La Blue Moon Academy note Manchester City-Napoli (1-1)

Nigel de Jonc n’est plus sûr de rien.

Attendue depuis la saison 1968/69, la C1 faisait son retour au « City of Manchester Stadium » pour notre plus grand plaisir. L’occasion d’enfin tester les nouveaux jouets de Mansour face à un adversaire avec un minimum de technique. Un streaming colombien me permet de voir ce premier match du « groupe de la mort », qui promet (enfin) beaucoup d’émotions aux Citizens.

Histoire de garder un minimum de crédibilité sur la scène européenne, Roberto change quelque peu l’équipe « freestyle » vainqueur de Wigan ce weekend. Clichy est évidemment replacé au poste où il est le meilleur (remplaçant) et Gareth Barry revient au côté de Yaya, histoire de récupérer quelques ballons au milieu. En attaque, enfin, c’est Dzeko qui est titularisé avec El Kün… Son match me confortant dans l’idée du complot à propos du match de Tottenham.

La première mi-temps est d’une grande intensité. Même si la possession est largement en faveur des Citizens, les Napolitains restent très dangereux en contre, et les deux équipes se rendent coup pour coup dans la maladresse (à la mi-temps, 18 tirs, 2 cadrés) et la malchance, avec une barre de chaque côté – Yaya répondant à Lavezzi -.

En deuxième mi-temps, les 22 acteurs gagnent en adresse ce qu’ils perdent en intensité. En effet, malgré un rythme bien moins élevé, Kolarov, d’un magnifique coup franc, répond à l’ouverture du score de Cavani. En fin de match, les Citizens pousseront, toucheront à nouveau la barre transversanale, mais seront incapables de convertir (Merci Dzeko…). Au final, malgré un résultat pas forcément très positif pour les Citizens, le spectacle proposé était plaisant, avec 29 tirs au coup de sifflet final.

Les buts :

69’ : Gareth Barry est jaloux de la technique de ses camarades, et tente une talonnade au milieu de terrain… Sur le contre, Maggio sert Cavani en profondeur qui ajuste Hart d’une frappe entre les jambes.

76’ : Après un énième viol de la défense italienne, El Kün obtient un coup franc excentré sur la gauche. Kolarov enroule et trouve la lucarne de De Sanctis.

Citizens:

Hart (2/5): Malgré les 11 tirs adverses à la fin du match, seuls trois ont été cadrés : la première sur la barre, l’autre entre les jambes de Joe, alors que la sur la dernière, il est sauvé in extremis par son capitaine. Joe a donc passé une soirée plutôt tranquille dans l’ensemble, mais aurait pu être plus tranchant sur ses rares sollicitations.

Lescott: (3/5): En trois jours, Lescott est passé du marquage du duo « Rodallega-Di Santo » à celui de « Lavezzi-Cavani », commun symbole d’un passage du Champomy au Schnaps… Pas de gueule de bois malgré tout, même si son placement est toujours typiquement issu de l’école M’Bia.

Kompany (3/5): Cap’tain Vinz a été très présent dans les duels, et a laissé quelques beaux petits souvenirs anglais sur les chevilles de Cavani. +1 pour avoir sauvé un ballon sur sa ligne en début de deuxième période / -1 pour sa passe quasi décisive à Dzemaili en toute fin de match.

Kolarov (4/5): Un travail défensif plus qu’honorable, un coup franc dans la lucarne, j’ai envie de chanter : « Mais il est où ?… Mais il est où ?… Mais il est où Gaël Clichyyy ?… Mais il est où ?… Mais il est où ?… Mais il est où Gaël Clichyyy ?… »

Zabaleta (2/5): Le Zab fait son retour. Le haut niveau lui avait sûrement manqué… La réciproque est loin d’être vérifiée.

Yaya Toto (2/5): Lorsqu’il est accompagné d’un milieu défensif de métier, Yaya se sent beaucoup mieux. Il ne gagne toujours aucun ballon, mais se concentre sur la relance, exercice dans lequel il n’est pas complètement dégueu. -1 pour avoir pris le même petit pont qu’Alou Diarra la veille.

Barry (3/5): Le pauvre Gareth commence à comprendre qu’être milieu défensif dans un 4-2-3-1, accompagné de Yaya, ce n’est pas de tout repos, loin de là. Un bon match, malheureusement gâché par sa tentative de talonnade qui entraîne le but Napolitain. Il se rattrape tout de même quelques minutes plus tard grâce à une semelle sur Cavani qui a surexcitée Nigel.

Samir (1/5) : Na’rri, comme l’appelle le commentateur colombien, s’est complètement planté. Il a vu des gars qui ne parlaient pas anglais arriver dans le stade, il s’est donc cru en équipe de France, et a ajusté son bagage technique et son implication en conséquence.

Silva (1/5): Que s’est-il passé chez El Chino ? Après un début de saison délicieux, il s’est complètement écroulé hier soir, enchainant pertes de balle et mauvais choix. Je vantais il y a quelques jours une entente pleine de promesse avec Samir… Hier soir, les deux hommes ont passé leur temps à se marcher dessus.

El Kün (4/5): Une implication toujours impressionnante de la première à la dernière minute. Il a fait beaucoup de mal à la défense italienne, obtenant un grand nombre de coups de pieds arrêtés… Souvent gâchés par Samir.

Dzeko (1/5): A retrouvé ses bonnes habitudes : La technique d’une huitre avariée combinée à l’adresse d’un manchot tentant de perdre son dépucelage, le grand Dzeko est de retour.

Remplaçants :

Clichy (-/5) (76’ pour Kolarov) : Deux minutes après son coup franc, Roberto nous sort Kolarov pour Gaël… Pas de catastrophe à noter, m’enfin j’ai beau retourner le problème dans tous les sens, je n’arrive pas à comprendre cette décision.

Johnson (-/5) (76’ pour Samir): Une bonne rentrée pour Adam, il a beaucoup provoqué, et aurait dû signer une passe décisive si Dzeko réussissait à cadrer à 5 mètres des buts adverses. A, de plus, eu la bonne idée de remplacer Samir.

Carlito (-/5) (81’ pour Dzeko) : En dix minutes, Carlito aura mis une bien belle semelle… Et c’est tout.

Des bonnes et des mauvaises choses hier soir. Une fois n’est pas coutume, je commence par les bonnes : un match sympa, le retour de la Champion’s League, un Clichy qui se rapproche de plus en plus d’une place de titulaire sur le banc. Malheureusement, d’un autre côté, ce match a également prouvé que lorsque Silva est moins en forme, le secteur offensif Citizen en prend un sacré coup.

Je finis sur un Mea Culpa : Je parlais lors de ma dernière académie de la possible « mise en examen » de Super Mario hier soir en Italie… Désillusion, ce match avait lieu à Manchester. Cela m’apprendra à ne pas vérifier mes sources.

Nigel de Jonc.

Nigel vous file les images pour le coup, ça lui fait du bien. Sinon, il y a l’analyse du Footballologue.

5 thoughts on “La Blue Moon Academy note Manchester City-Napoli (1-1)

  1. Bon City freine aussi, c’est rassurant, on est pas les seuls à avoir calmé le jeu pour la LDC. Un match que j’aurai été curieux de voir si United n’avait pas joué en même temps, dommage.
    Bien aimé le commentaire sur Nasri.

    Ah et avec toute la condescendance d’un Patrice Evra, je précise qu’un tir sur la barre n’est pas un tir cadré.

  2. J’ai eu un débat avec moi même sur ces tirs cadrés ou non, je me suis donc calqué sur les stats colombiennes… Vous vous debrouillerez avec les sud américains cher raide et vil voisin

  3. Pour info il n’y a qu’un seul El Chino: il est uruguayen et a un meilleur pied gauche que Silva.

    Ces nouveaux riches, jte jure…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.