Bonjour les pauvres. Ce week-end, entre mouuuuult péripéties, je suis allé au Roudourou, encourager l’En Avant face aux capitalistes du Qatar. Comme une symétrie de mon quotidien, je suis allé chier sur la gueule des Parisiens. Conscients de leurs lacunes cette saison, et aussi par crainte du pouvoir totémique que j’ai sur Guingamp, le PSG a approché capitaine Raï, notre nouvel académicien du club de la capital, pour me déstabiliser en dérobant mon téléphone au pub samedi. Il n’y a pas d’autre explication, ses origines le confondent. Raté! Je suis peu matérialiste. Je m’en suis badigeonné les joyeuses avec le pinceau de l’indifférence et ai poursuivi la soirée en consommant des 8.6 achetées chez un commerce local (du Maghreb donc), comme tout académicien intégriste qui se respecte et ne respecte pas les autres. Nouvelle tentative, le jour J. Cette fois ils s’en sont pris au train chargé de me déporter en gare de Guingamp. Ils ont sabordé le train précédent de sorte à ce qu’il soit bloqué sur les voies et moi bloqué au Mans, dans la Sarthe, département d’origine d’un être extrémiste de droite arborant des pulls sur les épaules et bien connu de nos services. Leur tentative de m’aveugler par la vision horrible d’un département comme la Sarthe est restée vaine. J’ai le coeur solide, je suis déjà allé à Brest. Trois fois. Une heure et demi de retard de pronostiqué, j’ai pris les devants pour ne pas louper le début du match (en réalité ça ne me faisait pas louper le début du match, mais je n’aurais pas pu poquer 2-3 pintes au Lapin Rouge avant le coup d’envoi alors c’est tout comme). J’ai donc téléphoné à Benjamin Angoua a qui nous avons affrété un Claudio Beauvue pour qu’il arrive rapidement. Benjamin a froncé des yeux sur le train en panne et le train a bien compris que c’était lui ou Angoua. Le train en panne s’est donc enfui pour se terrer dans la grosse chatte à la grosse mère de Yohan Cabaye. Le calice jusqu’à la lie puisqu’il a fallu faire un détour jusqu’à Sille-Le-Guillaume-en-pucèle pour récupérer les gens du train en panne. C’était horrible. Des Sarthois, des vrais. Des gens sales et qui ne sentent pas bon. La plupart ne parlait pas la langue. Des gens de la France profonde, profondément arriérés. J’en ai rendu mon welsh de la veille. Ça m’a rendu triste parce que j’avais apprécié déguster ce bon plat dans un franc esprit de camaraderie où chacun y trempait son pénis et mangeait sa part de welsh sur la verge de l’autre. Seul un camarade qui avait la gastro était autorisé à le manger avec les doigts. Joie d’offrir. Je diverge, verge, le reste du trajet fut une longue bataille psychologique entre moi et mon caca. Et je sais que vous êtes nombreux à nous poser la question à la rédaction de la Paysan Breton Académie, et j’ai enfin la réponse à cette question: « Faut-il, oui ou non aller parachuter un congolais dans les cabinets du TGV? » La réponse est réservée à nos abonnés dans une version payante de cette académie. Pour les autres, un indice sur la réponse :

EAG-PSG après une qualification européenne héroïque, je reprendrais bien des patates. Deux fois.
Lorsque Guingamp affronte un adversaire qu’il n’a, a priori, aucune chance de vaincre, Jocelyn Gourvennec aime bien innover dans sa composition et dans sa tactique. Pour le même match la saison dernière (1-1) Jocelyn avait titularisé Alioui à la pointe de l’attaque pour la première fois de la saison en championnat. Les Parisiens n’avaient pas pu étudier cet adversaire et s’étaient retrouvés destabillisés par un Rachid Alioui libéré (Une barre et une passe decisive pendant la rencontre). Cette fois, il s’agira de densifier l’axe du terrain pour limiter l’influence de Motta, Matuidi, Verratti et Ibrahimovic dans cette zone. Pour cela Kerbrat retrouve son poste de formation de milieu défensif et Sankharé (s’?)est libéré de la plupart des tâches défensives et joue quasiment comme un attaquant. Ce qui donne:

Les Paysans

Une défense Classique
Lössl – Lévêque, Sorbon, Angoua, Jacobsen

Des ailiers qui vont devoir bien défendre et faire les bons choix sur les phases offensives
Giresse d’un côté, Pied de l’autre.

Une paire grosse comme ça de milieu def’:
Mathis – Kerbrat

Tantôt dans le milieu pour former un 4-3-3 tantôt se prenant pour Ronaldinho
Sankharé

Attaquant seul au monde
Beauvue.

Regarder les parisiens s’enfoncer dans leur fange

 

Ce message de prévention pour vous alerter sur les possibles images choquantes présentes dans l’académie.

-8 min: Ah bah la place que @LePionDuCollege m’a pris me permet d’avoir une belle vue sur tout ce qu’il va se passer au Roudourou. L’autre point positif c’est que je suis entouré d’une veritable bande de potes d’octogénaires. Et le moindre que l’on puisse dire c’est que c’est de la franche déconnade dans les rangs de l’escalier L de la présidentielle.

-5 min: « Ahhh! T’es venu voir les vedettes Albert? » (Rire appuyé dans les travées). Je l’ignorai, mais venais de s’assoir à côté de moi un sacré loustic d’Albert.

-3 min : Maintenant c’est Jeannine qui fait son entrée et qui sert la main à toute l’assemblée. Mais pas Albert qui se lève et qui lui claque la bise. Au diable les précautions grippales, on reçoit le PSG tout de même! Albert se lâche.

-2 min : La latéral EST siffle les parisiens, ce qui est un peu naze. Vous avez des devoirs à finir il me semble. C’est ce que votre mère m’a dit. M’enfin elle ne m’a pas dit que ça pendant que je l’a culbutait mais vous n’êtes pas prêt à l’entendre.

-1 min : « MAIS ARRÊTEZ DE VOUS EMBRASSER OHLALA! » lâche un Albert encore un peu sceptique sur le mariage pour tous en voyant les Brésiliens du PSG s’embrasser longuement avant le coup d’envoi.

L’atmosphère est chaude. Le Kop Rouge m’avait manqué

2ème : Verratti lance Cavani par-dessus la défense. L’urugayen contrôle et lob Lössl. Sa balle s’échoue sur la barre.

7ème : Embrouille entre l’arbitre et Sankharé, pas d’accord sur une décision. Mathis prend sa défense de manière un peu trop véhémente et se fait à son tour réprimander par l’arbitre qui est à deux doigts de dégainer le carton. Ça fini par des rires entre Mathis et M Gautier. Beaucoup de compassion chez les chauves.

11ème : Papapapapa!!! Coup franc de Giresse. Sankharé reprend de la tête pour remettre la ballon au point de peno. Timing parfait pour Pied qui arrive lancé et qui trompe Sirigu d’une tête plongeante!!! Pas le temps de dégainer l’hélico-bite qu’Albert, visiblement pris d’un coup de chaud, sort sa chipo et entâme un mouvement pas forcément circulaire, mais assez désorganisé. L’intention est là. EAG 1-0 PSG.

20ème : Progression Parisienne dans le camp guingampais conclue par une frappe de Verratti que Lössl capte.

22ème : Débordement de Lévêque qui se fait reprendre par Thiago Silva. Dorian ne lâche pas le pressing et emmerde le Brésilien sur sa relance. Giresse récupère et centre pour Beauvue, qui contrôle, fait le tour du slip de David Luiz et frappe. Encore aujourd’hui je la vois dedans.

35ème : But refusé d’Ibrahimovic pour une position d’hors-jeu.

40ème : Beauvue résiste au marquage serré de la défense parisienne. Il sert Mathis en retrait qui lance Pied sur le côté droit. Jérémy centre au second poteau et trouve Giresse dont la reprise est contrée et file en corner.

41ème :

Même une DH se fait plus respecter au Roudourou. Les occasions se multiplient pour les bretons. Corner renvoyé par Paris. Giresse récupère côté droit et trouve Mathis. Le capitaine insiste sur le côté droit car il a vu le bon appel de Jacobsen qui prend tout le monde de vitesse et centre au second poteau. Sankharé enlève la balle à Beauvue qui été mieux placé. Six mètre.

Mi-temps : Purée que c’est bon. En terme d’occasion c’est même limite dommage de ne pas avoir collé un deuxième.

46ème : Van Der Wiel se joue de Kerbrat et centre vers Zlatan qui reprend mais Lössl repousse.

48ème : Jérémy Pied déborde côté droit. Il trouve difficilement Beauvue qui remise sur Sankharé et fait immédiatement un appel dans la profondeur. Sankharé le sert à nouveau sur la droite de la surface et Claudio prend de vitesse David Luiz avant de coller une frappe qui Sirigu repousse d’une main ferme.

53ème : Lévêque trouve Beauvue dont la frappe est contrée par David Luiz.

55ème : Thiago Motta qui est malheureusement tombé sur plus créatif et plus fort que lui en terme d’insulte en la personne de Sankharé est remplacé par Cabaye.

61ème : Carton jaune pour Matuidi et Lavezzi pour réclamations trop véhémentes. Suite à une main de Lévêque dans la surface, les parisiens demandaient :
– Le carton rouge
– 6 mois ferme
– Qu’on lui coupe la main
– Des supporters

62ème : Lucas remplace Lavezzi qui file finir de dessouler dans le vestiaire.

67ème : Frappe de Verratti qui arrose la lat’ EST.

69ème : Blessé, suite à une 4ème semelle de Cabaye sur sa personne, Jérémy Pied est contraint de laisser sa place. Sortie de l’autre côté du terrain, il aura le droit à 5 minutes d’ovation en passant devant les tribunes pour aller jusqu’au banc. Il est remplacé par Dos Santos.

74ème : Frappe de Cabaye, non cadrée.

75ème : Bonne percée de Sankharé qui surgit devant Thiago Silva et élimine David Luiz sur la touche de balle suivante. Malheureusement il pousse trop son ballon devant Sirigu.

78ème: Lucas prend sa chance, sa frappe est contrée et aurait pu tromper Lössl mais c’est au-dessus.

80ème : Frappe non cadrée de Cavani sur un service de Cabaye.

81ème : 81ème faute de Cabaye sur Mathis qui récolte enfin son carton jaune.

82ème : Sortie de Kerbrat, ovationné comme une légende. Il est remplacé par MUS-TA-PHA-DIA-LLOÔÔÔÔÔÔ Ô-Ô-Ô Ô-Ô-Ô Ô-Ô-Ô Ô-Ô-Ô…

84ème : Ça pousse en cette fin de match. On ne va pas pouvoir tenir ici, il va falloir une couche propre pour Albert.

85ème : Long ballon de Matuidi vers Zlatan mais Lössl s’envole, se saisit du ballon et urine au même moment sur le Suédois. Le respect est en RTT.

87ème : Centre de Van der Wiel sur Ibrahimovic, absolument seul, qui reprend du plat du pied. ENORME Sortie de Lössl qui repousse la tentative et passe devant Manuel Neuer dans la course au ballon d’or.

89ème : Alioui remplace Beauvue, acclamé comme un gladiateur.

92ème: Adrien Rabiot ferait n’importe quoi pour jouer. Il envahit la pelouse en compagnie de ses petits frères. La sécurité les invite à sortir du terrain et laisser les hommes jouer au foot.

94ème: C’est fini! 4ème victoire consécutive et grosse remontée au classement. Un match d’hommes où il n’y avait pas de place pour la fragilité qui compose la majorité de l’équipe du PSG. Le staff Parisien avait d’ailleurs demandé un sèche-cheveux au staff guingampais car leur chaussure étaient trop froides pour leurs pieds. Les bretons, je vais en parler individuellement dans les notes, ont réalisé une grosse prestation pour la plupart. Mais ce match c’est aussi la victoire de Gourvennec qui demontre ici toute son intelligence tactique où il aura su adapter son schéma pour emmerder un adversaire pas à la portée des paysans normalement.  Mon week-end s’est terminé de la plus belle des façons. Sur le chemin du retour j’ai pu apprécier les réactions des parisiens de mauvaise foi sur l’arbitrage. Mais une image vaut bien mieux que des mots pour résumer leurs sentiments:

 

Dans le TER Guingamp – St Brieuc j’étais même accompagné d’un véritable groupe d’hooligan réputés dangereux!!

LES ULTRAS, LISTA NERA!

Ça collait des stickers dans le RER, ça tutoyait la contrôleuse, ça voyage sans titre de TRANSPORT!!! Et tout ça en mangeant des m&ms et en buvant de la powerade. Thug life!

Allez place aux notes, et sûrement à jeudi pour parler d’Arles Avignon – Guingamp où j’espèrent que les Paysans se seront fait éliminer proprement d’un 3 ou 4 à zéro pour que tout nos nouveaux amis, soudainement admiratif de l’En Avant, repartent aussi vite qu’ils sont arrivés.

Les Paysans notés :

Lössl (3/5) : À une faute de main près, il réalise le match parfait. Quelle sortie devant Zlatan en fin de match.

Lévêque (3/5) : Très actif sur son côté, il n’a pas souffert face à Lavezzi. Un peu plus face à Lucas.

Sorbon (3/5) : De la sereinité, il apporte de la douceur dans le monde de brut qu’est son acolyte. Il a bien fermé l’axe.

Angoua (4/5) : Du muscle. Dur sur l’homme, il a victimisé Cavani qui a fini son match en position foetal dans un coin du terrain en pleurant.


Le duel Cavani – Angoua (échelle 1/1)

Jacobsen (3/5) : Dépassé sur l’égalisation refusé de Zlatan, il n’a pas commis de fioriture par la suite et a soulagé son équipe en dégageant quelques ballons chauds. Une bonne montée et des bonnes transmissions en phase offensive.

Mathis (4/5) : Lionel a appris la vie à Marco Verratti. Lionel a un Verratti à chaque orteil. Mais Lionel est bien un homme lui. Un match avec des burnes de taureaux, il s’est arraché du début à la fin, remontant le ballon d’une tête plongeante devant sa surface en fin de match. Il le dira lui-même après le match, Il était cramé depuis l’heure de jeu mais l’ambiance soufflé par le Kop et entonné par le stade entier lui a permis de finir le match. La rédaction valide également cette bagarre de fin match où Lionel ne s’est pas défilé comme une grosse fiotte de Parisienne quand l’arbitre est arrivé et qui a continué à castagner David Luiz.

Kerbrat (3/5) : Exemplaire dans l’effort, c’était un veritable chien au milieu. Il ratissait tout ce qui passait dans sa zone avec des tacles de numéro 6 à l’ancienne. 24 ballons de gagnés, plus que tout autre joueur sur ce match avec zéro fautes.

Giresse (3/5) : Thibault a retrouvé ses cannes de 20 ans. Il n’a pas arrêté de défendre et était également présent lorsqu’il fallait attaquer. Thibault voit tout et distribuait parfaitement dans le camp adverse, tantôt en combinant sur son côté, tantôt en renversant le jeu. Sur coup de pied arrété sa réputation n’est plus à faire.

Pied (4/5) : Il a mis au supplice le côté gauche Parisien. Très dynamique il passait souvent Maxwell ou David Luiz avec des choix de dribble rapide. En deuxième les parisiens ont décidé de le descendre et ont fini par réussir sur une énième intervention en retard. Si monsieur choisi ses rencontres pour marquer, titularisons le contre Kiev.

Sankharé (2/5) : Ouais l’Equipe qui le fout dans son onze type tout ça. Oui il a délivré une passe décisive et aurait presque pu en délivrer une seconde ou marquer le but du 2-0. Mais ce qui ne passe pas c’est toutes ces pertes de balles où cette faculté à choisir la solution la plus compliquée. Alors par moment éliminer / provoquer c’était le bon choix mais il faut surtout ne pas la perdre derrière. Trouver quelque chose. Et puis perdre la balle et s’en foutre c’est encore plus grave.

Beauvue (3/5) : Dans ce système où ton équipe à moins de 40% de possession, le sacrifié c’est souvent l’avant centre. Ça n’a pas loupé, on l’a beaucoup moins vu mais il n’a jamais lâché et a même réussi à se procurer des occasions malgré des coups de coude dans la gueule de la part de Thiago Silva et David Luiz. Petite déception avec peu de ballon aérien remporté, là où il brille habituellement.

Les grouillots :

Dos Santos : À tout les postes Laurent s’évertue à appliquer les consignes à la lettre. Entrée sérieuse.

Diallo : De retour.

Alioui : Autant d’envie qu’un supporter parisien a de capacité d’avoir le brevet des collèges.

Gwen Tagrenmer

17 thoughts on “Guingamp (1-0) Paris, la Paysan Breton Académie livre ses notes

  1. L’avantage d’être breton, c’est qu’on peut faire passer une crise de footixme aiguë pour de la fierté régionale.

    En tout cas, ce fut beau.

  2. Comment a fini ALbert?

    J’espère que vous aller vite vous mettre au chaud au classement pour démontrer que jouer à fond l’europa c’est possible, même quand tu es un club français.

  3. Après une défloraison en L1 le 4/12/2013 contre les Alpins, quel bonheur de les voir se faire empaler au Roudourou 1 an après. Je en vosu souhait pas de souffrir autant que nous après cette victoire de prestige toutefois.

    Bravo.

  4. Bravo les paysans!!!!
    je pense malgré tout que psychologiquement, venir à Guingamp(7276 habitants!!! )quand t’es pas habitué, pose un problème de motivation(à part pour vite repartir).
    Vos joueurs ne sont ni meilleurs ni pires qu’ailleurs en L1 mais par contre le coach est un futur grand entraîneur français…ce mec est plus intelligent que la moyenne(bon pas rapport au notre, vu le niveau de ses conf de presse, là on est plus dans du Jacquet ou Lemerre soit du semi autiste).
    Gouvernnec, enfin un breton qui mérite mieux que de se faire jeter vivant aux cochons des multiples porcheries de cette région où…..rien ne me vient à part alcool, marée noire et temps dégueulasse.
    bon les vierges bretonnnes effarouchées, c’est de l’humour(sauf le passage sur Gouvernnec qui devrait faire une jolie carrière).
    Sinon bien belle Acad’

    Ps Bisous roazh.

  5. Laezh Dour, pourrais-tu faire un effort pour t’intégrer à la communauté nationale et te faire appeler Léo ? Merci.

    Eric Z.

  6. Très bien cette académie. J’ai beaucoup ri et je suis heureux de voir qu’il existe encore des gens solidaires avec ceux qui ont la gastro.

  7. Votre Kerbrat mérite plus qu’un simple 3, j’ai jamais eu autant la rage contre un type avant d’avoir vu son match …

    Et soyez heureux pour Lêveque, il aurait dû avoir un poing dans la gueule pour une telle main, pareil pour l’arbitre …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.