La Gones académie note Montpellier-Lyon (1-2)

7

Torben sent du Marseillais pas loin…

Faut-il se plaindre? Quatre points en deux matchs, avec une équipe qui ne lâche pas grand chose, et qui grappille en fin de match. On ne pourra pas accuser les mauvais départs, ils n’ont plus lieu, Lyon fait taire les journalistes qui avaient trouvé il y a quelques temps que Lyon marquait peu en seconde mi-temps et en fin de match. Duluc s’arrache les cheveux (damned, si c’était vrai seulement…) pour alimenter l’Equipe en critiques sur l’OL. Et Puel apparaît presque offensif.

Lloris: 4/5. La main un peu molle sur le but encaissé. Etait-ce la surprise de voir un défenseur faire une tête plongeante? Parce qu’en général, chez nous, les têtes sont hautes, sauf quand les défenseurs se blessent et s’effondrent… Avant ça, une flopée de parades pour tenir les trois points, après ça, presque la même chose, avec l’inutile show Lacombe. Tigrou était content pendant les trois quarts du match. Depuis mercredi, il a plus d’autographes à signer, mais au nom de Daniel Radcliffe sans qu’il comprenne pourquoi? Sinon, le commentateur arabophone du streaming croyait au Père Noël, hurlant comme un CJP sur une passe en retrait de Drogba sur le moindre tir à trente mètres, s’imaginant des buts…

Kolodzieczak: 3/5. Un intérim relativement efficace, avec une passe décivise à la clé, preuve qu’il est parfois monté. Intimidé par un Lisandro qui mâchouillait un bout de Cissokho, en train de sécher au fond de son casier après son match contre Paris, Thimothée a fait honneur à son patronyme de shampoing: il laisse un truc propre, avec un effet plus mieux bien, deux points de plus. Bon, Lisandro a fait tout le boulot, mais c’est le centre qu’on marque en passe décisive.

Cris: 2/5. De retour, il a d’abord été assez tranquille derrière un trio Gonalons-Makoun-Kallström qui lui ont mâché le travail. Papy était content, les petits jeunes l’aidaient. Les minutes ont passé, les Montpellierains ont montré de plus en plus d’audace et Cris a eu un peu de mal, pas forcément la garantie tout risque qu’on pouvait avoir autrefois. Ceci dit, ses relances sont un peu moins foireuses que celle de Diakhaté, c’est déjà pas mal même si c’est loin d’être l’idéal. En temps partiel thérapeutique ce soir, et ça s’est parfois vu.

Lovren: 2/5. Un peu le même commentaire que Cris, même s’il a été plus efficace. Par contre, il a été un peu moins intelligent, ou moins magouilleur, en commettant plus de fautes que son partenaire. Les deux ont oscillé entre le 2 et le 3, mais finalement, leurs relances un brin foireuses, leur déchet sur ce plan là les montre parfois fébriles.

Réveillère: 3/5. Bon, on a compris, Anthony veut la place de titulaire en Equipe de France. Il en rêve, il y pense le matin en se rasant. Et a décidé d’agir en se montrant solide défensivement. Face à Montpellier, il a pris, volé, intercepté pas moins de 26 ballons, ce qui ne doit pas être loin du record de la saison. Une performance solide derrière, avec quelques gestes d’humeur pour marquer son territoire. Pas de bol, ça lui vaut systématiquement un carton. Par contre, Gassama a commencé à étudier Guerre et Paix bien au chaud sur le banc. Vu les performances de Réveillère, il a le temps.

Gonalons: 3/5. Il est de retour, et est presque devenu un membre d’élites des Tacleurs anonymes avec une seule faute sifflée contre lui. Aligné avec deux autres habitués de la récupération, il s’est retrouvé dans une figure aussi mouvante que le choix de Pierre Menès sur le futur champion de France. D’abord seul pour boucher l’entonnoir, il a vu ses camarades de jeu le rejoindre pour une superbe ligne de trois récupérateurs qui a dû mettre les larmes aux yeux d’Aimé Jacquet devant un tel hommage à ses équipes. Après la mi-temps, c’est Kallström, tous crampons dehors, qui l’a rejoint avant que Pjanic ne relègue Makoun loin de son duo énamouré avec Bastos.

Kallström: 3/5. Kim se rappelle aux bons souvenirs des gros clubs européens. Surpris et choqué d’attirer encore moins d’attention que Govou après une saison oubliable, sans être moche, Kim sort la grosse artillerie, bien décidé à être le bonhomme voulu par tous. Dans une équipe de playboys, il a choisi d’être brillant. Parce qu’il est quand même loin d’être le beau Suédois rêvé par ses demoiselles, Eva, Groupix et Gaha démentiront peut-être… En tout cas, il est efficace.

Makoun: 2/5. On connaît son secret pour revenir en grâce. Mis au ban de l’équipe, il a choisi de se renforcer tactiquement et footballistiquement en allant demander conseil à un autre milieu défensif. N’aimant pas les Leclerc, il a oublié Toulalan. N’aimant pas les magasins de jardinage (histoire de faire plaisir au fiston), il a snobé Kallström. Résultat, c’est Gonalons qui s’y est collé, et Makoun a choisi d’être le plus tranchant ce soir, récoltant un carton jaune pour son oeuvre défensive. Soyons indulgents, il est sur la bonne voie.

Bastos: 3/5. Voyant comment Lisandro traite les défenseurs qui ne tiennent pas leur poste comme lui le voudrait, Michel fait de son mieux pour être confortable à droite, se résignant à ne pas demander s’il peut récupérer son côté. Et ce n’est pas Lisandro mâchant les restes de l’expulsé du précédent match qui le rassurera. Résultat, il joue le larbin et lui sert une magnifique offrande que Lisandro convertit. Dans le genre « elfe de maison », il se pose là.

Lisandro: 4/5. Le match de la semaine dernière lui aura appris une chose: on ne reproche rien au mec qui tire n’importe comment de n’importe où. Il a voulu mettre ça en application et se retrouve avec un doublé dont un qui fera parler de la grinta argentine pendant quelques semaines, histoire d’entretenir son mythe et de voir les défenses se faire dessus quand il entre sur le terrain. Dans deux semaines, ce serait pas mal tiens.

Gomis: 2/5. Assez discret ce soir, bien muselé par Spahic notamment, il a voulu revenir à la base de son jeu avec un peu de réussite quand même. Quelques déviations intéressantes, mais un peu de discrétion finalement. Dommage après une belle embellie, mais il fallait s’y attendre après l’avoir vu martyriser la défense parisienne la semaine dernière, parce que voir Gomis et sa charrette se retrouver régulièrement démarqué…

Les entrants:

Briand (pour Gomis, 73e): non noté. Non noté, et il ne vaut mieux pas. Il donnera l’occasion à un journaliste sans imagination de pouvoir dire qu’il ne l’a pas été, brillant.

Pied (pour Bastos, 79e): non noté. Histoire de faire souffler un bon Bastos.

Pjanic (pour Kallström, 82e): non noté. En quatorze minutes, il faut autant de faire que Kallström et Gonalons réunis…

7 thoughts on “La Gones académie note Montpellier-Lyon (1-2)

  1. « il faut autant de faire que Kallström et Gonalons réunis »
    Il fait autant de faute, non ?
    Désolé, pour une fois que c’est moi qui corrige quelqu’un…c’était trop tentant.

    Sinon rien de nouveau sous le soleil de la ligue 1 :
    – Malgré tout ce qui a été dit (même par les supporteurs Lyonnais) Lyon est toujours là.
    – Le jeu Lyonnais est toujours loin de ce que les joueurs pourrait proposer.

    Par contre, j’aurais plutôt mis un 3 à Gomis.
    Même si il a moins bougé et touché de ballons Il a pesé sur la défense en attirant, comme un aimant, Spahic.

  2. Oui, de fautes… Désolé, j’ai écrit l’Académie dans la foulée du match, j’étais donc un peu naze.

    @Jah: effectivement, les joueurs pourraient faire bien mieux. Surtout en seconde mi-temps où ils ont été assez attentistes.
    Pour Gomis, j’hésite souvent sur ce genre de match entre 2 et 3, je l’admets.

  3. Au delà du fait que mon adoration pour Licha a doublé en un match, et pour répondre à la demi-question de Torben: oui, Kim est bien mignon. Mais, il est trop sage, trop discret. J’aimerai retrouver ses frappes monstrueuses de 30 mètres pleine lucarne. Malheureusement, il joue beaucôup trop bas pour pouvoir le faire!

    Sinon, à noter que c’est Lisandro himself qui fait le coaching sur le placement des joueurs (cf entrée de Briand: Licha remet tout le monde à sa place!!).

    Tremblez autres équipes!!!!!

  4. Lyon qui revient, Paris deuxième, défaite de l’OM…un week end tout pourri pour Moké.

    Mais le Licha là, il t’a imposé sa loi avec des arguments indémontables, franchement c’était propre. Puel a commenté tout ça avec humour mais mine de rien il a sûrement appris des choses en deux matches.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.