Ahhh Metz-Lens.
Que de bons souvenirs pour votre serviteur.
Du haut de ses 18 ans, il avait ainsi pu vivre ça : Le match de 97-98 qui avait vu nos Racingmen aller chercher le leadership du championnat et prendre un ascendant définitif dans la course à notre seul titre de champion.

Metz-Lens, c’est aussi, notre seul titre en coupe, la CdL 99 avec une victoire en finale contre nos meilleurs ennemis de l’époque sur une improbable mine de Moreira pleine lulu.

C’était le bon vieux temps, comme dit mon tonton pétainiste, une époque ma foi bien révolue quand on voit où les 2 équipes en sont aujourd’hui.
Metz revient du tréfonds du National et Lens enchaîne sa 3e saison en L2… Triste gâchis. D’autant plus triste que les 2 clubs ont vu pas mal de joueurs porter les 2 tuniques, avec de belles réussites côté lensois avec pour les anciens, Krawczik, Piette, Six, Meyrieu ou Vercruysse, et pour les plus jeunes Blanchard, Song ou Maoulida… Mais aussi de moins belles, on pense au passage de Müller qui aura laissé un bilan mitigé au club, mais aussi cette bonne chèvre de Nadon, inénarrable David Régis, Magik Eduardo ou Bruno « j’ai pris 15 kilos pendant les fêtes » Rodriguez.

Néanmoins, ces 2 clubs sentent bon la D1 de papa, et ça commence doucettement à sortir les doigts du cul la tête de l’eau du côté des terrils Lorrains et Artésiens. Ainsi, nos 2 anciens troubles-fête se retrouvent dans ce bon stade de Saint-Symph’ pour un choc en tête du classement de L2. Le leader messin reçoit un Racng 3e au coup d’envoi, avec de multiples objectifs :

  • Continuer notre parcours foufou à base de déceptions à domicile (la dernière en date face à Tours) et de victoires à l’extérieur.
  • Rester sur un podium où de plus en plus d’équipes désirent s’installer, la faute à un duo Lens-Angers qui n’a pas réussi à creuser le trou quand c’était possible. Niort, Caen, Dijon, Nancy et Tours sont désormais à nos trousses et il serait plutôt malin de laisser un écart suffisant avant d’attaquer les matches, a priori plus faciles contre Arles, Nîmes ou Clermont… qu’évidemment on ne gagnera pas.
  • Évidemment, marquer les esprits, en allant gagner chez un leader invaincu à domicile et déclencher le turbo dans la dernière ligne droite. Tant qu’à faire, si l’un des 3 leaders devait craquer, ça m’arrangerait que ce soit Metz ou Angers…
  • Enfin, confirmer qu’on sait se passer de joueurs clés quand il le faut. Chavarria & Aréola ne sont pas là, El Jaddeyaoui, Kantari, GBamin manquent également à l’appel, Ducasse est en pré-retraite et le duo Fradj-Boulenger renforcera la réserve. On compte donc sur un effectif de plus en plus élargi pour aller ruiner le weekend des messins, eux qui vivent déjà en Lorraine. Les pauvres.

Pour la déconne, et avant de passer au match, un petit retour sur le fait que la préfecture de Moselle ait décidé à la dernière minute de limiter le nombre de lensois dans le stade me paraît opportun car il témoigne d’un irrespect total et de plus en plus récurrents des supporters. Pour info, 1100 Lensois étaient attendus là- bas, ce qui était largement jouable vu que St Symphorien affiche 12 000 specteurs pour 26 000 places (et au final 20 000 ce samedi).
Pour une raison totalement arbitraire, et surtout par une décision si tardive qu’elle ne laissait aucune place au dialogue, le Préfet a décidé de baisser le nombre de places à 400.  Suite à ça, on a eu pas mal de réactions plus ou moins pertinentes sur le sujet :

  • Les mecs de l’Equipe ont fustigé « ces pauvres qui se plaignent de ne pas pouvoir faire le déplacement ». Niveau fils de pute, et je pèse mes mots, ça se pose là.
  • Les Tigers, qui ont intelligemment mis le doigt là où ça fait mal, en ironisant sur le fait que si la France n’était pas foutue d’accueillir 1100 mecs d’un club pas spécialement réputé pour son côté extrémiste, elle allait bien rigoler lors de l’Euro quand les Anglais, Belges, Hollandais, Polonais et Croates débouleront en France. A noter, une fois n’est pas coutume, que Menès a repris le même discours et pris un point dans mon estime. Il est désormais à -40.
  • Le 12 lensois, qui a mis en avant qu’on était le meilleur public de France, d’Europe et même de l’Univers et que la forme de l’arrêté préfectoral, limitant l’accès au stade aux seuls mecs munis de billets (ce qui pour le coup, est la norme… ) était insultante. Attaquer la cause avancée et non la finalité, le timing et non la forme écrite, le fait plutôt que le symbole, eût peut être été plus pertinent, mais la majorité des mecs partageant cet avis, je m’incline.

Résultat, plutôt que de laisser 700 mecs sur le carreau, on a eu droit à un boycott des sections de supporters et, au final, gain de cause du préfet. Les droits de l’homme pourront bien attendre que nos amis ministres des sports, de la justice ou de l’intérieur s’y intéressent un jour, les supporters restent des délinquants en puissance, qu’ils aient fait quelque chose ou pas,  Thiriez fait ce qu’il veut et les Préfets nous emmerdent.

C’est donc sans supporters (hormis les 3-4 qui ont fait l’effort d’y aller en solo ou habitant sur place) que nos Sang & Or attaquent ce match. Sur le pré, AK compose son désormais traditionnel 442 à l’extérieur avec les mecs les plus à même de faire déjouer Metz. Qu’on se le dise, Ljuboja cirera donc le banc.

AK aligne ce qui lui reste de mieux parmi les mecs aptes et opte pour équipe en mode guerrier. En clair : on va là-bas pour jouer dur, et gagner, pas pour faire les mariolles et les beaux-gosses (la Lorraine ne supporte pas le beau).
Riou, dans les bois, est attendu au tournant mais pourra, pour la 1e fois cette année, bénéficier de la défense type.
Au milieu, 2 numéros 6-8 et 2 latéraux censés monter dès que c’est possible ( sachant qu’on sait d’avance que Nomenjanahary campera devant et que Cyprien ne passera pas la ligne médiane hormis pour tirer les corners).
Devant, Coulibaly et Touzghar : un gros costaud et une flèche. Cohérent.

metz

Sur le banc, Ljuboja, NDiaye, Touré, Bourigeaud et Atrous.

Le match : (en vrac)

On va pas se mentir, c’était moche comme une friche industrielle lorraine. Mais bon, pour le plaisir :

1e : Eduardo retrouve les habitudes de son époque lensoise en reprenant de la tête un centre : 2 m à côté.
5e : Rocchi prend un coup de Valdivia et hurle à la mort dans le rond central. Heureusement, il guérit vite et court se replacer 10 secondes après…
10e : les 2 équipes ont décidé de chambrer Philippe St André en ne jouant que des chandelles. S’ensuit une accumulation d’échanges de la tête au milieu de terrain.
13e : 1e frappe de Nomenjanahary. LOL.
15e Marchal bat son record du match aller et se blesse avant la fin du 1e 1/4 d’heure.
17e : Coulibaly est repris au sprint par Marchal, blessé donc, qui courrait à cloche-pied. Il sortira sur cette action.
20e : Corner bien tiré par Nomenjanahary, Coulibaly prend le dessus de la tête sur Inèz, à côté.
21e : C’est la fête en Lorraine avec Eduardo qui fait trembler les filets pour la 1e fois depuis son arrivée. Bon ce sont les filets extérieurs, mais c’est encourageant pour Eduardo. Et pour la Lorraine.
23e : Valdivia prend son habituel carton évitable avec son habituelle tentative de faire la tête du gars qui n’y est pour rien.
25e : Tisserand prend le dessus sur son côté, claque un petit pont à son vis-à-vis et centre fort, c’est contré, corner. Nomenjanahary le tire. Mal.
28e : Belle combinaison Valdivia-Touzghar, qui lance Nomenjanahary en profondeur. La passe est un peu trop croisée mais le Malgache réussit à prendre le dessus sur Choplin et à frapper. Très fort mais trop croisé.
35e : 328e corner lensois, bien tiré cette fois. Coulibaly prend le dessus sur Inèz et la cale au fond mais l’arbitre refuse le but pour excès de chambrage. Un corner de Cyprien bien tiré et une tête de Coulibaly décroisée, faut pas déconner. C’est Metz quand même, ils ont souffert, la guerre, les Allemands, tout ça, mais ya des limites à la déconne.
Bon, sinon y’avait tranquillement pas faute…
41e : Tisserand s’enflamme et se met en difficulté tout seul en préférant une passe extér’ moisie plein axe à un dégagement des écoles. Lemoigne relève le challenge en faisant une passe encore plus pourrie pleine surface pour Landre. N’Gbakoto récupère et se présente seul face à Riou. Il croque complètement sa frappe, qui surprend le gardien en le lobant. Un joli rebond sur le poteau plus loin et ça finit dans les gants de Riou. Au passage, merci Tisserand de faire de la merde alor qu’on maitrise notre sujet…
45e : Énième corner lensois, par Cyprien, qui ne donne rien à part des bouboules de papiers depuis les tribunes.

Mi-temps :  pour un prétendu choc, c’est très laid  et très pauvre dans le jeu.  Tours m’avait laissé une bien meilleure impression que Metz, qui joue à la maison comme un relégable, en jouant d’abord le nul et en jouant le contre. Sinon, Coulibaly les bouffe sur tous les CPA, qui pour une fois sont très bien tirés, Yahia n’a pas paumé un duel mais on a réussi à se mettre en danger tout seul sur une double ânerie Tisserand-Lemoigne. Pour le reste, on a la possession et Metz joue en contre, pour l’instant sans succès.

Il ne passe rien de chez rien au retour des vestiaires, à part un pied dans la tête de Nomenjanahary et quelques jetés de boulettes de papier sur les corners lensois. Fautrel n’apprécie pas et le speaker doit rappeler les messins à l’ordre. Ce serait vraiment très drôle que ça finisse sur une victoire sur tapis vert…

60e : Accélération de Coulibaly (relativisons tout de même), bien repris par Inèz.
69e Corner de Nomenjanahary, repris par Tisserand. 0-1.
Mr Fautrel ne pouvant plus utiliser l’excuse de la 1e mi-temps, est obligé de l’accepter. Notons que c’est son 1e but en pro, pour la 1e frappe cadrée du match.

71e : Grosse occasion messine avec un lob d’Eduardo, lancé en profondeur. C’est claqué in extremis par Riou mais mal dégagé, Sakho récupère et frappe dans un angle impossible, poteau.
73e : Yahia, blessé par Riou sur l’action précédente (…) sort 2 minutes, le nez complètement éclaté.
76e : Nouveau corner lensois, Inèz prend pour une fois le dessus mais se trompe de côté et claque une belle tête vers son but, c’est dégagé sur la ligne.
79e : Après 2 boîtes de pansements grand modèle, Yahia peut revenir une seconde fois sur le pré, le visage complètement sanguinolent.
85e : Yahia dégoute les attaquants messins en prenant tout ce qui passe à 10m de lui. La vue du sang a du le remotiver.
89e : Cyprien, sympa, envoie le 1e satellite lancé depuis la Lorraine dans l’espace, sur une tentative de centre. Ça va les changer des hauts-fourneaux.
92e : Coulibaly vendange un contre en ratant son centre en retrait alors que Ljuboja était seul au point de pénalty.
95e : Dernier coup-franc messin, mal tiré par Sakho.

Hop-là. Victoire 1-0 des lensois, qui mettent tranquillement un petit coup sur le casque de poursuivants qui s’y voyaient déjà, en allant s’imposer chez un leader qui ne nous devance plus que de 3 points. Sans avoir fait un match fantastique, Lens mérite sa victoire autant que Metz mérite ne pas gagner. Ils n’ont rien montré et l’ont joué très petit bras. Il ne nous reste plus qu’à ENFIN confirmer ça à Bollaert, parce que c’est bien beau de gagner à Metz et à Angers si pour perdre des points contre Istres…

Les gars :

Riou : 4.
Il ne peut rien sur le poteau, tant la défense a fait n’importe quoi et tant le rebond est improbable. Être lobé par une frappe du dessous des crampons, faut pas exagérer… Sinon, il a fait le job et a réussi à défendre sa cage efficacement, à relancer proprement et c’est tout ce qu’on lui demande.

Baal : 4.
On n’a pas vu un messin passer de son côté, c’est donc très signe. Bon certes, de son côté, c’était Eduardo.

Landre : 4
Bon match de l’International Espoirs, qui me rassure beaucoup plus que Kantari. Très solide dans les duels, il a été un peu plus en difficulté car les messins ont accéléré, mais force est constater qu’on n’a pas vu Sakho du match.

Yahia : 5.
Ce mec est un roc. Très efficace en 1e mi-temps et très à l’aise dans une défense resserrée où il peut s’amuser à couper les passes et anticiper dans les pieds, il a été énorme en fin de match en dégoutant les attaquants. Il finit les 20 dernières minutes avec le nez pété et fera flipper les messins à chaque intervention.

Tisserand: 4.
Très à l’aise balle au pied, il est capable de claquer un petit pont à son adversaire, de centrer d’à peu près n’importe où mais aussi de faire des tentatives un peu hasardeuses, voire complètement ratées. Faut juste qu’il percute qu’il n’est plus à Monaco, que Yahia ou Landre ne sont pas Ricardo Carvalho et ne peuvent pas rattraper ses ratés, et ça ira beaucoup mieux, car il est clairement au-dessus à ce poste. Sinon, il nous offre la victoire d’un joli coup de tête, et ça rattrape toutes les bêtises du monde.

Valdivia : 3.
Invisible offensivement, il aura par contre été très efficace dans le travail défensif, cadenassant avec Lemoigne le faiblard milieu lorrain. Son carton était par contre évitable.

Lemoigne : 3.
Un peu plus bas que Valdivia, on n’a moins vu que d’habitude, la faute à une équipe messine peu portée vers l’attaque. Un beau boulot qualitatif à défaut d’être quantitatif.

Nomenjanahary : 3.
Beaucoup d’activité, mais énormément de déchets : il perd les 3/4 de ses ballons joués et ne sait toujours pas cadrer une frappe. Un satisfecit pour les corners, très bien tirés et ses centres, qui ont régulièrement mis le bouillon dans la surface adverse.

Cyprien : 3.
Un peu plus efficace que Lalaina, il a cherché à défendre proprement et a joué simplement sur phases offensives. Quelques combinaisons avec Tisserand ou Coulibaly, mais rien de bien transcendant. Du mieux dans le placement.

Coulibaly : 4.
Toujours aussi pénible à contenir, le Sénégalais a fait son habituel match de guerrier. En jouant tous les ballons à fond, en permettant au bloc de remonter et surtout en mettant les messins au supplice dans le jeu aérien. Si son physique d’armoire normande lui a sans doute coûté le but refusé, il a quand même eu pas mal de déchets dans les dernières passes, alors qu’il a eu plusieurs fois la possibilité de tuer le match.

Touzghar : 2.
Très peu servi par ses coéquipiers, il a surtout servi de relai dans les phases offensives. Sur ce genre de match où on a la possession, il est moins en vue que lorsqu’on joue sur le contre et la vitesse.
Les remplaçants :
Ljuboja, NDiaye et Bourigeaud : 18 minutes à eux 3, trop peu pour juger.

Bonus :
Les stats, chez nos amis de teamfoot.
Les images.

Prochains matches : Lens-Arles & Nîmes-Lens avant le très attendu Monaco-Lens, en coupe de France.

Vous aimez la Lens Académie ? Vous voulez qu’elle continue ? Alors soutenez horsjeu.net en vous abonnant ici. Il y en a pour toutes les bourses, de 2€ à 16€ par mois pour les riches. Et puis on vous promet de transformer le pognon en alcool, au moins, on ne ment pas nous.
N’oubliez pas d’aller faire des coucous aux copains, sur RCLensois.fr,moustachefootballclub.com, alterfoot.com, teamfoot.fr et, si vous avez le temps, de venir polluer mon mur Facebook. En cherchant bien tu me trouveras même sur Twitter. (@r_direktor).

1 thought on “Metz-Lens (0-1), la Lens Académie livre ses notes

  1. toujours bien de prendre des points à metz avant de chuter lundi prochain contre l’ogre arles avignonnais (c’est chiant à dire ça..)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.