Padls dessine l’amour paternel à la limite du horsjeu.net

Roazh Takouer

11 commentaires

  1. Padls n’a pas son pareil pour créer l’émotion. J’ai chialé sur la deuxième case.

    Putain, j’aimerais bien que mon fils puisse me câliner, mais depuis le dépot de plainte de sa mère pour un broutille à la Lilian Thuram, je ne peux le voir qu’à travers la vitre de son école maternelle.

    Putain, je chiale.

  2. sale gosse, j’ai flingué deux jours d’assedic pour t’acheter des kipsta!

  3. dans 10 ans ils auront encore des crêtes et des boucles d’oreille les djeuns ?
    monde de merde

  4. Je ne promets rien sur le look du futur par contre les dialogues sont certifiés.

    On se donne rendez-vous dans 10 ans place de l’Allianz NissArena pour en reparler.

  5. Padls qui se fait une thérapie en douce en racontant en douce ses douloureux souvenirs d’enfance sous prétexte de gags dessinés, c’est beau.

  6. J’en connais un qui veut se rapprocher de SoPress…Doolittle?
    En tout cas c’est différent et vu le pathosofoot actuel, ça ne fait pas de mal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.