Et voilà, l’année 2011 se termine et comme dirait L’Equipe, elle se termine en beauté pour les clubs corses. Perfettu Erignacci vous offre un petit tour de Corse, comme un symbole du départ du Tour de France 2013.

 

– A.C.Ajaccio : 20ème de Ligue 1 avec 15 points.

Il y a encore deux semaines tout le monde enterrait Ajaccio. A la trêve, tout le monde a peur. Nancy, Brest, Dijon, Sochaux, Nice, Auxerre, Caen et Valenciennes tremblent. A la traîne il y a encore 4 journées de cela l’A.C.A est revenu dans la course au maintien, seulement quatre points le sépare de ses concurrents directs. Mais pour parvenir à un tel résultat, il a fallu changer beaucoup de choses. Tout d’abord, Olivier Pantaloni a su stabiliser et équilibrer son équipe en trouvant, enfin, un onze type. Avec une défense Lippini-Medjani-Poulard-Diawara le coach a permis à l’équipe d’avoir de solides bases défensives, il est important de noter que jusqu’ici dix défenseurs différents ont composé la ligne arrière. Dorénavant l’entente et la cohésion des défenseurs est maximisée, en espérant que les possibles blessures et suspensions ne fragilisent pas cet ensemble qui se rôde bien. Le chantier de la défense a été, pour l’instant, résolu mais d’autres points faibles ont persisté pendant cette première partie de saison : l’A.C.A débute mal ses mi-temps. Acculés dans leur camp, dominés, les ajacciens mettent trop de temps à rentrer dans leur match et encaissent des buts évitables dans le premier quart d’heure, le dernier exemple en date est le match à Nancy où Bakar a ouvert le score dès la 10ème minute. L’autre exemple criant est le match à domicile contre Paris où le match était d’ores et déjà plié dès la deuxième minute. On remarque la même chose pour le début de deuxième mi-temps.

Fort heureusement, les joueurs acéistes ont une capacité de réaction relativement impressionnante ce qui leur permet de ne pas couler et de revenir au contact de leurs adversaires assez rapidement. Treizième attaque du championnat, l’A.C.A a marqué 20 buts en 14 matchs, étant donné que l’attaque est restée vierge seulement cinq matchs. Avec le brésilien Araujo Ilan en chef de file, l’attaque ajaccienne souffre d’un manque de concurrence. Manque de concurrence qui va prendre fi avec l’arrivée de Lens du brésilien Eduardo. En espérant que celui-ci retrouve son niveau d’antan et qu’il puisse ainsi résoudre les problèmes offensifs du club. Avec Socrier, Delort, Ilan et Eduardo, le secteur offensif est plus dense( bon en fait avec Eduardo ça ne va pas se faire, mais ces dernières phrases marcheraient avec n’importe quel attaquant, en espérant un attaquant meilleur que le Brésilien). Ainsi, Olivier Pantaloni mettra peut être de côté son 4-3-2-1 de côté pour un 4-4-2 plus percutant et ce qui permettra sans doute de résoudre le problème de l’isolement chronique de l’attaquant de pointe. Pour réussir à se maintenir, le coach devra prendre des risques. Il a d’ailleurs commencé à en prendre lors de ses derniers matchs, avec le résultat que l’on connaît. Le chemin vers le maintien est encore long, il sera parsemé d’embûches mais le collectif ajaccien est plus fort que tout, la solidarité aussi. C’est pour cela que le Perfettu n’a jamais perdu et ne perd toujours pas espoir dans cette quête du Graal. L’Athletic Club d’Ajaccio sera encore en Ligue 1 l’année prochaine, et ce n’est pas une prédiction, c’est une promesse.

 

Le petit mot du joueur du C.A Propriano, Pierre-Paul Corticchiato :

« En début de saison l’entraîneur de l’ AC Ajaccio avait privilégié une configuration défensive qui visiblement ne fonctionnait pas , à présent Olivier Pantaloni a choisi de concentrer son jeu sur l’attaque ce qui a manifestement révélé le potentiel de cette équipe qui je pense nous réserve encore quelques belles surprises . » Vous voyez, l’avenir promet d’être bleu, comme un symbole du ciel à Ajaccio un 3 janvier.

Pour étayer tous ces beaux propos le Perfettu a sollicité les premiers concernés, les joueurs, via Facebook. Ainsi, profitez de la gentillesse et de la patience de ceux-ci. Voici la petite interview d’Andy Delort, attaquant de l’A.C.A.

 

P.E : Après un début de saison difficile, l’A.C.A connaît un renouveau, comment l’expliquez-vous? Quel a été le discours du coach?

Andy Delort :  Il est vrai que le début de saison a été très difficile avec des mauvais résultats, on s’attendait que ce le soit mais pas autant. Après ces deux victoires et le nul à Nancy on va repartir a zéro sur la deuxième partie de saison ! Le coach a toujours cru en nous, le staff aussi et nous encore plus.

P.E : Quel est l’objectif de l’A.C.A lors de la deuxième moitié de saison? La Coupe de France est-elle importante pour vous?

A.D : La seconde partie du championnat sera aussi difficile pour nos adversaires. Le principal sera de gagner nos matchs à domicile et gagner contre nos concurrents directs au maintien,et surtout prendre le plus de points à domicile. La coupe de France est secondaire, le championnat est primordial et nous tenons à remplir notre objectif du maintien.

P.E : D’un point de vue personnel, comment jugez-vous votre première partie de saison?

A.D : Depuis ma blessure lors de la rencontre contre Montpellier. J’ai eu du mal à revenir à 100% mais je compte bien me rattraper et être le plus décisif possible et ainsi me maintenir avec le club qui m’a formé et qui m’a fait découvrir ce niveau et ces stades de rêve.

 

Le Perfettu, en plus d’être intervieweur, s’est découvert la passion de la poésie depuis qu’il a écrit cet article sur ce très bon blog. Il vous offre donc un petit poème sur chaque joueur. Profitez-en, c’est gratuit.

Guillermo Ochoa :      
U Salvatore
Guillermo aux mains d’or pourrait être son surnom, mais on préfère « Memo »
Car, quand je vois ses arrêts extraordinaires, je ne trouve pas mes mots
Tous les soirs, je prie pour qu’il ne quitte jamais Ajaccio
Et rappelons que sans lui, des points, l’A.C.A en aurait zéro…

Anthony Lippini :  
U pridilettu
Fils de footballeur, tacleur né, Antho’ est accrocheur
Il monte et descend sans arrêt, tel un ascenseur
Ses nombreuses fautes et ses multiples cartons ne me font pas peur
Car Lippini est mon chouchou, et qu’il restera à jamais dans mon cœur.

Yohann Poulard :     
U malignu
Non, l’ancien manceau n’est pas un défenseur d’avenir,
Oui, il commence à se faire vieux, mais il permet à la défense de tenir
Non, il n’est pas très rapide, mais son placement me fait me réjouir
Poulard n’aime pas trop parler, lui ce qu’il aime, c’est agir.

Leyti N’Diaye :            
U fritulosu
Face à lui, nombreux sont ceux à avoir trouver la faille,
Il manie l’art du plaquage aussi bien que Damien Traille
Mais pour bien rire pendant un match, il n’y a qu’N’Diaye qui m’aille
C’est pour cela que non, je ne veux pas que tu t’en ailles.

Carl Medjani :   
A bèstia
Montagne humaine, son principal atout est la force
Ses interventions musclées rendent fière la Corse
Son jeu de tête est à faire pâlir les otaries ou les morses
Avec lui, la défense est plus forte, c’est ainsi que nous pouvons bomber le torse.

Fousseini Diawara :
U vivu
Cantonné à l’infirmerie et à la réserve, Fousseini a failli prendre la porte
Mais d’un coup d’un seul, on l’a vu déborder par la droite
Infatigable défenseur, il est capable de marquer du pied et de la tête
Osons espérer, qu’à la fin de la saison, ce soit grâce à lui qu’on fasse la fête.

Jean-Baptiste Pierazzi :  
U capu
Capitaine exemplaire, il est le Père de la patrie
Leader naturel, on le compare à Pasquale Paoli
Posté devant la défense, il n’a plus besoin de faire son nid
Et cela, ses coéquipiers et adversaires l’ont bien compris.

Mehdi Mostefa :        
U discretu
L’international algérien reste pour moi une énigme
Enfin, cela ne m’étonne pas quand je vois qu’il vient de Nîmes
Elément discret, il est pourtant un joueur indiscutable de sa team
Car entre Mehdi et « récupération », c’est très intime.

Paul-Bastien Lasne :         
 U sumere
Lasne de Bordeaux, l’âne de Schrek
Lasne d’Ajaccio, l’Anne Franck
Même si on ne peut pas dire que toutes ses prestations soient impec’
Paul-Bastien est tout de même un bel homme, comme Ben Affleck.

Benjamin André :          
A pepita
Jeune et talentueux, son équipe n’est pas la plus glamour
Mais peu importe, il fait son job avec amour
Devant et derrière, derrière et devant, au four et au moulin, au moulin et au four
Benjamin ne s’arrête jamais, Benjamin il court.

Johan Cavalli :              
U metrònomu
Petit milieu de terrain, il est l’homme à tout faire
Coups-francs, transversales, dribbles, corners
Dans tous ces domaines il est expert
Efficace et irremplaçable, tout le contraire de Noël Mamère.

Frédéric Sammaritano :       
U basaccianu
Cavalant dans son couloir comme un nain connu
Petit Fred est déroutant et ses adversaires finissent souvent sur le cul
Poussé sur le banc, il fait désormais le pied de grue
Pour redevenir titulaire et ainsi marquer plein de buts.

Christian Kinkela :                  
U rapidu
Sa principale qualité c’est qu’il est aussi rapide qu’un train express
Certains prient sur des tapis, d’autres vont à la messe,
Moi si je pouvais en avoir une, Christian serait ma maîtresse
En attendant, sa vitesse et sa percussion sont mes grandes prêtresses.

Araujo Ilan :          
U isulatu
Isolé en pointe, tel Robinson Crusoé sur son île
Le Brésilien se démène et a su marquer quatre buts tout pile
Et si parfois il ne bouge pas d’un cil
Ce n’est pas pour autant qu’il ne conduit pas le bus de l’attaque ajaccienne comme Louis, Emile.

Richard Socrier :           
U lentu
Grand courage et grande dévotion
Le font surnommer ‘Richard cœur de lion’
Force est de constater qu’il n’est pas aussi rapide que l’avion
Socrier, malgré tout, se bouge le fion.

Les cinq matchs capitaux de l’A.C.Ajaccio :

  • 14/01 : A.C.A-Auxerre
  • 28/01 : Valenciennes-A.C.A
  • 04/02 : A.C.A-Nice
  • 18/02 : A.C.A-Brest
  • 25/02 : A.C.A-Dijon

 

– S.C.Bastia : 3ème de Ligue 2 avec 30 points.

A Bastia, il y a le soleil, les oiseaux (et ta mère sans doute), et le S.C.B. Véritable institution du football insulaire, le S.C.B est de retour cette saison après une année de purgatoire en National. Autant vous le dire tout de suite, Bastia ne fait pas semblant et à bien l’intention de bousculer les « gros » clubs comme Le Mans, Monaco, Lens, Nantes et de s’installer durablement dans les trois premiers. Pour l’instant, le S.C.B est en adéquation avec ses attentes et avec celles des supporters. Après avoir été en tête du championnat lors des trois premières journées, après avoir vécu un petit passage à vide entre mi-août et mi-septembre, les Bastiais sont de retour au premier plan. Jamais très loin du trio de tête, ils se sont immiscés à la troisième position lors de la 19ème journée suite à une victoire 4-1 contre Tours. Malheureusement, le S.C.B a tenu le haut de l’affiche pour une autre raison que ses très bons résultats sportifs. En effet, le grand feuilleton que la Ligue nous a offert a concerné les sanctions après le match Bastia-Lens lors de la onzième journée. En fin de match, une échauffourée éclate suite à un violent tacle de Sow, les esprits s’échauffent, les joueurs et dirigeants des deux camps se bousculent. L’arbitre dégaine les cartons rouges pour Cichero, Sow et Cioni. La recrue artésienne Cichero , visiblement énervée rentre au vestiaire et s’en prend à un dirigeant bastiais dans les couloirs de Furiani. Coups de pieds, coups de points, coups de tête (on ne sait pas trop)tombent, le dirigeant Seghi tombe aussi et est conduit à l’hôpital et opéré de plusieurs fractures au visage. Suite à ces incidents, Cichero sera suspendu cinq mois et le Stade Armand-Cesari déjà sous le coup d’une suspension avec sursis(après Bastia-Le Mans), se verra ‘fermé’ pour un match. Thiriez, en bon Zorro du football français voit d’un bon œil de stigmatiser le club corse, plusieurs mesures sont prises afin de « garantir la sécurité des matchs à Bastia ». Suivra dès lors, un imbroglio jamais vu auparavant, Furiani suspendu, les Bastiais vont devoir jouer le match à domicile contre Arles Avignon hors de leurs bases. Après maintes discussions, maintes tergiversations et maintes hésitations entre Grenoble, Gueugnon, la Ligue et le S.C.B se mettent d’accord pour jouer à Créteil, tout cela à seulement quelques jours du match.. Ou quand sanction rime avec mauvaise organisation. Après avoir réglé les problèmes de logistiques et de logement, Bastia-Arles Avignon a bien lieu et voit la victoire du S.C.B trois à zéro. C’est sans doute la meilleure réponse que pouvaient avoir les joueurs.


 Illustration 1:  Tableau d’affichage lors du match Bastia-Arles, joué à Créteil. Joli pied de nez.

L’autre affaire qui fait grand bruit, c’est le choix de la Ligue de faire jouer une journée de championnat le 5 mai. Cette date est ou plutôt était synonyme de « journée sans foot » en hommage aux victimes du drame de Furiani le 5 mai 1992 lors de la demie finale de Coupe de France Bastia-Marseille.

Les dirigeants du football français de l’époque et même le président Mitterrand avaient pourtant donné leurs paroles que plus jamais on ne jouerait au football à cette date. Souffrant d’amnésie, ou d’une crise aigüe de connerie, et pressée par le diktat du diffuseur Canal +, la Ligue a programmé la 36ème journée de Ligue 1. Aberrant. Une pétition circule sur le net pour essayer de convaincre la haute-sphère du football français de changer d’avis. Signez-la.

Passons dorénavant au domaine purement sportif qui est beaucoup plus réjouissant. Bastia sur le podium, c’est toute la Corse qui sourit. Des recrues brillantes (Rothen est premier des Etoiles France Football, Maoulida a déjà marqué à six reprises), ce sont tous les supporters qui sourient. Des jeunes qui se mettent en valeur, ce sont tous les recruteurs qui sourient. Effectivement, les joueurs venant du centre de formation attisent les convoitises de la Ligue 1. Sadio Diallo et Walid Khazri sont sur les tablettes de Lorient et Rennes s’intéressent à eux. La politique de formation bastiaise est encore très active et très efficace même si le club a laissé filer la perle Sonny Mustivar il y a quelques jours. Avec ses bons résultats, le S.C.B attirent aussi plus facilement les joueurs, ainsi l’Istréen Julien Palmieri et l’ex Valenciennois Lacourt vont certainement rejoindre les rangs des Turchini. Un inconditionnel plus pour la suite de la saison. Sur le plan du jeu, tout va bien, les Bastiais possèdent la deuxième meilleure attaque du championnat derrière Sedan avec 29 buts inscrits ( 6 par Maoulida, 5 par Diallo et Khazri, 4 pour Suarez ). La qualité de passe de Rothen, la vivacité et la technique de Khazri et Diallo aident grandement à cette réussite offensive. Même les défenseurs marquent puisque Jérémy Choplin a déjà inscrit 3 buts. Avec en plus la cinquième défense du championnat, la suite s’avère rassurante si les joueurs continuent sur leur lancée. D’autant plus que les concurrents directs à la montée tels que Le Havre, Guimgamp et Laval ne semblent pas avoir les épaules pour maintenir cette cadence. L’ennemi numéro un s’appelle Sedan. Mais ne vous en faîtes pas, il y aura bien deux clubs corses en Ligue 1 l’année prochaine.

Les cinq matchs capitaux du S.C.Bastia :

  • 07/01 : Bastia-Sochaux
  • 18/01 : Bastia-Le Havre
  • 28/01 : Clermont-Bastia
  • 17/02 : Bastia-Reims
  • 13/04 : Sedan-Bastia

 

– G.F.C.O.Ajaccio : 6ème de National avec 31 points.

Le début de saison du deuxième club ajaccien se résume en deux parties bien distinctes. Douze premiers matchs soldés par seulement trois victoires, six défaites et quatre nuls, treize buts encaissés, dix buts marqués, une 17ème place au classement et le moral dans les chaussettes. Puis vint le temps de la rédemption, onze matchs de championnat et de Coupe de France, onze victoires, quarante deux buts inscrits, une moyenne de 3,8 buts par matchs, neuf buts encaissés et une sixième place au classement. L’équipe connaît un renouveau et se place ainsi à huit point des chamois niortais leader et à deux points du troisième Epinal. La montée en Ligue 2 est ainsi redevenue une possibilité. Surtout que les joueurs du coach Veilex semblent imbattables. Tout cela basculera  définitivement du bon côté si les Ajacciens l’emportent à domicile en 32ème de finale de Coupe de France contre le Toulouse Football Club. Cette victoire est d’autant plus réalisable que le stade Ange Casanova semble être imprenable comme en témoigne la deuxième place du club dans le classement domicile. Sept victoires, un nul et une défaite, tel est le bilan dans le stade du quartier de Mezzavia. Le TFC peut trembler. Par contre, la donne n’est pas la même au classement du fair-Play, les diables rouges étant avant-dernier à cause de 37 cartons jaunes et 7 cartons rouges. Mais bon, on s’en fout, les derniers ce sont ces ********* du Nîmes Olympique avec 47 cartons jaunes. Par ailleurs, au classement général les Nîmois sont devant les Ajacciens pour un point mais ne t’inquiètes pas Loulou, cela ne va pas durer. La colonne vertébrale du club Maury, Poggi, Dufau, Collorédo donne le tempo au reste de l’équipe, ce qui donne un ensemble très homogène, très complémentaire, entre rudesse et technique, rigueur et fantaisie. Le petit attaquant Collorédo est d’ailleurs le meilleur buteur du club avec six réalisations, devant Fillipi et Verdier, auteurs de cinq buts chacun. Tous les joueurs du G.F.C.O étonnent, Fillipi est souvent déchaîné, le gardien Maury a sauvé son équipe à maintes reprises, Bocognano surprend par sa maturité et Romey répond toujours présent. A noter que les ajacciens se sont vus retirer quatre points dont deux avec sursis suite à différents problèmes contre Beauvais, début septembre. Tout cela parce que le G.F.C.O est un club corse et parce que la Fédération n’est pas capable de passer outre les préjugés concernant le supposé caractère violent des insulaires. Deux poids, deux mesures dans le football, surtout lorsque l’on voit que ni Metz ni Amiens n’ont été sanctionné suite à  une bagarre générale. Une chose est sûre, malgré les embûches, la marche entre CFA et National n’a pas été trop  haute, et les Diables Rouges peuvent même espérer beaucoup mieux. En même temps, dans un championnat où évolue Alain Cantareil et Edourb Alhadhur, tout est possible.

 

Les joueurs sont Gaz’ sont extrêmement sympathiques et deux de leurs joueurs ont répondu favorablement à ma demande d’interview. Extraits.

P.E :  Meilleur défense de National, attaque en feu depuis quelques matchs, comment expliquez-vous la belle réussite du GFCO lors de cette première partie de saison?

Yohan Bocognano (défenseur) : Vous savez pour se lancer dans un championnat il faut toujours commencer par une série de victoires, nous nous n’avions pas eu de chance, on a mal commencé, mais maintenant nous avons mangé notre pain noir. Nous sommes sur une très belle série de 11 victoires d’affilée toutes compétitions confondues ( 7 en championnats , 4 en Coupe de France ).

P.E : Le G.F.C.O est passé du fond du classement aux portes des trois premières places, quel a été le déclic?

Y.B :Après la défaite 3-1 au Poirée-Sur-Vie nous pensions avoir touché le fond vu que l’on perdait nos matchs avec beaucoup de regrets, mais celui-ci était une catastrophe. Alors nous avons eu une réunion avec le staff où l’on a mis les choses au clair. Par la suite, entres joueurs, nous nous sommes dit nos quatre vérités dans les vestiaires. Et ça a marché puisque comme je vous l’ai dit sur les 11 matchs suivants nous avons fait 11 victoires.
P.E : Quels sont les objectifs du club lors de cette deuxième moitié de saison? Et quels sont les vôtres?

Y.B :En fait on ne s’est pas vraiment fixé d’objectifs, tout le monde pense à obtenir le maintien le plus vite possible et après bien sûr que si on peut jouer les troubles fêtes on va pas se gêner. Sur un plan personnel j’espère déjà qu’on se maintiendra vite et ensuite j’espère retrouver la Ligue 2, pourquoi pas avec le G.F.C.O.A. En tout cas je l’espère.

P.E : Suivez-vous les autres clubs corses, et notamment l’A.C.A et le S.C.Bastia?

Y.B : Non, vous savez l’A.C.A a son histoire, le S.C.B aussi. Le G.F.C.O.A a aussi sa propre histoire. Maintenant je vais peut être me répéter, si on peut monter on montera, mais une chose est sûr : le G.F.C.O.A est de retour et dorénavant il faudra compter sur nous, cette année et les suivantes. Vous pouvez me croire !

 

Place à l’entretien avec Loic Dufau, milieu de terrain prêté par l’A.S.Monaco.

P.E : Le G.F.C.O est passé de la zone de relégation à une très belle 6ème place, comment l’expliquez-vous?

L.D : Tout d’abord nous étions plusieurs nouveaux joueurs à intégrer l’effectif cette année, de ce fait il a fallu du temps pour se connaître les uns les autres et prendre la mesure du National. De plus de nombreux joueurs découvraient ce championnat. Au début, même si les contenus étaient souvent bons, ce qui nous laisser espérer de meilleurs résultats, mais la réussite nous fuyait. Le coach nous disait qu’avec la qualité de l’ effectif, l’état d’esprit affiché, le travail effectué aux entraînements et un peu plus de concentration en match ça paierait. Notre défaite au Poirée-Sur-Vie où nous avons touché le fond avec trois expulsions, nous a révoltés.

P.E : Votre attaque, depuis quelques temps, est flamboyante, quel a été le déclic? Le coach a t-il eu un discours particulier?

L.D : Le déclic pour nos attaquants a été le match en Coupe de France à Bastelicaccia où ils ont repris confiance en marquant de nombreux buts. Le coach ( ancien attaquant ) parlait souvent aux attaquants pendant les exercices devant le but afin qu’ ils gardent confiance en eux, car il sait qu’ un attaquant marche beaucoup à la confiance.
P.E : La montée en Ligue 2 est-elle un objectif raisonnable? Y pensez-vous?

L.D : La montée en ligue 2 est envisageable au vue de nos performances et résultats. Notre série de 7 victoires est encourageante, on ne va pas se gêner si on peut la continuer. De plus, notre public est à fond derrière nous, donc j’y crois dur comme fer!

P.E : Suivez-vous le parcours de l’A.C.A, l’autre club d’Ajaccio? Si oui, qu’en pensez-vous?

L.D : Je suis effectivement le parcours de l’ ACA, je pense qu’ ils ont mal commencé leur championnat, mais leurs récents résultats sont encourageants. Ils ne sont plus qu’ à trois points, tout est jouable.

– Les cinq matchs capitaux du G.F.C.O.Ajaccio :

  • 08/01 : G.F.C.O.A-Toulouse
  • 24/03 : Vannes-G.F.C.O.A
  • 21/04 : Nîmes-G.F.C.O.A
  • 18/05 : Epinal-G.F.C.O.A
  • 26/05 : G.F.C.O.A-Niort

 

– C.A.Bastia : 3ème du Groupe A de CFA avec 38 points.

Le panorama footballistique bastiais est large. Le C.A.Bastia occupe une place importante dans celui-ci. Entre le S.C.B et l’Etoile Filante, le C.A.B se place au deuxième rang du football bastiais. En plus, le club sait se mettre en valeur en occupant la troisième place de son groupe avec cinq points de retard sur le premier Amiens A.C mais avec un match en moins. Porté par un effectif plein d’expérience (Cristofari a 33 ans, Beneforti 31), les Bastiais répondent parfaitement au défi physique que leur imposent leurs redoutables adversaires. Ce fut le cas contre Dunkerque, candidat sérieux à la montée en National, contre lequel les Bastiais se sont imposés 3 buts à 2 dans leur stade d’Erbajolo. Intraitables dans ce stade (5 victoires, 2 nuls), et solides à l’extérieur (2 victoires, 2 nuls), les hommes de Stéphane Rossi sont totalement dans la course à l’accession qui promet d’être effrénée. Dans un groupe où sévissent les réserves de clubs professionnels comme Lille, Lens, PSG ou Auxerre, les joueurs du Cercle tirent leur épingle du jeu grâce à une attaque de feu portée par les excellents buteurs Romain Pastorelli et Madimoussa Traoré auteurs respectivement de 6 et 5 buts. Cependant, la défense devra être un peu plus imperméable. Dirigée par l’ancien Boulonnais Cristofari, la défense encaisse trop de buts comme le montre les trois buts encaissés contre Ivry, Poissy et Lille B. Les joueurs bastiais vont devoir continuer sur leur lancée pour continuer de coller au train des deux leaders car dans un championnat aussi serré et aussi relevé tout va très vite…

 

Le gardien Sébastien Lombard nous offre son point de vue sur la demie saison de son club :

P.E : Le C.A.B est à une très belle 3ème place, quels sont les enseignements à tirer de ce début de saison?

S.L : La troisième place est d’autant plus belle car nous comptons à l’heure de la trêve un match en retard que nous devons disputer à domicile et qu’en cas de victoire nous serions en fait second à un point du leader Amiens. Le bilan est donc plutôt positif mais le championnat est encore long, à nous de tirer les enseignements de la saison passée où nous avons échoué de peu.

P.E : L’accession en National est-il un objectif raisonnable et faisable? Y pensez-vous?

S.L : L’accession est un objectif affiché par le club en début de saison et au vu des résultats de nos  deux dernières années je pense qu’il est raisonnable et accessible. Une nouvelle non accession en fin de saison serait même, je pense, un échec même s’il est très difficile de monter de CFA en National car seul le champion est récompensé.

P.E : D’un point de vue plus général, comment expliquez-vous la réussite de tous les clubs corses dans les différentes divisions nationales?

S.L :  La réussite des différents clubs corses est évidente avec notamment la saison dernière qui a vu quatre équipes franchir un palier au niveau national et nous qui échouions à rien, et cette année on voit que le S.C Bastia et le G.F.C.O.A poursuivent leur dynamique en étant présent en première partie de saison en haut de tableau dans leurs divisions respectives alors que Calvi se montre bien placé pour leur première saison en CFA. De mon expérience personnelle j’ai toujours vécu dans des groupes où l’entente était très bonne et où chacun se battait pour ses coéquipiers (qui pour la plupart deviennent ensuite des amis). Je ne sais pas trop comment cela se passe dans les autres clubs mais peut être que c’est un facteur de réussite.

P.E : Suivez-vous le parcours de l’A.C.Ajaccio et du S.C.Bastia? Si oui, qu’en pensez-vous?

S.L : Oui je suis leurs parcours, maintenant je ne pense pas pouvoir être en mesure de commenter les parcours d’une équipe de L1 et d’une de L2 même s’il est évident que le S.C.B fait un très bon début de championnat avec cette très belle 3ème place, alors que l’A.C.A aura une tâche difficile du  fait de leur début difficile en L1 mais ils ne sont pas du tout à condamner car toujours à la lutte à seulement trois points.

  – Les cinq matchs capitaux du C.A.Bastia :

  •  28/01 : CA Bastia-Amiens AC
  • 25/02 : CA Bastia-PSG B
  • 17/03 : CA Bastia-Ivry
  • 24/03 : Poissy-CA Bastia
  • 14/04 : CA Bastia-Calvi

 

– F.C.A.Calvi : 11ème du Groupe A de CFA avec 32 points.

Non, Calvi n’est pas juste le patronyme d’un journaliste à la calvitie naissante, Calvi c’est le cinquième club corse à l’échelon du football mais aussi l’une des plus belle ville de l’île de Beauté. Non, les Calvais ne sont pas juste des arrières latéraux de l’A.S Nancy Lorraine, ce sont aussi les footballeurs classés 11ème de CFA. Non Bartoli n’est pas juste le nom d’une grosse tenniswoman  française, c’est aussi le nom du stade de l’Aregno Calvi. Après avoir été champion de CFA2 la saison dernière, Calvi continue sur sa lancée et est placé au milieu du classement avec 32 points, soit à 11 points du premier Amiens AC mais avec un match en moins. Le F.C.A.C est donc potentiellement à 7 points du leader et potentiellement septième du classement. Cependant, une chose peut freiner la progression de Calvi, c’est sa différence de but( -4 ), la plus mauvaise des treize premiers. Les Calvais ont aussi la deuxième plus mauvaise défense du groupe avec 23 buts encaissés. Les deux seules équipes qui ont fait pire (ou pareil) sont les deux relégués. En ce début de championnat les Corses ont trouvé leur chat noir en la personne des clubs consanguins du nord, Lille B, Valenciennes B et Dunkerque, clubs contre lesquels le F.C.A.C a encaissé la bagatelle de 14 buts, soit plus de la moitié des buts encaissés en seulement trois matchs. La défense s’est donc largement reprise lors de ses derniers matchs en ne prenant que cinq buts en six matchs. Cependant, attention car le danger arrivera par l’arrière, comme un symbole de fistinière, Villemonble étant seulement à 8 points…D’un autre côté, l’attaque fonctionne plutôt bien avec 19 buts inscrits en 13 matchs. Pourtant, leur meilleur buteur, Alexandre Garcia (sans De Caunes) ne comptabilise que 2 buts. Eliminé en Coupe de France au 8ème tour par le G.F.C.O.Ajaccio sur le score de 3 à 0, l’Aregno n’a plus que le maintien comme objectif, et c’est moi Perfettu Erignacci qui vous le dit, ce maintien ils l’obtiendront haut la main.

– Les cinq matchs capitaux de l’Aregno Calvi :

  • 07/01 : Calvi-Aubervilliers.
  • 11/02 : Calvi-Lille
  • 18/02 : Dunkerque-Calvi
  • 03/03 : Amiens AC-Calvi
  • 31/03 : Calvi-Villemonble

 

 – U.S.C.Corte : 8ème du Groupe E de CFA 2 avec 28 points.

Avec un effectif totalement remanié durant l’été (10 changements), le début de saison promettait d’être compliqué. Et ce fut le cas. Trois défaites et un nul lors des six premières journées rendirent encore plus difficile la tâche de l’entraîneur. Lui qui rêvait d’une accession en CFA s’est très vite résigné au vue de ses mauvais résultats et du manque d’automatisme entre les joueurs. Mais tout ceci n’est qu’une question de temps, et avec le retour des blessés Fofana et Mathieu, le changement de métier d’Oliveira ( qui était maçon ) et les jeunes qui montent en puissance l’U.S.C.C s’affirment de plus en plus dans ce championnat resserré. De son côté, l’excellent gardien Anthony Scribe, ex montpelliérain fait des miracles dans ses cages, son entraîneur dit même de lui qu’ « il n’a rien à faire à ce niveau-là ». Tout cela combiné fait de l’U.S.C.C. un club en plein renouveau, qui peut encore espérer jouer la montée étant donné que le leader Grenoble n’est qu’à 12 points, ce qui est relativement peu dans un championnat où tout va très vite et où la victoire à 4 points persiste. Extrêmement performants dans le dernier quart d’heure des deux mi-temps, les joueurs de la ville de la seule Université de Corse ne pourront cependant pas compter sur leur jeune buteur Jean-Baptiste Baraglioli auteur de 2 buts mais récemment gravement blessé au genou. Une pensée pour lui. Corte devra donc compter sur Monfray, Amellal, Le Moal et sur l’altruisme d’Oggiano pour continuer son ascension, d’autant plus que ces derniers temps, le beau jeu était de mise pour les joueurs évoluant au Stade Santos Manfredi. La suite au prochain épisode…

 

Laissons le jeune Jean-Baptiste Baraglioli nous parler de son club.

P.E : A la trêve, l’USCC est 8ème, quels ont été les points forts de l’équipe jusqu’ici?

J.B.B : Le gros point fort de l’équipe ça a été de ne jamais rien lâcher malgré des moments difficiles dans l’équipe entre les joueurs et le staff. On a toujours su relever la tête et maintenant l’équipe est sur une bonne dynamique, pourvu que ça dure.

P.E : Pour pouvoir espérer mieux lors de la deuxième partie de saison, que faudrait-il améliorer?

J.B.B : Pour espérer mieux à la fin de la saison il faudrait tout simplement encaisser moins de buts et en marquer un petit peu plus.

P.E : Suivez-vous le parcours des autres clubs corses? En particulier de l’A.C.A et du S.C.B?

J.B.B : Oui, je suis assez régulièrement le parcours des autre clubs corses car j’ai beaucoup d’amis qui évoluent dans ces équipes tel le S.C.B ( mon ancien club ), l’A.C.A ou encore Calvi , je pense que le S.C.B et l’A.C.A ont un parcours un petit peu en dent de scie et leurs places au classement reflètent leurs performances, Calvi c’est différent ils viennent de monter en CFA c’est un autre niveau, une autre division mais malgré un début difficile les joueurs réalisent de bonnes performances surtout à domicile. Ce serait bien qu’ils se maintiennent.

Les cinq matchs capitaux de l’U.S.C.C :

  • 28/01 : Corte-Aubagne
  • 04/02 : Chambéry-Corte
  • 18/02 : Corte-Marseille B
  • 10/03 : Corte-Evian TG B
  • 18/03 : Bastia EF-Corte

 

– A.S.Furiani Agliani : 10ème du Groupe E de CFA 2 avec 26 points.

12 matchs, 26 points, 4 victoires, 2 nuls, 6 défaites, 12 buts marqués et 21 encaissés, tel est le bilan plutôt honorable du club de la banlieue bastiaise. L’équipe de Didier Gilles est ainsi 10ème avec 2 points d’avance sur le premier relégable Aubagne. Cinquième après quatre journées, l’A.S.F.A va sans doute se battre pour le maintien tout le reste de la saison. Déjà dans le même cas la saison dernière, les Corses auront l’expérience de leur côté surtout avec le « vieux » Cyril Eboki-Poh en attaque (déjà auteur de 3 buts). Pour obtenir ce maintien, il faudra absolument marquer plus que lors des 12 premiers matchs. Car avec 12 buts l’attaque fait peau de chagrin malgré les bonnes statistiques de leur buteur Anthony Bonci, auteur de 5 buts et deuxième au classement des buteurs derrière le Grenoblois Lebbihi. Invaincu à domicile le F.A va cependant devoir régler ses quelques problèmes défensifs à l’extérieur qui font de l’équipe la troisième plus mauvaise défense de leur groupe. Preuve en est la défaite 3-0 contre leur concurrent direct Aubagne, qui laissa énormément de regrets et de séquelles sur une équipe qui n’en demandait pas tant. Heureusement, une réaction appréciable intervînt une semaine après grâce à une victoire 1-0 face à l’ogre Chambéry. Espérons pour les joueurs qu’ils se serviront de tout ceci pour réaliser une seconde partie de saison honorable et qu’ils perpétueront leur invincibilité au Stade du Bastio. L’équipe championne de Corse en 1990 mérite de garder sa place en CFA2, encourageons-les.

– Les cinq matchs capitaux de l’A.S.F.A :

  • 15/01 : Furiani-Propriano
  • 22/01 : Marseille B-Furiani
  • 12/02 : Bastia E.F-Furiani
  • 03/03 : Gardanne-Furiani
  • 11/03 : Furiani-Fréjus Saint Raphael B

 

– Etoile Filante Bastiaise : 12ème du Groupe E de CFA 2 avec 25 points.

L’Etoile Filante Bastiaise n’est pas le club de Bastia et pourtant c’est un club qui se porte plutôt bien. Aux portes de la zone de relégation, les Bastiais ont un point d’avance sur Gardanne. Comme d’autres clubs corses, les joueurs de l’E.F.B ont du mal a gagner à domicile. Sur sept matchs dans leur antre de François Monti (pas Pythons), ils n’en n’ont gagné que deux, contre Chambéry et Grasse. Toulon Le Las, Propriano et Minguettes-Venissieux sont venus s’imposer à Bastia. A l’extérieur le bilan n’est pas plus glorieux puisque les Bastiais n’ont ramené les trois points que d’Aubagne. L’équipe emmenée par l’entraîneur serbe Zeljko Corlija devra nécessairement se reprendre à domicile lors du reste de la saison, si elle ne veut pas avoir le spectre de la relégation aux trousses. Le milieu Stéfani et les attaquants Giordani et Losendjo devront continuer sur leurs lancées et planter autant de buts que Géant Vert plante de pieds de mais afin de rapprocher leur club du ventre mou de ce groupe dominé de la tête et des épaules par Grenoble. Et oui, Grenoble joue en CFA 2, comme Strasbourg et bientôt Nîmes, on y croit.

– Les cinq matchs capitaux de l’E.F.B :

  • 14/01 : Gardanne-Bastia EF
  • 05/02 : Nice-Bastia EF
  • 12/02 : Bastia EF-Furiani
  • 04/03 : Bastia EF-Aubagne
  • 18/03 : Bastia EF-Corte

 

– C.A.Propriano : 15ème du Groupe E de CFA 2 avec 23 points.

A Propriano, il n’y a pas qu’un port de plaisance, il y a aussi un stade de foot. A Propriano, il n’y a pas que des touristes, il y a des footballeurs. A Propriano, il n’y a pas que des filets de pêche, il y a des filets de maquereau, euh des filets de buts. Classé 15ème sur seize, le C.A.P n’est cependant pas dans une situation désespérée étant donné que seulement deux point le sépare du premier non relégable, les corses de l’E.F.Bastia. Et puis le maintien est clairement la seule préoccupation du club. Pour une ville de 3000 habitants, évoluer à un tel niveau est déjà une performance remarquable. Le C.A.P passe donc un test niveau Bac cette année, espérons de la maîtrise pour peut être plus tard avoir une licence professionnelle. Pour l’instant, l’équipe menée par des étudiants, des briscards et des jeunes pré-formés dans les clubs corses pros bataille et a pour particularité d’avoir partagé les points à cinq reprises à domicile, pour une seule victoire et une défaite. Bref, ce sont les joueurs qui parlent le mieux de leur club, laissons ainsi la parole au jeune Adrien Liprandi et à Pierre-Paul Corticchiato, respectivement défenseur et milieu de terrain du C.A.P. Leurs impressions.

 

P.E : Le C.A.P est avant dernier à 2 points du premier non-relégable, qu’est ce qui a manqué au club dans cette première partie de saison?

A.L : C’est je pense la découverte de ce niveau avec une équipe relativement jeune et peu expérimentée, on est sur 6 nuls à la maison c’est peut être ce qui explique notre place actuelle, même si on a reçu de très belles équipes de notre poule : Grenoble, Chambéry, Fréjus, Evian, Marseille, Toulon le Las, Vénissieux. On a beaucoup pêché offensivement avec seulement sur ces 7 matchs, 4 buts marqués alors que défensivement l’équipe tient la route avec 3 buts encaissés.

P.P.C : Nous pensons que ce qui nous a manqué c’est tout d’abord un manque d’expérience qui se traduit sur le terrain par une absence de lucidité sur le plan offensif , les nombreuses blessures de nos milieux de terrains nous ont également pénalisés .

P.E : Quel est l’ objectif pour la suite de la saison ?

A.L : L’objectif est clair c’est le maintien pour continuer dans les saisons à venir à faire grandir le club dans un championnat intéressant.

P.P.C : En premier lieu nous allons essayer de gagner nos futures rencontres à domiciles , pour pouvoir nous maintenir .

P.E : Personnellement, quel est votre bilan sur votre début de saison?

A.L : Si j’ai un bilan à faire de ce début de saison je le trouve plutôt bon j’enchaîne les matchs, je n’ai manqué que le dernier pour suspension, je retrouve beaucoup de plaisir sur le terrain ce qui m’a manqué l’an dernier à l’A.C.Ajaccio dans un championnat d’homme ( DH ) où le jeu était très limité. Voilà j’espère aider le club à se maintenir tout en continuant à ce rythme.

P.P.C :En sachant que nous avons reçu toutes les grosses équipes du championnat il a été compliqué pour nous de nous imposer je dirais donc que nous connaissons un début de saison difficile . En rappelant quand même que nous ne sommes qu’a 2 points du maintien.


P.E : Suivez-vous les autres clubs corses , l’A.C.A et le S.C.B ?

A.L : Je suis ces deux clubs tout au moins leurs résultats, le SCB a clairement une belle équipe et se maintiendra sans peine, l’A.C.A quant à elle souffre un peu pour l’instant mais avec l’aide des professionnels et de certains très bons jeunes, devrait se maintenir aussi à ce niveau.

 

Voilà, c’est déjà fini. Après ces trois heures de lecture, j’espère que vous vous serez rendu compte de la bonne forme générale des clubs corses. Les insulaires vous ont surpris, nous surprennent et surprendront encore. Le Perfettu s’est donné beaucoup de mal pour rechercher toutes ses informations, pour contacter les joueurs et pour écrire tout cela, sacrifiant même de son temps de révision et sacrifiant quelques apéros (sacrilège!). C’est pour cela que j’espère que vous, lecteurs, avez pris la peine de lire. Enfin, si vous êtes en train de lire ses lignes c’est que vous avez tout lu donc je vous remercie. A moins que vous soyez cons et que vous avez commencé de lire l’article par la fin. Bref, là n’est pas la question.

Faîtes part de vos impressions, likez, partagez, parlez-en à votre oncle alcoolique, à votre père qui dort au bout de la table, à votre collègue de bureau qui drague la secrétaire, à tout le monde.

Pendant ce temps-là, l’Aiacciu Académie vous dit à très bientôt pour de nouvelles académies et de nouvelles surprises. Merci de votre fidélité.

 

Basgi anale, Perfettu Erignacci.
 

8 thoughts on “L’Aiacciu Académie corse le bilan

  1. Putain de boulot pour suivre toutes ces équipes, et sympa le coup des interviews.

    Sympa à lire en tout cas.

  2. Je tiens à dire que je suis premier de Ligue 1 avec Ajaccio sur FM12.

    Voilà c’est dit.

    Actuellement au chômage technique (parce que dans ma tête ça bosse dur), je suis disponible pour remplacer Pantaloni et ainsi éviter au club corse une pantalonnade.

    Mes qualités : elles sont nombreuses.
    Mon défaut : je n’ai pas l’accent corse.
    Pour autant, je suis prêt à faire une Dassier, c’est à dire une naturalisation congénitale d’acclimatation sub-lyonnaise.

    Analement.

  3. Impressionnant ! Je ne savais pas qu’il y avait autant de villes en Corse.
    Par contre, je m’insurge devant la diffamation à l’encontre d’Yves Calvi : il n’a pas une calvitie naissante, mais finissante, vu le nombre d’implants qu’il s’est souffert.

  4. Merci à vous pour les compliments. Mais il ne faut pas confondre les corses et les guadeloupéens. Les corses, eux, transpirent pour plastiquer les maisons.

    @Craig: je suis soulagé de savoir que je ne suis pas le seul à jouer avec Ajaccio et à être premier du championnat. Merci.

    @Jacques: Et encore je n’ai pas parlé de Bonifacio, Porto-Vecchio, Bocognano, Biguglia, l’Ile Rousse, Bastelicaccia, Nebbiu, Casinca et Borgo…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.