Brest – Clermont (2-1) : une défaite comme première

De retour pour vous jouer un tour, qu’il soit bon ou mauvais d’ailleurs. La Consanguine Académie est devenue moderne. L’entraîneur est une femme.  Après les départs de joueurs cadres tels qu’Emmanuel Imorou, Fabien Farnolle ou encore Damien Da Silva, cette saison s’apparente à la fameuse année de transition. D’autant plus avec l’arrivée de vous-savez-qui comme coach. Corinne Diacre fêtait ses 40 ans. Alex Dupont en profite pour lui offrir un bouquet de fleur. Moment d’émotion aussi puisqu’un hommage est rendu à Michel Drévillon ancien joueur brestois et à Maurice qui ont outrepassé les bornes des limites de la vie et Samson allés vers l’au-delà. Hommage à vous donc Maurice et Michel. Merci qui ?

Sur ces entre-chattes, et oui l’entraîneur est une femme, le match débute par un carton jaune pour Avinel. Cédric, qui sort avec une chinoise et non une vietnamienne, découpe Verdier après un débordement. C’est mérité. Les minutes passent et on en vient à regretter ce fait de jeu tant il ne se passe pas grand chose. Brest pousse peut-être un peu plus mais franchement les deux équipes ne jouent pas bien. Saadi ne reçoit que des longs ballons, Moulin notre maître à jouer en touche très peu, ceci explique caca. Ah tiens, Avinel encore. Sur un centre de Verdier, devenu son meilleur ami entre temps, le défenseur central clermontois dégage tranquillement de la main. Corner. L’effet Diacre certainement. Ah justement, on récupère la balle, file au contre et Sawadogo rate sa frappe mais trompe Thébaux tout de même. 0-1. But dédié à son papa, lui aussi décédé il y a peu malheureusement. Immérité mais on s’en fiche. La première période ne sera pas des plus attrayante. Brest tente de jouer un peu au ballon, nous aussi. Et bizarrement cela fonctionne. Dès qu’une équipe essaie de construire, son adversaire est en difficulté. Corinne Diacre, ancien défenseur, a du apprécier la faiblesse de son arrière garde. Aucun des quatre titulaire n’a donné satisfaction. Nous sommes très friables sur les côtés mais les deux centraux n’ont pas été bons non plus. Mi-temps.

A peine repris qu’il y a penalty. A la 50′, sandwich de Verdier entre Salze et Sawadogo. Grougi prend à contre-pied L’Hostis. Egalité. Les Bretons doublent la mise un quart d’heure plus tard par Alphonse lancé à donf’ à la limite du hors-jeu. 2-1, Corinne rit jaune. Son équipe en voit de toute les couleurs. Diacre a beau prêcher dans sa paroisse, ses fidèles n’en font qu’à leur tête. Et pour le coup, nous ne jouons pas vraiment avec. Seules quelques éclaircies, une frappe sur le poteau de Moulin notamment, viendront égayer un match plutôt terne. Finalement, pour sa première sortie, Corinne Diacre a pu se rendre compte qu’il y avait du pain sur la planche. Le premier chantier, bizarrement, sera la défense. La coach avait pourtant axé la prépa là-dessus avec des résultats plutôt probants : trois victoires lors des trois derniers matches face à Limoges, Yzeure et Nïmes.

Le groupe :

– Gardiens : L’Hostis, Jeannin.
 Défenseurs : Avinel, Bockhorni, Martin, Pagerie, Salze.
– Milieux : Agounon, Capelle, Ekobo, Moulin, Novillo, Sawadogo.
 Attaquants : Dugimont, Nkololo, Saadi.

A noter les absences de Gérald Kilota et Hugo Vidémont. Anthony Lippini se remet doucement d’une rupture du ligament croisé antérieur du genou droit.

naissance_de_venus_botticelli«Non Hugo, tu ne seras pas dans le groupe ce week-end, n’insiste pas.»

 

stagiaire2D2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.