Bon appétit Pelé : olla de carne ; two girls, one pot

(Episode 7/32) Après avoir excité nos papilles tout au long de la Coupe du Monde 2014, Parie-Maule revient munie d’un défi de taille : vous proposer une recette par jour, une pour chaque pays qualifié. Aujourd’hui souffle un vent de féminité sur horsjeu.net, puisque Parie-Maule reçoit Kimberly pour nous livrer cette recette costaricienne.

Hébonjour les amis,

Aujourd’hui c’est un jour un peu spécial, puisqu’on va se serrer un peu les coudes entre filles, hé. Pour une fois que c’est une femme qui tient une académie, sur ce site de puceaux, je me suis empressée de l’inviter. Bienvenue donc à vous, Kimberly.

Bonjour Parie-Maule, bonjour mes lecteurs chéris !

Hébé Kimberly, aujourd’hui je vous reçois, parce qu’on va parler de la olla de carne ; je crois que vous avez eu du mal à trouver une recette parce que, sans te faire injure, la gastronomie au Costa Rica c’est pas vraiment ça, hé. Ca ne vous vexe pas, si je dis ça ?

Non non, ne vous inquiétez pas, je suis lucide sur mon pays, nous avons beaucoup de qualités mais au niveau de la cuisine, c’est le tiers-monde. Mais vous verrez, la olla de carne c’est délicieux. Non, la petite chose qui me vexe, en revanche, c’est que vous ayez choisi le Costa Rica pour votre recette du jour. Vu que vous gardez pour la fin les équipes que vous voyez aller loin dans le tournoi, ça veut dire que vous pensez que nous allons nous faire fesser par les Brésiliens, c’est ça ?

Hébé comment dire, Kimberly, faut bien avouer que le Costa Rica, en foot, je…

Oui ?

Hében enfin, c’est un peu comme en cuisine, c’est pas olla de carne à chaque compèt’, si vous voyez ce que je veux dire.

Mouais… vous aurez l’air bien maligne ce soir, quand mon Bryan Ruiz aura mis le seul but du match. Regardez, je l’ai mis en fond d’écran, il est pas beau mon Bryan Ruiz ?

Faites donc voir votre smarphone, là, attendez, faut appuyer là, c’est ça ? Hobouducon, je le voyais pas comme ça votre Bryan Ruiz, je comprends que vous l’aimiez beaucoup. C’est rigolo, sur les vignettes de mon petit neveu il a pas cette tête là, je trouve.

Comment ça… oh mais non, qu’est-ce que vous avez fait avec ce téléphone ! Hihi, lui c’est Eduardo, mon assistant au laboratoire de boulologie. Il est resté au pays pendant la Coupe du monde, alors on s’envoie de gentils messages. Il est mignon aussi, hein ?

Ah oui, ah oui… Refaites-voir un petit coup, là… ho bouducon, on n’en a pas des comme ça à Lalbenque. Ca doit être les pesticides. Haaaaa, misère, où sont mes vingt ans… Bon, c’est pas le tout, on s’y met à cette recette, Kimberly ?

Et comment !

Olla de carne

800 g jarret de bœuf

1 gros oignon émincé

3 bananes plantain

1 chayotte

4 carottes

1 igname

3 taros

1 épis de maïs

200g gombos

1 branche de céleri

1 piment antillais

2 piments secs (p. ex guajillo et cascabel)

Persil, coriandre

1 clou de girofle

3 feuilles de laurier

Huile végétale

Donc, en gros c’est un pot-au-feu, mais avec des légumes tropicaux, c’est ça ?

Voilà. Vous pouvez ajuster les ingrédients en fonction de votre goût pour le piment. C’est pareil pour les gombos, la texture ne plaît pas à tout le monde. Moi j’aime bien, ça me rappelle Eduardo, justement.

Montrez voir, je connais pas bien ça moi, le gombo. Hébé oui, dites donc, c’est exactement ça, c’est à la fois doux et visqueux, un peut gluant. Attendez que je me lèche le doigt… ah non, le goût est particulier en revanche, c’est pas désagréable. Bouducon, il fait chaud ici, non, vous trouvez pas ?

C’est l’ambiance tropicale du Costa Rica, hihi.

Hou voilà que j’ai mes vapeurs, moi, hé. Bon, on y va, alors. On commence par faire revenir le jarret dans une cocotte avec l’oignon, le clou de girofle et le laurier. On recouvre tout ça d’eau, on porte à ébullition et on sale. J’ai bon ?

Vous vous débrouillez comme une cheffe, Parie-Maule. Voilà, là vous n’avez plus qu’à faire mijoter 1h à 1h30 avec persil et coriandre et quelques piments mexicains. Pas le le piment antillais, n’est-ce pas, lui vous le rajoutez en fin de cuisson.

Bouducon, ça en fait pas trop du piment ? Déjà qu’il fait chaud, ici.

C’est bon pour la circulation du sang, vous verrez, Parie-Maule. En plus faut être pleine d’énergie, ça va être chaud tout à l’heure, hihi.

Heu… oui, c’est vrai que le facteur doit arriver d’un instant à l’autre, mais Kimberly, vous croyez vraiment que…

Je parlais du match, Parie-Maule. Que croyiez-vous ?

Habé je… heu… non, rien. Les légumes. Donc, là il faut ajouter les légumes, Kimberly, et là je compte sur vous pour les temps de cuisson de chacun, hé. Hou, bouducon, je suis toute chose, moi.

Les légumes, oui, vous les coupez en gros tronçons et vous les ajoutez dans cet ordre : 1°) Carotte, chayotte, céleri (30 min cuisson) 2°) Taro (25 min) 3°) Igname (20 min) 4°) Gombos (15 min) 5°) Maïs (10 min) 6°) Banane plantain (5 min) Hé, mais Parie-Maule, où êtes-vous passée ?

Ici Kimberly, pardon, je m’étais absentée pour ouvrir au facteur, justement. Je vous présente Félix.

Bonjour jeune homme. Oh, mais c’est une carte de la Martinique, que vous avez en pendentif, si je ne m’abuse. Quelle coincidence, nous en étions justement à ajouter ce piment antillais dans notre recette. Voulez-vous nous aider à terminer ?

Hébé oui, Félix, faites pas le timide, vous allez bien rester manger avec nous, hé.

Le piment antillais, Parie-Maule, il faut le rajouter dans les 5 dernières minutes de cuisson. Ca peut être plus, ça peut être moins, ça dépend de l’intensité que vous souhaitez. On avait dit « hot », c’est ça, Parie-Maule ?

Hé, je veux, on fait dans le tropical ou on le fait pas. Bouducon, ça me revigore, toutes ces épices, moi, pas vrai Félix ? Houuuu, mais vous avez les fesses fermes, mon petit Félix, c’est le vélo qui vous donne tous ces muscles ? Hé venez voir, Kimberly.

Attendez Parie-Maule, je me suis rendu compte que j’avais oublié un gombo, hihihi. Houuu, ça glisse, vous ne voulez pas m’aider ?

Allez-y Félix, allez aider Kimberly pendant que je prends congé de mes lecteurs. Hé, mais vous n’attaquez pas le pot-au-feu sans moi, tous les deux hé, laissez moi le temps d’arriver. Allez les lecteurs, je m’éternise pas et je vous dis à demain, zou. Et bon appétit bien dur.

Parie-Maule.

Parie-Maule Pelé

Experte cunilaire à tendance footballistique, secrétaire perpétuelle de la confrérie de la truffe et du canard gras de Lalbenque (Lot).

2 commentaires

  1. Savez-vous Arsène que Les Visiteurs va être le premier film diffusé sous l’Arc de Triomphe après choix des Français. Et ce film a 26 ans. Je suis allé le voir au cinéma. DES MALADES C’EST DES MALADES comme dit sur cette image l’aïeul d’Omar Sy.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.