La Losc académie note Lorient-Lille (1-1)

Nestorien, nicolaïen, arianiste, peu importe, la véritable hérésie serait de ne pas le lire.

Le merlu commun (Merluccius merluccius) est un poisson démersal (qui vit près du fond sans pour autant y vivre de façon permanente donc ça colle) présent sur toutes les côtes du littoral atlantique français et de Méditerranée (là ça colle plus, y a qu’un Lorient). Chassant activement poissons et crustacés en surface la nuit (soit Lens notamment donc ça colle), le merlu retourne en profondeur durant le jour pour éviter ses prédateurs (là ça parle du LOSC).

Taille commune de commercialisation : de 30 à 110 cm (Gameiro ça colle mais pour Brou Apanga…) Le merlu est surtout pêché au chalut de fond, au filet et à la ligne (nous on va tenter avec Sow, ça peut marcher).

Période d’abondance : de mars à juillet (à Lorient on est pour la coupe du monde en hiver).

Poisson recherché (notamment du côté de chez Tonton), le merlu est commercialisé entier, en filet ou en darne à l’état frais ou congelé.

Conseils de consommation : au four, frit, meunière, poché au court bouillon ou à la vapeur.

Vous l’aurez compris il y autant de façon de cuisiner les Lorientais que d’approches tactiques pour un LOSC orphelin de son Élu. Et c’est une des plus surprenantes qui est privilégiée par le Prophète avec la titularisation de Debuchy au milieu de terrain. Par conséquent, Béria change de côté et Emerson retrouve un poste de titulaire. Pour le reste, pas de changement.

Le début de match est lillois. A la 5ème Gervinho récupère le ballon dans les pieds lorientais à une trentaine de mètres du but d’Audard (et non Ospina), efface un défenseur et transmet en retrait à Sow dont la frappe est détournée par Audard en corner. Si les dix premières minutes sont à l’avantage du LOSC tout ça va vite changer. A la 12ème superbe combinaison lorientaise qui envoie Gameiro en face à face avec Landreau qui rate sa sortie. Poteau. A la 16ème Landreau débute son marathon de la grâce en effectuant un bel arrêt suite à une perte de balle de Rami qui lui  commence son marathon de la honte. La défense lilloise est clairement déboussolée par les appels de Gameiro en profondeur et ceux d’Amalfitano dans les intervalles béants entre le milieu et la défense. Le LOSC manque d’équilibre dans le jeu et d’agressivité dans l’esprit. Pour illustrer le tout, rendez-vous à la 23ème et à la 28ème. Sur la première, corner pour le FCL joué à deux sans aucun pressing lillois, les mecs semblent même surpris que l’on puisse encore jouer à la rémoise au XXIème siècle. Heureusement, la frappe de Gameiro est contrée en corner par Debuchy. Sur la seconde, après que le milieu lillois ait été perforé en une passe, Béria tente de déjouer la vigilance de Landreau qui doit désormais aussi subir les frappes de ses coéquipiers. Rien ne va plus. C’est le moment que choisit Rudi pour changer son système en 4-2-3-1 avec Gervinho en pointe, Sow à gauche, Debuchy à droite et Hazard en 10. Les conséquences sont peu évidentes, puisqu’à la 36ème et à la 41ème, Amalfitano et Gameiro, de nouveau oubliés de Rami et Chedjou, sont encore en position idéale pour tromper Landreau. Mais le Mur de l’Atlantique tient toujours. Et avant la mi-temps un miracle intervient : Sow centre de la gauche et trouve Debuchy au second poteau qui se jette et marque un superbe but dans un angle bien bien fermé. A la mi-temps, le LOSC, totalement dominé et étonnamment passif, réalise le fameux « hold-up parfait » grâce à un Landreau christique.

Après 20 secondes de jeu en 2nde Hazard est en sang après avoir embrassé avec son front celui de Morel. Frau s’échauffe et Michel Saint-Doux change de slip. Finalement Hazard reprend sa place. 51Ème : entrée de Gueye à la place d’Emerson. Gueye remplace Debuchy au milieu et celui-ci reprend sa place d’arrière droit. Béria passe à gauche pour essayer de sauver son match. A la 60ème encore Gameiro, encore Landreau et toujours pas Rami. Comme si la situation n’était pas assez critique, entrée de Saw à la place de Sow deux minutes plus tard. Puis advient ce qui devait advenir : à la 68ème, après un une-deux de la tête avec Amalfitano, Gameiro crucifie Landreau une nouvelle fois complètement abandonné par sa défense et en particulier Rami qui n’essaie même pas de lutter de la tête avec le surpuissant Gameiro et n’anticipe pas une seconde la remise quelque peu prévisible d’Amalfitano. Il est temps de serrer les fesses pour les vingt dernières minutes. Les dernières occasions sont pourtant lilloises, avec Gervinho à la 79ème qui gâche pitoyablement la seule passe que réussit en moyenne Frau dans un match puis Hazard à la 85ème qui trouve le poteau après un coup franc vite joué qui ne permettra donc pas de conjurer le sort qui veut que le LOSC se prenne ce genre de but rageant (cf Giggs et Dzsudzsak). Michel Saint-Doux s’énerve rarement, parce que c’est pas très catholique, mais quand Rami s’est permis d’effectuer une roulette à la 89ème il n’a pu endiguer le flot d’insanités qui sont sortis de sa bouche et ont fait trembler les chaussettes de Mme Saint-Doux (n’appelez surtout pas le Diocèse mais le célibat, le Saint-Doux, il ne le pratique que dans l’exercice de ses fonctions, comme les gros membres qui en grands professionnels sont en fonction 24h/24 et 7j/7). Le coup de sifflet final intervient après un coup franc de Mvuemba qui rase le poteau droit de Landreau. Balmont revient vite !

Au final, le point obtenu est miraculeux et on s’en contentera. L’OM, s’il gagne contre Nice doublera le LOSC et prendra à son tour un point d’avance. L’OL peut lui revenir à quatre points en cas de victoire contre Montpellier. Un petit rayon de soleil dans toute cette grisaille, c’est Arles-Avignon qui s’avance au Temple le week-end prochain. On va quand même redoubler les prières, on ne sait jamais.

Les brebis :

Landreau (5/5) : Monstrueux!

Béria (2/5) : Un match compliqué, souvent déboussolé par les offensives adverses, il aurait pu inscrire un CSC stupide. Quelques coups d’éclat défensifs mais c’est tout et c’est trop faible. Et pour clore en beauté un carton jaune qui le suspend automatiquement pour le match à Nancy.

Rami (0/5) : C’est à la 89ème minute que l’évidence a sauté aux yeux de Michel Saint-Doux. Rami est possédé par le démon connu sous le nom de R.Zubaruth. Ni une ni deux, comme les Lillois ce soir, la Saint-Doux mobile est déjà en route pour rejoindre l’aéroport de Lesquin. Enlevé Rami au nez et à la barbe de ses coéquipiers ne fut qu’une simple formalité, puisqu’il suffit d’un tube de lotion pour le corps pour que celui-ci s’écarte du troupeau, comme un âne avec une carotte ou un joueur de City avec un beau bifton. Le plus dur devait enfin commencer, l’exorcisme d’Adil. Le démon connaissait bien Michel puisqu’il ne cessait de répéter « Ta mère suce des queues en enfer, Saint-Doux! ». Un adversaire de choix que ce Zubaruth. Ce n’est qu’après moult incantations latines ignorées des profanes que vous
êtes que Michel Saint-Doux vint enfin à bout du démon et libéra Adil de son emprise. La reconnaissance qu’il lut alors dans ses yeux lui rappela celle de la jeune Regan qu’il sauva il y a de cela une éternité. Mais c’est une toute autre histoire…

Chedjou (2/5) : Une première mi-temps indigne de son talent. Complètement dépassé et faisant lui aussi preuve d’une nonchalance intolérable. Échappe à l’Inquisition seulement parce que c’est Michel Saint-Doux qui aurait des problèmes en cas de waterboarding. Quoiqu’au Texan on lui a rien dit alors pourquoi pas. Réveille-toi Aurélien.

Emerson (1/5) : Un carton jaune qui le ramène à la vie parce qu’on ne l’avait pas vu jusque là, trop occupé à reluquer les séants de Gameiro, Morel ou Amalfitano. Un match anal donc. Échappe au rouge par intervention du Saint-Esprit à la 45ème. Remplacé par Gueye à la 51ème pour rééquilibrer, un peu, l’équipe.

Mavuba (2/5) : On attend d’un capitaine, que dis-je d’un guide, qu’il réveille ses troupes et leur montre la voie à suivre. Mais rien de tout ça hier, Mavuba a paru perdu comme un vulgaire soldat du rang dans une guerre de tranchée. Allez Rio, donne de la voix, met des claques, personne ne t’en voudra et surtout pas Saint-Doux et ses disciples (au nombre de 1 pour le moment).

Cabaye (2/5) : Pas terrible terrible. L’excommunication n’est plus très loin, sachant que le petit Gueye est loin d’être à la rue et que Obraniak semble avoir une grosse faim. Suspendu contre Nancy lui aussi.

Debuchy (3/5) : Beaucoup de volonté même s’il a eu un peu de mal en jouant à la place de l’Élu. Mieux quand il prend le couloir droit avec le changement de système. C’est normal c’est son poste. Et quel but!

Pour les trois joueurs qui suivent Michel Saint-Doux n’a pas pris en compte dans sa note leur absence de replis défensifs sinon c’eût été une boucherie.

Hazard (4/5) : Du tonus, de l’envie, une technique en mouvement irréprochable. A la balle du 1-2 au bout du pied mais trouve le poteau d’Audard. En plus c’est un vrai guerrier, qui n’a pas peur à la vue du sang, quand Michel Saint-Doux a fait une syncope en voyant le cuir chevelu de son chouchou s’ouvrir en grand et déverser une quantité de sang qui a dû se faire pâmer d’envie tous les patients en attente de transfusion.

Gervinho (3/5) : Une première mi-temps percutante et une seconde bien plus anonyme. Du mieux quand même dans l’ensemble. A imité Valbuena en prenant l’axe suite au repositionnement tactique du Prophète.

Sow (3/5) : Lui a donc imité Gignac en prenant le couloir gauche. Une prestation correcte, il semblait en très bonne forme mais n’a pu s’exprimer qu’en de rares occasions. Assez toutefois pour adresser un centre décisif pour Debuchy sur l’ouverture du score.

Les remplaçants :

Gueye (3/5) : Une bonne rentrée. A permis au LOSC de revenir dans un système qu’il maîtrise et de moins subir, tout en subissant quand même, c’est pas encore Zanetti le petit. Michel Saint-Doux milite d’ores et déjà pour que Rudi l’introduise plus en profondeur dans la tournante collective.

Frau (non noté) : Si vous aussi vous voulez rejoindre l’association «Pour que PAF prolonge au LOSC » et bien passez votre chemin c’est pas le Saint-Doux qui va vous aider nom de Dieu.

De Melo (non noté) : Trop tard, bien trop tard.

Le Prophète : Réagit bien quand le LOSC prend l’eau en changeant le système de manière plus défensive mais en replaçant Debuchy dans de meilleures conditions. Réagit encore mieux lorsqu’il sort Emerson pour Gueye. Mais ne fait pas sortir Rami et ça, c’est impardonnable.

Les infidèles : Ils ont choisi le week-end de Pâques pour nous mettre chocolat et ça c’est pas sympa. Une première mi-temps de très haute volée pas du tout récompensée malgré pléthore d’occasions. Un but classe, un une-deux de la tête avec Gameiro faut le faire (même si tout cela est pondéré par la présence de Rami sur l’action). Les Gameiro, Amalfitano, Mvuemba, Morel et j’en passe, c’est un véritable régal. Le merlu a un très bel avenir devant lui s’il parvient à retenir ses plus beaux spécimens, même si ça semble un peu compliqué. En tout cas, Gameiro, Sow, Hazard et Amalfitano, Balmont, Mavuba ça aurait une certaine prestance.

L’introduction, écrite avant le match, démontre la suffisance de Michel Saint-Doux. Comme les joueurs sont également suffisants, une petite question pour vous : est-ce la suffisance de Michel Saint-Doux qui détonne sur les joueurs ou le contraire?

8 thoughts on “La Losc académie note Lorient-Lille (1-1)

  1. Excellente académie. Quant aux gôrs, il va falloir se retirer les phalanges du rectum urgemment sous peine d’aller au devant de « gravdzésilisions » comme dirait Aimé Jacquet…

  2. J’ai bien aimé « la remise quelque peu prévisible d’Amalfitano » !
    Il fait des appels de phare avec ses yeux pour dire à Gameiro où il va mettre là balle!
    Sinon toujours autant de trouvailles dans l’écriture et un jugement parfait des joueurs !!!

  3. « Après que le milieu lillois a été perforé », s’il-vous-plaît.

    Sinon, c’est bieng.

  4. Juste pour dire que je pense que Paris va gagner la coupe de France et Lille va gagner le match de championnat. En même temps, tout le monde doit être de cet avis.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.