Rennes-PSG (1-0) : La Breizhou Académie a le sourire

Salut la compagnie,

Après la déconvenue clermontoise, ça tire un peu la tronche du côté rennais : après Terrier, c’est Xeka qui se dirige vers une longue absence (il a annoncé avoir été opéré de la cheville), tandis que Bourigeaud et Omari regardent leurs coéquipiers affronter le PSG depuis les tribunes pour cause de suspension.

Affronter le grand méchant loup de la Ligue avec un effectif aussi diminué et une dynamique aussi pourrie, autant dire qu’on y va à reculons.

La compo :

Genesio enfile son costume de Pep et nous sort un 5-4-1/3-4-3 de derrière les fagots, qui signe le retour de Rodon en défense et la titularisation de Doué :

Mandanda – Truffert, Theate, Rodon, Wooh, Traoré – Ugochukwu, Majer – Gouiri, Kalimuendo, Doué

Le match :

Il y a des matchs qui, s’ils n’offrent pas un festival de buts, d’émotions, de jeu débridé, procurent un sentiment de satisfaction plus rare et tout aussi bon. Celui du travail bien fait, du résultat mérité, du plan déroulé sans accroc si cher à Hannibal de l’Agence tous risques.

Ce Rennes-PSG est indéniablement de ceux-là.

Genesio l’a dit lui-même, il a tenté – et réussi – un « coup tactique » auquel il a associé ses joueurs. Cette défense à trois a éteint l’attaque parisienne, ce milieu renforcé par les fameux pistons a permis de contrôler l’axe en coupant les lignes de passes, d’utiliser la largeur, d’être dangereux sans courir de trop grands risques. Evidemment, le PSG a fini par se procurer quelques situations chaudes en fin de partie, mais à aucun moment le Stade Rennais n’a paru en danger ou même hors de position.

Sans faire d’étincelle, l’équipe a maitrisé son match, très bien défendu et été efficace devant. Résultat : une victoire certes pas flamboyante, mais sans contestation.

Les notes :

Mandanda : 3+/5. Steve était tellement chaud qu’il a même arrêté les tirs hors-jeu.

Truffert : 4/5. Je l’ai suffisamment critiqué pour reconnaître sa très bonne prestation. Il s’est montré très à l’aise dans ce système, qui convient mieux à son envie d’attaquer et nous met moins en difficulté défensivement. Récompensé par une passe dé. Remplacé par Meling (76e, non noté).

Theate : 4+/5. Quel match monstrueux. Solide au duel, concentré dans ses interventions, il s’est permis quelques montées excitantes.

Rodon : 4/5. Moins voyant que son compère, Jowodon a livré un match très solide pour quelqu’un qui n’avait pas joué depuis longtemps. Il a contrôlé sa défense sereinement, permettant aux deux autres de monter pour créer du surnombre.

Wooh : 3+/5. Il a réussi un très bon match, qui confirme le bien qu’on pense de lui. Mention spéciale pour son tacle de patron sur Bernat à l’heure de jeu.

Traoré : 4+/5. Evidemment qu’il allait marquer le but vainqueur. Gros match du capitaine qui a passé le match à faire l’essuie-glace sur son aile. Un seul mot d’ordre : #UneProlongationPourTraoré.

Ugochukwu : 4/5. Peut-être son match référence. Hyper actif à la récupération, il a beaucoup apporté offensivement et a régné sur le milieu. Et ce petit-pont sur Vitinha… On aura besoin qu’il continue sur cette lancée, vu l’absence prolongée de Xeka.

Majer : 3+/5. Il a mis un peu de temps à entrer dans son match, mais une fois que ce fut fait, il a rayonné. Il a gratté un nombre indécent de ballons et dicté le tempo du jeu breton. Remplacé par Tait (89e, non noté) qui a provoqué les fautes qu’il fallait.

Gouiri : 3/5. Pas timoré pour un sou, il a fait preuve d’une belle activité. Remplacé par Sulemana (89e, non noté).

Kalimuendo : 3+/5. Très bon match, il a beaucoup pesé sur la défense et s’est créé les plus belles occasions rennaises. Sorti sur blessure, vu la tronche de notre effectif, on serre les fesses pour que ça soit bénin. Remplacé par Assignon (75e, non noté) qui s’est mis au niveau sans broncher.

Doué : 3/5. Plus discret que ses comparses, il a quand même montré sa technique et son sens du jeu. On a hâte de le revoir au top. Remplacé par Doku (68e, non noté) qui n’a pas ménagé ses efforts.

Belle opération des rouge et Noir qui restent au contact des équipes de tête avec cette victoire. Le Stade rennais clôture donc cette phase aller avec 37 points mais « seulement » à la 5e place, c’est dire le train d’enfer mené devant. Si le bilan à mi-parcours est globalement satisfaisant, il est loin d’être parfait avec notamment les difficultés récurrentes à l’extérieur et une infirmerie qui commence à se blinder. Avec la coupe de France et les barrages de coupe d’Europe, on ne va pas s’ennuyer dans les semaines à venir.

ALLEZ RENNES

Marco Grossi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.