OL – Bastia (2-0) : La Gones Académie se replace

Il n’y a bien qu’à Thiriez que les corses fassent encore peur en 2015.


Tranquillement l’OL a eu 10 jours pour préparer la réceptions des meilleurs amis de Frédéric Thiriez, encore bien dégoutés pour la lourde défaite en finale de coupe de la Ligue.
En plus d’avoir vu l’OM se faire passer devant par Monaco, les gones ont aussi récupéré Clément Grenier et Gueida Fofana, après de très longues absences.

De quoi aborder le match sereinement, avec en vue, le derby juste derrière.

L’OL arrivant en leader dans le Forez.

 

 

Les absences de Jallet et Gonalons comme seuls facteurs de changements notables, on se retrouve avec un 11 assez classique et qui a déjà fait ses preuves.

La seule surprise résidant en la présence de Steed Malbranque, plus vieux joueur de Ligue 1,  du haut de ses 72 ans.

 

*HUBERT SE REMET UN COUP DE PENTO*

 

 

 

Bon, on le savait avant de jouer le match, mais les corses ne sont vraiment pas venu pour visiter le vieux Lyon et repartir avec du saucisson brioché.

90 laborieuses minutes, partagées entre une domination stérile des lyonnais qui ne proposent rien devant, une grosse assise défensive des bastiais avec un trio Modesto – Peybernes – Marange très solide, et quelques contres corses quasiment jamais dangereux.

La défense corse en pleine action face à Fekir.

Malgré une bonne entame du futur ex leader du championnat, et de belles interventions d’Areola que je n’avais pas vu autant en forme depuis le premier Ong Bak, il faudra attendre le coaching d’Hubert pour voir enfin du spectacle. La sortie d’un Fékir très bien pris par animateurs de paillotes aura finalement offert son salut à l’OL, car Yattara ouvrira le score sur une offrande du mort vivant fragile Clément Grenier suite à l’une des rares erreurs défensives corses.

 

Clément est de retour, plus fort que jamais.

 

L’addition se corsera sur un raid éclair de Clinton Ariane N’Jie, offrant un bijou de passe exter’ à Lacazette qui s’appliquera à planter son 25ème cachou de la saison.

La superbe remontée de balle de Clinton.

Au final ce fut chiant, poussif, et à une heure de merde, mais on repasse devant Paris qui devra assurer la Ligue 1 après son énorme gueule de bois post Luis Suarez, pendant que Jean-Michel suivra le match sur Roja Directa, loin de Twitter.

Jean-Michel dimanche soir.

 

 

 

Lopes– 4/5. Le révélateur du match chiant où tu as pu de choses à faire, mais tu les fais bien, surtout quand c’est en fin de match. Après une sortie féline pour la photo sur une frappe de Kamano, il sortira le grand jeu sur une frappe de Sio dans le temps addi-sio-nnel (tuez moi).

Dabo – 3/5  On se moque beaucoup de Gourcuff, mais Moudab a un vrai talent pour se blesser quand ça n’arrange personne. Et Gourcuff lui au moins quand il joue il est au-dessus des autres.

Remplacé par Zeffane, qui malgré sa gueule à faire du stand up au Comédie Club, a fait du travail sérieux, pour un garçon de 14 ans.

Kone- 3/5. Le mec prend un carton jaune débile pour contestation et passe tout le reste du match à foutre des frissons d’angoisse à tout le monde. Le chef est de retour, mais préparez-vous à concéder un pénalty dimanche.

Le général est bien là.

Umtiti– 3/5.  Pas d’une sérénité incroyable, Sam continue à être sérieux appliqué et très discret. On lui pardonnera ses compensations capillaires et automobiles.

Bedimo- 3/5. Il a joué à se tester face à Kamano pendant tout le match. Alors c’est qui le plus fort, l’éléphant ou le rhinocéros ?

Malbranque- 3/5. Allez monsieur, maintenant il faut y aller, les Hospices Civils de Lyon c’est par là-bas.

Remplacé par Grenier, qui faisait son grand retour au foot pro après une longue absence, et un dernier match à Gerland tragique, un soir de qualification européenne contre Astra. Au final, une jolie frappe, un coup franc abominable et une jolie passe décisive du gauche pour l’ouverture du score. Plus d’activité dans ces 30 minutes que dans l’année passée par Danic à Gerland.

Les remplaçants lyonnais, entrant sur la pelouse.

Ferri- 3/5. On parle de Tolisso comme d’un travailleur de l’ombre, mais il est là le mec prêt à passer 1h30 les mains de la merde pour refiler le lingot d’or à son pote plus charismatique après.

Tolisso– 4/5. Ca y est, la presse s’y intéresse et le mec devient énorme. Précieux dans la récupération, la relance et l’animation offensive, le mec sait tout faire proprement. Pendant que certains jouent avec des corps en verre, Corentin utilise très bien le sien.

Fekir– 2/5.  Un de ses moins bons matchs de la saison, très bien pris par la défense adverse, son jeu aura été téléphoné et sans surprise tout au long du match. Dommage, mais sa sortie aura été bénéfique.

Remplacé par Yattara, buteur et auteur une nouvelle fois d’une grosse rentrée. Hubert salue son travail à l’entrainement, on salue la disparition de ses cheveux blonds.

Yattara et ses coéquipiers après le but.

N’Jié (3/5) Toujours dans son style ombre et lumière, celui qui répond « lol » aux rageux d’Internet a fait beaucoup de boulot en cette fin de journée. On oubliera presque son énorme raté en fin de match, et on préfèrera retenir sa jolie passe pour Lacazette et ses bonnes intentions sur son aile, percutant et emmerdant bien la défense des maures.

Lacazette- 3/5. Même quand il est pas bon, il marque quand même. Le mec à qui tu paies sa part au Five parce que tu sais qu’avec lui, ton équipe va gagner.

Bonne nuit mon doux Clinton

Jean II Makouille

2 thoughts on “OL – Bastia (2-0) : La Gones Académie se replace

  1. Pas vu le match, mais j’ai bien ri de ton analyse.

    Bon pour le moral tout ça, reste plus qu’à taper les cousins, en toute amitié.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.