Bastia – Rennes (2-0) : La Furiani Académie livre ses notes

Relégables oui, mais moins qu’avant

LE CONTEXTE

Après avoir fait une prestation de Tonton, le Sporting s’est fait avoir comme une Tata à Saint-Etienne en perdant sur un faible 1-0. De son côté, les Rennais se sont fait pulvériser l’urètre à domicile face à Montpellier qui leur en a passé 4. Même Lucas Barrios a marqué, c’est dire…

Ce sont donc deux équipes avec la taupe au guichet qui se présentent à Furiani.

Dès lors, pas besoin d’être devin pour sentir que ce match va davantage être un mélange en l’honneur de Franck Jurietti qu’un hommage à la finesse d’un Redondo. Ce match sent la sueur, la virilité et les petites boules noires de l’entre-couille.

En plus de ça, comme si ça ne suffisait pas de se faire violer chaque semaine sur le terrain, on apprend que notre bon président est mis en examen pour une affaire d’abus de biens sociaux. Une affaire que le juriste que je suis (et oui !) ne détaillera pas ici car on s’en bat les couilles. Une affaire qui concerne en grande partie des mouvements concernant des paris au PMU. Moi qui avais l’espoir caché de voir notre dirigeant être inquiété pour des affaires de prostitution, de drogue, ou bien d’organisation de trafic d’organes… La Corse, habituée à la surenchère, reste cette fois en dessous de nos amis continentaux qui ont raflé la mise quelques jours avant avec les matches truqués de L2 et les transferts à l’OM. Mais on se rattrapera, faites-nous confiance…

En résumé, on est dernier, notre président est mis en examen et on a Ongenda titulaire dans cette équipe… Putain, mais qu’est ce qui m’a pris de supporter le Sporting…

Et en plus de ça, on joue une équipe dans laquelle se sont distingués certains joueurs comme Yohan Bigné.

 

L’AVANT-MATCH

C’est souvent dans les moments les plus difficiles que l’on rigole le plus (et l’année en National en tribune est là pour le confirmer) donc forcément, l’avant-match est pour nous le seul moyen d’être un peu détendu. Parce qu’une fois le coup d’envoi donné, c’est plutôt soirée « anus recroquevillé » que l’orgie romaine.

Costil s’avance près de nous pour s’échauffer mais on est en manque d’inspiration. Il y en a bien un qui essaye de ressortir les classiques « Ta mère, c’est ton oncle » ou encore « Tu es abonné à Chasse & Gibier Magasine » mais non, ça veut pas le faire. Alors on ressort les vieux dossiers fondamentaux : Malika Meynard qui, à en croire les propos tenus ce soir-là en tout cas, a dû se prendre plusieurs dizaines de Tiges dans le Pancréas. Une fois cette tradition rendue, la composition d’équipe est annoncée…

Pas d’énormes surprises mais le retour de la charnière Insulaire en lieu et place de la doublette « Romaric-Peybernes » qui avait sévit dans le chaudron la semaine passée.

 

LA RENCONTRE

La rencontre commence très mal pour le Sporting. Pas d’impact, pas de violence, pas de haine : tout sauf le Sporting en somme. Rennes se met en place donc assez rapidement et N’Tep fait très mal à Diakité.

Dans la foulée : 10 minutes de n’importe quoi jouissive. Un choc entre Gillet et un sombre inconnu du Stade Rennais. On voit le mec à terre, se tordre de douleur et l’arbitre avec un carton rouge à la main. En tribune, on n’a absolument rien vu mais on crie au scandale et on est prêt à faire exploser ce stade de haine… Mais en fait le rouge est pour le Rennais, qui était resté au sol en appliquant la vieille technique de l’autruche (« Si je reste à terre, on oubliera peut-être mon geste… »). L’arbitre, qui se faisait insulter depuis 2 minutes, expulse donc un joueur.

On est vraiment un peuple de victime quand même, à ressentir dans nos chairs le poids de l’injustice sans même savoir ce qui se passait. Mais du coup, le stade est en feu.

Et ce bon vieux Diakité va le garder sous tension après un tacle bien appuyé qui crée une petite séance de « Je te tiens-Je te bouscule » qui nous fait du bien au Golliwog.

Et sur l’action d’après, l’apothéose, le rêve, l’orgasme en 3 mots : PAUL-GEORGES N’TEP. Corner pour Rennes, petite conversation courtoise et échanges de cadeaux à l’approche de Noël. Mais N’Tep ne semble pas à l’aise avec cette coutume locale et refuse de tirer le corner pour quelques boulettes de papiers et deux malheureux crachats. Pour en avoir discuté avec certains protagonistes, il ne s’agissait nullement d’une agression comme le laisse sous-entendre les éternels médias bolcheviks soumis au pouvoir colonial autoritaire et inégalitaire.

En réalité, c’était un simple groupe de lycéens qui, étant parti à Rennes et ayant sympathisé avec la faune bretonne, voulait simplement donner leurs coordonnées sur des petits morceaux de papiers et les donner à N’Tep qui aurait pu les transmettre aux jeunes demoiselles. Quant au crachat, ce pauvre Paul-Georges avait quand même pas mal de terre sur le visage suite à une rencontre un peu musclée avec Diakité. Là encore, justement pour le remercier de transmettre ces messages décrits ci-dessus, les lycéens ont cru bon d’essayer de dégager la vue de l’ailier Rennais. Bref, ça nous apprendra à être gentils !

A la demie-heure, le Sporting commence à se réveiller avec plusieurs actions bien construites, et Gillet manque de peu d’ouvrir la marque sur une sublime reprise pied gauche après un très beau contrôle orienté. Manque de chance, Costil, visiblement agacé des références incessantes sur son impuissance lors de l’avant-match, fait un arrêt de Sultan.

Mais c’était sans compter sur l’homme en forme, mon POULAIN… RYAD BOUDEBOUZ !!! Oui, celui que je présente comme un sinon LE meilleur joueur du Sporting actuellement arrive enfin à concilier beau geste et efficacité. Une merveille de lucarne opposée qu’il va caresser de sa patte gauche juste avant la mi-temps. Costil ne peut rien faire et n’a que la projection d’une possible fellation par Malika pour se consoler.

En seconde mi-temps, Rennes est éteint mais le Sporting a du mal à passer la seconde. Une grosse mi-temps de merde, mais qui sera ponctué par un événement marquant dans l’histoire de Furiani : LE 1er BUT DE YANNICK CAHUZAC EN L1 !

Sur un énième bon travail de Kamano, notre capitaine adresse une frappe croisée à l’entrée de la surface et double la mise. Bordel en tribune, gifles, calins, bisous, pipes, godes-ceinture et bonheur. Le foot putain !

Au coup de sifflet final, les plaintes des N’Tep et Armand nous font encore plus savourer cette victoire.

YOUPI ! ON EST 18ème !!!

LES NOTES

AREOLA (3/5) : Pas de travail sérieux ce soir. Un vendeur de maillot de bain à l’approche de Noël

DIAKITE (2/5) : Heureusement que le peuple de Furiani a fait sortir N’Tep de son match, car Diakité ne s’en sortait pas face à lui…

MODESTO-SQUILLACI (4/5) : Passer de « Romaric-Peybernes » à cette doublette, c’est comme passer d’un livre de BHL aux mémoires de Jules César.

MARRANGE (3/5) : Son meilleur match depuis ses débuts au Sporting. Mais un match moyen quand même. Alors verre à moitié plein ou à moitié vide selon les avis…

CAHUZAC (1000000/5) : Des ballons grattés dans les pieds, 0 déchet et un but ! GLORIA A TE !!

GILLET (4/5) : Si Rennes a autant galéré à se procurer des occasions, c’est en grande partie grâce à notre ami Belge, qui enchaine les prestations de très haut niveau. Et puis cette classe putain…

BOUDEBOUZ (5/5) : Le match parfait. Un but, du combat, et de la créativité. On attend plus que la régularité

KAMANO (3.5/5) : Avec M’Bengué (joueur que je surkiffe), il avait un client. Sans être magique, il a créé le danger et donne une passe décisive à son capitaine. A 18 ans seulement (oui je me répète…)

PALMIERI (4/5) : « Quand on fait jouer un milieu gauche au poste de milieu gauche, il sera meilleur que s’il joue arrière gauche » – Oscar Wilde

TALLO (3/5) : Synonyme : VIAGRA. Ce n’est pas lui qui te fait baiser mais grâce à lui, tu es plus haut.

 

Allez, salut les tristes (©MNF)

Mon ennemi d’un soir vous donnera sa vision du match 

Si vous voulez me mettre une pastille sur Twitter, c’est ici 

Si vous voulez rencontrer des gentils supporters du Sporting, c’est ici 

Si vous voulez vraiment comprendre les sentiments qui animent un supporter du Sporting, c’est ici 

21 thoughts on “Bastia – Rennes (2-0) : La Furiani Académie livre ses notes

  1. Mouais… Ntep s’est aussi plaint d’insultes racistes en provenance de la tribune au moment du corner, et pour le coup, j’ai trouvé les médias bien silencieux autour de ce fameur coup de pied de coin… ‘Fin je sais pas, j’ai l’impression que pour le coup tu trouves ça normal qu’on crache, physiquement, sur un joueur et qu’on lui jette des trucs dessus.
    Je veux pas jouer le vieux con moralisateur, mais entre mettre l’ambiance et gêner, encore une fois physiquement, plus que mentalement un joueur, j’ai du mal à l’encourager.

  2. J’ai l’impression que les insultes racistes ca devient une nouvelle excuse quand tu perds un match si jamais tu veux faire une variante de l’état de le pelouse ou la prestation de l’arbitre.

  3. Je vois pas en quoi on peut critiquer Ntep là dessus franchement. En bon gars diligent, et reconnaissant le besoin de ces jeunes supporters bastiais de courtiser de la bretonne, il s’est tout de suite exécuté pour délivrer les messages le plus vite possible sans prendre le temps de tirer le corner !

    Quelle classe.

  4. @Luke Seafer :

    Ntep ne s’est à aucun moment plaint d’insultes racistes.

    Dans ce pays aussi malade et en décomposition qu’est le votre, traiter un joueur de couleur d’enc**é ou de quoi que ce soit, relève du racisme. Bravo vos associations soit disant anti-racistes vous ont bien mis à la botte. Et c’est malheureusement ce qu’il ressort en premier dans ce match.

    Si le Sporting était un club raciste, comment les accianti que nous sommes pourraient glorifier nos idôles comme Krimau, Essien, et dans une moindre mesure, Ben Saada, Diakité et j’en oublie plein ?

    Continuez avec vos vieux clichés sur nous, mais au final, lequel des nous deux est-il vraiment raciste ?

  5. bon, sur l’épisode Ntep, il s’agissait nullement d’apothéose, de rêve, d’orgasme; juste d’un joueur qui ne pouvait pas tirer un corner normalement pour cause de crachats et d’insultes racistes. j’imagine que c’est du second degré…

  6. @WillyPagnol ou vois-tu que ça a été une excuse coté Rennais? relis les déclas de Montanier, il écarte franchement cette basse réflexion

  7. @ Julienm001:

    Avant tout merci de faire des généralités. Je n’ai à aucun moment dit que le Sporting était un club raciste. Là c’est toi qui te braque et qui extrapole.
    Ntep s’est plaint d’insultes racistes à Jour de Foot, je le précise factuellement, je n’étais pas dans le stade.
    Et j’ajoutais à l’attention du camarade La Krimau que non, bizarrement d’ailleurs, on en avait pas tant parlé que ça…

    Quant aux associations anti-racistes tout ça, « nos » associations, là encore tu me permettras de m’en tenir écarté. Comme de tes accusations de racisme Je ne suis à la botte de personne, si ce n’est celle de l’Editeur, ce bel homme.

    Ah et je suis pas raciste non plus, j’aime beaucoup votre charcuterie.

    Bref…

  8. « Passer de « Romaric-Peybernes » à cette doublette, c’est comme passer d’un livre de BHL aux mémoires de Jules César. »

    Priceless !

  9. Julienm001 était à 2 doigts d’atteindre le point « c’est bien Français comme comportement ça ». Ou plutôt, « c’est bien Gaulois comme comportement ça ».

    Sinon, les accusations d’insultes racistes, c’est toujours pareil : c’est sa parole contre la leur. Personne ne les a entendues, et c’est pas comme s’il y avait des micros à chaque poteau de corner « pour bien entendre le bruit du ballon frappé comme si on était au stade ».

    Bref, apportez les preuves et arrêtez de discuter sur du vent. Si N’Tep ne peut pas le prouver, alors il ne se passera rien.

  10. @Luke Seafer

    En effet seule la première ligne de mon message t’était destinée, j’aurais dû le mentionner désolé, et en effet je généralise après, au vu de la tonne de messages lus sur les réseaux sociaux depuis samedi.

    On a l’habitude que des mauvais perdants et abrutis notoires se cachent derrière une tonne d’excuses aussi ridicules les unes que les autres pour justifier leur défaite à Armand Cesari.

    Ntep était le dernier en date jusqu’à hier soir où le caennais Calvé a déclaré  » Ici on connaît le contexte » alors que seules 3 034 personnes était abritées sous les toits et loin de la pelouse, alors que 2 penaltys flagrants ont été oubliés. Il m’a bien fait rire celui là…

    Tout ça pour dire que Ntep n’est ni le premier ni le dernier à être pris en flgrant délit de « mauvais-perdantage » (mon dieu que c’est moche). Ne vous laissez pas embobiner par les médias continentaux dont beaucoup ont autant d’objectivité que l’ignoble cristophe barbier. Pensez par vous-même.

  11. Donc si je résume les propos de certains, on peut cracher sur un joueur et lui jeter du papier c’est pas grave, ça se fait dans tous les stades

  12. RolandGromerdier, insultes racistes entendues par le journaliste de terrain de France Bleu

  13. Doucement les amis !

    Bon, pour rester dans un 1er temps sur la forme (et donc sur les propos que je tiens concernant l’affaire N’tep), je rappelle que la définition de ce beau site qu’est HorsJeu.net est « à la limite du footballistiquement correct ».

    Par conséquent, je préfère être dans le 2nd, voire même le 13ème degré, que de faire la queue avec les professionnels de la morale au guichet de l’indignation quotidienne.

    Mais il est évident que derrière le 2nd degré, la déconne et l’humour parfois noir mais toujours bon enfant, il y a aussi l’appréciation qu’on fait chacun des mêmes événements. Et forcément entre en scène la question de la subjectivité.

    Evidemment, je tourne en dérision cet événement, d’abord parce que je suis un supporter bastiais et que cela se passe à Bastia (et si le contraire s’était passé, j’aurai tenu très probablement un autre discours) mais aussi parce que je trouve intéressant aussi de voir le ressenti d’un bleu, mais aussi d’un supporter rennais sur l’académie idoine pour montrer la mauvaise foi permanente qui nous habite tous ici, puisque l’on parle de la passion irrationnelle que l’on ressent vis à vis d’un club et de nos couleurs.

    Je ne prétends donc pas donner une version des faits qui serait une synthèse de ce que les gens intelligents et connaisseurs du football doivent penser, mais juste un regard sur le ressenti que peut avoir un supporter bastiais à la suite de cet événement. Je revendique cette subjectivité car je ne vois pas l’intérêt de chercher l’objectivité sur quelque chose qui ne l’est pas dans son essence : la passion du football.

    Mais puisque vous avez aussi parlé un peu de l’affaire sur le fond, je vais vous donner également mon ressenti. Parce que, bien que chaque académie soit marquée du sceau de la dérision, il y a aussi une vision du football qu’on essaye de distiller un peu chacun à notre manière.

    Oui, j’aime le football viril, bête et non intellectualisé. Oui j’aime les spécificités de chaque ville, chaque club, chaque stade et chaque région de chaque pays.

    L’éternel débat face à ceux qui considèrent que ces comportements sont inadmissibles et ne peuvent en aucun cas être justifiées par des considérations de traditions locales et ceux qui jugent que vouloir les interdire à tout prix signifie l’avènement d’un modèle du « supporter unique », pour ne pas dire du « spectateur unique » tient en une question : Où est ce qu’on met le curseur ?
    A partir de quand on considère que telle chose doit être acceptée au nom de la diversité du football et de la force d’une tribune, et à partir de quand on considère que la zone rouge est atteinte ?

    Pour moi, c’est simple. La limite, c’est l’intégrité du joueur. Le souci, c’est que la notion d’intégrité en elle-même est sujette à interprétation et n’est pas objective et stricte.

    Après, il est évident que l’acceptation des choses dépend aussi d’un contexte. Ce qui choque certaines personnes sur l’histoire de N’tep, n’aurait surement pas choqué si cela avait eu lieu lors d’une finale de Libertadores entre Boca et River.
    L’absence de rivalité entre Rennes et Bastia et le match en lui-même qui n’est qu’un match de championnat en première partie de saison met en lumière un décalage.

    Bon assez disserter, parlons maintenant des faits.

    D’abord, les faits tel que je les ai vécu : Je mentirai si je disais que j’ai entendu et vu tout ce qui s’est dit car, bien qu’étant abonné en Petrignani, je ne suis pas du tout à l’angle de corner mais plutôt centré derrière les cages. Cependant, il y a deux choses que j’ai pu observer.
    La première, c’est qu’il s’est fait insulter, c’est certain, il s’est fait cracher dessus par un petit groupe aussi.
    La seconde, c’est que dès qu’il est arrivé pour tirer le corner, on voyait bien qu’il n’attendait que ça, et non, il n’y a pas eu de cris de singe (quand je dis ça, je parle de réels mouvements. Si un ou deux types crient « sale noir », c’est déjà intolérable, mais c’est tout de même différent d’une tribune qui chante à l’unisson).

    Donc sur le supposé racisme, même N’tep n’en fait pas état, donc évitons les procès en sorcellerie car raciste, le public de Furiani l’est surement autant qu’un autre, mais certainement pas plus qu’un autre, que cela plaise aux gens raisonnables, ou ne plaisent pas aux amateurs de clichés et aux personnes en manque de sensations identitaires.

    Après, est-ce que c’est bien de jeter des boulettes de papier ? Non. Est-ce que c’est bien de cracher ? Non. Est-ce que c’est bien d’insulter d’enculé un joueur ou de dire qu’on a niqué sa femme avec des tiges de béton ? Non plus. Mais c’est une tribune. Et la tribune, c’est le bar, c’est la rue, c’est la vie. Tu as le mec raisonnable, le mec fou, le mec rigolo, le mec con, le mec irresponsable.

    Ceux qui veulent lutter contre ce genre de comportement pensent qu’il s’agit d’un problème de supporter mais c’est le genre humain qui veut ça. Ce qui se passe dans un stade n’est pas pire que la vie que l’on mène tous.
    Sauf qu’au même titre qu’on demande à un footballeur un comportement irréprochable (alors que les acteurs, chanteurs et autres artistes peuvent se droguer et baiser des putes tout en restant branché et Rock’N Roll), les supporters de football devraient donner un exemple magnifique du comportement en société… Pourquoi ?

    Le football n’est que le miroir du monde dans lequel on vit, et ce miroir n’est pas déformant quoi qu’on en dise. Car s’il y a bien un monde qui lutte contre le racisme, c’est bien le football.
    Dans sa dimension sportive d’abord puisqu’elle réunit des joueurs de toutes couleurs et de toutes confessions autour des mêmes couleurs, mais aussi dans sa dimension « supporters » puisque n’importe quelle tribune en France comporte des gens de toutes les couleurs. Dans quel autre monde voit-on autant de mélange de couleur et de couches sociales ?

    Mais ce qui énerve surtout en Corse, au-delà de notre propension à nous plaindre pour un « oui » pour un « non », c’est celle de voir des personnes être capable de justifier pour un drapeau l’envahissement de 150 supporters niçois, en prétendant que Leca est un provocateur et en même temps demander la fermeture de Furiani pour cela.

    Toujours est-il que derrière cela, il y a aussi le poids du traitement médiatique. Certains diront qu’on en a peu parlé, d’autres trop, on rentre à nouveau dans la subjectivité.

    Comme certains s’étonneront que personne ne parle du fait que Nice n’a quasiment rien eu pour l’envahissement d’un terrain et l’agression d’un joueur alors que le Sporting risque le huis-clos pour un épisode de 8 secondes sur un N’Tep qui n’a jamais été en danger au final.

    La subjectivité, encore et toujours. Mais qu’attendre d’un pays qui « donne la légion d’honneur à Dave » ? Et quand je dis pays, rassurez-vous, je parle de système et de castes aux responsabilités, et pas des cons que nous sommes.

    Après, le football reste un sport où la passion entraine des choses étranges. Mais je suppose, par soucis de cohérence, que ceux qui crient au loup devant Furiani ne sont pas les mêmes qui hérissent le poil de leurs bras fragile à la vue d’une tribune turque, grèce ou serbe en fusion…

  14. Commentaire le plus long de l’histoire d’HorsJeu. Et presque pas une faute d’orthographe je crois (j’ai vu une petite faute d’accord du participe passé, mais bon, on va pas chipoter). Sur la forme, c’est beau.

    Sur le fond je te rejoins sur ça :

    « Toujours est-il que derrière cela, il y a aussi le poids du traitement médiatique. Certains diront qu’on en a peu parlé, d’autres trop, on rentre à nouveau dans la subjectivité.

    Comme certains s’étonneront que personne ne parle du fait que Nice n’a quasiment rien eu pour l’envahissement d’un terrain et l’agression d’un joueur alors que le Sporting risque le huis-clos pour un épisode de 8 secondes sur un N’Tep qui n’a jamais été en danger au final. »

    ==> à Sainté, on est sous le coup d’une sanction pour l’utilisation de torches pour le 15e anniversaire de l’Avant-Garde face à… Bastia. Est-ce que l’on a déploré des blessés ? Aucun. Des détériorations de matériel ? Aucune. Les images étaient-elles jolies et reprises sur plusieurs sites ? Oui. Et pourtant, la Ligue (qu’on adule) a choisi de sortir la règle pour taper sur les doigts : faut pas se leurrer, s’il n’y a pas huis-clos (ce qui m’étonnerait), il y aura amende. A mon avis, on aura les 2.

    Par contre, pour les insultes racistes, même si ce n’est l’œuvre que d’un connard isolé, il me semble qu’il y en a eu (cf ma vidéo un peu plus haut).

  15. Je sais pas s’il y aura une académie rennaise pour ce match, je ne l’ai pas vu et je ne sais pas si Roazh Takouer l’a vu. Cela dit, pour l’histoire de Ntep, de la même façon que certains supporters bastiais se plaignent d’être stigmatisés, on pourrait dire la même chose de Paul-Georges : au-delà des insultes et autres boulettes de papier, certains colportent l’idée que dès le départ, le mec ne voulait pas jouer le corner (cf certains joueurs après match), ou bien qu’il « n’attendait que ça ». Faut arrêter le délire là… Il a pu chambrer/provoquer en début de saison, mais faut pas nous prendre pour des cons non plus. Et le communiqué du SC Bastia en rajoute d’ailleurs une couche.

    Mais, ayant vu des résumés, je trouve que cette histoire avec Ntep, c’est rien par rapport au tacle incroyable de Palmieri sur André ou encore Squillaci qui vient chercher la merde à Montanier.
    Et quand je vois les réactions après match de Costil et surtout Armand, je me dis qu’ils disent sans doute pas ça pour rien. M’enfin bref, quoi qu’il en soit, bravo pour cette victoire et on se reverra au match retour.

  16. Bouh les vilains Corses !!

    Alors à Sochaux y a du racisme anti-Danois. Guy Georges N’tep n’a pas pris le quart du dixiéme des insultes ou jets de nimporte quoi de notre beau Wass à Bonanal en mai dernier.

    Sauf que ce bel homme pourvu de testicules (contrairement à la pépite truculente Bretonne) en a profité en les quenellisant d’une passe-dé à Angoula.

    Je vous met au défi à présent de me citer une seule région de France épargné par le fléau du racisme. La Corse est stigmatisée, parce que c’est tendance et exotique.

  17. « Je vous met au défi à présent de me citer une seule région de France épargné par le fléau du racisme. La Corse est stigmatisée, parce que c’est tendance et exotique. »

    Le Nord parce qu’ils sont tous frères et soeurs ?

  18. La vraie info, c’est quand même que quelqu’un France considère encore que Cheick M’Bengue est un client poste de DG.

  19. Est-ce qu’on peut dire que les Corses sont des Alsaciens vivant sur une île ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.