Le Onze Mondial de la semaine

Ils lui succèdent avec brio mais moins de classe.

Parce que nous aussi on veut faire dans le commercial et mettre nos plumes en avant, nous créons pour vous, un face à face unique en son genre, le onze contre onze.

C’est très simple, afin de tirer vers le haut nos académiciens et les footballeurs notés (ils se ruent sur les notes d’horsjeu.net afin de connaitre leur réel niveau ; les connivences avec L’Equipe font que leurs notes ne valent plus rien, et ils le savent), le service rédaction choisit chaque semaine les meilleurs et les pires performances avec les meilleurs et les pires commentaires de nos académiciens.

Cette semaine, le coach mondial joue le 433 tranquille et se fait plaisir avec quelques joueurs chevronnés et quelques autres qui le font marrer et prend le moins de défenseurs possible. C’est beau.

 

 

Les Jouors

Elana, Brest 5/5: Mais qu’il parte, il ne mérite pas ça le pauvre ! « Va, cours, vole et nous venge. » disait Corneille (Le Tragédien, pas la tragédie rwando-germano-canadienne.), Steeve a encore entretenu l’espoir sur ce match, en vain.

Eric Bauthéac, Dijon 4/5 : oui je suis généreux. Mais en même temps, le type devait être arrière gauche et ailier gauche. Il l’a fait et plutôt bien. Eric, si j’étais gay je serai amoureux de toi.

Koscielny, Arsenal : 5/5. Aucune fausse note aujourd’hui pour Kosc, c’est cool quand il est balèze et qu’en plus il fait pas de connerie. Super continue comme ça !!

PIQUE, Barcelone  /4 (remplacé par ADRIANO à la 75ème) : comme au match aller Gerard était au marquage de la grande suédoise, comme au match aller Gerard a pris un premier vent par la géante suédoise mais et comme au match aller la géante suédoise n’a pas vu le jour. Et quand on sait que les Italiens ne se sont procurés que 3 occasions durant les deux rencontres, on applaudit Gégé et on crache sur Zlatâne. Sorti blessé.

Danzé, Rennes 4/5 : Capitaine au niveau, capitaine haut niveau. Il s’est d’abord illustré défensivement en privant Källström de bons ballons, avant d’apporter un soutien précieux dans l’axe. Offensivement, son apport a été également réel. Bref, si ce n’était qu’une répétition de la grande Finale, c’est de bon augure. Si c’est pour se faire sortir par Quevilly dans 10 jours, c’est con.

– Joseph Lopy, Sochaux 4/5 : Ce jeune milieu de terrain défensif ne finit décidément pas de nous surprendre. Peu importe l’adversaire, il répond présent, il s’impose et tente de temps à autre des gestes techniques qui ont en plus l’audace d’être réussi. C’est dire à quel point se débarrasser de Kévin Anin fut une bonne chose (encore un taquet gratuit dans le poulpe mort gisant sur sa tête), on a à la place quelqu’un qui en veut et qui a du talent, parfait.

INIESTA, Barcelone /4 : un brin timoré dans la construction du jeu, c’est pourtant bel et bien le Don qui plie la rencontre en un-contre-un face à Abbiati en toute sérénité, comme samedi face à l’Athletic. Et comme vous le savez Hristo aime les gens décisifs, ceux qui scorent dans les matches au couteau. Oui Hristo aime les gens décisifs ainsi que les actrices porno à l’élasticité anale fort développée.

Vidal, Juventus 5/5 : patron des patrons, pas du CAC40 mais de tous les Mbia de la Terre. On avait presque oublié Mancini, l’ancien violeur de Réveillère et d’une jeune femme Brésilienne accessoirement, mais il a offert un remake qualitatif de sa fameuse action : passements de jambe, crochet du droit et frappe puissante du gauche. A ce niveau, il est injouable : 101 ballons joués, 13 perdus, 8 duels remportés. Toujours juste dans ses choix pour orienter le jeu, animé par une fougue inébranlable, et hargneux, il s’active aux quatre coins du terrain mieux qu’un jardinier ne le ferait.

MESSI, Barcelone  /4 : on sentait bien que le génial génie du bien avait les gambettes qui le picotaient durant la présentation des équipes. Alors certes son match n’est pas le plus abouti qu’il ait réalisé mais ce qu’il a fait, il l’a bien fait : deux penalties transformés sans broncher et quelques caviars délivrés notamment celui pour Adriano d’un fort beau gabarit. Il se préserve pour le Real, ça va faire mal.

Ronaldo, Madrid (5/5) : Son premier but vaut 5 à lui tout seul. Ses deux passes décisives superbes, son second but et l’humiliation constante qu’il a fait subir à Roversio le mènent à 6. Moins 1 pour avoir empêché Gonzalo de mettre un triplé mérité sous prétexte qu’il veut battre Messi, son propre record de buts, etc… Avec 37 buts, il est déjà devant la Pulga et pas loin de son propre record à 8 journées de la fin alors pas de pression.

Touati, Red Star (5/5) : + 1 pour son but et encore +1 pour sa course de quatre-vingt mètres suite au but pour aller chambrer la tribune adverse. Il y a pas un sur cent et pourtant ils existent.
Les remplaçants

Mandanda, Marseille (4/5) : a prouvé une nouvelle fois qu’il n’avait rien à faire dans cette équipe. Nous sauve d’une grosse valise avec des arrêts réflexes de toute beauté. Son dernier match européen avec l’OM.

Serge Aurier, TFC 4/5: Serge mérite des lauriers, car être buteur quand on joue arrière latéral à Toulouse, ce n’est pas donné au premier venu. Et sur un service du p’tit phacochère, encore plus. Un des hommes du match indiscutablement.

Sagna, Arsenal : 4/5. A part un dégagement foireux, il a trop bien joué comme il fait depuis les derniers matches, j’adore. Le Taarabt il a vite compris qu’il fallait pas jouer sur Poulpy, alors il est parti se friter avec Arteta. Poulpy a même réussi un super centre que Gibbounet a pas réussi à le cadrer.

Féret, Rennes 4/5 : Une passe décisive et demi comme bilan chiffré, et dans l’ensemble une prestation majestueuse. Yoann Gourcuff a dû apprécier le récital du meneur de jeu rennais si toutefois il a regardé le match et aime encore le foot.

Cavalli, Ajaccio 4/5 : 1 point pour sa vivacité, 1 point pour avoir tenté d’apporter le danger, 1 point pour ses dribbles, 1 point pour ses passes, 1 point pour son occasion, 1 point pour son aisance balle aux pieds, 1 point pour ses coups de pied arrêtés, 1 point pour sa roublardise. Huit points divisés par deux parce qu’il est petit = 4 points.

Oumar Sissokow, Metz 5/5 : Oumar n’a pas eu à en faire des tonnes. Mais celles qu’il a faites, putain, elles viennent de loin. Les trois points, c’est pour lui. Renouvelez-lui son contrat maintenant c’est un ordre !

Pour consulter de l’anal à tout va, c’est par ici.

Pour lire le superbe appel du Che Fredac et soutenir horsjeu.net, c’est plutôt par là.

7 thoughts on “Le Onze Mondial de la semaine

  1. Un titulaire et un remplaçant venant des gunners, comme pour mieux souligner la performance anale de Vermaelen qui perd un match à lui tout seul. La Belgique c’est un monde merveilleux, où tu as des moule-frites et les meilleures bières du monde, mais aussi des pédophiles et JCVD.

  2. @ PES
    Je suis d accord avec ta comparaison, avec une nuance cependant : la bière et les moules-frites, ce n est pas si dégueulasse que ça.

  3. @Surla: oui c’est bien ce que je dis, Vermaelen est un joueur formidable, sûrement parmi les trois meilleurs à son poste en Angleterre, avec des qualités offensives supplémentaires à en rendre jaloux les deux autres, d’où cette référence aux magnifiques choses que la Belgique peut nous offrir. Et parfois, ça bug.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.