Salut les p’tits beurres.

Avec les tombereaux de merde qui tombent actuellement sur les têtes nantaises, j’attendais. J’attendais patiemment que le climax soit atteint, et d’avoir du caca plein les dents pour (enfin) pondre une académie. Et je dois dire que ce match nul concédé dans les derniers instants face au dernier de L1 (15 points seulement !) a comblé mes attentes les plus folles. Mais pour en arriver là, il a fallu une longue mais délicieuse montée en puissance anale, que j’ai préféré ne pas partager avec vous, mais déguster tranquillement en solo, la poire à lavement à portée de main.

l1

Nice – Nantes (0-0) : Un match que je n’ai pas vu. Audel a raté une tête, Cvitanich aussi, et Maxime Dupé a piqué la place de doublure à Erwin « Bouletor » Zelazny, honorant sa première titularisation chez les grands. Match triste apparemment, comme un enfant rennais qui voit son maillot floqué « Didot » brûlé par des Ultras nantais.

Nantes – Rennes (0-3) : La Breizhou Académie s’est régalé, avant de déchanter dans la foulée face à Guingamp et Valenciennes. Public, palmarès, culture de la lose, tout ça… Du coup ils sont derrière nous au classement ces apôtres : si Rennes recule et que Nantes recule, comme veux-tu que l’on… ? Pas grand-chose à dire sur ce match, on ne l’a pas joué. Rendez-vous l’année prochaine. Ou pas. Si Rennes pouvait descendre en ayant posé 8-9 millions sur son mercato hivernal, un rêve de gosse se réaliserait pour Raynald.

Evian-Thonon-Pampers-Timberland – Nantes (2-0) : Un match que j’ai regretté avoir vu. Après avoir perdu contre la personnification de la défaite, Nantes réussit l’exploit de s’incliner face au degré zéro du football, Evian, en réussissant l’exploit d’être encore plus insignifiant que les Hauts-Savoyards. A la pause, ça doit faire 0-1 ou 0-2 pour les Canaris, et au final c’est Evian qui remporte la mise. Mention spéciale à Vizcarrondo, premier joueur professionnel à se faire prendre de vitesse par Cédric Barbosa depuis octobre 1999.

Etre tellement mauvais que même Jean-Marc Ayrault vous prend de haut : check.

 

Bonus Waldemar Kita :

– L’interdiction de recrutement est tombée et est définitive jusqu’en juin 2015. Les Kita ont été reconnus coupables d’avoir incité Bangoura à rompre son contrat avec Al-Nasr alors que ce dernier était encore payé et avait été dés-enregistré de l’effectif du club à cause de son faible temps de jeu durant les mois précédents. Waldemar a joué au con, il a gagné une grosse bite dans le cul. Nantes peut faire signer des contrats pros à ses jeunes, lever les options d’achat de Schechter, Audel ou Nicolita et recruter un nouvel entraîneur. Non, parce que là, MDZ est parti pour partir.

– MDZ qui s’en va, c’est une issue de plus en plus probable. Revenu à Nantes pour prendre sa revanche sur 2009, mais également pour raisons familiales, Michon commence à en avoir plein le cul des conneries de Kita. Passablement agacé par le manque d’ambition du mercato hivernal nantais (alors qu’une interdiction de recrutement allait tomber), et considéré par Waldemar comme un entraîneur de L2 (entre autres saloperies proférées en privé), il ne manque pas grand-chose pour que le coach canari ne claque la porte à la fin de la saison. Et si la menace de la relégation se précise, il pourrait même s’en aller de manière anticipée.

– En cas de descente à la fin de la saison, ou à la fin de la prochaine, les Kita pourraient jeter l’éponge. Même si aucun élément tangible ne vient appuyer cette hypothèse, il paraitrait incroyable que Waldemar supporte un troisième passage en L2. Surtout que le club serait certainement délesté de tous ces bons éléments, et que tout serait à reconstruire. Et n’oublions pas que Kita a laissé le FC Lausanne au fond du gouffre, que le club suisse peine encore à remonter. Un départ de Kita après une descente pourrait renvoyer le FC Nantes en National, voire en dépôt de bilan.

– Ah oui, et on a perdu les trois points de l’affaire Touré. Nantes s’en remet maintenant au tribunal administratif pour récupérer la victoire, une affaire menée par le redoutable Me Klatovsky, qui vient de se faire éclater dans l’affaire Bangoura. Autant dire que c’est dans la poche.

« Eh ouais peupée, c’est le seucond club que je ceule, je dirais, en quinze ans. »

Nantes – Ajaccio :

Paye ton parcours de relégable ! Depuis la reprise, Nantes est la pire équipe de L1, et remplit tous les critères de l’équipe au fond du trou : niveau de jeu affligeant, montants récalcitrants, décisions arbitrales contraires, buts gags encaissés, blessures et suspensions longues durées. Avec en sus le petit plus, la Kita’s touch pourrait-on dire, consistant à faire les gros titres de la rubrique judiciaire.

Pourtant, jusqu’à la 92ème minute de ce match face à Ajaccio, Nantes maîtrisait plutôt bien son match. En dehors des premières minutes durant lesquelles les Corses avaient pris à la gorge les Canaris et ouvert le score, il n’y avait eu ensuite qu’une seule équipe sur le terrain. Bien sûr, tout est relatif, on parle d’une équipe nulle qui domine une autre équipe nulle, donc pour le football-champagne, il fallait repasser. N’empêche, malgré la grave blessure de Djilobodji, une charnière centrale Djidji-Deaux aussi rassurante sur le papier qu’une sortie kayak un jour de gastro, et un poteau de Djordjevic, Nantes menait. Jusqu’à la boulette. Koffi Djidji entend un « Laisse ! » dans son dos et laisse filer pour son gardien, Diarra est à l’affût et égalise. En position de hors-jeu, encore une fois, avec un arbitre-assistant en retard de deux bons mètres pour juger l’action. Scandaleux. Scandaleux de faire cette erreur à ce moment là du match, mais aussi de ne pas avoir su conserver le ballon sur les actions précédentes. Sans parler du fait qu’il y avait la place pour marquer ce troisième but libérateur au cours de la seconde période.

En conférence de presse, MDZ a fondu un plomb, accablant le pauvre Djidji (4ème match en pro) pour son erreur. Bravo Michel, ça c’est de la pédagogie et de la confiance montrée aux plus jeunes. Et toi, t’as jamais coûté un but à ton équipe ? Et sur ce match, ton coaching a été parfait ? Nicolita qui « joue » 76 minutes, ça confine au génie effectivement : il sort, on marque. Et partir avec un banc sans défenseur central ni milieu de terrain, ça c’est bien vu aussi, surtout quand J-Lo se blesse et que MongoliDeaux doit redescendre en défense. Putain, y’a pourtant de quoi faire au niveau des jeunes, au moins pour ces postes là quand tu es en pénurie… Le mot de la fin pour Waldemar Kita, qui a bien identifié la cause du problème : « Ils n’ont rien dans la cervelle! ». Quand c’est un docteur es connerie qui s’exprime, on veut bien le croire.

La compo et les buts :

Aristeguieta et Vizcarrondo rentrés tardivement de sélection, ils prennent place en tribunes, ce qui offre à Koffi Djidji sa première titularisation en L1. Djordjevic en a fini avec sa suspension et retrouve le poste d’avant-centre et le brassard.

terrain

5ème minute : Corner ajaccien, Cissokho oublie Mostefa au marquage, qui n’a même pas besoin de vraiment sauter pour ouvrir le score. 0-1.

8ème minute : Balle en cloche dans la course de Cissokho, qui élimine Diarra sur son contrôle et centre fort devant le but pour Gakpé. 1-1.

76ème minute : Série de centres et de cafouillages dans la surface corse. Veretout tente un centre-tir qui arrive sur Djordjevic, prenant à revers l’alignement ajaccien. 2-1.

92ème minute : En désespoir de cause, les Ajacciens balancent une balle toute molle plein axe, qui réussit à traverser toute la défense nantaise. Sigamary Diarra prend de vitesse Cissokho et Riou, et convertit l’offrande. 2-2.

 

Les gars de chez nous :

Riou (2/5) : Il va falloir penser à être décisif un moment donné.

Veigneau (2/5) : Toujours aussi apte à se faire humilier défensivement, mais vraiment intéressant dans sa projection et sa production offensive.

Djilobodji (non noté) : Touché très tôt dans la rencontre, il souffre d’une côté cassée et sera indisponible un mois. Putain de poisse. Remplacé par Bedoya (2/5) (24ème), toujours aussi décevant à la construction et intéressant devant le but. C’est con, ton poste, c’est meneur de jeu…

Djidji (2/5) : Comment parler de son match sans évoquer sa boulette à la dernière minute ? Il serait cependant idiot de l’accabler, tant il a été mille fois plus rassurant que Vizcarrondo sur le reste du match.

Cissokho (1/5) : Il coûte un but et demi (pas au marquage sur le premier, pas attentif sur le second), mais sauve son match grâce à sa jolie action qui amène le but.

Deaux (2/5) : Un début de match catastrophique au milieu, avant de redescendre en défense centrale où il a fait ce qu’il a pu, tout à l’énergie.

Touré (3/5) : Timide en début de match, il a semblé plus rassuré par son association avec Veretout. Du coup, on l’a vu apporter devant de manière plutôt efficace.

Nicolita (1/5) : Bonjour. Au revoir. Remplacé bien trop tard par Bessat (76ème), tout de suite dangereux.

Gakpé (4/5) : Un but, et cette faculté à créer le décalage par une passe ou un dribble, vraiment précieuse en ce moment. Par contre, le côté gauche, ça ne lui va pas vraiment.

Veretout (3/5) : Replacé un cran plus bas avec l’entrée de Bedoya, il a surtout travaillé en couverture de Touré, s’appliquant à ressortir les ballons le plus proprement possible.

Djordjevic (4/5) : Quel dommage qu’il enlève un ballon de but à Bedoya et qu’il trouve le poteau sur l’action. Car son retour a permis de revoir quelques bribes du jeu nantais du début de saison : déviations, remises, duels aériens et but de renard, ils leur a fait la totale.

 

Les mecs d’en face (L2/5) : Méritants à défaut de géniaux, ça semble quand même compliqué pour eux de se sauver. Perfettu, lui, savoure le plaisir de ne pas être (pour une fois) le dindon de la fesse.

 

Raynald la joue comme Strasbourg, et balance les images du match.

Câlins beurrés

Raynald Dunoeud

2 thoughts on “Nantes – Ajaccio (2-2) : la Canaris Académie livre ses notes

  1. Kita en méchant de Nicky Larson, je dis OUI !

    Si l’une de nos deux équipes pouvait éviter de descendre, que Rennes garde ces deux seuls matches intéressants dans la saison, ça m’arrangerait.

  2. Salut le Raynald !

    Coco pense qu’on est juste a notre place en fait. Les gus étaient en total sur-régime en début de saison. On est quand même allé jusqu’à « Djilobodji meilleur defénseur de L1 » et « Cissokho pisté par l’OM ». Y a même pas un an ca m’aurait fait recracher mon muscadet direct. Les joueurs se sont emballés, et vlà pas qu' »on va jouer l’Europe » et que « Newcastle me suit »… Putain ouvre les yeux connard y a 1 an tu prenais des petits ponts par Brice Jovial !
    On va finir 15/16e en souffrant un peu mais ca devrait le faire pour cette saison parce que les autres ont l’air encore plus nuls. Mais l’année prochaine on va déguster.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.