La Paillade académie note Montpellier-Lyon (1-2)

Loulou la fraîche nous faisant une Fidel Gastro, C’est son pote Gégé le Thonier qui l’a remplacé

A force de jouer au con, de vautrer ses fesses format 16/9 dans son canapé but et de se gratter les couilles en regardant la téloche, Loulou a fini par accumuler un boulot monstre, à tel point qu’il n’a pu voir le match opposant ses protégés à l’Olympique Lyonnais. Qu’à cela ne tienne, Gégé le thonier de Sète, son ami de toujours, lui a prêté main forte.

Gégé le thonier, cadet d’une lignée de pescatore napolitains réparateurs de filets à la pointe courte, enfant du Souras-bas, de la marine et du canal royal, grand braconnier ès dorades et jouteur hors pair, fils spirituel et ami de Georges (Brassens), supporter du FC Sète pourtant relégué en DH il y a de ça deux ans ; voila le pédigrée de l’animal.

Quel match a vu Gégé ? Gégé a vu un match très rythmé, tendu parfois, dont le scénario a contraint d’entrée de jeu les locaux à se remuer le cul sur le terrain. Gégé a vu les efforts des Pailladins récompensés en seconde mi-temps, et un dénouement pourtant cruel avec le doublé de Lisandro en toute fin de match. Mais le thonier s’en bat les couilles, car son esprit de clocher lui dicte que la plus belle ville du monde, c’est Sète (« Sète aussi belle sur la mer !… »), et que c’est pas lui qui l’a dit, mais Paul Valéry. Et puis Gégé ajoute que Sète encule Montpellier, et que c’est peut-être bien un alexandrin.

Jourdren (2/5) : Plutôt correct dans le jeu aérien, mais il s’en prend deux dans la mouille cet autiste.

Yangambiwa (2/5) : Quand il fallait attaquer, il nous a fait quelques chevauchées comme il sait bien les faire, et des passes longues lobées plutôt précises. Mais malheureusement il se troue un peu sur le deuxième but de Lisandro, le laissant tout seul aux six mètres.

Spahic (3/5) : Il a marqué le but de l’espoir, a été l’auteur d’un gros match, réalisant quelques interventions décisives comme on les aime (même quand on est de Sète, c’est dire), dont une suivie d’un petit pont sur Lisandro. Mais l’Argentin, malheureusement, a l’air d’être susceptible…

Bocaly (3/5) : Il a peut-être la qualité de centre de Bakary Sagna, mais ce soir il s’est bougé, il a essayé de peser offensivement pour faire la différence. Un brave minot du quartier haut.

El-Kaoutari (1/5) : Le remplaçant de la pute-à-string nîmoise n’était même pas prenable dans un buisson du bois de Boulogne en mode nocturne quand on voit pas ses pieds. Bougé défensivement, il n’a pas apporté beaucoup sur le plan offensif.

Belhanda (2/5) : Auteur de quelques bonnes combinaisons, il s’est parfois retrouvé hors-jeu de façon stupide : un Anelka de la grande époque. Ferait mieux de nous retrouver sur horsjeu.net. (Putain, pour un délégué syndical dockers-marins-pêcheurs, Gégé est habile à manier la brosse à reluire).

Pitau (non noté) : Franchement, Gégé serait bien incapable de dire si le match qu’il a fait valait trois roubles ou bien deux pesetas. Et c’est pas des conneries (remplacé par Lacombe).

Dernis (3/5) : Il a beaucoup donné, a été très appliqué dans les coups de pied arrêtés. Il aurait pu être la star du stade Louis Michel mais le sort en a voulu autrement. A part ça, il s’est pris une Bastos dans la gueule, et a décidé tout de suite après le match de fonder une association de victimes avec Battles (remplacé par Marveaux).

Kabze (non noté): Fort comme un Turc, ça va devenir un nouvel exemple d’ironie en bois à la Voltaire. Autant le dire direct, Gégé, son truc à lui, c’est plutôt la poésie. Le reste, il se torche avec tellement qu’il s’en bat les couilles (remplacé par Aït-Fana).

Camara (2/5) : De l’envie, faute d’avoir du talent. Un match somme toute assez classique pour Souley. Ne pouvait pas faire pire que ce petit cul pelé de Marveaux.

Giroud (3/5) : Les Montpelliérains ont mis le grappin sur un attaquant vraiment pas dégueulasse, ça se confirme. Il s’est arraché et s’est montré dangereux à plusieurs reprises, bien qu’incapable de trouver le chemin des filets cette fois encore.

Sont entrés en jeu :

Aït-Fana : Il a été assez bon ce poufre chème. Technique et incisif. Et un peu perso aussi parfois…

Marveaux : Sur le banc pendant une heure, enfin à sa place.

Lacombe : Le spécialiste des mauvais choix. A dû faire une première S quand il était minot.

Bonus :

Et Tino Costa, il jouait où avant de signer à Montpellier ? A Sète…

Dans la vie, Gégé a trois passions, le FC Sète, la poésie, et Napoli…

Gégé le thonier, alias Gégé les grands pieds.

Le secret de la licorne, c’est des conneries.

René Girard a peur du noir.

Paul Valéry, son vrai nom en fait, c’est Paulo Valeriano, un ancien docker.

Le seul truc bien à Montpellier, c’est le nom de la fac de lettres : Paul Valéry. Et le seul étudiant potable qui est passé par là, c’est Enver Hoxha. Gégé, lui, n’a jamais eu les moyens de faire des études, aussi lisait-il Paul Valéry comme il le pouvait quand il était jeune, en audiocassettes. Et puis les bourses, on croyait que c’était des conneries chez les pescatore, un obscur héritage moyenâgeux.

Sinon, on se mange une tièle quand vous voulez.

3 thoughts on “La Paillade académie note Montpellier-Lyon (1-2)

  1. Merci pour le compliment ami Pailladin et fidèle lecteur! La tièle avec Paul le « poufre », pour parler le langage fleuri de Gégé, mais je sais pas s’il est encore frais ce con de monstras gastoropode…

  2. Super billet !
    Quelle belle académie on a à Montpellier quand même !
    Je suis un nouveau lecteur de cette académie, et je suivrais avec attention.
    A bientôt mon gros Loulou (j’ai exclu délibérément « mon petit Lou » des surnoms)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.