La PL Academy vous présente la trente-septième journée

Qui va disputer la Conference League ? Leicester va-t-il encore rater le coche de la C1 ? Y’aura-t-il pénalty pour Manchester ? La réponse à ces brûlantes interrogations dans ces lignes


Manchester United 1 – 1 Fulham


Le retour du public à Old Trafford, le fantastique but de Cavani et c’est à peu près tout (mentionnons tout de même l’égalisation de Bryan au terme d’un joli mouvement). La seconde place est assurée, la relégation de Fulham aussi, passons vite à la saison prochaine. Merci et courage d’avance aux stagiaires pour les rumeurs de transferts les plus mirobolantes qui inondent déjà les médias.


Southampton 0 – 2 Leeds


Qui a dit que les équipes de Bielsa fatiguaient au fur et à mesure que la saison avançait ?  Que les joueurs seraient cramés et se rebelleraient contre El Loco à cause de son exigence, “comme à Marseille” ? Qui estimait qu’El Loco, de par son simple surnom et ses lubies, était ingérable et ne savait pas s’adapter à un contexte, un club, un directeur sportif, “comme à Lille” ? 

Les Whites ont ouvert la marque grâce à l’inénarrable Patrick Bamford (un genre d’Harry Kane en moins moche, moins méchant et moins Spurs) : l’Anglais a ajusté un Alex McCarthy défendant son but comme Darmanin les flics. Comme un connard donc. Dans les arrêts de jeu, Tyler Roberts a mis fin au suspense sur un contre où il n’y avait que quatre joueurs de Leeds contre trois défenseurs des Saints : certainement un pépin physique.

Trois victoires de suite et une place dans le top 10 assurée par Bielsa. Pas mal pour un entraîneur dogmatique, borné et qui ne regarde pas les journalistes dans les yeux. Pas mal non plus pour un coach dont les noms qui composent l’effectif sont à 99% inconnus en début de saison ; les mêmes noms qui devraient circuler cet été dans des clubs plus huppés. Un hasard sans doute.


Brighton 3 – 2 Manchester City


Nouvelle confrontation avec un mal classé et nouvelle avalanche de buts, ce City pragmatique toute la saison finit une main dans le slip et on peut le comprendre. Le champion ouvre le score via Gundogan dès la 2e minute mais quelques instants plus tard, Cancelo fauche Welbeck et se fait gentiment inviter à aller cuver ses Superbock avant tout le monde.

Ceci dit, Foden s’en fout et continue sa belle série en allant marquer un très beau but individuel. Jaloux, Trossard se dit qu’il peut faire mieux. Il dribble donc toute la défense des Citizens et réduit la marque. Les Seagulls trouvent des espaces et ont une envie manifeste de régaler leur public. Webster égalise de la tête à vingt minutes de la fin et Dan Burn, avec un poil de réussite, fait exploser l’Amex Stadium tout en offrant un bon souvenir au public pour son seul match de la saison.


Chelsea 2 – 1 Leicester


Revanche de la finale de la Cup remportée par les Renards, cette rencontre peut permettre aux hommes de Brendan Rodgers d’assurer leur place en Ligue des Champions en cas de victoire. Raté, malgré la sortie sur blessure de N’Golo Kanté. La faute à des Blues revanchards et plutôt chanceux, à l’image de l’ouverture du score au retour des vestiaires : un corner de Ben Chilwell dévié par Cesar Azpilicueta retombe sur Antonio Rüdiger, qui marque d’une reprise foireuse de la cuisse. Vingt minutes plus tard, Wesley Fofana se fait avoir par Timo Werner et offre à l’Allemand la faute et le pénalty qu’il était venu chercher. Jorginho et sa drôle de course d’élan se chargent de la sentence. La réduction du score de Kelechi Iheanacho n’y change rien, Leicester devra attendre pour valider (ou non) son ticket pour la C1.


Everton 1 – 0 Wolves


Les Caramels Mous immondes, qui ont longtemps fait figure de candidats à l’Europe, marquent cruellement le pas depuis plusieurs mois. Quoi de mieux par conséquent pour se relancer qu’une équipe de Loups en panne de résultats ? Un corner de Gylfi, fils de Sigurd et une tête de Fils de Richard suffisent au bonheur des hommes d’Ancelotti, qui reviennent dans la première partie de tableau. Ça vous en touche une sans faire bouger l’autre ? Nous aussi.


Newcastle 1 – 0 Sheffield


Nouveau-Chateau termine relativement bien sa saison, ça doit être le soulagement ou l’autorisation accordée par Steve Bruce de reprendre ses cinq pintes au déjeuner pour chaque joueur. 

Il y a quand même un poil de conformisme à battre Sheffield car tout le monde l’a fait. Le match aller avait tourné à l’avantage des Blades, Joe Willock, qui finit avec le turbo, a cette fois donné la victoire aux Magpies. Cheers.


Spurs 1 – 2 Aston Villa


La dégringolade des Spurs post-Jouzé se poursuit, malgré un très joli cachou de Steven Berwijn dès la neuvième minute. Jaloux de ce joli extérieur de son collègue, Sergio Reguilon décide dix minutes plus tard de l’imiter, mais dans la cage d’Hugo Lloris. Le même Reguilon voit ensuite, peu avant la pause, son dégagement contré par Bertrand Traoré permettre à Ollie Watkins de donner l’avantage aux Villains. Les Spurs ne reviendront pas, la faute notamment à un Emiliano Martinez particulièrement vigilant en deuxième mi-temps. Tottenham reste septième et son latéral gauche devrait prochainement déménager à Birmingham.


Crystal Palace 1 – 3 Arsenal


Maintenant qu’Arsenal n’a plus rien à jouer (à part une hypothétique qualification en C4), les Gunners commencent enfin à prendre des points. C’est pourtant Jeffrey Schlupp qui est tout près d’ouvrir le score à la demi-heure de jeu, mais Bernd Leno veille au grain. Et cinq minutes plus tard, une merveille de combinaison entre Bukayo Saka et Kieran Tierney permet à l’anaconda écossais de délivrer une galette pour le pied droit de Nicolas Pépé (dont nous avons par ailleurs découvert l’existence à cette occasion), pour l’ouverture du score.

Le scénario selon lequel Arsenal gère tranquillement son avantage et le bonifie même en contre-attaque a bien évidemment été refusé par la production, qui lui préfère la bonne vieille recette du “but égalisateur du mec qui aurait dû être expulsé pour un coup de coude (j’ai nommé Christian Benteke), histoire de bien flipper en fin de match”. Heureusement pour eux, les arrêts de jeu seront à leur avantage avec un but chanceux de Gabriel Martinelli et un slalom messiesque de Pépé. Les Gunners peuvent toujours rêver à l’Europe après leur pire saison depuis vingt-cinq ans. Sacré bazar que 2020-21. 


Burnley 0 – 3 Liverpool


On leur a pourtant dit d’arrêter de gagner, de ne pas profiter des points laissés en route par les adversaires directs et de mettre fin à nos espoirs mais non, les Reds persistent et signent : ils veulent jouer la LDC l’an prochain. Bon, soit.

Dominateurs mais inefficaces, dangereux mais brouillons : les hommes de Klopp ont fait dans le classique de la saison. Heureusement pour eux, les Clarets n’ont pas profité de leur manque d’efficacité pendant les 40 premières minutes. Une fois le match pris par le bon bout après le but de Bobby Firmino bien servi en retrait par Robertson, les Reds ont mieux géré les situations. Ainsi du but du break de la tête rapidement inscrit au retour des vestiaires par le revanchard Nat Phillips. Le revenant Alex Oxlade-Chamberlain a quant à lui mis le troisième après un petit festival de crochets.

Une dernière victoire à domicile contre Crystal Palace et Liverpool jouera de nouveau la Champions League. Allez, allez, allez !


West Brom 1 – 3 West Ham


Rencontre entre deux équipes complètement à l’ouest ces derniers temps. *wink wink* Alors que WBA était déjà condamné à la relégation, les Hammers pouvaient encore rêver d’Europa League. Pour ça, il fallait arrêter de faire n’importe quoi. David Moyes a donc retroussé ses manches et sorti son plus beau discours pour convaincre ses joueurs d’être moins mauvais que d’habitude. Malgré l’ouverture du score de Matheus Pereira sur un corner à moitié direct dévié par Tomas Soucek, ce sont bien les Hammers qui ont pris l’ascendant. Le même Soucek a d’abord égalisé avant la pause avant qu’Angelo Ogbonna ne donne l’avantage aux Jambons de la tête à dix minutes du terme. Le troisième but est inscrit par Michail Antonio suite à un contre rondement mené par Jesse Lingard. Une affaire bien gérée par les Hammers qui n’auront besoin que d’un nul lors du dernier match pour s’assurer d’une présence en Europa League.


The table : on s’en fout, la trente-huitième journée a déjà eu lieu depuis. La bise et prenez soin de vous

Edgar Allan Poeteau

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.