L’avant-match :

Il y a des choses qui se répètent et auxquelles on s’habitue facilement, telles que voir votre équipe préférée remporter match après match, et d’autres auxquelles on s’habitue moins comme la gueule de bois du dimanche matin. Pour être tout à fait honnête, cet avant match a lieu après le match. En effet, hier à 20 heures, votre serviteur pendait la crémaillère dans la grande cheminée du château tout juste rénové d’un ami, aristocrate de son état. Alors c’est vrai, l’apéritif aidant, on a pu m’entendre dire : « ils ont pas le niveau ces gueux, je fais cul-sec à chaque but des blancs, hop ! » Cinq cul-sec plus tard – parce que j’ai également vidé mon verre sur le but de l’Atletico, un geste mu par la rage – le match se terminait et ma soirée commençait. L’académie attendrait mon retour sur terre.

 

Le vrai avant-match :

Le Real marche sur l’eau, et sur ses adversaires. 12 victoires d’affilés, de la plus froide et méchante (Valence, 7 cartons jaunes), à la plus facile et déconcertante (Zagreb, 6 buts et 800 passes). En face, l’ennemi locale présente un bilan très moyen en Liga (9ème sans briller) en dépit d’un effectif plutôt mignon. On peut donc s’attendre à un match déséquilibré, d’autant que Falcao n’est pas là et que Forlan et Agüero se contentent de hanter les rêves des supporter colchoneros. Et puis qui se souvient de la dernière victoire des matelassiers sur son royal voisin ? C’était en 1999, avec un certain Jimmy Floyd Hasselbaink devant, l’époque où on disait encore « ISS » donc.
Mais il ne faut jurer de rien surtout lorsqu’il s’agit d’un derby et les rouges et blancs vont sûrement jouer le couteau entre les dents (c’est dangereux, ne faites pas ça chez vous).

 

Les hommes, les vrais :

Pas de surprise coté Real, défense classique avec Lassana à droite (joie) qui fête sa centième en blanc ce soir tandis que Casillas reçoit les honneurs pour son record de 127 capes avec la Roja. Di Maria est de retour sur l’aile droite à la place de Callejon, excellent contre Zagreb, et Benzema est préféré à Higuain devant. Tout va bien.

En face, Godin est de retour en défense et Reyes sur le banc. Pour le reste, rien à signaler.

Casillas – Lass’, Pepe, Ramos, Marcelo – Alonso, Khedira – Di Maria, Ozil, Ronaldo – Benzema.

 

La victoire annoncée :

Le premier quart d’heure est un round d’observation seulement rythmé par les cascades de Di Maria et Ronaldo. Une frappe de Khedira va tutoyer les nuages, euphémisme.

15′: Adrian se débarrasse de Marcelo le long de la touche droite, obtient un contre favorable face à Pepe puis sollicite le une-deux avec Diego à l’entrée de la surface. Salvio laisse astucieusement filer la remise du Brésilien entre ses jambes. Adrian récupère le ballon à 3 mètres de Casillas et le fusille sous les yeux de Ramos qui préfère réclamer le hors-jeu que défendre, Ciani style. Argh…

Le début de rencontre est équilibré, les Matelassiers tiennent bien le milieu de terrain et ne permettent pas au Real de développer son jeu.

21′ : A la suite d’un jolie remontée de balle des tout blanc, jeu en triangle plein axe entre Ronaldo, Di Maria et finalement Benzema qui s’infiltre dans la surface à la limite du hors-jeu. Son accélération surprend Courtois, qui ne l’est pas tant, et qui fauche le français alors que le ballon et déjà loin. Penalty évident et carton rouge pour la peine pour le gardien Belge.

Ronaldo se présente face au futur ex-espoir Asenjo et… rate. Non c’est pas vrai, petit filet gauche. Elle était facile celle là. Égalité

Retour au point de départ pour les Colchoneros mais avec un joueur en moins. L’espoir de faire un exploit s’éloigne déjà. Dommage car les rouges et blancs avaient fait l’entame idéal. C’est con hein ? A noter qu’Asenjo est entré à la place de Diego, auteur de la passe décisive et âme créatrice de son équipe. C’est triste j’aime bien Diego. Mais ça va je m’en remets bien. Logiquement, le Real met le pied sur le ballon tandis que l’Atletico durcit son jeu. Benzema se procure quelques occasions intéressantes et en face on serre les fesses en attendant les vestiaires.

Mi-temps.

Le vrai club de Madrid revient sur la pelouse pour prendre l’avantage, et il ne va pas perdre de temps.

48′ : Accélération de Ronaldo qui, lancé par Özil, parvient à centrer en retrait. Le ballon passe dans le dos de Benzema mais Di Maria opportuniste reprend du plat du pied au second poteau et marque en puissance dans le but vide. Avantage Real.

Le jeu est largement à l’initiative des hommes du Mou mais les Matelassiers tentent de jouer vers l’avant par de longs ballons en direction de Salvio et Adrian. Ils ne sont pas 10 derrière et c’est tout à leur honneur. N’empêche, à force de prendre des risques, ils s’exposent. Higuain remplace Di Maria. Chouette, on a encore droit à la doublette Benz’ – Gonzalo. En face, on fait un peu la tête

64′: Sur un dégagement à l’arrache de Marcelo, le ballon rebondit dans la surface. Godin, sous la pression d’Higuain, tente de dégager en ciseau acrobatique retourné crêpe au sucre mais se loupe dans les grandes largeurs. Gonzalo en profite et crochète Asenjo puis Dominguez pour marquer. Il est sur le terrain depuis 4 minutes.

Les rayés font vraiment des efforts pour poser leurs attaques et faire des misères à la défense Realienne mais sans réussite.

73′ : Karim sort pour Callejon sous les applaudissements de Bernabeu.

80′ : Dans l’axe, Higuain sollicite le une-deux avec CR7 dans la surface. Le ballon d’or remet d’un extérieur improbable dans la course de l’Argentin qui s’écroule, gêné par le corps de Godin qui tombait par là. Le défenseur annihile une action de but, rouge direct. Ronaldo frappe le même péno qu’en 1ére période pour le même résultat. 4-1.

Plus rien jusqu’au sifflet.

 

Les notes :

Casillas (3/5) : Il ne peut pas grand chose sur le but. Une bonne sortie hors de sa surface. En dehors de ça, chômage technique.

Lass’ (3/5) : Il faut se lever tôt pour le prendre en défaut sur son coté, et s’y mettre à plusieurs. Ce n’est pas pour rien si le danger venait surtout de la droite Colchonera. En phase offensive, il reste beaucoup moins à l’aise que son homologue de gauche.

Pepe (2/5) : On ne sait pas trop ce qu’il fait avec Marcelo à gauche sur l’action qui amène le but rouge et blanc. Incapable de stopper Adrian, il laisse la défense de la surface à Ramos et Khedira. Enfin, à Ramos quoi. Après le rouge, il a géré son match et pris la mesure des attaquants adverses. Il s’offre un tacle énorme dans la surface en fin de match, sans pression.

Ramos (2/5) : Complètement scotché par la feinte de corps de Salvio, il laisse Adrian seul face à Casillas mais tente quand même un lever de bras, sans succès. Comme son compère, il n’a pas dégagé la sérénité habituelle mais profite de l’avantage numéraire pour finir tranquillement son match.

Marcelo (2 pour la défense, 3 pour l’attaque/5) : Il n’est jamais aussi heureux que lorsqu’il est de l’autre coté de la ligne médiane, où il multiplie les courses et les centres. En revanche, il défend toujours comme un attaquant et oblige Pepe à lui venir en aide en se faisant passer sans broncher par Adrian sur l’action du but. Il faut dire que Cristiano ne redescend toujours pas. Deux trois gestes défensifs acrobatiques pour le plaisir.

Khedira (2/5) : Il court un peu partout, bloque les trajectoires de passes et joue vers l’arrière. En début de match, le milieu de terrain est rouge et blanc alors comme Sammy est moche et Allemand, on va dire que c’est de sa faute.

Alonso (3/5) : Il continue à distiller ses caviars à la louche avec la classe et la barbe du marin qui en a vu d’autres. Sinon comme Khedira, mais en mieux.

Di Maria (4/5) : Il court partout, dribble à outrance, se jette par terre au moindre choc. Bref, il est agaçant. N’empêche, en terme de création, il fait le boulot de deux Özil. Alors quand un centre approximatif de Ronaldo échappe à Benzema, c’est forcément lui qui arrive à pleine vitesse et assomme le match. Son placement chaotique est à double tranchant mais si le Mou approuve. Pas encore en pleine forme, il fait déjà cauchemarder les défense. So much for Callejon.

Özil (3/5) : Il n’est pas décisif et on peut toujours demander plus de l’homme aux yeux de harengs mais il touche beaucoup de ballons et n’en gâche quasiment aucun. Toujours aussi précis et disponible.

Ronaldo (5/5) : Depuis que le Real joue vraiment en équipe, Cristiano enchaîne les passes lumineuses, évite les gestes inutiles et se sacrifie volontiers pour les autres. Du coup, personne ne songe à l’empêcher de tirer les penalties. Ça tombe bien, lui ne songe pas à les rater. Il paraît quand même moins heureux que lorsqu’il était le centre du monde. C’est le prix à payer pour concurrencer le Barça.

Benzema (5/5) : Provoque le premier péno qui change le cours du match. Sa vitesse et son sens du placement font des miracles, il semble avoir gommé tout ses défauts. En ce moment, il enchaîne les prestations de très haut niveau, même s’il ne marque pas cette fois.

 

Les remplaçants :

Higuain (5/5) : Rim’K peut multiplier les matchs pleins, le seul qui garantit un but par match, satisfait ou remboursé, c’est lui. Quatre minutes pour marquer, puis il provoque le second péno pour ne pas être en reste. C’est Benz’ puissance deux. Bon il profite de la fatigue de ses adversaires quand même. En tout cas, l’association avec son alter-ego fonctionne toujours.

Coentrao, Callejon (non notés) : Ils n’ont pas eu le temps de peser.

 

Un homme dans le match :

Un petit clin d’œil à Godin qui pour son retour a offert un but à Higuain, avant de se crocheter lui même dans sa surface et de provoquer le deuxième penalty en entraînant Higuain dans sa chute. Il finit en beauté sur un carton rouge direct. Je dis « Monsieur » Godin.

Et de treize ! Hop. Je nage dans la joie, d’autant que les nains de la Qatar Foundation ont eu la bonne idée de lâcher trois points à Getafe. Extase ! Reste plus qu’à rééditer la semaine prochaine à Gijon. Ça devrait le faire.

Dieu vous garde.

 

Un homme mystérieux.

L’homme mystérieux a le bon goût de vous offrir les images.

9 thoughts on “La Meringue Académie note Real-Madrid-Atletico Madrid (4-1)

  1. Hommage à Ciani, mauvaise foi et alcoolisme, tout y est. J’aime.
    En tout cas, ça fait plaisir de voir le Real chevaucher tranquillement la Liga devant le Barca.

  2. C est real peut tout gagner pas seulement pour le jeu mais surtt pr la Gange

  3. Le défenseur du faux Madrid semble avoir tenté un gestechnique inspiré de Régis sur le troisième but madrilène, et ça a payé. Vive Régis.

  4. Il est blessé Sahin ? nan parce que sur un match comme ça, le faire entrer voir ce qu’il peut faire, ce serait pas bête je pense, amener de la concurrence tout ça, vu qu’apparemment entre Higuain et Benzema ça fonctionne.

  5. Pour info, à Madrid même, le club le plus supporté reste l’Atlético…

    Malheureux le rouge après 20 minutes pour Courtois, match quasi ingagnable devenu ainsi match d’entrainement à 11 vs 10.

  6. Avec les notes données aux joueurs du réal on peux penser qu ils ont perdu 4-1. Veux mieux que tu change de nom c est barca académie. Quelle hante tu t insulte toi même,le realmadrid est Bcp plus noble que tes mots de merde

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.