Lille-Copenhague (2-0) : La LOSC Académie livre ses notes

C1, Prologue
Doggy style
On a la pression. Heureusement qu’à Lille, elle est plutôt bonne. Espérons que celle dont il est question pour ce match retour soit également de bon goût, qu’elle transcende des joueurs qu’on a envie de voir au top et motivés par l’évènement. Copenhague (fonctionne aussi avec « David Rozehnal ») a posé beaucoup de problèmes aux Dogues à l’aller. Le LOSC a été mis en difficulté dans le jeu, et les Danois se sont imposés par le jeu. Le pénalty raté par Payet et l’occasion formidable manquée par Kalou, erreurs arrivées très tôt dans le match, en plus d’être un cache-misère, ont traumatisé la troupe lilloise, à tel point qu’elle en a perdu tout entrain offensif. Comme derrière, ce ne fut guère mieux, la défaite fut plutôt logique. Une conclusion sévère est de dire que l’équipe s’est montrée inapte à la plus grande compétition continentale. Si le résultat de ce soir est négatif, il sera impossible d’infirmer cette idée. Le résultat décroché à Nice (2-2), au-delà des lacunes affichées, doit pousser l’équipe à faire mieux. Et à se montrer maître en son antre : ce barrage retour est une formidable chance d’établir un évènement fondateur de l’histoire du nouveau stade. En comptant sur une soif (décidément) de revanche et en se montrant optimiste, tous les éléments sont favorables au LOSC pour qu’il accroche la Ligue des Champions :
  • 1-0 à rattraper, ce n’est pas catastrophique
  • Perdre deux fois de suite contre des Danois ? Vraiment ?
  • Un Grand Stade entier poussera derrière ses protégés
  • Rozehnal est éjecté du XI, Basa revient jusqu’à nouvelle rechute
  • Balmont est en forme olympique (depuis un match, et ça vaut tout l’or du monde)
  • Landreau. Il est de retour ! IL-EST-DE-RE-TOUR ! Autant il ne jouera pas une minute, autant d’autres méritent cette fonction de troisième gardien, autant la convocation de Micka avec les Bleus est une belle reconnaissance. Ce rôle lui ira à ravir.

Il sera primordial de ne pas encaisser de but si l’on ne veut pas se compliquer la tâche, car si Copenhague vient à marquer, il faudra alors scorer à trois reprises pour être qualifié. Gardons à l’esprit ces analogies :

  • « Ne pas encaisser de but » / défense qui flanche au moins une fois par match.
  • « Scorer à trois reprises » / Nolan Roux, Tulio de Melo, Dimitri Payet, Salomon Kalou.

Objectif : ne pas prendre une valise.

Les Dogues : le retour de Marko Basa, directement titulaire, est la très bonne nouvelle du XI de départ. Même si on sait qu’avec le Monténégrin c’est comme lors d’un viol (on ne sait pas combien de temps ça va durer donc on en profite un maximum), le simple fait qu’il tienne sa place et par là même renvoie David R. à son vrai poste (le banc) donne le sourire. Comme vous le savez sans doute —ou l’aviez-vous deviné— la Bûche n’est pas présente, toujours blessée (sans doute dans son orgueil). La dernière rumeur l’envoie au Real. Arbeloa, on n’aime ou on n’aime pas, mais si les socios merengue veulent un latéral qui défende, ils frappent à la mauvaise porte (ce serait quand même bien mieux que Newcastle, hein, pour Mathieu comme pour le club). Quoiqu’il en soit, les préposés à la qualification sont ceux qu’on attendait, une frange ayant été ménagée à Nice (Mavuba, Chedjou, Digne, Martin). L’attaque, seule zone en proie à l’incertitude —running gag— rassemble Kalou, Payet, et (*roulements de tambour*) Tulio de Melo, comme le veut la règle de l’alternance. Rodelin —gag tout court— n’est même pas dans le groupe.
Remplaçants : Elana, Rozehnal, Sidibé, Gueye, Pedretti, Bruno, Roux.
_
Les Lions : on était en droit d’attendre d’Ariel Jacobs qu’il reconduise quasiment les Vikings victorieux au Parken Stadium de Copenhague. C’est le cas, le XI est exactement le même que celui de la semaine dernière. Le coach belge ne semble pas avoir touché non plus à son 4-4-2, et comptera sur les forces danoises du match aller : l’impact de la paire Kristensen-Claudemir, la technique des Costariciens Bolaños et Oviedo ainsi que la mobilité de Jorgensen.
Remplaçants : Christensen, Ottesen, Remmer, Vingaard, Delaney, Vetokele, Cornelius.
Les buts :
43ème : 1-0. Juste avant la pause, Dimitri Payet exploite parfaitement un appel croisé de Kalou, parti de la gauche vers la droite (appel Eric Besson), en le servant à la limite du hors-jeu. Dans la surface, Salomon s’excentre sur la droite, n’ayant pas de pied gauche, semble tergiverser mais choisit de centrer (frapper ?) fort au second poteau. Wiland détourne légèrement mais trop court il ne peut empêcher le ballon de rouler jusqu’à Lucas Digne, arrivé lancé, qui comme à la parade catapulte du plat du pied le ballon au fond.
105ème+1 : 2-0.
 Un long service de Pedretti trouve Nolan Roux, qui s’est bien démarqué dans l’angle gauche de la surface danoise. Il retrouve son aisance technique, contrôle de l’épaule puis se joue de son défenseur, avant d’enrouler un centre idéal pour la tête de Tulio, qui arrive enfin à placer sa tentative.
_
Le pressing : 
le pressing fut la clé du môtch. Volonté affichée de contrôler très tôt et très haut les débats (cf. Chedjou dans les couloirs, avant le match : « allez, allez, on les bouffe ! »), l’engagement lillois fut à son paroxysme dès le coup d’envoi, et s’est ensuite répété à plusieurs reprises, baissant bien sûr au fil du match. La plupart du temps initié par De Melo ou Balmont, il s’est montré diablement efficace quand tous les joueurs y ont participé de concert. Mentions spéciales à Martin et Béria, qui se sont démenés pour empêcher la relance danoise, et à Tulio qui a fait passer de mauvais moments au gardien suédois. Les joueurs de Copenhague, au premier abord surpris, ont tout de même réussi à s’en sortir convenablement. Venus pour jouer le contre, ils affichent à la fin du match, comme à l’aller, une possession de balle (52%) équivalente à celle du LOSC (48%) qui s’est parfois trop précipité du fait de l’enjeu.
_
Les contres danois : logiquement moins joueurs qu’à l’aller, les Danois ont imité les Niçois sur les contre-attaques, se montrant particulièrement dangereux à chaque fois qu’ils se sont approchés de la surface lilloise (spécialement dans la profondeur). Si Copenhague n’a tiré que 7 fois au but, ses attaquants ont su se montrer tranchants —mais maladroits, seulement 3 tirs cadrés— à l’image de Santin (6ème) ou de Cornelius (104ème). Dominés dans l’entre-jeu, où la paire Kristensen-Claudemir a dû évoluer bien plus bas qu’à l’aller, les Danois se sont aussi accrochés aux phases arrêtées, qui sans un Chedjou à la limite de la rupture (sur 3 corners consécutifs à partir de la 55ème) auraient pu accoucher d’un but fatal.
_
Les occasions lilloises : la nette domination des Dogues se ressent dans la pléthore d’occasions concédée par les nordiques (27 frappes, 14 cadrées). Tulio de Melo a eu beaucoup d’occasions de marquer, toujours du crâne, mais s’est heurté à un bon Wiland (66ème et 78ème), mais aussi à la transversale (85ème). Il faut reconnaître que la plupart de ses tentatives étaient trop molles, comme sur les longues touches de Digne, et qu’une déviation n’aurait pas été une mauvaise idée sur ces coups là. Après son but salutaire (105ème+1), un Tulio fatigué n’avait plus toute sa tête et l’expédiait à côté du cadre (111ème). Lille a véritablement pris le dessus dans le jeu aérien, Basa (19ème), Roux (100ème) et un Kalou gaffeur en toute fin de partie (110ème) ayant eux aussi eu leur chance dans cet exercice. Martin (12ème), Roux (94ème) et même Mavuba (24ème) ont eu d’autres possibilités d’inscrire un but (avec les pieds). Dimitri Payet a pour sa part trop souvent tenté sa chance dans des positions éloignées pour se montrer réellement dangereux.
_
Le plan de jeu : les Danois se sont retrouvés dépassés par les courses vers l’avant des latéraux, que ce soit dans le pressing ou dans la prise de couloir pour adresser des centres. Béria et Digne ont profité des mouvements et permutations de Payet (souvent à gauche, parfois dans l’axe) et Kalou (partant de gauche ou droite pour repiquer dans l’axe) pour faire battre en retraite des défenseurs de couloirs par franchement aidés par le faible repli de Bolaños et d’Oviedo. On a retrouvé par étincelles ce qui fait la force du LOSC : le jeu en une touche de balle, comme sur cette action où Payet trouve d’une talonnade subtile un Mavuba lancé dans la surface —pas besoin de vous parler de la précision de Rio devant le but. Comme à son habitude, Marvin Martin est venu demander des ballons au tandem Mavubalmont à maintes reprises pour organiser le jeu. Les combinaisons en triangle (le Béria-Balmont-Kalou s’étant montré à son aise, tout comme de l’autre côté le Digne-Martin-Payet) ont également déstabilisé les Danois qui ont dû commettre des fautes (pour un total de 5 cartons jaunes récoltés). Tulio est resté complètement à l’écart, en pointe, peu servi dans les pieds mais indispensable pour harceler la base arrière de l’adversaire.
_
Les images : c’est par ici.
Rudi s’envole vers la Ligue des Champions
_
Pour faire la fine bouche : dommage qu’il ait fallu en passer par la prolongation (il y a quand même un Lille-Paris ce dimanche —espérons qu’il n’y ait pas trop eu de casse) bien qu’au final, le LOSC décroche le résultat espéré, en y mettant les formes et en entretenant le suspense. Rien de mieux pour fédérer le public du Grand Stade, et à le préparer à l’épopée de la phase de poules de Ligue des Champions. J’ai d’ailleurs pris soin d’attendre le tirage au sort pour pouvoir glisser quelques mots sur nos adversaires, à chaud.
  • Le gros morceau : le Bayern Munich. Finaliste malheureux de l’édition précédente, c’est l’ogre de la poule qui sera extrêmement difficile à accrocher, sauf exploit ou malentendu. Ligne offensive impressionnante avec entre autres Gomez, Müller, Rib’, Robben, Shaqiri, Mandzukic… Si Basa est blessé quand on rencontre les Allemands, on est mal.
  • Le rival : le FC Valence. Admettons que le Bayern joue la première place ; le LOSC devra écarter les Chés pour aller en huitième de finale. La tâche s’annonce ardue, mais en étant sérieux (c’est-à-dire pas comme la saison dernière) il y a moyen de faire quelque chose, puisqu’Aly Cissokho (c’est une très bonne raison d’y croire).
  • Le traquenard : le BATE Borisov. L’équipe qu’on annonce déjà dernière de la poule, mais qui risque de surprendre. Voyage chiant en Biélorussie à prévoir. Peut-être qu’Allemands ou Espagnols s’y casseront les dents !

Landreau  : Micka fête sa convocation par une omniprésence sur les ballons aériens, sa propreté habituelle dans le jeu au pied et sans prendre de but, messieurs-dames.
_
Béria  : de bons retours, de bons allers, ne manque plus qu’une régularité dans les centres chez Franckie et c’est tout bon.
_
Basa  : le mec revient de blessure, même pas prêt, et montre à Rozehnal comment défendre. Quelquefois pris de vitesse par ses adversaires ainsi que par le prompt alignement de ses coéquipiers, il a sorti les couvertures de sa caravane pour compenser tout ça. Finit sur les rotules —grande nouvelle : Marko a des os !
_
Chedjou  : termine à poil, comme après toute soirée réussie.
_
Digne  : a senti tous les bons coups grâce à son interminable nez. Le communsymbole de la soirée.
_
Mavuba   : énormissime. Si mes placements étaient à la hauteur de ceux de Rio, je serais millionnaire. Que d’activité, d’interceptions et de relances judicieuses.
_
Balmont  : et Florent se tourna vers l’homme assoiffé, et lui dit : « lumière, lumière, je suis ta lumière et resterai lumière au travers de ta lumière… »
> Gueye a pris le relais pendant la prolongation pour tenir le résultat, si bien qu’il a eu droit aux remontrances de Rudi dès qu’il courrait vers le but adverse.
_
Martin  : du ballon, de la volonté, et une grosse qualité sur coups de pied arrêtés sans toutefois s’être montré décisif. C’est bête.
> Pedretti  n’est pas un bel homme, mais il a un beau pied. Un jeu long fort agréable, qui a permis de débloquer la situation et de conserver le ballon. Je lui pardonne quelques mauvais choix en extrême fin de match, dans l’euphorie de la chose.
_
Payet  : son ouverture pour Kalou est un régal. Dim a été parfait quand il a joué simple, dans le tempo de l’action. Malheureusement, il a encore trop tendance à vouloir  frapper des 30 mètres (il va comprendre un jour que ça ne marche qu’une fois sur 23 ?) afin de faire la différence de lui-même, sans réussite.
> Sorti pour Roux  juste avant la prolongation. Nolan a livré ses meilleures minutes cette saison, prenant systématiquement les espaces dans l’axe, à gauche, à droite. Beaucoup de travail, une passe décisive pour son compère brasilou, cependant un manque de lucidité sur les contres qu’il a eu à jouer.
_
Kalou  : salaud, mon Kalou. Tu m’as bien fait croire que tu allais faire un grand môtch, après un début intéressant et même une passe décisive (même si tu as hésité à frapper sur l’action… ou as-tu frappé ?). Que nenni, tu as ensuite enchaîné les contrôles foirés et les empalements dans la défense —et ce même si ta tendance à te retrouver dans l’axe est intéressante pour l’équipe— ce qui fait de toi un joueur… imprévisible.
_
De Melo  : longtemps en peine, Tulio a fini par trouver la brèche après une dizaine de tentatives de la tête, au bout de la première moitié de la prolongation. Libérateur au tableau d’affichage, héroïque dans le repli défensif et dans sa propre surface (surtout sur CPA), il a entièrement sacrifié son corps à ses coéquipiers, se vidant de toute énergie avant de se relever, de marcher, et de continuer. Une mort et une résurrection en un seul match.
Prends-ça, Jésus !
Ça ne s’invente pas.

 

_
Le Sergent a décontracté son sphincter, il pourra académiser la Ligue des Champions pour la première fois. Pas sûr de pouvoir académiser pour le Lille-PSG en temps et en heure par contre ; si tel n’est pas le cas, je vous redirigerai vers PLF, le fils de riches. La bise anale.
_
Sergent Garcia

_

academicien

Le plus grand auteur Anal de football

5 commentaires

  1. Salut Segent,

    tres bonne acad’, je pense que Lille va monter en puissance au fur et a mesure, vu l etat d esprit, ce genre d equipe peut aller loin.
    On va voire ce qu on fera contre vous dimanche…mais je vois bien un match nul (on serait sur une super dynamique avec 4 match sans defaites , quoi on a pas gagne non plus ??)
    sinon je retiens ton expression :  »Si mes placements étaient à la hauteur de ceux de Rio, je serais millionnaire » du grand sergent :)

  2. Moi moi moi !!!

    Digne a fait un très bon match mais offensivement il manque encore un peu de peps, et surtout d’application dans les centres notamment, le 5 c’est parce qu’il a nettoyer la toile d’araignée?

    Toute l’équipe était vraiment à bloc, putain ça fait plaisir à voir !

    Kalou mérite le 1 pour sa passe(?) décisive, le reste tout était mauvais… Heureusement mendes arrive :)

    En tout cas ça fait plaisir de voir notre meilleur défense possible(â mon goût) enfin alignée !

    Sinon je tire mon chapeau aux supporters danois, qui ont étaient tout simplement impressionnant !

    Du très bon sergent :)

  3. Très belle acad ! Merci Sergent de toujours autant bosser : ça se voit, ça rend bien, et c’est un tel plaisir que j’ai bien cru que Payet avait fait un bon match !

    Sauf que j’étais au stade, et que à part la passe « semi décisive » pour Kalou, il a juste ralenti constamment le jeu … Aucun bon appel (franchement, Digne a fait le boulot pour deux …), un replacement souvent moyen, et des frappes … mais tellement débiles !!

    Sinon Akali dit vrai pour Kalou …

    Et Martin, franchement, il a été ridicule dans le jeu par rapport à Pedretti qui a littéralement illuminé la prolongation !

    Enfin, c’était pour donner l’impression vu du Grand Stade ^^

  4. Le Sergent assure.

    Pour ma première au stade, c’était ‘hachement bieng (e pluche j’étions du bon côté pour les buts que j’ai vu de très près), quoique j’hésite à y remettre les pieds (trop l’impression d’être traité comme un vulgaire client), je pense être bien mieux a regarder le match avec les copaings devant la télé/bar avec des bières.

    Pour Payet, il faut voir que du stade, personne n’a suivi l’action ou il lance Kalou dans la profondeur, et tout le monde s’est demandé comment ce dernier se retrouvais démarqué. A signaler que ses coups francs on tous été vraiment bien tirés.

  5. Nice acad’ !

    Tout d’abord, l’ambiance a été exceptionnel ! Surtout après celle contre Nancy où je disais à mon amie ( lucky guy et c’est elle qui nous a offert les deux abbo. plus pack européen ; elle sait qu’un albanais aime cadeau : )
    – On se croirait à la route de Lorient ?
    – HEIN ! ( Faut pas abusé, je ne l’ai pas toutes options )

    Il y a bien un joueur que je trouve insupportable, c’est Payet ! On me parle souvent de ses deux pieds, de sa belle frappe , etc . . . Mais il force trop son jeu, sur les deux matchs au Carrefour de l’Europe ( dernière rumeur pour le Nom du Stade, bien bidon )Il nous a sorti un paquet de frappe provenant de bidonville. Sans parler de son penalty à l’aller. Salomon Wallou, j’en parle pas.

    Par contre Balmont & Mavuba c’est du très lourd !

    Bref, je trouve que ce match a bien relancer notre bien belle équipe et notre gros stade !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.