Toulouse-Bilbao (2-0), la Téfécé Acad’ livre ses notes

Bonjour à tous, sauf à toi là-bas que j’ai vu porter des crocs avec un short de foot sous prétexte que tu es en vacances. Putain des crocs mec !
Stade Didier Deschamps de Bayonne le parking du stade est également celui d’un magasin discount dont le nom ne peut être cité, rapport au CSA, je peux juste dire que son nom commence par LI et finit par DL. Accès aux guichets qu’on peut qualifier de « guitounes ». Je sais bien que ce mot n’a pas été utilisé depuis 1967 mais comme à priori l’endroit non plus ce n’est pas un drame.
Je ne sais pas si c’est pour rendre hommage au gars qui a donné son nom au stade mais le type qui nous vend nos places (chères) n’a sûrement pas vu de dentiste depuis une bonne quinzaine d’années.

téléchargement

On entre dans l’enceinte et là, juste en face, le bar. Si ça c’est pas un appel !? Du coup, tu t’en doutes, première(s) bière(s) ! Quand je regarde autour de moi c’est officiel, on est en Basqui. Du rouge et blanc partout, les supporters de l’Athlétic ne plaisantent pas, ils sont venus en nombre. Les trois quart des, environ, 500 places du stade sont envahies par les basques quand on y pense c’est tous ceux qui ont encore un emploi en Espagne. Il fait chaud, la bière est fraîche, le match peut commencer.
La compo :
Boucher, Veskovac, Spajic, Grigore, Bodiger, Regattin, Didot, Sylla, Akpa-Akpro, Braithwaite, Ben Yedder.

 

A noter qu’est capitaine celui qui a dit qu’il ne voulait pas l’être, le touloubreton Didot.
Juste avant le coup d’envoi, le club de Bayonne offre une danse de bienvenue aux deux équipes. La bouche de Braithwaite rejoint ses oreilles tellement il a du mal a caché un sourire (moqueur ?)

0 – 5’ Pas grand-chose à se mettre sous la dent en dehors du sable de la plage qui est resté coincé. Confirmation tout de même que c’est WBY2016 qui est en charge des coups de pied arrêtés cette année, et également une passe en retrait du même Wissam pour Braithwaite, sur laquelle le gardien basque intervient bien.

6’ Centre de la droite de Bilbao, intervention en deux temps de Boucher (je parle bien du gardien, pas d’un qualificatif concernant l’intervention tant elle n’est pas rassurante.)

10’ Bodiger très actif à la récupération lance WBY2016 qui se défait de ses défenseurs dans la surface et frappe hors cadre.

anigif_enhanced-buzz-5037-1403203136-4

Les crochets de WBY2016 n’ont que peu d’égal.

10’ – 15’ Ceux sont les basques qui poussent et ont la possession. Mais la défense serbe est très solide et plutôt propre, les rouge et blanc s’approchent rarement à moins de 30 mètres de Boucher tant notre ligne de trois fait bien son boulot. A moins que ça ne soit l’haleine Rhum Charrette de notre gardien qui les en empêche.

18’ Coup franc basque, un joueur se retrouve aussi seul qu’un roux qui veut s’incruster dans un groupe de surfeurs mais Sylla revient bien et empêche la frappe.

23’ Veskovac, connu pour sa vitesse déborde côté droit et centre sur Braithwaite qui effleure la gonfle, Sylla est derrière reprend de demi-volée mais le gardien se couche bien.

25’ – 30’ Le TFC a remis le pied sur le ballon et les courses à répétition des deux pistons et des deux attaquants usent la défense espagnole. Les violets se créent des possibilités sans réelles occasions.

31’ Braithwaite est lancé dans la profondeur légèrement excentré côté gauche mais à priori son attirance pour l’herbe est trop grande, son pied gauche vient chercher une relation sexuelle avec son pied droit et Martin finit le nez dans la pelouse avant d’atteindre la surface.

36’ WBY2016 enchaîne contrôle orienté et frappe de demi-volée dans la surface malheureusement sur le gardien. Celui-ci repousse dans les pieds de Sylla qui n’a plus qu’à la pousser au fond. HOP 1-0.

37’ -45’ Une frappe enroulée très bien placée de Regattin mais aussi puissante qu’un uppercut d’un nouveau-né capté par le gardien. Un carton jaune pour Grigore qui montre à l’arbitre son désaccord sur une décision. Mi-temps.

Mi-temps.
Je redescends donc les quelques marches qui me séparent du bar pour aller boire une bière offerte par les supporters basques. Elle a évidemment bon goût puisqu’elle est gratuite.
Sur les 45 premières minutes, j’ai vu une assise défensive assez surprenante quand on considère que les deux serbes qui la composent n’ont qu’une demi-saison en commun et que le troisième de la ligne, le roumain Grigore, vient d’arriver. Devant ces trois-là, Bodiger montre une grosse activité à la récupération et ses relances sont propres et souvent efficaces. Les milieux axiaux et excentrés sont omniprésents et combinent facilement. Pour les deux attaquants, Braithwaite est un poison à force de répéter ses courses et WBY2016 n’a rien perdu de sa technique et de ses inspirations.
Deuxième mi-temps.
Matheus remplace Jean-Daniel UnPackDeKro et passe à gauche pendant que Sylla vient prendre le couloir droit.

45’ – 55’ En dehors d’un centre repoussé par la défense violette les basques ne sont pas dangereux, le milieu de terrain toulousain s’offre même le luxe de faire des séances de plusieurs passes à une touche à l’entrée de la surface. Regattin et Didot donnent tous les deux un gros rythme au jeu toulousain ;

59’ Braithwaite frappe à l’entrée de la surface le gardien est battu mais Martin trouve le petit filet. Même avec le ralenti des écrans géants du stade (Galaxy S4 pour moi) on peut croire au but.

60’ – 65’ Les basques ont effectué deux changements et poussent un peu plus, frappe lourde de 30m qui passe au-dessus.

66’ Après une relance pourrie du gardien basque Bodiger gratte un ballon à 35m des buts et sert Regattin aux 20m, celui-ci crochète et frappe, il est légèrement contré et le cuir lobe le gardien. HOP 2-0

70’ Etienne Didot est remplacé par Trejo.

71’ Sylla prend une semelle et reste au sol, Saïd Enjimi sort le jaune. Arff s’il en avait un pour moi je ne dirai pas non.

75’ Centre basque, Boucher ne parle pas et c’est un cafouillage qui en découle pour sortir le ballon.

78’ Pesic a remplacé WBY2016. Sylla intervient de la tête entre deux basques, il valait mieux, les deux avaient un boulevard devant eux.

81’ Pesic contrôle poitrine dos au but et enchaîne en pivot une volée surpuissante qui passe au raz de la lucarne. L’inspiration et la réalisation étaient géniales, il ne manquait que la cadre.

90’ Braithwaite et Regattin combinent et trouvent Pesic à 20m qui déclenche le gardien se couche bien, cette fois c’était cadré.

91’ Sur un centre basque Boucher tente de capter mais il lui manque 10cm (et un peu d’assurance) et ne peut que repousser sur une tête espagnole, Grigore sauve sur sa ligne. Le roumain en profite pour demander une pièce de deux euros ou un ticket resto à Boucher en guise de paiement de son sauvetage.

Fin du match, victoire 2-0.
J’ai vu un TFC solide et entreprenant certes face à une équipe bis de Bilbao mais qui n’a rien à envier à une bonne partie de notre ligue 1. La ligne défensive de trois des pays de l’Est est rassurante, Aguilar a un concurrent sérieux avec Furman, non je déconne, lui-même en match amicaux il joue avec la réserve, c’est Bodiger le N°2 au poste de sentinelle et il aura du temps de jeu, c’est une certitude. Au milieu et devant ça combine bien, ça décale et crée des décalages. Si certains n’ont pas le talent d’autres, ils compensent avec un volume de jeu impressionnant, des courses à répétition, et un engagement complet.

Les notes.

Boucher 1/5 S’il intervient souvent à bon escient, il est toujours en retard et ne bloque que trop rarement le cuir. Très peu rassurant. Peut-être la pression infligée par des groupies qui criaient « bien joué gardien » dès qu’il touchait (ou pas) le cuir.

Grigore : 2,5/5 Il n’a pas eu besoin de beaucoup de temps pour s’adapter à son nouveau club. Solide et engager.

Spajic : 4/5 C’est déjà le patron, il est partout, très rarement pris à défaut.

Veskovac : 3/5 Une sorte de force tranquille, pas très rapide mais son sens tactique lui permet d’être là où il faut être sans faire d’effort physique surhumain.

Bodiger : 4,5/5 La révélation des matches de préparation. A 19 ans il est serein, fait toujours le bon choix et même l’impact physique ne lui fait pas peur. Attention juste à ne pas trop se projeter quand les pistons sont déjà haut.

Akpa-Akpro : 2,5/5 C’était un match de reprise, il n’a pas pu faire la différence et a compensé par une grosse activité à la récupération.

Didot : 3/5 Maître à jouer aussi efficace pour gratter des gonfles que pour les distribuer. Il semble juste être un peu court physiquement pour tenir un match entier.

Sylla : 3,5/5 C’est certain son pied droit est resté en vacance mais lui il est bien là. Je n’ai pas les stats de ses duels remportés mais il doit s’approcher du sans faute. Je pense même qu’il a plus de volume qu’un Aurier. Le talent en moins. Très bon match.

Regattin : 3/5 Qu’est-ce qu’il va vite ! Alors c’est sûr, physiquement il ne va pas aller gratter des ballons à la récupération mais avec Didot ils sont très complémentaires. En plus il déclenche en dehors de la surface, ça permet de faire sortir les défenseurs.

Braithwaite : 2,5/5 Il pèse, il use, il fatigue la ligne arrière des adversaires. Il aura sans doute du mal à atteindre les 10 buts mais permettra sans doute à un deuxième attaquant de briller.

Ben Yedder : 4/5 Je n’ai aucun doute sur le fait qu’il touche encore les 15 buts. Il devrait même ajouter des passes décisives à ses lignes de stats avec les coups de pied arrêtés. Il demande à être vu, aussi, associé à Pesic. Ce qui est sûr c’est que je ne pourrai jamais être lui parce que Wissam c’est celui qui ne boit pas.

Les entrants.

Matheus est cuit ! Je ne sais pas quel est son niveau de préparation mais sur ce match, il a été incapable de faire deux aller-retour consécutifs. Balle au pied il semble intéressant. Trejo a fait du Trejo, il a sans aucun doute du génie dans les pieds dommage qu’il y en ait moins dans ses prises de décisions. Pesic, lui est un attaquant, le moindre espace lui sert à frapper, son jeu dos au but sera utile à l’équipe pour construire ses actions.

C’était mon TFC-Bilbao, viendez discuter, me payer un verre ou m’insulter sur le twitter @Biere_Gougnoux

academicien

Le plus grand auteur Anal de football

Un commentaire

  1. On dira ce qu’on voudra, moi je vous vois finir européen cette année. Recrutement malin, verrou mercatal sur les bijoux de famille, bref, vous allez en violet plus d’un.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.