L’Internazionale Académie note Naples-Inter (2-0)

Marco Matrix en prend deux pour la troisième.

Marco Matrix aime les séries de victoires et je ne boude donc pas l’actuelle enchaînement qui se doit de se prolonger ce soir. Naples n’est pas au mieux en ce moment, et ils détestent plus que tout faire le jeu. Sans oublier le 3-0 infligé par les Napolitains à Giuseppe-Meazza en championnat…

Squadra Nerazzura :

Castellazzi – Maicon, Ranocchia, Samuel, Chivu – Zanetti, Thiago Motta, Cambiasso, Obi – Sneijder – Milito

 

Squadra Partenopei :

De Sanctis – Campagnaro, Cannavaro, Aronica – Maggio,Inler, Gargano, Zuniga – Hamsik, Lavezzi – Cavani

 

Le Match :

Le Mister a une nouvelle fois mis en place le 4-4-2 à plat qui avait fonctionné dans le derby et face au Genoa. Face au 3-4-3 napolitain, on sait que le danger vient des côtés, et deux joueurs occupent chaque flanc côté Intériste. Les 5 premières minutes sont brouillonnes et ne donnent pas grand chose, Naples souhaitant contrer une équipe de l’Inter qui se rassure en se passant le ballon sans rythme. Puis Zuniga réveille un peu le match par ses déboulés côté gauche, mais il finit toujours par être bloqué entre Javier et Maicon et ne peut donc pas centrer. Sneijder et Milito pressent beaucoup la défense adverse, et les remontées de balles du Napoli sont donc plutôt lentes. Côté nerrazzuro, le ballon circule bien jusqu’à Javier ou Obi, mais ne parvient pas jusqu’à Sneijder, et donc pas non plus à Milito.

La première occasion du match est pour la crête de Marek Hamsik à la 14ème minute, à la suite d’un débordement de Lavezzi côté gauche. Mais son tir n’est pas maîtrisé et finit très loin du but. Une minute plus tard, Gargano renverse le jeu depuis le côté gauche et trouve Maggio, qui dépose Chivu et sa caravane, contrôle à 6m du but, et frappe au but… mais Castellazzi s’interpose et détourne en corner. Un vrai miracle !

Naples appuie sur l’accélérateur, et Lavezzi dribble Samuel à 25 mètres dans l’axe, lequel crochète l’attaquant (un réflèxe, rien de méchant). Gargano tire le coup franc, mais ce n’est pas cadré.

Les occasions s’enchaînent, et l’Inter ne s’est toujours pas procuré la moindre occasion alors qu’on joue la 20ème minute.

Le premier tir viendra de la tête de Samuel sur corner, qui oblige De Sanctis à capter un ballon avec les mains (incroyable non ?) à la 22ème. Sur le contre, Chivu contrôle le dégagement du gardien dans la course de Lavezzi, avant de le poursuivre, le faucher, et prendre un petit jaune. Mais l’Inter va un peu mieux dans la possession du ballon, et on voit bien que les Amalfitani n’ont plus les jambes pour presser partout sur le terrain. Ils se réservent donc un peu pour mieux exploser en contre.

A la 30ème, un peu de boucherie : Sneijder presse Gargano, mais arrive le pied en avant avec un léger bond, et il retombe donc sur le tibia du Gargano. Si vous voyez l’image, regardez bien, on voit presque l’os se plier… Mais tout va bien, et l’arbitre n’a de toutes façons rien vu. Car oui : ça méritait un rouge. Quand il ne se passe pas grand chose dans un match, on en arrive à comptabiliser les centres/tirs de Zuniga comme des occasions de but. C’est vrai quoi, si y’a pas de gardien, ça peut rentrer !

A la 35ème minute, Lavezzi lance Cavani en profondeur dans la surface. L’Uruguayen va chercher le contact avec Chivu, et s’effondre comme si ses muscles le lâchaient subitement. L’arbitre ne moufte pas, et selon moi, il a bien raison. Sneijder prend à son tour un jaune bien inutile pour avoir frappé après le coup de sifflet de l’arbitre. (40ème) Puis sur un contre lancé par Lavezzi, Hamsik centre instantanément en retrait du gauche et trouve Aronica pleine balle. Mais le défenseur écrase sa frappe qui vient mourir dans les mains de Castellazzi. A la 44ème, Obi obtient le ballon après une récupération de Milito dans les pieds adverse. Le Nigérian s’appuie sur Sneijder côté gauche, qui lui remet plein axe, et frappe, mais ça manque de précision.

La mi-temps est donc sifflée sur ce score de 0-0. L’Inter devra faire plus pour marquer et se qualifier. Et Ranieri l’a bien compris, Ricky Alvarez remplace Obi à l’entame de la seconde période, pour donner un visage plus offensif à l’équipe. Mais c’est bien le Napoli qui s’offre une première possibilité de marquer.

50ème : But de Cavani

Thiago Motta perd le ballon en dribblant devant sa surface. Cavani en profite, entre dans la boîte, feinte la frappe, et se fait faucher par le même Thiago Motta. El Matador comme on l’appelle dans le tiers-monde (dédicace perso) ne se fait pas prier et transforme le penalty sifflé à raison, en force au milieu. Bon bah au moins, on sait qu’on est obligé d’aller de l’avant maintenant. J’opterai pour la sortie de cet enfoiré de Motta, qu’il se casse au PQSG !

57ème : la minute arbitrage italien.

Ricky Alvarez lance Milito dans le dos de la défense, il est retenu par les bras de Maggio dans la surface, mais l’arbitre tient à partir de Naples en un seul morceau et ne siffle pas. Et lui met même un carton parce qu’Il Principe vient lui parler avec trop de véhémence…

Sneijder obtient un coup franc dans l’axe à la 60ème minute. Des 25 mètres, le Néerlandais envoie un scud vetical, mais De Sanctis repousse. Sneijder frappe une nouvelle fois en force mais des 20 mètres deux minutes plus tard, après un bon jeu à trois et une remise de Cambiasso, mais ça passe de peu au-dessus. Javier nous gratifie d’un sauvetage devant un Cavani bien lancé à la 65ème. Et juste après, Goran Pandev remplace un Lavezzi transparent.

L’Inter domine clairement depuis le but, mais ça fait le jeu des Napolitains qui raffolent du jeu de contre. Ricky Alvarez reçoit pourtant dans la surface une superbe passe de Sneijder, bien trouvé par Chivu plein axe, mais le retour d’Aronica l’empêche de mettre la puissance nécessaire dans sa frappe qui n’inquiète donc pas De Sanctis. Puis c’est au tour de Samuel de sauver la maison intériste. Après un jeu à deux Pandev-Cavani, Walter tacle superbement l’attaquant uruguayen. Dans la minute qui suit, Cavani et Pandev se trouvent à nouveau, et le Macédonien envoie une volée au-dessus du but (71ème). Et le duo se reforme à la 76ème mais Pandev lancé d’une pichenette par Cavani, est repris d’un double jongle par un Samuel invincible.

Zarate qui attendait depuis 4 minutes le long de la ligne de touche, remplace alors Thiago Motta (77ème). Castellazzi nous montre ses limites au pied en relançant en plein sur Gargano, lequel finit par arriver en duel avec le fautif, mais le portier réussi à se saisir du ballon en 3 temps. (80ème).

Sur la relance, Sneijder enchaîne 3 feintes de frappe aux 20m, avant de décocher un tir rasant qui frôle le poteau droit napolitain. Dzemaili remplace Inler (82ème).

Mais c’est encore le Néerlandais qui remonte la moitié de terrain adverse à la 83ème, et obtient une faut à 25 mètres à l’angle de la surface, mais il tire une nouvelle fois mal ce nouveau coup de pied arrêté. Puis vint une double occasion pour l’Inter, du genre qu’il faut absolument convertir. Sur un centre de Maicon repoussé par De Sanctis, Zarate frappe de l’intérieur de la surface, mais est contré par Cannavaro. Le ballon revient vers Cambiasso qui frappe du droit de demi-volée en reculant, mais c’est capté par le gardien. (87ème)

Castellazzi détourne en corner une frappe du nouvel entrant à la 90ème, et sur l’entrée de jeu, Cavani reprend un bon centre de la tête mais ne cadre pas. A l’orée du temps supplémentaire, Maicon nous refait le coup du centre/tir mais c’est la barre transversale qui repousse son raté.Histoire de clore le match, Cavani profite des espaces de la dernière minute :

94ème : but de Cavani

Naples récupère le ballon et lance un 4 contre 3, Pandev lance idéalement Cavani, qui crochète une première fois Ranocchia, avant de lui coller un petit pont, puis il crochète au dernier moment Castellazzi avant de marquer dans le but vide.

 

Valutazione :

Arbitre : Domenico Celi di Bari (4/10) Quelques oublis, mais qui n’influencent pas trop le cours du match au final.

 

Interisti :

Castellazzi : 4/5 Excellent match. -1 pour sa relance au pied qui aurait pu coûter cher.

Maicon : 2/5 Il a semblé éteint. Peut-être avait-il plus de travail défensif à effectuer qu’à l’accoutumée.

Ranocchia : 3/5 Jamais dépassé, il a toujours bien géré… jusqu’à la 94ème minute où il se fait ridiculiser.

Samuel : 5/5 Un match impressionnant de Walter. Toujours dur à l’impact, il a sauvé la baraque à lui seul en fin de match.

Chivu : 2/5 Aucun apport offensif, défensivement moyen… On le vend quand déjà ?

Zanetti : 5/5 Capitano a dû combler les absences de Motta et de Maicon. Il s’en est bien sûr très bien tiré.

Motta : 1/5 Rien, nul, pourri ! Sa désinvolture nous coûte le match. Avait-il la tête à ses 4M€ nets annuel du PQSG ?

Cambiasso : 3/5 Un ton en-dessous de ces derniers temps, mais un match correct quand même.

Obi : 2/5 S’il a bien tenu son couloir, il n’a pas apporté ce qu’on lui demandait offensivement. Remplacé à la mi-temps par Alvarez (3/5) qui a fait exactement l’inverse.

Sneijder : 2/5 Trop de frappes tue la frappe ! Encore en recherche de rythme, il a passé sa deuxième mi-temps à tomber, soit pour obtenir des coups-francs justifiés, soit pour faire comprendre à son équipe qu’il n’essayerait pas de reprendre le ballon qu’il venait de perdre.

Milito : 3/5 Très mobile et rempli de bonne volonté, il a essayé quelque chose à chaque demi-ballon qui passait à moins d’une dizaine de mètres de lui. Mais sans réussite.

 

Marco Matrix : 3/3 Et oui, trois d’un coup, ça ressemble quand même énormément à trou du cul !

 

Résumé du match.

6 thoughts on “L’Internazionale Académie note Naples-Inter (2-0)

  1. En tant que parigo-qatarien, je la prends ta gelati Motta (faut dire aussi que j’adore la Viennetta) !

  2. CraigBelAmi

    tu as raté le match de la quintessence du football. tu peux t’en mordre le noeud

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.