Nantes – Monaco (0-1) : la Canaris Académie livre ses notes

Salut les p’tits beurres.

Après deux promus, Nantes rencontrait la lanterne rouge du championnat, preuve que le calendrier est quand même hyper-favorable aux Jaunes et Verts en ce début de saison. Évidemment, Monaco est plus promis au podium qu’à la Ligue 2, et comptait bien débloquer son compteur point. La soirée commençait de toute façon mal, puisque Falcao et Toulalan étaient titulaires, et surtout que la Beaujoire n’était pas pleine. Avec une politique tarifaire absolument prohibitive, Kita a réussi à perdre près de 10 000 spectateurs par rapport à la confrontation entre les deux clubs lorsqu’ils étaient en L2.

 

Le match :

 Très timides en première période, les Jaunes ont pourtant l’occasion d’ouvrir le score sur un penalty obtenu par Bammou. Gakpé fait briller Subasic et juste avant la mi-temps, Falcao se fait oublier au second poteau et réceptionne de la tête un centre de Kursawa. Gros mal de fesses qui va durer jusqu’à la 80ème minute, moment choisi par Nantes pour se passer un peu de Biafine sur le fondement et (enfin) attaquer les cages monégasques. Il manquera plusieurs fois une pointure à nos attaquants pour reprendre des centres venus de la droite, Kian Hansen trouvera la barre sur une reprise de volée et Shechter échouera sur un super Subasic. Rageant, parce que si Der Zakarian avait un peu plus cru en son équipe et lâché la bride de ses milieux de terrain (coucou Jordan Veretout), la poussée nantaise se serait peut être dessinée dès le début de la seconde période.

Bonus Waldemar Kita :

Un bonus en trois temps cette semaine. Acte I juste après la rencontre face à Monaco, lorsque Kiki explique la vie à des officiels monégasques : « Je savais qu’on allait pas marquer. Quand j’ai vu que Falcao avait marqué, j’ai su que c’était fini. Il aurait fallu faire autre chose, mais il ne l’a pas fait. Mais je ne vais pas le virer quand même. » (J+1, Canal+).

Waldemar casse ensuite la baraque avec une interview accordée à 20minutes, qui interroge notre président sur la hausse des tarifs à la Beaujoire et la baisse de fréquentation qu’elle engendre. Morceaux choisis : « Ce soir, le stade devrait être plein… A qui la faute ? » s’exclame Waldy le chevalier blanc pourfendeur des vilains ultras qui se réabonnent pas. « On est en période de vacances et ce n’était que Monaco… » Purée, vivement un Nantes-Metz au cœur du mois de janvier… « Paris a augmenté ses tarifs cette saison jusqu’à 30 %. » Si les némirs l’ont fait, c’est que c’est bien alors.

Waldemar Kita, comique troupier.

Enfin, Kit-Kat enfonce le clou en faisant le mariole dans France Football : « FF : Nantes est-il un club qui attire encore les joueurs ? WK : Oui, énormément! Vous n’imaginez pas les joueurs qui voulaient venir à Nantes cette année. Du très, très haut niveau. Des internationaux. C’est impressionnant. On refuse parce qu’on n’est pas d’accord sur les salaires, mais bon… On veut stabiliser le club financièrement, on ne peut pas faire n’importe quoi. Et on a déjà deux champions du monde et neuf internationaux. » Bon, ok, des joueurs voulaient venir à Nantes cette année. Nantes interdit de recrutement. Très bien. Pourquoi pas. « Un garçon comme Veretout, c’est le premier que j’ai fait signer à 17 ans. Aujourd’hui, il est champion du monde, il peut taper à la porte de l’équipe de France sans aucun problème. » Waldemar Kita, découvreur de talents, qui a viré tous les formateurs à l’origine de l’éclosion de Veretout, de Chaumin à Moreau, en passant par Guyot et Landry Chauvin qui l’a lancé en pros.

La compo et le but :

A la rue depuis deux matchs, Aristeguieta et Deaux sortent logiquement du 11 de départ, remplacés par Bammou et Bedoya. Pour le reste, du classique avec le 4-2-3-1 de Michou. Qui se transforme en 4-4-2 en défense. Et en 4-2-4 en attaque. Bref, c’est n’importe quoi.

terrain

45ème (R. Falcao) : 0-1

A quatre contre deux dans la surface. On est bien en place.

 

Les gars de chez nous :

Dupé (3/5) : Ne peut rien sur le but monégasque, décisif face à Ocampos ensuite. Match propre.

Veigneau (2/5) : C’est con, sans son combo perte de balle + marquage défaillant sur l’ouverture du score, il avait largement la moyenne.

Vizcarrondo (5/5) : Un roc. Un homme. Un vrai. Un patron.

Djilobodji (4/5) : Un peu plus d’attention sur l’ouverture du score où il pouvait sans doute compenser la défaillance de Veigneau aurait été bienvenue. Irréprochable par ailleurs.

Cissokho (2/5) : Il a su hisser son niveau de jeu, passant d’apocalyptique à juste mauvais. Bravo.

Veretout (2/5) : Sa première heure de jeu est dégueulasse, et les consignes ultra-défensives de son coach ne l’aident pas à se libérer. Quand il a fallu pousser pour égaliser, il a rayonné dans l’entre-jeu.

Hansen (3/5) : Il s’est adapté en trois matchs à sa nouvelle équipe et à un nouveau poste. #Hansen2016.

Bedoya (1/5) : Le fantôme américain a encore frappé, trop lent, toujours à contre-temps. Hyper intéressant de la tête, une reconversion en libéro peut-être ?

Gakpé (0/5) : Rate un pénalty, rate ses passes, rate son match.  Remplacé par Shechter (62ème), qui a mené la révolte des dix dernières minutes.

Audel (2/5) : Il faut du temps pour que ses jambes répondent à nouveau aux ordres de son cerveau. En attendant, sa démarche balle au pied ressemble à celle d’un bébé bourré. Remplacé par Bessat (67ème), qui a dynamisé le côté gauche et très bien tiré les CPA.

Bammou (3/5) : Une première période cinq étoiles dans la conservation du ballon et les déplacements, avant de plonger physiquement et de manquer l’égalisation de peu. Remplacé par Aristeguieta (81ème), qui a eu plus de situations en dix minutes que sur les 15 derniers matchs.

 

Les mecs d’en face (Monaco file vers le titre/5) : Non, on déconne. Mis à part Toulalan, Kursawa et Subasic, y’a pas grand monde au niveau sur le Rocher en ce moment. On souhaite bonne chance à la Monte-Carlo Académie pour la Ligue des Champions.

 

Raynald a tout de même quatre points de plus que l’an passé à la même période, et file les images du match.

Câlins beurrés

Raynald Dunoeud

academicien

Le plus grand auteur Anal de football

4 commentaires

  1. La balle arrive très vite sur Dupé certes, mais je pense quand même qu’il aurait pu l’arrêter.

  2. J’ai l’impression que Dupé a suivi a grande école nantaise des gardiens qui ne sortent pas tels Marraux, Casagrande, Loussouarn, Landreau. Sur l’action c’est sévère mais y’avait quand même quelque chose a tenter puisque Kurzawa n’avait d’autres options que de centrer

  3. Et on dirait bien que j’ai suivi l’école des phrases merdiques de Balbir et Seydoux

  4. Bravo pour cet article comme souvent très bon et très drôle ! Veigneau en grand capitaine a montrer l’exemple et Monaco, une occase = un but le réalisme des champions. C’est parti comme l’an passé, contre les gros, on se chie dessus :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.