Alors, Fabio va faire simple et pas cher.

 

Stekelenburg (3/4): On a vu des champignons pousser sur sa ligne. Le noter sur 5 signifierait avoir eu du travail à faire.

Taddei: (5/5) : Mieux que jcvd, il a fait le grand écart entre la disgrâce originelle et une statut au capitole. A gauche ou à droite, c’est de son côté que ca se passe. Obi y a laissé son amour-propre, un chouchou et sa nationalité.

Juan (4/5): Début de match à voile, un but, une passe décisive, et fin de match à vapeur en sortant le grand mat dans les tibias de Pharaon.

Heinze (2/5): Je croyais qu’il allait partir. En fait, non. Je veux juste qu’il parte.

José Angel (1/5): Lassant. Rapide et bon contre-attaquant, il n’en reste pas moins dans les limbes de la jurisprudence Colleter : le module “centre” n’a pas été validé au partiel de janvier. Et à celui de juin?

De Rossi (4/5) : Sans lui, la Roma n’est qu’une ville comme les autres. Avec lui, les nordistes se souviennent que l’Empire est né et mourra à Rome. A sans doute un peu trop tapé dur. Mais faut comprendre le Danelino, il avait de l’énergie à revendre.

Gago (2/5): A participé au toro mais s’est révélé le moins talentueux des toreros. Des pertes de balles un peu trop acides.

Pjanic (3/5): Le mini-moi du milieu s’est bien amusé entre les phares rayés. Mais le Hugo bosnien de bac à sable reste irritant. De par sa nonchalance et son apparent dilletantisme devant le but. La prestation d’ensemble du milieu sur ce match a été convaincante.

Lamela (4/5):  Distributeur automatique de grigris et de touchers de balle faciles, il a permis la croisière romaine en tout confort.

Totti (5/5) : La putain de classe. Sa prestation a fait exploser les ventes de Vaseline des pharmacies de Milan. Une talonnade magique, un corner déposé sur la tête de Juan, et une balade pastorale et anale entre les lignes bleues et noires. Aucun équivalent dans le calico, à part Del Piero. Et encore, lui, il a perdu son dentier. Une légende.

Borini (5/5): Un doublé qui tache les caleçons du Campo dei fiori et de la piazza del Popolo. Il ne sera jamais un grand buteur mais il est exemplaire dans l’engagement, il est bon esprit avec sa gueule new wave et sa capacité à se compliquer la tâche au moment de conclure.

 

Les meubles mobiles:

Simplicio (Big bisous): Voilà, c’est mieux qu’il rentre en cours de match. Ca lui laisse le temps de digérer les cornetto triple boules.

Bojan (tirliponpon sur le chiouahoua): le mystère. Euh, j’avoue, il est intriguant. Ce dimanche, il plante un but face à quatre intéristes. Demain, il se trompera d’heure pour son rendez-vous chez le pédiatre.

Piscitella (JPD): Jeune à passe decisive. Tant mieux.

 

Fabio Labello vous propose aussi les images du match.

5 thoughts on “La Louve Académie note AS Roma-Inter (4-0)

  1. Siccome non c’è Marco sono constretto a leggerti. Vabbè Ranieri ne veut pas gagner contre la Roma qui Elle en retour nous mange. Forza totti (inter quand meme)

  2. mi dispiace sei costretto leggermi. Pero benvenuto e torna subito. Non sapevo che nouma parleva italiano e era un interista. ma come ti piace totti sei scusato.

  3. Bien joué les gars ! Vous faites fort, capable d’en prendre quatre face à Cagliari et cogner l’Inter ensuite. Tellement Romain.

  4. youpi, en plus de rossi a enfin prolonger , pjanic s’est quand meme vachement bien integrer ya meme deja des bandroles pour lui en tribunes (enfin une j’en ai vu une)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.