Nouveau : l’Aiglons Académie note OGC Nice-Dijon (3-3, 5-3 T.A.B.)

12

Bienvenue à Bernard Morloni, dernier académicien en date.

La papa Noël a été gentil et nous offre pour début 2012 l’académie officielle de L’OGC Nice. Une ville qui a vu passé Bernard Morlino, Cyril Rool, Lionel Letizi se devait d’avoir son académie. Anomalie enfin rétablie. Alors quoi de mieux pour inaugurer cette Aiglons Académie qu’un match Nice-Dijon qui sent bon la ligue 1 de fond de classement. Le 17ème qui reçoit le 16ème, tout ça pour un quart de finale de coupe de la ligue. Ca envoie du pâté. Enfin, ça en envoie déjà moins quand j’apprends que je vais devoir subir les commentaires de Kader Boudaoud mais surtout Emmanuel Petit. France Télévions c’est plus fort que toi. Au tour précédent, les Dijonnais avaient éliminés le Paris Saint-Quatarien 3-2 en étant mené 2-0, alors que nos Aiglons chéris avaient battus les Sochaliens 2-1. Plus que deux victoires et c’est le Stade de France, et c’est bien le seul intérêt de cette coupe.

Pour ce match coach René est privé d’un bon nombre de ses joueurs et pas les moindres -merci la CAN-, à savoir Mouloungui, Diakité, Coulibaly et Palun. Il nous sort du classique au niveau de la tactique, un 4-5-1 avec deux récupérateurs Digard et Sablé, du classique en défense excepté la titularisation de Fernandez préféré à Ospina laissé au repos. Abriel en meneur de jeu, avec évidemment Mounier à gauche et Meriem à droite. Et en pointe Dja Djédjé, faute de Mouloungui malheureusement.

Alors, au terme d’un match assez étrange mais qui aura tout de même vu 3 buts de marqués de part et d’autres, les Niçois se qualifient pour les demi-finales. Pour laquelle ils devront se déplacer au Vélodrome dans un match tout sauf simple. Marseillais et Niçois s’étaient déjà affrontés il y a deux mois en championnat pour une victoire de l’Eau M 2-0 malgré 2 poteaux des Aiglons. Pour en revenir à notre quart de finale, les rouges et noirs pourront remercier Tchagouni, le gardien Dijonnais qui était un peu en mode passoire sur ce match. Le point noir restant cette défense qui est aussi sereine que ma grand-mère sur des échasses un jour de verglas. Et comme si ça suffisait pas, l’absence a priori de plusieurs semaines de Pejcinovic risque de peser, car Gomis n’est pas au niveau sur ce qu’on a vu aujourd’hui, ou du moins pas au niveau du Serbe. Niveau absence, c’est aussi sur le front de l’attaque qu’on va souffrir car le départ pour la CAN de Mouloungui, un des meilleurs joueurs depuis le début de saison, va faire mal. Entre un Dja Djédjé un peu juste, un Pentecôte blessé et un Guié-Guié resté au niveau de la ligue 2 et incapable de marqué le moindre but depuis son arrivée en août dernier on n’est pas gâté… Et dire que Djalo a signé à Porto cet hiver, que de regrets. Il devient urgent de trouver un attaquant au mercato. A moins que… A moins que François Clerc ne passe avant-centre et nous plante 15 buts d’ici la fin de saison. François Clerc attaquant rien que d’y penser ça me fait bander, comme un symbole de Loulou Nicollin content. Sinon au pire on rappelle Matt Moussillou.

 

Résumé :

On est confiant côté Niçois avant le coup d’envoi. Confiance qui durera exactement 120 secondes, le temps pour François Clerc de se prendre son 1er petit pont du match.

7ème : On retrouve le François pour une touche longue qui trouve Abriel, lequel seul dans la surface s’emmêle les pinceaux et perd la balle.

9ème : Première alerte côté niçois, sur un contre Corgnet décale Bauthéac qui échoue sur Civelli dans la surface.

11ème : Dans le match dans le match qui oppose Emmanuel Petit au Bescherelle, c’est l’ancien Gunners qui prend l’avantage avec un superbe : « Dijon avait très bien revenu contre le PSG » Un match qui s’annonce donc long, très long…

12ème : Mounier déborde côté gauche et place une amour d’ouverture pour Digard qui bute sur la défense dijonnaise.

14ème : Pejcinovic se claque et doit sortir. C’est Gomis qui le remplace. Kévin Gomis pas Bafé Gomis, je précise au cas où Manu Petit nous lise.

18ème : Et là c’est le drame. Sur un centre à priori anodin, la défense niçoise est aussi passive que mon ex dans le lit conjugal et laisse tranquillement Aguebert placer une jolie tête au second poteau.
Marquage. nom masculin. Sens : Action de marquer quelqu’un. Définition visiblement trop complexe pour l’arrière-garde locale.

21ème : Coup Franc pour l’équipe du colonel Moutarde que repousse Fernandez. Sur le corner, épidémie de gastro et on se fait dessus côté niçois, Fernandez doit s’employer pour repousser une tête de Sankharé.

23ème : Alors que les fautes adverses se multiplient, Digard botte un coup franc sur lequel Civelli voit la gonfle lui retomber dans les pieds alors qu’il est tout seul au second poteau, mais visiblement pas remis de sa gastro depuis les deux dernières minutes, il se chie dessus et manque le coche.

France 2 nous sort la stat’ qui tue : 21 duels gagnés pour les Dijonnais contre seulement 9 pour les Niçois. Ca fait mal au cul.

Anal toujours, Petit enfonce le clou dans son match dans le match avec un sublime « La défense devrait remontrer ». Remontrer quoi ça en revanche on ne sait pas.

34ème : Sur un centre de Meriem venu de la droite Dja Djédjé dévie de la tête pour Mounier au second poteau qui devance Tchagouni. 1-1

40ème : Je viens de me souvenir qu’Abriel est titulaire, ce cher Monsieur s’écroulant tout seul sans raisons apparentes.

45ème : L’action du match est signée François Clerc. Après une bonne ouverture de Digard côté droit, François enchaîne avec une feinte de frappe suivie d’une frappe enroulée dans le coin de la surface qui termine sa course dans la lucarne opposée. Comment ça je suis pas crédible ? Bon ok ça sort d’un bon mètre. Sacré François quand même.

Mi-temps.

50ème : Coup franc bien placé pour Nice, Monzon tire de peu à côté. Pour l’instant…

56ème : Dans la surface adverse Mounier récupère tranquillement le ballon et centre pour Francky Dja Djédjé qui se loupe.

61ème : Civelli se foire sur une intervention à 40mètres de ses buts ce qui provoque un 2 contre 1 adverse côté droit, Corgnet place une petite balle vicieuse au 1er poteau, et alors qu’on le pense trop court, Jovial se jette et devance Fernandez. Civelli lui a tout vu. Dommage qu’il était 5 mètres derrière. C’est l’intention qui compte Renato.

65ème : Monzon ce coquin, fait l’amour à plusieurs joueurs de Dijon et fait la passe pour Digard qui tente une frappe de loin. Sang danger.

75ème : Ca merde dans la surface locale, et Jovial frappe en pivot au point de pénalty. Cent danger.

77ème : Civelli sauve son match, enfin ce qu’il en reste. Coup franc raté de Monzon à 40mètres des buts, mais Dja Djédjé remet comme il peut au second poteau où se trouve isolé notre cher Civelli qui glisse mais parvient tout de même à tromper le gardien Dijonnais.

80ème : Belle reprise de volée de Mounier au coin de la surface. Au-dessus.

82ème : Tchagouni s’en prend à Mounier, alors Manu Petit s’ose à une déclaration : « D’en rajouter comme ça, ça remet de l’huile ». Emmanuel Petit alias Jean-Michel Pasdechute.

89 et 90èmes : Deux beaux arrêts de Fernandez sur deux tentatives de Bérenguer.

 

Prolongation.

98ème : Bonne percée de Mounier plein axe qui obtient un bon coup franc devant la surface que tire Digard dans le mur.

102ème : Hellebuyck rate sa 31ème passe en 32 tentatives depuis sa rentrée à la 74ème.

111ème : Stat’ qui tue, 2ème. 74 duels gagnés pour Dijon contre seulement 47 pour le camp adverse. Vite la vaseline.

112ème : Monzon tire un coup franc pour la tête de Guié-Guié que repousse le gardien en corner.

115ème : Sankharé cherche le péno à plein nez et finit par l’obtenir car Gomis tombe dans un piège pourtant évident et le bouscule dans la surface. Bauthéac le transforme. Merci Gomis.

119ème : Sur une faute pas forcément évidente l’arbitre accorde un coup franc qui sonne comme la dernière chance d’égaliser. Monzon s’en charge et va nous mettre une mine dont il a le secret sous la barre. Bien aidé il est vrai par un gardien adverse légèrement mauvais tout de même.

Et arriva ce qui devait arrivait aux tirs au buts. Les Dijonnais qui ont menés par 3 fois dans ce match voient Sankharé se la jouer petit et placer une frappe mollassonne que Fernandez repousse. Les tireurs Niçois marquant leurs 5 tentatives, c’est donc l’OGC Nice qui remporte cette séance de tirs aux buts 5 à 3.

 

Les notes :

Fernandez : 3/5 De bons arrêts, même s’il est clairement coupable sur le deuxième but. Pas aidé il est vrai par une défense très friable. Arrête un pénalty qui qualifie Nice. Au final, quand même satisfaisant.

Clerc : 2/5 Autant il fut très présent et efficace offensivement, autant défensivement c’est tout autre chose. Regarde passer la balle sur le 1er but adverse. Regarder l’action c’est bien, mais agir c’est encore mieux François.

Pejcinovic : Non noté : Sort au bout de 15 minutes, remplacé par Gomis : 1/5  Pas rassurant du tout, provoque un pénalty, alors que que c’était une faute totalement évitable, peut remercier Monzon car sans lui, il nous coûtait la qualif’.

Civelli : 2/5 Longtemps pas dans son match à l’image du deuxième but encaissé sur lequel il peut endosser presque à lui seul la responsabilité. Heureusement qu’il se rachète en égalisant. Mais il n’aide pas à rassurer ses coéquipiers dans une défense toujours aussi inquiétante.

Monzon : 4/5 On ne l’a presque pas vu pendant une heure. L’ouverture du score Dijonnaise vient de son côté, mais quand il a commencé à l’heure de jeu à monter plus souvent, il a toujours été efficace et à trouvé des brèches. Et que dire de son coup franc importantissime. Se permet au passage de remettre une mine dans la lucarne lors de la séance de tirs aux buts. Un bourrin comme on les aime par ici.

Sablé : 3/5 Peu de ballons perdus, un grand nombre de récupérés, mais assez discret dans l’animation offensive. Quand même précieux dans l’entrejeu.

Digard : 1/5 On l’a beaucoup vu, mais énormément de déchets, énormément de ballons perdus, peu de ballons gagnés. Un match à oublier.

Meriem : 2/5 Un peu trop discret, c’est quand même lui qui est à l’origine de la 1ère des 3 égalisations de l’équipe.

Mounier : 4/5 Même si ce ne fut pas son meilleur match, il fait rarement le mauvais choix, il provoque, et bouge l’adversaire. Auteur du 1er but niçois.

Abriel : 0/5 On ne l’a pas vu du match. Totalement transparent. C’est encore plus emmerdant quand le match dure 2 heures et qu’on est censé mener le jeu de son équipe.

Dja Djédjé : 3/5 Isolé dans une équipe dominée en 1ère mi-temps, il s’en sort finalement avec les honneurs en faisant 2 passes décisives. Reste plus qu’à marquer maintenant et ça pourrait bien le faire.

 

Bernard Morloni.

Bernard est nouveau, saluez-le comme il se doigte. Sinon, il vous file les images parce qu’il ne veut pas se faire bizuter trop fort.

12 thoughts on “Nouveau : l’Aiglons Académie note OGC Nice-Dijon (3-3, 5-3 T.A.B.)

  1. Bienvenue à toi Bernard ! Bon boulot après t’être infligé ce match. J’ai craqué à la mi-temps moi.

  2. Monzon m’a impressionné, est-il toujours à ce niveau ? Sa technique est réjouissante et il avait un paquet d’envie.

    La faute du coup-franc de la dernière chance est clairement une compensation pour le péno. C’est carrément Civelli qui fait faute sur son adversaire (à la Valbuena VS Lorient un peu). Y’a de quoi avoir la moutarde qui monte au nez (oui je plagie Morlino mais on est chez lui ou quoi ?) mais bon le péno est pas non plus hyper évident dans mes souvenirs brumeux de ces prolongations d’un match d’une qualité pour le moins bancale.

    Et votre gardien était pas meilleur que celui d’en face, je placerais pas trop mes billes sur lui quand même.

  3. Aguebert ? T’es sérieux ? Tu devrais arrêter l’Emmanuel Petit, ça te vaut rien.

    Sinon Tchagouni, ben voilà quoi, on avait l’impression que Nice pouvait tirer 100 penaltys sans qu’il en arrête un.

  4. Abriel? A Nice???
    Toi ça va, tu l’as juste pas vu du match, perso je savais meme pas qu’il jouait dans ton club. Je pensais qu’il avait arreté de jouer au foot.
    T’es sur qu’il était pas juste là pour interviewer des mecs pour son magazine?

    Sinon bah bienvenu!

  5. Merci tout le monde. Pour répondre brièvement, tout d’abord @ Charlie, mille excuses pour le labsus, comme quoi écouter pendant 2heures Manu Petit laisse des traces.

    @Marco Matrix, très bien je prends note cher ami

    @Michel Panini, on prononce Raï

    et @alfano romeo, monzon est souvent plutot bon, hier encore plus que d’habitude. Et je te trouve sévère sur Fernandez, ça vaut pas un Ospina mais sur un malentendu ça peut passer.

  6. Bienvenue Nanard, et très bonne question de Michel Panini. Perso, la prononciation « stade du Raï » m’écorche un peu les oreilles (un peu comme le « Camp Nao » à la Hervé Mathoux), mais si c’est comme ça qu’on dit…

  7. On dit « du ré », enfin j’ai habité Nice et on disait comme ça. Mais si maître Morloni me contredit, je m’incline.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.