La Scapulaire académie note Bordeaux-Nice (2-0)

Claude Pèze invente le compte vomi du match…

Quelle équipe ! Quels joueurs ! Quel match ! Bravo les handballeurs !

Pendant que les handballeurs français se payaient le luxe de dominer une nouvelle fois le monde, les footballeurs girondins se payaient le luxe de sauver la tête de leur entraineur en battant l’équipe de Nice. L’équation du match était simple (j’aime cette expression, ça donne l’impression aux journalistes qu’ils sont intelligents) : une victoire bordelaise, avec la manière si possible, montrait que les joueurs étaient solidaires avec Tigana et voulaient s’en sortir, alors qu’une défaite sonnait la fin de l’aventure pour Jeannot et l’annonce d’une fin de saison vomitive.

Pour ce match, Tigana pouvait compter sur le retour du rouquin affamé, Chalmé, qui revenait enfin après sa blessure et sur le départ de Maazou, parti foutre le bordel à Monaco. Ne manque à l’appel que Planus qui a repris la compétition avec la CFA2 ce week-end (pour une défaite 3-0 à Agen) mais qui devrait être disponible pour jouer face à Lyon le week-end prochain.

A l’annonce des compositions, première grosse nouvelle, Tigana a enfin compris que Fernando n’était pas à sa place en défense, ou alors c’est le joueur qui lui en a parlé. En tout cas retour du Brésilien au milieu de terrain et retour de son envie de jouer. Pour le reste on a les « meilleurs » du moment où en tout cas les moins pires. Dans les buts, notre Thierry Omeyer à nous, Cédric Carrasso, à droite notre rouquin fauve qui revient avec la bave aux lèvres pour montrer que l’année 2010 est bien finie pour lui, dans l’axe Ciani et Sané, pour faire oublier leurs piètres performances des deux derniers matchs et à gauche Trémoulinas parce que bon Marange… faut pas déconner non plus. Au milieu on retrouve le duo Fernando – Diarra ce qui permet à Plasil d’être libéré des tâches défensives. Sur les côtés en théorie mais avec énormément de permutations on retrouve Ben Khalfallah et Jussie qui ont beaucoup à se faire pardonner. En pointe, Diabaté profite du fait que Modeste ne soit pas au top de sa forme (touché à la cheville dans la semaine à l’entrainement) pour être titulaire et donner des cours de tricot à la paire défensive adverse. En face, pas de Bellion (on aurait été foutus de le relancer), pas de Mouloungui  (« Mouloungui, il lui manque que la finition pour être un attaquant redoutable » Xavier G.), pas de Ben Saada non plus. Il reste donc Mounier pour essayer d’emmerder Chalmé et Bagayoko pour marquer sur un malentendu. A noter aussi que Traoré, prêté par Bordeaux, est lui aussi titulaire.

Dès le début du match, on sent bien que les joueurs ont une envie débordante, un peu comme quand tu as envie de chier le matin après une cuite. Ils monopolisent le ballon et provoquent de nombreuses fautes niçoises. Il faut dire que les niçois ont un objectif simple en première période : ne pas prendre du but. Forts de cet esprit ultra-offensif, les Niçois espèrent que Carrasso s’enrhumera pour frapper au but lorsqu’il se mouchera. Bordeaux pousse et j’ouvre une bière pour les encourager, geste qui s’avère payant à la 38ème minute de jeu lorsque, sur un corner, Plasil dépose la balle sur le crâne de Lamine Sané qui marque et qui va fêter ça avec son frère sur le bord du terrain. Le mec de Foot+ en profite pour placer que les deux frères se ressemblent énormément, de là à dire que tous les noirs se ressemblent il n’y a qu’un pas que seul un commentateur du niveau de Xavier Gravelaine osera franchir. Presque sûr d’avoir eu une influence sur l’ouverture du score en ouvrant ma bière, je décide d’aller sortir un pack et de la plier avant la mi-temps pour forcer le destin. Bon ça n’a servi à rien mais au moins j’étais content.

Mi-temps sur le score de 1-0 et une sensation bizarre qui semble être de la joie de voir Bordeaux évoluer de cette manière. A moins que ce soit les restes du chili con carne d’hier soir. Pour en être sûr je bois une nouvelle bière et en effet c’est le jeu bordelais qui provoque cette sensation. Néanmoins je crains que Bordeaux ne déjoue en seconde période comme à son habitude.

La seconde période débute et lorsque Modeste loupe sa tête, je vois le spectre du retour niçois planer autour de moi. Je le chasse à coup de bières et comme un symbole, 5 minutes plus tard, sur un pressing de Fernando, Modeste récupère le ballon et marque en un contre un avec Ospina (ce qui veut dire « bite en os » en Colombien local). Bordeaux continue de jouer de manière agréable et manque à plusieurs reprises de marquer un troisième but. Défensivement ça tient le choc mais il faut savoir raison garder comme on dit parce que si la défense bordelaise a été bonne, elle le doit en partie à la faiblesse offensive de Nice qui a autant de mordant qu’une mamie sans dentier dans un porno allemand.

Au final, victoire 2-0 pour des bordelais qui ont montré qu’ils étaient solidaires avec Tigana et qui vont pouvoir préparer le match face à Lyon avec un peu plus de sérénité et certainement avec un nouveau joueur, André (aucun lien avec Gignac j’espère) en provenance de Kiev. Place à l’analyse.

Les gars :

Carrasso (3/5) : A été surpris entrain de se branler pour se réchauffer tellement il avait froid. Un arrêt facile sur une frappe de Ljuboja au début du match et des ballons au pied le reste du temps. A vu sa défense solide ce qui doit lui faire plaisir.

Chalmé (4/5) : Un match de rentrée plus que convaincant pour le rouquin. Il a mangé Mounier défensivement jusqu’à l’écœurer (il est parti côté droit voir si c’était plus cool) et offensivement il a provoqué et a été d’un grand soutien pour Plasil et Jussie, se permettant débordements et accrochages avec Clerc. Attention tout de même, le week-end prochain ce sera Bastos ou Lisandro.

Trémoulinas (3/5) : Il en a un peu chié face à un Traoré qui voulait se montrer, lui qui est prêté sans option d’achat par Bordeaux, mais il a tenu le choc sans trop souffrir et en mettant parfois au supplice la défense niçoise grâce à son entente avec Ben K. Même remarque que pour le rouquemoute, la semaine prochaine ce sera d’un autre calibre.

Sané (4/5) : 5 ce serait trop parce qu’il n’a pas eu énormément de travail à faire. Il a tenu physiquement face à Bagayoko et techniquement face à Ljuboja. En plus il prend un jaune sur une erreur de relance. Mais il a le mérite d’ouvrir le score sur le corner de Jaro et en plus il a l’esprit de famille (en DVD, comprenne qui pourra)

Ciani (3/5) : Après Marseille on se disait qu’il ne pouvait pas faire pire, après Angers on avait des doutes, mais là on a retrouvé un Micka combattif et leader de la défense. De là à dire que c’était la présence de Fernande en défense qui le rendait mauvais serait un raccourci trop facile et qui masquerait les carences dont il a fait preuve ces derniers mois. A confirmer face à Gomis le week-end prochain.

Diarra (3/5) : Pas de déclaration fracassante avant le match, pas de geste d’humeur, le capitaine a montré l’exemple et a travaillé cette semaine pour essayer de sortir le club de l’impasse. Cela s’est vu sur le terrain avec un Diarra tentaculaire qui a vampirisé tous les ballons, que ce soit dans les pieds ou à la tête, laissant le soin à Fernando de les bonifier.

Fernando (5/5) : Fernando retrouve son poste et par la même occasion son envie. Une activité importante (86 ballons touchés), il a éclairé le jeu bordelais en alternant jeu court et jeu long avec une qualité de jeu et une envie qu’on n’avait pas vue depuis un petit moment. Son pressing important a permis à l’équipe de récupérer un grand nombre de ballons et notamment celui du deuxième but inscrit par Modeste. Et s’il était à la base d’un renouveau bordelais ? A confirmer tout de même comme pour le reste de l’équipe.

Plasil (3/5) : Débarrassé d’un poids avec le retour au milieu de terrain de Fernando, Jaro a été bon, combinant à merveille avec Jussie et Ben Khalfallah pour faire souffrir l’équipe azuréenne. S’offre une nouvelle passe décisive sur corner histoire de pouvoir sortir sous les applaudissements du stade à la 87ème remplacé par Wendel.

Jussie (3/5) : Le match de Lyon approche et Jussie veut être titulaire pour violer une nouvelle fois la défense, il n’y a pas d’autre explication pour sa prestation de ce soir. En 90 minutes j’ai vu Jussie accélérer, provoquer, dribbler, mettre du bois et prendre un jaune, soit presque autant que ce qu’il avait fait depuis le match de Lyon. De meilleurs choix offensifs et un peu plus de constance seraient les bienvenus tout de même.

Ben Khalfallah (3/5) : J’aurais presque pu lui mettre 4 tellement j’ai eu l’impression par moment de revoir le FBK de Valenciennes, rapide, dribbleur, provoquant la défense adverse avec coups de reins fulgurants. Le côté gauche semble lui convenir à merveille. Remplacé à la 83ème par Gouffran surement pour le fun.

Diabaté (2/5) : Point de croix magasine a fait une offre aux Girondins pour s’attacher les services de Cheick. Il a énormément tricoté à chaque ballon touché, se retrouvant bloqué ensuite par plusieurs niçois. A sa décharge il est jeune et s’est pris un coup de crampon dans le visage tôt dans le match. Remplacé à la mi-temps par Modeste.

Les entrants :

Modeste (non noté) : Il rate le cadre sur sa tête plongeante à la 53ème mais se rattrape 5 minutes plus tard en réalisant le but du break. L’arrivée d’André devrait lui permettre de souffler un peu et de ne plus avoir tout le poids de l’attaque sur ses épaules.

Gouffran (non noté) : Tigana l’a fait rentrer parce qu’il savait que le match était plié.

Wendel (non noté) : voir Gouffran.

Le coach :

Enfin un coaching intelligent de Tigana ! Je ne parle pas de l’entrée à la mi-temps de Modeste qui est dictée par les évènements (Diabaté un peu KO), mais du fait qu’il ait attendu les 10 dernières minutes du match pour effectuer ses autres changements. Il n’a pas voulu bouleverser l’équilibre de l’équipe qui tenait son match. Il sauve sa tête ce soir et obtient en plus l’attaquant qu’il désirait. A lui de montrer qu’il ne veut rien lâcher dès la semaine prochaine à Lyon.

Les mecs en face :

Ospina va finir par se barrer pour un gros club, Mounier aussi, Ljuboja a toujours une coupe de cheveux dégueulasse et Traoré pourra revenir pour essayer de se faire une place.

6 thoughts on “La Scapulaire académie note Bordeaux-Nice (2-0)

  1. De la bière, un peu de merde et beaucoup d’envie, on sent que tu reviens Claude. Comme un symbole.

  2. Très grosse académie Claude !

    L’envie affichée ce soir est à conserver. Je ne me rappelle pas de la dernière fois que j’ai vu Jussiê se battre autant. FBK a été très bon, mais Chalmé est vraiment sorti du lot. Et bien que ça me fasse mal au cul, je reconnais que Fernando a été monstrueux, au pressing, à la récup’, devant…

    Mais c’est surtout collectivement que la manière fait plaisir: jeu au sol, solutions pour le porteur, pressing haut dès la perte du ballon, couverture derrière, les gars ont mis le bleu de chauffe, et tous en même temps.

    C’est quand même plusieurs crans au dessus des dernières prestations. En plus ils ont gagné une semaine sans se les faire briser.

  3. %a défense n’était pas sereine quand même (venu d’un lyonnais ça peut faire sourire).

    Tout ce que j’espère c’est qu’il n’y ai plus plus de bière dans le frigo de Claude dimanche prochain.

  4. Tu bois quoi comme bière pendant les matchs? Perso j’aime bien la Leffe 9 qui donne l’impression de regarder un classico (le vrai) au bout de 3 gorgées

  5. Étant dans une région où l’alcoolisme est un véritable sport paralympique, j’oscille, comme bon nombre d’autochtones dès 9h du matin, entre la Leffe 9, la Carlsberg et la Duff quand j’en trouve, c’est-à-dire quand je redescend dans le Sud-Ouest. Je conseille la Levrette aussi qu’on peut trouver au V&B de Mérignac pour les connaisseurs

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.