La Jupi Académie, Journée 14

Bart Van de Van Krrr vous en narre de bien bonnes.

Après avoir goûté aux folies internationales (enfin, folies, faut voir…), votre humble serviteur retourne dans les abysses nationales, où des joueurs à la technique trop faible tentent vainement de soulever les cœurs de supporters trop alcoolisés dans des stades trop petits (petit instant Frédéric Mitterrand, le neveu de Tonton, le dernier grand socialiste français, enfin maintenant y a Di Rupo, et de Tatie Danielle). Il s’excuse par avance de ne pas avoir pu mettre toutes les vidéos-résumés, vu que son fournisseur habituel s’est fait pécho par la police d’image… Big Brother toekijkt (Gros Frère te regarde. Voyeur va !).

 

Louvain – Standard : 1-3

Le premier match du week-end est entre Louvain, équipe de ventre mou, et le Standard, à une place qui ne devrait pas être la sienne, surtout quand on voit les ambitions.

Ce sont les Rouches qui se mettent à l’attaque et tentent de se montrer dangereux, par de beaux p’tits mouvements. A la 12ème minute, ils ouvrent le score par Tchité, bien servi par Cyriac. L’OHL tente de réagir timidement via Reymackers qui voit sa frappe passer loin à côté du but de Bolat. Mais c’est véritablement le Standard qui domine les échanges et qui va d’ailleurs trouver pour la seconde fois l’ouverture à la 26ème minute. Suite à un beau mouvement côté droit, Bia déborde et centre pour Tchité, encore lui, qui fusille Kaminski. Alors que les Louvanistes semblent sombrer, une erreur d’arbitrage va leur permettre de revenir dans la rencontre. Sur un coup franc excentré,  Chuka s’élève au-dessus de tout le monde et reprend… de la main. Le ballon est légèrement dévié par Van Damme dans les filets de Bolat. M. Bourdouxhe n’a pas vu la faute et accorde le but. C’est 1-2 après 33 minutes.

Ce but ne refroidit pas les ardeurs des Standardmen, qui repartent directement à l’assaut. Et si Tchité manque de peu l’objectif à la 38e, Bia se charge de redonner de l’air aux siens dans les arrêts de jeu de la première période d’une superbe frappe en pleine lucarne.

La deuxième mi-temps est nettement moins emballante. Malgré le score, l’OHL reste replié en défense et se contente de jouer en contre-attaque, ce qui ne dérange pas les Liégeois qui font tourner le ballon en attendant la fin du match (qui est quand même loin…), même si l’OHL se procure 2-3 opportunités de marquer, notamment grâce à Vermeulen et à Ruytinckx, mais Bolat n’est pas inquiet. De leur côté, les visiteurs sont près d’inscrire un quatrième but mais la frappe sèche de Cyriac s’écrase contre le montant de Kaminski (74ème). La fin du match est alors hachée et sans saveur, comme un steak allemand de chez LIDL, vous savez, celui qui fout les gens à l’hôpital ?

 

Lokeren – Beerschot : 1-1

Les occasions n’étaient pas légion dans cette partie. Il n’y a que sur phases arrêtées que le danger était présent. Après une première période d’un niveau assez faible, les deux équipes sont rentrées aux vestiaires sur un score vierge. C’est tout de même Lokeren qui domine la partie, surtout par De Ceulaer et Overmeire, même si ses frappes ou ses centres inquiètent peu Pacovski. Même avec une contre-attaque à 3 contre 2, Lokeren n’arrive pas à mettre le ballon dans les filets. La seule action de Beerschot est un coup franc de Losada avant la pause qui oblige Copa à se coucher (un peu comme ce résumé qui me donne envie de me coucher)…

Lokeren prend la maitrise du jeu en seconde période et avec résultat après seulement cinq minutes. Une jolie passe d’ Harbaoui est reprise et propulsée au fond par De Ceulaer. Les Waeslandiens vont ensuite s’endormir, et même si le Beerschot fait preuve de très peu de créativité, il va revenir au score en fin de partie. Sidibé trompe facilement Copa sur une passe en profondeur de son équipier MacDonald. Bref, ce match a été aussi divertissant qu’un discours d’Herman Van Rompuy, ça m’a fait cet effet-là en tout cas

 

Courtrai – Gand : 0-4

Ne soyez pas trompés par le résultat, car le début de match a été difficile.  En effet, la première vraie action est un corner gantois tiré au premier poteau par Brüls. Veselinovic est surpris et détourne le ballon dans ses propres filets (31ème). Courtrai, fidèle à sa réputation d’équipe ambitieuse, ne se laisse pas abattre mais est trop maladroit, comme un puceau qui voudrait se rattraper de son premier coup manqué. Dans une équipe, quand l’attaque n’y est pas, on attend de la défense qu’elle soit présente, d’autant plus quand on a un but de retard. Sauf qu’à la 38ème minute, sur un centre pas forcément dangereux de Smolders, la défense prend l’eau comme un symbole de petit Grégory (ou de Lucy Thai à qui on a trop sollicité le clito, j’vais pas vous faire d’images non plus !) et MBoyo en profite pour doubler la mise. Les Courtraisiens ne savent alors plus quoi faire, et les Gantois tentent de continuer ce viol footballistique. Ainsi, à la 43ème minute, Thijs place un sublime coup-franc.

Vous vous doutez que quand on mène 3-0 à la mi-temps, on se presse pas trop, mais La Gantoise a visiblement envie de soigner le goal-average. Juan Alberto Melli trompe Van Hout d’une frappe à bout portant (63ème). Il y a encore des occasions de part et d’autre en seconde période, mais sans réelles possibilités de but. La rencontre est entachée par un tacle assassin du local Ismaïla N’Diaye à dix minutes du terme de la partie. M. Nzolo le renvoie logiquement aux vestiaires.

 

Malines – Zulte-Waregem : 1-1

Ben là, lapin vu le match donc pourra pas en faire un vrai résumé bien beau bien complet comme vous les aimez.
A ce que j’ai lu, c’est surtout un match haché ( 6 cartons donc 2 rouges, un dans chaque équipe).  Le premier rouge arrive à la 19ème minute où le Malinois Iddi fout un coup de coude à Skulasson mais Zulte ne profite pas de sa supériorité numérique.

Le premier but arrive 5 minutes après la reprise, sur pénalty et par Rémy Maréval, un gars bien connu du côté de Nantes,  après une main de Pandza. Les fautes se multiplient et là c’est un joueur de Zulte, Delaplace, qui se prend 2 cartons jaunes en 7 minutes, bien gamin ! 86ème minute, nouveau péno, pour Malines, transformé par Gorius

 

Mons – Lierse : 2-1

Mons a bien débuté la rencontre face au Lierse. Affichant une bonne volonté manifeste, les Montois sont récompensés de leurs efforts après 10 minutes à peine. Le buteur Perbet se mue en passeur décisif pour Tim Matthys qui laisse Kawashima sans réaction. Jusqu’ à la demi-heure, les Montois prennent les débats à leur compte. Un envoi de Matthys contré (14′), une frappe à distance d’Ibou que le portier Kawashima détourne en coup de coin, suivi d’un nouvel envoi d’Ibou repoussé à nouveau par le dernier rempart lierrois, les alertes devant le but adverse s’enchainent. Et sur le coup de coin donné par Matthys à la 27′, on est proche du but lorsque Blondelle plonge au premier poteau pour croiser de la tête. C’est enfin Bourabia qui manque le cadre de peu sur un envoi des vingt mètres. Les débats s’équilibrent pas la suite et les visiteurs se procurent trois occasions chaudes, notamment Maric qui trouve la transversale en lobant Berthelin.

Les Montois reprennent la partie comme ils l’ont entamée, de fort belle manière. Après la première alerte signée Ibou (49′), c’est Bourabia qui, d’une tête au second poteau, double le score à l’heure de jeu. Le Lierse n’abdique pas pour autant et sur corner revient dans le match grâce à une reprise du pied de Huysegems oublié dans le rectangle (72ème). Sapina a ensuite la balle de break à la 80′ mais ne parvient à conclure. Lors des dix dernières minutes, les coups de coins s’enchaînaient pour les Lierrois et il faut un grand arrêt de Berthelin sur la dernière tentative de la tête d’Huysegems. Encore une fois à domicile, Mons s’impose et montre une grosse différence pas rapport aux matches à l’extérieur, notamment le dernier à Anvers. Attention toutefois car les deux prochaines rencontres seront à l’extérieur, chez les deux relégables Westerlo et Saint-Trond

 

Genk – Westerlo : 3-0

Le match débute en trombe, Vossen fait plus en 3 minutes avec Genk qu’en un match avec la sélection, vu qu’il trouve le poteau.  Avertissement sans frais pour Genk ensuite, lorsque Delen reprend au-dessus au second poteau (9ème). Le moment du match arrive directement après, avec un carton rouge de Wils qui s’essuie les crampons sur De Bruyne. Westerlo bataille alors ferme pour arracher le point du nul. Et fait même mieux que se défendre sur une tentative de la tête de Van Hout – sauvée sur la ligne par De Bruyne. Genk se montre également dangereux, mais sans parvenir à trouver la marque avant la pause, si ce n’est sur une réalisation de Buffel annulée pour une position de hors-jeu.

Le niveau baisse après le repos. Westerlo se contente de défendre devant une équipe de Genk de plus en plus entreprenante. Et ce qui devait arriver arriva. Vossen échappe au piège du hors-jeu peu après l’heure de jeu pour ouvrir la marque. Moins de 5 minutes plus tard, Barda double la mise. A 10 minutes de la fin, De Bruyne reçoit une ouverture lumineuse pour clore la marque.

 

Anderlecht – Saint-Trond : 3-1

Le match des extrêmes entre le leader et la lanterne rouge. Et c’est Saint-Trond qui se procure la première occaz’ où Reza se présente face à Proto, duel gagné par le portier mauve. Au quart d’heure, Anderlecht prend les commandes via Wasilewski sur coup-franc qui trompe Verhulst (15ème). Jovanovic frôle le poteau sur un tir croisé. Schouterden oblige Proto à se détendre sur un coup-franc désaxé. Sur le corner, Wasilewski dévie le ballon dans son propre but mais l’arbitre Loeman avait déjà sifflé pour une faute sur Proto. À la 41-ème, Jovanovic efface deux défenseurs et lance Gillet sur la droite. Le milieu centre pour Suarez qui n’a qu’à dévier dans le but vide.

Le troisième but tomba à l’heure de jeu: Safari déposa un centre de la gauche sur la tête de Suarez et l’Argentin réalisa son doublé. Anderlecht se met alors à dérouler, tranquillement, à la fraîche. À la 75ème, Jovanovic, dans tous les bons coups bruxellois, centre pour Praet. Verhulst est battu mais Buysens repousse la reprise du jeune anderlechtois sur la ligne. Dufer sauve l’honneur pour Saint-Trond à la fin du match

 

FC Brugge – Cercle Brugge : 1-0

Le derby de la Venise du Nord se joue sous le signe de l’arrivée de Christoph Daum à la tête du Club. Dirar se crée la première occasion à la 5ème minute, sans parvenir à surprendre Verbist. À la 12ème, Vetokele sème la panique côté droit et centre. Hoefkens devance tout le monde et dégage. À deux reprises. Akpala eut l’occasion de marquer de la tête sur un centre de Meunier. La première fois sa tête termine au-dessus, la seconde, captée par le portier du Cercle. La première mi-temps est quand même triste…

La deuxième période est nettement plus animée. À la 53ème minute, Dirar, décalé sur la droite, décoche une superbe frappe enroulée du gauche qui termine dans la lucarne du Cercle. Le temps de remettre le ballon en jeu et Jorgacevic doit réaliser un arrêt de grande classe pour écarter une volée de Neto via le poteau. À la 65ème, Rudy se joue d’Hogli et frappe. La barre transversale repoussa le tir du joueur du Cercle. À la 69ème, Reis dévie sur son propre poteau. Une minute plus tard, Verbist est décisif sur un envoi de Dirar.

 

Classement

 

Voilà que ce termine cette 14ème journée. Même si les buts étaient au rendez-vous, le spectacle était parfois soporifique et pas très inspirant. Donc vu que je n’ai pas mis énormément de vannes dans ce papier trop conventionnel, une petite blague. Le fils de Bart de Wever va se marier ce weekend. Très anxieux, il discute alors avec son père qui lui offre quelques dernières recommandations pour que tout se passe au mieux :

‘Mon fils, lorsque tu rentreras à l’église, je veux que tu y entres la tête bien haute, comme cela tu montreras bien à tout le monde à quel point le Flamand est fier. Lorsque tu rentreras le soir pour ta nuit de noce, je veux que tu la portes dans tes bras pour aller la déposer sur son lit, telle une princesse pour lui montrer à quel point le Flamand est fort. Ensuite je veux que tu te déshabilles lentement de façon ultra sexy, que tu te fasses désirer en faisant durer le plaisir et que tu lui montres à quel point le Flamand est beau.’

Le fils tout heureux de ces quelques conseils rentre chez lui serein et s’endort tranquillement. Le mariage a lieu comme prévu et quelques jours plus tard père et fils vont manger ensemble.

Bart Sr. :  ‘Alors fils ? Raconte à ton vieux père !

Bart Jr. : Bah écoute papa, j’ai fait exactement comme tu m’as dis. Je suis allé à l’église et j’avais la tête bien haute pour entrer, les gens ont vu à quel point le Flamand est fier. Ensuite, après la soirée de mariage nous sommes rentrés et la je l’ai prise comme un prince pour aller la mettre sur notre lit. Je me suis ensuite déshabillé lentement pour finir nu devant elle, elle m’a dis : « tu es beau mon chéri ».

– Et puis ?

– Bah et puis plus rien, je me suis masturbé pour lui montrer que maintenant en plus le Flamand est autonome.’

Voilà, j’espère que ça vous a fait zizir, et en attendant la prochaine fois, je vous embrasse analement et affectueusement.

 

Bart Van den Van Krrr.

3 thoughts on “La Jupi Académie, Journée 14

  1. Arriver à regarder et à rendre notre Jupiler League un peu plus attrayante avec des vannes dedans et tout, je n’ai qu’un mot à dire : merci.
    Et en bonus une bonne blague à forwarder à tous mes collègues flamingant, que demande le peuple? Ah oui un gouvernement…
    La bise anale et affectueuse à toi aussi Bart.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.