OM-ASSE (1-0): La Canebière Académie livre ses notes

One Two Three, Viva l’Olympique

L’Olympique de Marseille, pour un exilé, ça reste d’énormes moments de souffrance. Une maladie, un sort. « Incurable ! » a dit le boumara. On trouve certes par ci par là des sympathisants voir des supporters mais rares sont ceux dont le niveau pathologique autorise la thérapie de groupe recherchée. « Bonjour, je m’appelle Malik » – « Bonjour Maliiiiik » – « Voilà, hier j’ai regardé Troyes-OM » – « Ooooh ». Etre fou et con, ça reste un sport collectif.

D’être marseillais en exil ou de la difficulté d’observer sa ville d’une longue vue médiatique toujours plus racoleuse et avide de raccourcis sensationnels.

Ainsi, de loin, ma ville n’est que morts violentes, poubelles, corruptions politico-policières, prisons-oubliettes et centres de Kaboré. Heureusement deux gamines ont eu la bonne idée de s’embrasser devant des défenseurs des vertus de l’exclusion  religieuse afin d’éviter un grand chelem de l’horreur médiatique. Les articles «bienvenue au zoo » se multiplient prenant même une envergure internationale fort opportune pour qui a toujours rêvé de répondre à des questions à la con en anglais. «Marseilles is no war zone but if you keep talking shit, we will fuck you up ».  La grossièreté anglophone laisse décidément un goût fort plaisant en bouche.

Le journal « La Provence » et sa capacité d’investigation légendaire n’offre qu’un diagnostic restreint d’une ville où tout ce qui est officiel est douteux. Après tout si sportivement, le quotidien officie comme attaché de presse d’Anigo  et des tireurs de ses ficelles, je vous laisse présager du degré de légèreté opérant sur les questions moins cruciales que l’OM, j’ai nommé la politique d’urbanisme, les actions socio-économiques, les activités culturelles etc……. La rumeur veut qu’en 2013 la ville de Marseille soit capitale européenne de la culture. La consanguinité des demandes des subventions culturelles assure l’anonymat de l’évènement. La vraie question pour 2013 reste donc en suspens : Marseille sera-t-il européen ?

Une première partie de saisons à la grâce de dieu. Les gens se bousculent dans les temples préconisés par leurs bouquins d’orientation divine. Les femmes se jettent nues dans les bras d’hommes enivrés par une accélération crédible d’André-Panini Gignac. Mes enfants sachez-le, Marseille peut finir la phase aller premier ex-aequo et laisse une phrase pour la postérité, César a dit  « Veni Vidi Vici », Baup « Morel et Kaboré sont des piliers de notre bon début de saisons ». Même Barton, qui offrait pourtant toutes les garantie du grand prix Torrizzi du transfert foireux, montre matchs après matchs que derrière les multiples résumés de carrières en format casier judiciaire, se cache un footballeur avec du ballon et une vision du jeu salvatrice.

Voilà donc Saint-Etienne au Vélodrome. L’ASSE, c’est régulièrement de bons souvenir. Chez eux nous avons retrouvé la ligue des champions, chez nous j’ai entendu le saint graal de l’insulte stadière « Oh Stéphanois, Enfants de Partouze ». Je vous laisse quelques secondes pour bien intégrer les implications de cette métaphore…

Galtier place sur le banc Cohade et Hamouma , plus connus sous les noms de « Il a préféré Saint Etienne » et « 3 millions, on les a pas », et met en place un système anti-Valbuena , comme dans « Valbuena est notre meilleur joueur ». Le hobbit ne passera pas.  En première mi-temps rien ne passe ni ne se passe d’ailleurs. Les temps soi-disant forts sont longs et stériles comme autant de stratégies de communications de Labrune.  Voilà les arrêts de jeu, un centre manufacturé de Fanni et André fait à nouveau l’éloge d’un jeu de tête travaillé sur les vidéos des matchs de la Muppet. Un but venu de nulle part. Nous voilà devant, sans trop savoir pourquoi ni comment comme une offrande aux comme-un-symbolistes.

N’ayant pas regardé Canal + suite à une longue période de streaming typique de l’exilé, je constate la matrice environnante où les blagues « Regarde je suis petit »  de Paganelli et  « Regarde je suis gros » de Menes suscitent l’hilarité générale. Alors que dans le monde réelle Be in Sport prend le pouvoir.

La deuxième mi-temps est superbe. Un régal que de voir l’abnégation d’une ligne défensive marchant sur les décombres de l’efficacité stéphanoise. Le regard désespéré, perdu d’Aubameyang  comme un appel au secours, 28 jours plus tard. Mandanda, Fanni, Mendes, N’Koulou et Morel autant de héros offrant 3 jours de congés supplémentaires à l’équipe. Diawara expose sa collection de mignonnette sur le banc. Marseille fini avec 38 points, à 6 points du 4ème. Mais tout le monde sait que chez nous si contre toutes attentes les espoirs sont dépassés, les ambitions sont déçues. Pour réussir, n’y croyons pas.

Mandanda 5/5 : Des sorties qui n’apaiseront pas les soupçons de sa naissance sur l’Ile du Docteur Moreau. N’a même pas le temps de répondre à des polémiques sur l’arbitrage en sortant les buts injustement refusés.

Morel 4/5 : Avec le meilleur stéphanois en face prêt à procéder à l’ablation de ses reins, Jeremy a rendu sa carte de donneur. Apparemment la dialyse hebdomadaire commence à empiéter sur son temps de sosie de Bruce Harper.

Lucas Mendes 4/5 : Une intervention en extension de toute beauté.  L’imitation de brésilien a proposé un travail sobre agrémenté d’un nombre conséquent de ballons « Inch Allah, ça passe » balancés devant. Son pouvoir est d’obtenir des hors-jeu inexistants.

N’Koulou 4/5: Tellement au-dessus, propre. Quand Nicolas prend la balle, tout le monde se détend les coéquipiers, les spectateurs, les adversaires. La relance sera précise, l’intervention sans faute.
Comme un bisou fait sur le fronts d’enfants terrorisés par les souvenirs de Zubar, Issa, Cyprien, Berrizzo……..

Fanni 5/5: Un Sauvetage yabadabadou, une passe décisive aux courbes voluptueuses. A l’origine de la discussion d’après matchs entre Galtier et Aubameyang à propos des passes décisives maltraitées par ce dernier.

Barton 3/5 : Du jeu, des passes, une volonté attendrissante d’aller vers l’avant et une grosse activité défensive. Un bonheur que de le voir se replacer immédiatement après chaque faute en murmurant « Please God don’t make me kill anybody today »

Kaboré 2/5: En janvier, Marseille se pare pour votre plus grand plaisir des couleurs de Ouagadougou où la moindre victoire du Burkina Faso à la CAN sera célébrée comme un répit offert avant le retour de l’enfant porridge.

André Ayew 4/5: Un but qui demande à canal + d’introduire le mouvement de caméra matrix pour retransmettre les matchs. Sinon comme d’hab, il ne laisse rien dans l’assiette même si à la fin le déchet technique annonce le temps du deuxième service.

Valbuena 2/5 : Entre la fatigue et la déclaration de l’axe en zone de sécurité prioritaire, le petit vélo avait les trois roues à l’arrière. Il a tenté de descendre prendre les ballons ou de se réfugier sur les côtés sans la percussion et les combinaisons  qu’offrent par moment l’équipe quand elle est en condition.

Amalfitano 3 et 2 /5 : Une première mi-temps volontaire, une deuxième involontaire.

Jordan Ayew 2/5 : Je l’aime bien moi le petit boudeur qui nous permet de jouer les vieux cons critiquant sa crête, nous enfants de la nuque longue de Waddle. Doit intégrer qu’un grand attaquant c’est aussi celui qui fait la différence sur 3 ballons. Mais il est là le petit avec une palette auquel aucuns des buteurs de l’effectif ne peuvent prétendre. Peut aussi devenir moyen en tout.

Remplaçants

Gignac : Il a mis du temps à démontrer sa rentrée sur les bases des lois de la physique, mais a essayé de rendre une consistance à l’attaque olympienne perdue en deuxième mi-temps.

Abdallah : Mwoinama ncomori prendra de l’assurance et de l’impact physique nécessaire à l’expression de ses qualités techniques. Pour l’instant, son jeu est plat comme l’électro-encéphalogramme d’El Hadji Diouf.

Non rentrant

Remy : La dépression reste la blessure la plus foireuse de l’histoire du football

Raspentino : « Azprudradesse ?…..non…..Azupressezez ?…….non.

Tahar Fidile

PS : Tahar Fidile vient à peine d’ouvrir un facebook pour se forcer à augmenter sa production. Viens, il y aura des jongleurs, des cracheurs de feu, des éléphants, des meufs et plein d’autres conneries typiquement marseillo-algéroises.

12 thoughts on “OM-ASSE (1-0): La Canebière Académie livre ses notes

  1. Marhaban bik, Tahar, content de te voir ici après t’avoir lu sur la One Two Three Académie. Et La Provence, je ne la lis plus que pour trouver les bonus « nos régions ont du talent », pour le journalisme je regarde Marsactu.fr.

  2. Ah ouaiiis! Enfin!
    Merci!

    Par contre, N’Koulou a disparu de ton champ de vision rapidement je crois.
    Le « Ferme ta gueule » sur le petit Ayew mériterait un 10/5 classe patron.

  3. La canebière acad’ est plus fournie que notre banc de touche. Que de talents.

    (savez-vous si le combo nuque à la Waddle / crête a déjà été expérimenté?)

  4. Tu reviens quand tu veux Tahar. Ca se lit d’un seul trait comme à chaque fois.
    @ Benaway J’ai le souvenir de Denver le gentil dinosaure.

  5. Perso, j’arbore une crête mulette cheveux frisés depuis près de deux ans, à cause d’une sombre histoire de bi-nationalité…

  6. Belle académie, vraiment agréable à lire, le passage sur Kaboré m’a fait bien rire.

  7. Voilà après moult relances auprès de l’éditeur pour rectifier cet oubli majeur, je vous donne en exclusivité le passage de N’Koulou. Merci à Pieronegro d’avoir signaler cette infraction au code de vision des matchs de l’OM.

    N’Koulou 4/5: Tellement au-dessus, propre. Quand Nicolas prend la balle, tout le monde se détend les coéquipiers, les spectateurs, les adversaires. La relance sera précise, l’intervention sans faute.
    Comme un bisou fait sur le fronts d’enfants terrorisés par les souvenirs de Zubar, Issa, Cyprien, Berrizzo……..

  8. La meilleure academie post fin du monde.

    Je pense que Rolland a réglé une ardoise à Buenos Aires avec le transfert de Berizzo. Enfin j’dis çà…

  9. waaaa academie 5 etoiles !!
    sur ce o dodo , demain c drogue + alcool , un vrai champion c avant tout une higiene de vie !
    bisous a l’annee prochaine ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.