La Roja Académie note approximativement Iran-Espagne (0-1)

Grand jeu-concours en fin d’Académie

« Je commence à être à court de citations ». G. Clémenceau, 1929.

Salut les coprolithes,

Deuxième match et j’en ai déjà plein le cul. Sérieusement, ferme cette page, trouve toi une vie et fous moi la paix putain.

T’es encore là ? Purée… Bon, t’en veux une bien bonne ? Figure-toi qu’un lecteur régulier de Horsjeu (oui, il y en a encore) filloniste (oui, il y en a encore) m’a sévèrement haché les burnes, rapport que mon dernier article était trop court, que je peigne la girafe, et que c’était mieux avant. Tu sais quoi ? Il a qu’à aller bien se faire enculer, avec son brushing impeccable. Aujourd’hui pas d’intro à rallonge bien chiadée, rien que pour l’emmerder.

La compo

Tu l’auras compris si tu suis assidument mon œuvre acacadémique, évoquer les compos, ça m’emmerde. Tu commences gentiment par présenter l’équipe et sans t’en rendre compte, tu te retrouves à parler tactique. Non merci madame, très peu pour mézigue. Bon, vu qu’il y a eu quelques changements par rapport au 11 de départ du premier match, je te fais quand même un topo rapide :

  • Carvajal reprend sa place au poste de latéral droit, Nacho dégage.
  • Koke est éjecté du milieu de terrain, remplacé par Lucas Vazquez (je mets pas l’accent aigu sur le « a », c’est trop compliqué) qui se positionne très à droite, comme Emmanuel Mac… Hop hop hop ! Pas de politique ici, tu connais les règles.

Le reste, c’est du classique (pour peu que tu considères que la position théorique des joueurs sur le terrain n’a aucune sorte d’importance), alors je vais pas me faire chier à (t’)insérer un schéma qui va bien.

Le mâche

Bon, je t’avoue, je vais être emmerdé pour commenter le mâche vu que je ne l’ai regardé que d’un œil (comme un symbole de Jean-Marie Le Pen). Alors là tu te dis « ce con était était encore gris ». Et bien non, même pas. Je dînais (enfin, si on peut qualifier de « diner » la merde qu’on m’a servie) sobrement avec des personnes médiocres à la moralité contestable. Résultat, j’ai dû me farcir leurs conversations chiantes tout en essayant de gratter quelques séquences de jeu sur un écran ridiculement petit dont la résolution miteuse me permettait à peine de distinguer Iniesta d’un poteau de corner.

Alors, que dire ? Bah que les Espagnols se sont quand même pas mal chiés dessus. Je sais pas toi, mais moi je les vois pas refaire le coup de l’Euro 2012, où ils s’étaient contentés de gérer leurs matchs tout le long de la compétition pour finir en apothéose contre les Ritals (majuscule au gentilé). Si tu veux mon avis, en 2018, ça sent moins la maîtrise et plus l’anus pas net du côté de la Roja.

Ah ! On me souffle dans l’oreillette que Gwen Tagrenmer souhaite intervenir pour analyser la performance ibérique. Je vais en profiter pour jeter des objets contondants sur les Péruviens qui jouent de la flûte de pan sous ma fenêtre pour la Fête de la « musique ».

L’avis de Gwen Tagrenmer

Ah ! On me souffle dans l’oreillette que finalement, Gwen ne pourra pas intervenir, rapport qu’il a une réunion business tripartite vachement importante.

Trop sûr de son dossier, Gwen s’est laissé surprendre par l’offre concurrente.

Les notes

Noter les joueurs en ayant raté les trois quarts du match, c’est pas mon genre. Qui suis-je pour juger à l’aveugle des mecs qui donnent tout sur le terrain

Non je déconne. Tu crois que les autres Académiciens s’emmerdent avec ce genre de considérations ? Putain, j’ai lu deux ou trois de leurs torche-culs, et à ce niveau là, c’est plus de la notation au hasard, c’est carrément du Ouija. Je ne vais donc pas me priver de leur emboîter le pas (avoue, toi aussi t’as pensé à une blague douteuse avec « emboîter »).

De Gea /2 : Quand on y pense, il n’a rien fait de mal. Bon, il n’a pas fait grand-chose de bien non plus. Si je lui mets seulement 2, c’est parce qu’il a l’air aussi serein qu’une ado des quartiers chics qui aurait tourné dans une cave de cité en période d’ovulation.

Carvajal /2 : Ouais, je lui mets 2 uniquement parce qu’il joue au Real. Et alors ? J’ai pas à me justifier putain. Si ? Bon, bah on a qu’à dire que c’est parce que les actions iraniennes sont surtout venues de son côté (allez pas vérifier les statistiques, je vais passer pour un con).

Piqué /1 : Oui oui, c’est juste parce qu’il a mangé ce petit pont venu des enfers que je lui colle 1.

Ramos /3 : Généralement, quand je mets 3 à un joueur, c’est suivi d’un commentaire qui montre que je n’ai pas grand-chose d’intelligent à dire sur sa performance.

Alba /3 : Face à un bloc regroupé, il a souvent tenté de faire ce qu’il fait habituellement avec le Barça : repiquer dans la surface en attendant la petite balle millimétrée par-dessus la défense. Sauf que là, il n’y avait pas Messi pour le servir.

Busquets /4 : Le type est monté sur spaghettis, mais quel jouor !

Iniesta /5 : Ouais il est cramé et ouais, il a pas été incroyable, loin de là. Mais c’est Iniesta, donc c’est 4 minimum. Tu rajoutes une passe décisive, bah ça fait 5 (remplacé par Koke à la 71e minute).

Silva /3 : Depuis le début du Mondial, je me posais plein de questions sur ce chauve. Qui est-il ? D’où vient-il ? Pour quel club joue-t-il ? Et là, pendant le match, je réalise que c’est le même Silva qu’en 2016, mais avec la tête rasée. Tout va très vite dans le football.

Vasquez /2 : Oh putain, j’ai failli l’oublier lui (remplacé par Asensio à la 80e minute).

Isco /3 : Purée, pourquoi il n’y a pas que 9 joueurs dans une équipe de foot ? On en aurait déjà terminé avec cette notation qui ne veut rien dire. Tu souhaites quand même que je te parle d’Isco ? Bah va voir ce que j’ai dit de lui sur le premier match, c’est la même. Tout le monde se branle sur sa gueule parce qu’il est hyper élégant. Mais bordel, on parle de foot ici, pas d’un putain de concours de dressage hippique.

Costa /4 : Présent dans tous les coups, et pas que dans les bons. Sur son but, il a une chatte plus grosse que celle de ta maman après avoir expulsé l’étron vivant qui lit présentement cet article. Alors oui, c’est moche de marquer comme ça, mais ça fait gagner (remplacé par Rodrigo à la 89e minute).

Les remplaçants : Ils ne sont pas remplaçants pour rien.

Sur ce, je file à mon cours de Pilates avec Roland Gromerdier. Qu’est-ce que tu dis ? Le grand jeu-concours ? T’es con ou quoi ? C’était juste pour t’appâter, jeune naïf.

La bise garcialorcanale.

Ah ouais putain, faut que je me fasse ma promo. Tu peux me retrouver sur facebook, sur twitter, et même à l’occasion sur la chaîne Twitch horsjeu, en duo avec mon partenaire favori.

Fernando Nandrolonas

Tu sais où tu peux te la mettre ta biographie Luke Seafer ?

6 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.