La Lens Académie note Amiens-Lens (1-2)

Luissette de retour en vainqueur.

Après deux matches qui validaient une embellie footballistique notable, face à Monaco puis Evian (2-2 puis 1-0), il devenait urgent de se sortir fissa de ce bas de tableau peu en adéquation avec les velléités lensoises de remontée rapide.

C’est donc à Amiens, pour l’un des plus courts déplacements de la saison, que nous avons rendez-vous en ce lundi pluvieux. Il est remarquable que ni le jour choisi (un lundi,  soyons sérieux…) ni le classement pitoyable des deux formations (le 17e qui se rend chez le 20e, soyons sérieux…), ni même la diffusion du match sur Europsport (avec J.L Arribart au micro, Jean-Luc Arribart !?!, soyons sérieux…) n’ont freiné les Picards qui se sont pressés en masse dans le futuriste stade de la Licorne. C’est d’ailleurs dans un stade à guichets fermés que se déroulera ce pseudo derby, car il faut bien l’avouer, il n’y que les Amiénois pour considérer ce match comme un derby.

Petit aparté sur ce stade. Déjà, appeler un stade « La Licorne », même si c’est censé rappeler la Licorne qui orne les armoiries de la ville, c’est quand même un peu foireux. Certes, c’est toujours mieux qu’une MMArena, qu’un nom de rue (cf. Rennes) ou que le nom d’un joueur de hockey sur gazon (Grimomprez-Jooris, pour ne pas le citer), il n’empêche que c’est ridicule.
Encore plus curieux est l’architecture du stade, avec un toit qui surplombe les tribunes à la verticale, ce qui, en cas de pluie ou de vent, n’a strictement aucun intérêt. A mon (humble) avis, ils n’ont pas trouvé d’autres solutions pour éviter les ballons qui passaient au-dessus de la tribune et finissaient sur le parking. Ceci dit, ce match s’est déroulé dans une belle ambiance, une belle moitié de lensois peuplant le stade.

Sur le pré, Garcia prend note des performances des derniers matches et met (à une exception près) en adéquation son discours et ses actes. Exit donc Kasraoui, remplacé par le jeune Mickael Fabre, auteur d’un bon match face à Evian, et qui a été confirmé jusque la trêve internationale d’octobre. Jeune homme : Now it’s up to you.

Bergdich, Pollet, Sow cirent le banc alors que les dernières recrues, Cichero, Bérenguer et Ben Saada sont alignées d’entrée. Le Racing se présente ainsi comme suit :

 

Le môtch :

Il semble que le discours de Garcia commence à faire effet auprès des joueurs. Si les dernières recrues ont remis un peu de concurrence sur des postes où on était particulièrement faible (à peu près tous en fait), ce match illustre surtout les vrais progrès de l’équipe au niveau de l’animation offensive, de l’organisation défensive, de la gestion des CPA et ce n’est pas pour me déplaire.

La 1e mi-temps est d’ailleurs, et de très loin, la meilleure réalisée par le Racing depuis le début de saison : un jeu basé sur l’offensive, en limitant un maximum les touches de balles et en cherchant systématiquement l’intervalle, forcément ça change la donne. Restait à faire appliquer tout ça par les mecs sur le pré, ce qui n’est pas gagné d’avance. Alors certes, ce n’est toujours pas super sexy, certes il y a encore pas mal de déchets dans les transmissions, certes Démont tente toujours ces p*** de corners en deux temps, certes il les foire systématiquement mais l’envie est désormais palpable, et c’était une condition sine qua non à un changement d’état d’esprit.

D’emblée, le Racing accule les Amiénois dans leur 30 m :
4e : Bérenguer allume un coup-franc que claque le portier picard.

5e : Sur le corner qui suit Yahia prend le dessus sur corner, la défense est aux fraises, barre.

12: Bonnefoi, le gardien Amiénois, sauve son équipe du own-goal sur un centre détourné de Mathlouthi qui filait sous la barre.

Les Lensois insistent et trouvent assez logiquement la faille sur un corner (très bien) tiré par Ben Saada que Cirilli se charge de détourner dans ses buts. Un but moche, un but tout pourri, oui mais un but quand même.  Dans la foulée, les Sang et Or continuent à monopoliser la balle et se créent pas mal d’occasions de breaker (par Ben Saada et Mathlouthi et sur corner par Yahia, qui prend systématiquement le dessus), sans réussite. Comme Amiens ne passe pas le milieu de terrain, on se dirige tranquillou vers la mi-temps, il est vrai avec une certaine impression de facilité, symbolisée par un Aurier qui joue beaucoup trop relax à mon goût.

Impression confirmée à la 38e, où sur une touche longue, trois Amiénois prennent en défaut les six lensois placés en défense. Déviation au 1e poteau, air-marquage d’Aurier qui ne peut revenir sur Touzghar. Celui-ci ne laisse pas passer l’occasion : bicyclette, petit filet, but, explosion de la Licorne.

Le Racing tente bien de remettre tout de suite les choses au clair, mais Bonnefoi se permet une parade en lucarne main opposée sur une frappe d’Eduardo. C’est donc à 1-1 que tout le monde rentre au chaud, pas cher payé pour les Lensois. Au retour des vestiaires, les Amiénois ont toutes les raisons d’y croire et on ne peut leur donner tort.

52e : Aurier se fait mystifier sur son côté, prend un petit pont dans la surface et il faut un bel arrêt réflexe de Fabre pour sauver la baraque.

Sur leur lancée, les Picards poussent mais Cichero puis Yahia font le boulot et contrent les frappes à bout portant de Bazile puis de Touzghar. Garcia sent qu’on commence à souffrir au milieu et fait entrer Sow pour Kondogbia, histoire de muscler un peu l’entrejeu. Les résultats sont immédiats, on reprend la main au milieu et on s’offre 10 minutes de siège du but amiénois. Les corners (mal tirés) se multiplient et c’est sur l’un d’eux que Yahia libère enfin le Racing : une-deux Ben Saada-Eduardo dans la surface qui finit sur Yahia aux 6 mètres, celui-ci dévie le ballon de l’extérieur du peid. 1-2.

Garcia continue à maintenir son effectif sous pression et fait entrer Maurice pour Eduardo puis Pollet pour Mathlouthi. Faute de réussir à tuer le match, les Lensois restent sous la menace d’une égalisation. L’arbitre le sent bien et ménage d’ailleurs pas mal le suspense en faisant annoncer, pour la déconne, six minutes d’arrêts de jeu. Une dernière frayeur sur corner passée, Lens respire et retrouve enfin le goût de la victoire, il était temps.

Plus que le résultat comptable, il faudra retenir une belle prestation de nos joueurs qui semblent doucement se sortir de la spirale négative qui nous pollue depuis 1 an ½. La suite, deux réceptions (Boulogne puis Angers) devrait rapidement confirmer l’embellie… ou pas.

 

Les gârs :

Fabre : 3. Je disais la semaine dernière qu’il aurait peut-être la chance que n’ont pas eu tant de doublures par le passé. Elle arrive plus tôt que prévu, et on ne peut pas dire qu’il ne joue pas la carte à fond. Très sûr dans ses prises de balle, il n’a pas assez mis en danger pour réellement juger de son niveau. S’il ne peut rien sur le but, on peut néanmoins mettre à son crédit deux belles parades qui s’ajoutent au bon match de coupe contre Evian. Il est évident que si on joue avec un vrai gardien, ça va changer pas mal de choses…

Aurier : 1. Il paie sa suffisance par un match complètement raté. Plus fort, plus rapide, plus technique que ses vis-à-vis, il n’a pas jugé bon de conserver l’humilité du mec qui n’a que 18 ans et dont le seul palmarès est une rétrogradation en L2. Il lâche son marquage sur le but qui est pour sa pomme, et prend le bouillon sur une action anodine en début de 2nde période qui aurait pu faire basculer le match dans l’autre sens. Arrête le melon mec, c’est plus la saison.

Yahia : 4. Gros match du boucher tunisien. Intraitable dans les airs, il a pris et conservé l’avantage sur tous les CPA tirés vers la surface. Défensivement, il n’a pas eu grand-chose à faire mais l’a fait correctement, et une fois n’est pas coutume, sans fautes inutiles.

Cichero : 3. Du mieux chez le Vénézuélien. Un peu moins de déchets dans le jeu long, une présence physique qui commence à en imposer et surtout une belle vision du jeu qui lui permet de récupérer pas mal de ballons qui traînent dans les zones de Yahia et Baal. Costaud.

Baal : 3. Bien parti pour rester arrière latéral toute la saison, le Manceau enchaîne un 2nd match intéressant, à un poste où on est à la rue depuis que Bédimo n’est plus là. Certes il n’y avait rien en face, mais les enchaînements s’améliorent, et surtout, on n’a pas eu droit aux légendaires boulevards laissés à chaque montée. Reste à voir s’il est prêt à jouer là toute la saison.

Bérenguer : 4. La comparaison avec Ducasse est flatteuse pour l’ex-nancéen, tant son activité a tiré le Racing vers le haut. Une belle frappe pour commencer, quelques boîtes pour rester chaud et une flopée de ballons grattés au milieu pour une belle prestation d’ensemble. Il lui manque juste un 10 devant lui pour qu’on profite pleinement de son abattage. Numéro 10 qu’on n’a pas…

Kondogbia : 3. Moins en vue que Bérenguer, il a tenté à plusieurs reprises de dynamiser un peu le jeu par des remontées de balle bien senties, mais sans efficacité. Suffisamment bon néanmoins pour qu’il ne prenne pas le bouillon au milieu, il lui manque encore l’endurance et la régularité tout au long du match.

Démont : 4. Malgré sa coupe de cheveux atroce, Yoyo confirme son bon début de saison. Cantonné à un rôle de milieu de terrain, il a apporté pas mal de solutions sur son côté et compensé les quelques errements d’Aurier par des retours bien sentis. Un bon match de Démont et de Yahia le même soir, c’était Noël hier à Amiens.

Eduardo : 1. Garcia a dit de lui cette semaine qu’il n’était qu’à 40 % de ses possibilités. L’académie a hâte de voir les 60 % manquants. En attendant, une frappe bien sauvée par Bonnefoi, et rien. Des avant-dernières passes ratées, des appels foireux, des dribbles pourris, je me demande ce qu’il fait encore sur le terrain. Un bon match de Démont, de Yahia et d’Eduardo le même soir, ça reste encore de la science-fiction. Ouf.

Ben Saada : 4. Gros match du Tunisien sur son côté. Encore trop individualiste, il apporte une réelle valeur ajoutée technique, tant dans la vitesse d’exécution que sur CPA. Il manque de complémentarité avec Mathlouthi, normal pour un gars dans l’équipe depuis deux semaines et a ce côté pénible du mec qui tombe dès qu’il y a un coup de vent. Je note néanmoins qu’on ne perd plus depuis qu’il est là.

Mathlouthi : 2. Encore trop court pour être une pointe crédible sur la durée. Beaucoup d’activité mais trop de mauvais appels, de détails techniques (contrôle, passes, ..) qui lui compliquent trop la tâche pour être un vrai danger. Toudic et Pollet devront toutefois se bouger, et ce n’est pas plus mal.

 

Les entrants :

Sow : 3. Il a bizarrement remis le milieu d’équerre en 5 minutes, alors qu’il avait plus l’habitude de le pourrir. Quand la réalité dépasse la fiction…

Pollet : NN. Il a joué 10 minutes sans que je sois certain qu’il ait touché un ballon.

Maurice : NN. Il a remplacé Eduardo. Poste pour poste.

 

A suivre, Boulogne, Angers et Marseille, pour une idée plus précise de ce qu’on pourra espérer de cette équipe.

Luissette.

12 thoughts on “La Lens Académie note Amiens-Lens (1-2)

  1. Franchement la licorne elle est trop belle il faut quand meme noter que la forme du toit est pour l’acoustique !!!

  2. Autant je suis d’accord qu’Eduardo devant le but est nul… mais intervertir son poste avec celui de Ben Saada c’est pour quelle raison ?

    il va pas devenir un bon milieu gauche pour autant, ce que peut-être de façon intermittente Ben Saada, enfin si ça marche…

    Sinon je me permets de prendre des nouvelles du gros torse nu assis sur le bord de la grille sous la neige à Francis le Blé, il va toujours bien ? il m’avait beaucoup distrait je dois dire.

  3. Pourquoi un tel acharnement sur Eduardo ? Surtout quand il a devant lui Mathlouthi qui a fait un match jemaalien des grands soirs…
    On en attends beaucoup du brésilien, et il répond pas encore aux attentes, mais faut pas tomber dans l’excès…

    Par contre je partage l’avis sur Aurier, putin il me les a brisé ce bougre ..

  4. Un match agreable à regarder. Ben Saada tres bonne surprise
    Sinon j’aimerai beaucoup voir un onze de depart sans Eduardo.
    Un conseil salle de muscu pour Mathlouti?

  5. Attends yanaldo, je veux bien qu’on parle d’indulgence, mais faut pas non plus pousser mémé dans les orties (bien que ça soit plutôt marrant). Eduardo est au club depuis maintenant un bail, et jamais il n’a sorti un match correct. Jamais, walou, nada, rien! Même Wagneau Eloi nous avait illuminés par un coup franc de 35 mètres. C’est d’ailleurs marrant que tu parles d’indulgence, et que tu tailles Mathlouti après…
    Sinon, on voit du mieux dans l’équipe j’espère que ça va continuer.

  6. Parce que tu sais qu’avant Garcia on a jamais su l’utiliser comme il fallait ? Soit on le foutait tout seul devant en espérant qu’il nous remets le même but que contre Grenoble (il y a 2 ans) chaque WE, soit on l’a baladé sur les cotés alors qu’il n’a vraiment rien d’un ailier …
    Là on le mets enfin a son vrai poste, et il y a du mieux, même si on en attends beaucoup plus. Je comprends tout à fait que les supporters soient sceptiques à son sujet, mais l’acharnement qu’il subit vraiment … Je reste persuadé que ce joueur n’est pas une chèvre, et qu’il peut vraiment apporter à l’équipe. Techniquement, lui et Ben Saada, ça peut faire de belles choses, reste plus qu’à trouver ce serial buteur dont tous les lensois attendent qu’ils s’appellent Toudic!

    Pour Mathlouthi, c’est juste que pour moi le « boulet » sur le match d’hier, c’est plus lui qu’Edu tout simplement, alors qu’il a un point de plus…

  7. Si les notes étaient objectives, ça se saurait. J’aime bien avoir une tête de turc, mais je suis capable de changer d’avis si le joueur change son fusil d’épaule. Yoyo s’est fait démonter l’an dernier, mais j’ai été suffisamment objectif pour faire remarquer qu’il était le seul à surnager en toute fin de saison et qu’il était l’un des meilleurs cette année. Kasraoui parti, Yahia étant un peu meilleur (ou un peu moins mauvais, c’est selon)il ne me reste qu’Eduardo pour essuyer ma bile. Ceci dit, il est quand même vraiiment nul. Devant le but, il est d’une tristesse rare, techniquement, il est à la rue et surtout, il gâche une quantité dingue de ballons exploitable. Si Mathlouthi rate 2 face à face, c’est avant tout parce qu’il est super mal servi… par Eduardo. Alors oui, il a un point de plus, mais il a aussi un passif bien moindre. :)

  8. ouai, il y a du mieux tout de même sur ce match.. Garcia a quand même les couilles de virer kasraoui, alors qu’il l’avait mis capitaine.. vue le niveau du mec, pas étonnant! Aprés bérenguer fait un super match en récupérateur, il nous apporte vraiment ( bonne pioche pour gervais )ils sont fous les nancéens de lacher un mec aussi combatif d’à peine 30 ans.. D’içi qu’il se retrouve en ligue 2 l’an prochain.. Mathlouti n’a pas le niveau pour être titulaire, encore joker..

  9. Si Eduardo est « techniquement à la rue », je me demande quelle adjectif on pourrait donner aux autres Demont, Pollet, Baal… Après oui, niveau finition c’est médiocre, il fait pas toujours les bons choix dans les 30 derniers mètres, ni les bons appels.. Mais techniquement (jeu en une touche, combinaisons avec les autres..), il est loin d’être dégueu. Et si le passif est à prendre en compte après chaque match pour le noter, je comprends désormais ;)

    Et si mathlouthi rate ses face à face, s’il n’arrive pas à déborder une caravane, s’il ne fait que se jeter au premier contact, c’est que sur ce match il est mauvais. Et comme Den62 le dit, il n’a pas pour l’instant le niveau pour être titulaire dans les matchs « importants » …

  10. Je suis ton académie régulièrement, on peut même dire que j’en suis fan (Si si)!
    Et j’ai observé que tu fais souvent la même remarque à propos de Fabre concernant son âge. Fabre n’est pas si jeune que tu le laisses entendre! Il a 27ans !

  11. Mathlouthi a eu 2, c’est pas non plus la note de l’année, d’autant que les commentaires à son propos ne sont pas particulièrement élogieux. Ceci dit, pour un mec gratos, il se bouge déjà bien plus que la moitié des tocards qu’on payait à prix d’or l’an dernier. En tant que joker, il me va bien.

    Concernant Fabre, il est vrai que je l’imaginais plus jeune. J’ai du confondre avec Atrous, lui aussi parti.

    Ceci dit, il peut avoir 45 ans, tant que Kasraoui gicle, ça me convient.

  12. c’est vrai, il n’est pas jeune ( il n’a qu’un an de moins que kasraoui !! ) en fait, il a même un profil d’un gars qui c’est cru au dessus du lot vers 18-20 ans en faisant un tour à l’étranger, pour revenir en ligue 2.. Maintenant, cela ne veut pas dire qu’il soit mauvais, je le trouve moins maladroit que l’autre nanard, il est plus rassurant dans les buts ( pour l’instant).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.