Sacrifice testiculaire en Argentine

Toi, tu prends pas du Tonyglandil.

Comme pourrait dire le poète Eric di Meco, « il faut avoir des sacrées cojones pour jouer défenseur en Argentine ». Velazquez, défenseur de l’Independiente, ne fait pas exception à la règle. Enfin, ne faisait pas exception avant que le Boca tente le but du break. Regardez à 1’04.

Bien sûr, il a été remplacé peu après. Il aura au moins la satisfaction de ne pas avoir vu de 2e but pour Boca. N’empêche que sacrifier ses couilles pour perdre un match 1/0, c’est con.

9 thoughts on “Sacrifice testiculaire en Argentine

  1. Je l’aurais laissé passer celle-ci…

    Après la production de bouchers et de viandes argentines, les gauchos se lancent dans l’élevage d’eunuques.

    Suis pas sur que le succès soit au rendez-vous, enfin peut-être que Loulou nicollin aimera.

  2. Il y a clairement faute sur le poteau qui se fait tacler les deux pieds levés. En plus, le joueur simule. Et il a bien raison de s’entraîner à simuler, il ne pourra plus jamais faire autrement !

  3. C’est ainsi qu’est née Marinette Pichon, qu’on appelait encore Marin avant l’accident.

  4. Bah il le prend dans le bide. Je sais pas où sont placées vos couilles, mais conseil d’ami, allez voir un médecin vite si les votres sont là.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.