Liverpool – Everton (4-0) la Reds Academy vous offre un morceau de bonheur et d’amour

6

Historical, Hysterical

Bonjour,

scoreboard

Les derbys de la Mersey sont clairement des matchs à part dans le vie de Liverpool. Deux clubs si proches géographiquement qui séparent, le temps d’un match, tantôt les familles les plus soudées, tantôt les amis les plus inséparables.

Les derbys sont l’expression de la domination locale. L’engouement est tel qu’il transcende les joueurs à chaque match. Cela donne des matchs uniques, parfois décousus, comme en témoigne le match aller qui se termine par un nul arraché par les Reds (3-3). Les Reds menaient 0-2, avant de se faire remonter 3-2.
Deux fois par an, le derby sonne l’heure de l’unité et du rassemblement. Tous derrière les couleurs ! Et cela, de manière instinctive, sans appel au peuple. L’instinct grégaire relève de l’inné : tous derrière les joueurs. Même Aly Cissokho.
De quoi rendre jaloux les hommes politiques à la veille des élections.

BfI0CvFCQAAcNsiCe derby du 28 janvier 2014 est entré dans l’histoire par l’ampleur de son score. 4 à 0. La plus large victoire dans un derby de la Mersey depuis 1982.
Liverpool l’a fait, porté par un Gerrard de gala et dans l’ambiance unique d’un Anfield retrouvé.

Pourtant, l’ambiance qui régnait avant le match était franchement négative. Alors que Brendan Rodgers avait expliqué les deux défaites consécutives contre City et Chelsea par le besoin de renforcer l’équipe. Or aucun joueur n’a été recruté avant ce derby. Pire, notre principale cible, l’égyptien Mohammed Salah s’est engagé pour Chelsea. Une nouvelle désillusion pour les supporters qui font preuve de défiance envers la direction du club et notamment Ian Ayre, le managing director.

Et pourtant. Et pourtant Anfield s’est réveillé et a laissé son amertume de côté pour pousser comme un seul homme les onze joueurs rouges vers la plus belle des victoires.

Avant le match, Rodgers annonçait, dans le scepticisme général, que l’absence de recrue galvaniserait les Reds. Il avait pourtant raison. Gerrard libéra d’un coup de tête toute la rage emmagasinée dans le poitrail des Scousers depuis trop longtemps. D’un cri, d’un regard fou, d’une embrassade avec Suarez, il a lui, galvanisé son équipe et ses suporters. Le fougue du Captain va alors se transmettre à chacun de ses coéquipiers et Everton ne s’en remettra pas.

Le plus fabuleux dans ces moments, c’est que sous nos yeux, alors que l’on est pris par la joie du but ou de la victoire, c’est toute une éducation que transmets Gerrard à ses jeunes coéquipiers comme Flanagan, Kelly ou Sterling. Avec cette détermination, cette maîtrise de la tension, ce petit extra (un but de la tête, comme à Istanbul) c’est la culture du derby qui se transmet.

gerrard-butCe moment exact où j’ai eu les larmes aux yeux

ON DA PITCH

Toujours privé de Lucas et Allen, Rodgers doit toujours faire sans son traditionnel milieu à trois, voire même le repositionnement tenté de Gerrard en regista. C’est donc une sorte de 4-1-3-2 très replié en phase défensive et qui exploite la moindre récupération de balle par un jeu long vers les milieux offensifs ou les attaquants. La différence de vitesse étant trop grande entre Sturridge/Suarez et Jagielka/Alcaraz, le score a enflé comme ton zizi la première fois que la petite Sophie a posé sa main dessus.

Le vrai changement par rapport aux deux matchs précédents où la même tactique a été employée, c’est le replacement de Coutinho dans l’axe et l’alternance entre Suarez et Sturridge pour occuper le couloir gauche. Un choix gagnant même si Cissokho s’est très souvent retrouvé seul contre deux quand Stones dédoublait.

Après l’ouverture du score, les Reds ont fait preuve d’une rigueur tactique à toute épreuve et il a fallu la vitesse de Barkley et Mirallas pour nous mettre en difficulté. Everton a poussé collectivement pour égaliser mais ils se sont exposés aux contres ultra-rapides des Reds. Ils les avaient bien travaillés lors du match de cup contre Bournemouth.

compo

GOALS GOALS GOALS GOALS

1-0 (21′) Corner de Suarez repris du crâne par Gerrard au 1er poteau pour un  début d’hystérie générale.

2-0 (33′) Interception de Sterling côté droit qui transmet Coutinho dans l’axe qui percute balle au pied avant de lancer Sturridge. Ce dernier échappe à Stones et remporte son face à face avec Howard.

3-0 (35′) Long ballon de Kolo dans le dos de la défense. La défense d’Everton monte trop lentement et couvre Sturridge parti dans la profondeur. Howard sort à la pêche aux moule et se fait lober par l’attaquant des Reds d’un retourné inattendu mais parfaitement exécuté. Splendide !

4-0 (50′) Everton n’arrive pas à rentrer dans la surface et ressort le ballon sur les centraux. Jagielka veut transmettre à Alcaraz mais Suarez intercepte et s’en va seul tromper Howard.

THE LOCAL HEROES

Mignolet 4/5 Deux très belles parades qui ont empêché Everton de revenir dans le match. Sans ça, cela aurait pu être une toute autre histoire (comme au match aller quoi). On parlait de son manque de confiance, mais cette prestation va lui faire du bien.

Flanagan 4/5 Très solide et fiable dans son placement. Il n’a pas paniquer une seule fois malgré son jeune âge. Une vraie révélation dans un match aussi tendu. Bravo Flano ! Remplacé par Kelly qui doit retrouver le rythme de la compétition.

Skrtel 4/5 La sortie précoce de Lukaku l’a bien arrangé. Le Belge a été remplacé par Naismith qui est plus véloce mais plus facilement maitrisable dans les airs. Un gros match de warrior pour le ninja Slovaque.

skrtel-moutonEverton s’est fait passer dessus, littéralement

Toure 4/5 Jamais pris en défaut mais la discipline tactique de toute l’équipe lui a permis de jouer « placé ». Vraiment bon, dans les duels comme dans la relance.

Cissokho 4/5 Des erreurs techniques effarantes, parfois dues à un manque de confiance mais il a été solide et discipliné derrière malgré l’absence d’un milieu latéral pour lui donner un coup de main. On peut lui accorder du crédit pour ça. Exceptionnellement.

Gerrard 5/5 La note d’un leader charismatique qui a sorti un grand match dans un rôle de milieu défensif qui ne lui sied guère. Un grand parmi les grands.

DM« Est-ce que l’un d’entre vous est milieu défensif ? »
Lucas blessé, il manque un milieu défensif. Rodgers a dit « Je préfère donner sa chance à un jeune plutôt que de recruter un joueur moyen pour faire le nombre ». Ok, mais Gerrard va trop loin.

Henderson 4/5 Il n’a pas toujours été au cœur de l’action car le ballon est passé  très vite de l’arrière vers l’avant,  mais il a bien joué son rôle et n’a pas perdu quasiment aucun des 50 ballons touchés.

Coutinho 4/5 Replacé dans l’axe, il a pu faire parler sa vitesse, son sens du jeu et de la passe. Après deux matchs médiocres à gauche, on retrouve celui qui est peut-être le vrai monsieur plus de Liverpool. Remplacé par Alberto qui lui aussi a de belles qualités de passe.

Sterling 5/5 Très gros match de Raheem même s’il rate l’ouverture du score. Mais il a défendu comme un chien derrière et il a pris les espaces devant dès qu’il en a eu l’occasion.  Il obtient aussi un pénalty, bien que manqué par Sturridge. Tu es devenu un homme, fils.

Suarez 4/5 Il a pilonné Howard de frappes lointaines et a fait preuve d’énormément d’altruisme. Il est récompensé par un but qu’il s’est offert seul, suite à un pressing de grande qualité.

mermaidSuarez pourrait mettre un petit-pont à une sirène.

Sturridge 4/5 Une passe fantastique pour Sterling qui manque son face à face puis un un doublé en deux minutes. Daniel a fait preuve d’une grande efficacité devant le but et ça donne un surplus de confiance au reste de l’équipe. Malheureusement, il manque un pénalty (que Gerrard lui a demandé de tirer) et surtout un 3 contre 2 facile où il pêche par individualisme. Remplacement sanction dans la foulée par Moses, qui court, qui court, mais sans une coupe de cheveux de furet.

 foufouIl y a quelque chose de gênant dans cette photo. Surement Skrtel sur les épaules de Suarez

JustWide est un vrai Scouser, il t’offre un vrai morceau d’histoire.
Vous pouvez venir m’insulter sur Facebook, vous ébahir sur le compte twitter de Jimmy Caravane ou provoquer Robbie Flower sur Facebook.
Vous pouvez aussi faire comme des centaines de milliers de fans des Reds et rejoindre la page de la Reds Academy, ou ne serez plus obligés d’attendre les academies pour discuter de l’actualité des Reds.

WE LOVE YOU LIVERPOOL, WE DO !

Prochain match chez ces coquins de West Brom en perdition (02/02/2014 à 14h30). L’occasion d’aller faire un coucou à la Mémé de la Baggies academy.

6 thoughts on “Liverpool – Everton (4-0) la Reds Academy vous offre un morceau de bonheur et d’amour

  1. Super match, mais j’ai trouvé inquiétant le manque de contrôle entre la 10ème et la 20ème (juste avant l’ouverture du score à vrai dire). Pdt 10 minutes l’équipe n’a pas touché une balle.

    Sinon que penses-tu d’Aly Cissokho? j’ai l’impression que les joueurs ne lui font pas vraiment confiance (ce que je comprends), et ne lui donne jamais la balle lors de ses montées couloir gauche.

  2. Wouah !
    J’en ai eu la larme au nez de zizou, les poils qui font la ola du StadeFrance. Purée que c’est beau.
    Le moment le plus beau de ce match reste cette joie du Captain, 14 ans & 1er but en pupille…

  3. Pour Cissikho, pas sur qu’il mérite autant de critiques, surtout que défensivement il nous a sauvé les miches à plusieurs reprises, et qu’il semblait un peu blessé. Puis avec le potentiel offensif qu’il y a devant, pas sur que sa monté soit vraiment nécessaire. (En espérant quand même qu’Enrique revienne vite)

    Par contre la tendance qu’à Skrtel à monter sur les gens, je sais pas trop quoi en penser ? Surement un truc de communistes.

  4. @John : Je pense qu’Aly Cossokho est un piètre joueur mais qui a fait un très bon match. Techniquement il est trop faible mais il a très bien défendu contre ses adversaires successifs (Mirallas, Pienaar, Stones). Il faut dire quand il est nul (contre Stoke par exemple) et quand il est très bon (contre Everton).
    J’aimerai qu’il réédite ce genre de prestation mais je crois qu’il n’en a pas le potentiel.

    Purée, ce match m’a tellement pris aux tripes que je ne me souviens pas d’avoir fait un jeu de mot pourri dans l’academy.

  5. Rectification, on menait 2-1 et non pas 2-0 à l’aller avant qu’Everton ne renverse la situation en un 3-2.

    Sterling est en train de devenir un joueur hors norme, son dernier match contre WBA le prouve. Bien qu’il n’aie que 19 ans, il ne faut pas songer à le prêter, même si on recrute l’année prochaine. Titulaire ou remplaçant, il peut faire la différence à tout moment de par sa vitesse et son explosivité.

    Sinon, Suarez/Sturridge qui alternent le rôle d’ailier gauche, je ne kiffe pas trop. Mais si ça permet à Coutinho de jouer dans l’axe et de ne pas squatter le couloir gauche où il est facilement neutralisé, c’est tout bénéf’

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.