la balle dans les nuage mais PUTAIN DE MERDE, on nous a jeté l’œil là, c’est pas possible !

 

 

O Resumo :

O Dragoes :

 

Casillas (2/5)

Rien à se reprocher , un peu comme le gars qui freine en arrivant sur un bouchon mais se fait tamponner derrière et éclate la caisse de devant : responsable mais pas coupable.

 

Maxi (3/5)

Il s’est dépouillé, au point de laisser nu son couloir amenant le pénalty.

 

Felipe (1+/5)

Mec, ta qualité c’est d’être un enculé de stoppeur qui physiquement impose la peur. Alors vite tu remets la tenue du Berserk et tu vires celle d’observateur de l’ONU.

 

Leite (2/5)

Oui tu es jeune, oui tu dois faire tes gammes, mais putain normalement faut contenir ta fougue, pas te voir gérer comme un sénateur.

 

Telles (3-/5)

Souffle le chaud avec sa passe sensuelle sur le second but, puis le froid en faisait un caca gate.

 

Herrera (3/5)

Il a bien tout tenté pour pousser, se projeter et prendre sa chance, mais quand ça veut pas…

 

Oliveira (2-/5)

De héros à zéro pour un péno, il s’est mis en tête du péno le plus débile de la saison dès la troisième journée, bravo.

 

Brahimi (3+/5)

Le seul qui crée danger et incertitude, claquant une merveilleuse frappe ouvrant le score, une blessure qui va nous faire du mal.

 

Otavio (2/5)

Il passe d’intermittent du spectacle à intermittent du chômage et inversement, donc parfois il fait des trucs.

 

Pereira (3/5)

Aurait pu être un héros à la Rui Pedro, ça va peut être lui permettre de faire carrière.

 

Aboubakar (1/5)

A un moment donné, il faut marquer mon grand.

Bouffeur de feuille

 

O Banco :

 

Corona (1/5)

Meilleurs action : sa blessure. On l’a vu, au moins.

Marega (2/5)

Entrée pour parader, se retrouva fort dépourvu quand le temps d’égaliser fut venu. T’as intérêt à vite retrouver ton niveau après tes conneries de faux départ et de pression.

Oliver (2+/5)

Sans doute sa meilleure entrée depuis un an, mais ce manque de réalisme fait penser à Gasquet au moment de gagner un match.

 

Remarque à la con :

 

Le VAR n’a pas fonctionné, les arbitres ne voulant pas s’expliquer ont laissé les dirigeants de Guimaraes exploser et les ont expulsé.

Mais un jour ça fera tous les miracles, sans doute au paradis comme pour les amis imaginaires.

 

Putain mais pourquoi je m’inflige ça

 

Merci @_impose  pour la mise en image de ce désastre

Si tu veux discuter ou suivre mes conneries, c’est possible sur TWITTER @franckhomer

beijos anal, Homerc

 

Homerc

Né un soir de mai 1987 devant une talonnade devenu mythique. Tranchant comme Couto, précis comme une trivela de Quaresma, Dingue comme Futre #Troll #Sexe #RockNRoll

5 commentaires

  1. Je pense que vous payez l’absence de GIF dans l’acad’ précédente. La saison est longue, vous avez encore le temps. Combien de temps l’indisponibilité de Brahimi ?

    • Au final une seule semaine, il est sorti en pensant à une déchirure mais c’était un coup.
      Par contre Corona pas date.
      Oui les dieux du football sont sensible sur ces détails

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.