La Forez Académie raconte le merscato – Episode 36 : le mot de la fin

La trêve a été très agitée côté coulisses avec la prise de recul de Romeyer et l’arrivée de Frédéric Paquet à sa place. Et côté terrain, pas de nouvel entraîneur mais un remaniement profond de l’effectif stéphanois. 4 départs (Dabo, Diony, Lacroix, Pogba) et 6 arrivées dont 2 retours de prêts (Beric, M’Vila, N’Tep, Subotic, Debuchy et Tannane). 

Quand on dresse cette liste, on a envie de dire que pour une fois, le mercato d’hiver a été plutôt réussi. Le 20 décembre 2017, l’ASSE vient de perdre son 6e mâche en 8 rencontres. Le lendemain, dans le bureau de Romeyer :

 

Romeyer : salut Dominique. Beuon, j’en peux plus b’let, j’arrête. Cette équipe me fout la lourde, j’ai l’impressieuon d’être un piat complètemeuent défiferlé.

Rocheteau : allons, Roland, ce n’est qu’un mauvais moment à passer, on va s’en sortir avec Jean-Louis. Il m’a déjà lancé sur certaines pistes et je dois avouer que…

Romeyer : neuon, neuon Dominique. Je ne veux pas savoir, ça va me faire broger. C’est sûr que c’est pas les graines de courge comme meuon Pogba ou meuon Dabo à qui ça fait faire du soucis not’ situatieuon. Mais moi, j’en dors plus la nuit. Obligé d’me pitancher à la Suze pour arriver à fermer l’œil. Neuon, j’arrête Dominique. D’ailleurs, j’ai déjà trouvé meuon remplaçeuant. Tu verras, ça va te changer.

 

Le 01 février, lendemain du dernier jour du merscato, Romeyer est dans son bureau :

 

Romeyer : fouilla, Dominique, mais j’avais jamais vécu ça t’sais. Un ouragueuan force 42 ce merscato ! Combien on en a benné ?

Rocheteau : quatre, dont 2 en prêt mais avec option d’achat.

Romeyer : dedzeu… Combien ont débaroulé chez nous ?

Rocheteau : six, dont 2 retours de prêt.

Romeyer : t’sais qu’ils seuont pas là pour lermuser mes gaziers. Y m’ont pas raconté d’salades les Sudistes. Y’ m’avaient surpris un matin dans meuon bureau, en train d’quiner comme un matru qu’aurait pris une bugne, et y m’ont dit ça : « Rolang, il ne faut pas te mettre dans ces états. Laisseuh nous faire. On a bossé avec Loulou, on sait comment te les sortir, les ordures. » Et là, ils sont partis.

Rocheteau : qu’est-ce qu’ils sont allés faire ?

Romeyer : sur le momeuent, j’le savais pas. J’l’ai appris tout à l’heure. Et promis j’te joue pas d’la bamborgne. Déjà, ils sont allés voir meuon Robert à Anderlecht : il était malheureux comme une pierre, il avait un babeau comme un soir de derby de novembre. Même une petite cu’llère aurait été trop grosse pour l’arrosser.

Rocheteau : mais comment ils ont fait pour le motiver à revenir ?

Romeyer : apparemment, ils lui auraient dit : « Robert, t’y es un bon minot. On a vu des vidéos de toi, tu nous seras plus utile que le gros avé son ananas sur le crâne. Si tu revieng, on envoie la salade de fruit se faire becqueter ailleurs ». Et meuon Robert leur a fait confieuance. 2 jours plus tard, il était à Sainté. Djony était toujours là, mais c’te foâs, c’est lui qui tirait la treuonche.

Rocheteau : et 3 semaines plus tard, je négociais son prêt à Bristol. Quand j’y pense, j’ai eu un tuyau anonyme au téléphone, la personne avait un gros accent du sud.

Romeyer : ce seuont eux, Dominique. Ils ont fait pareil avec les autres : Dabo, ils lui ont fait croire que Florence était une femme et qu’elle voulait le voir en Italie. Quand il a débarqué chez les ritales, ils l’ont saoulé au chianti et il a signé son contrat au moment du limoncello. Il était bleu comme un puits de mine, il ne se souvient de rien, même pas des photos qu’il a fait avec l’écharpe.

Rocheteau : incroyable…

Romeyer : pour le grand badinguet suisse, ils lui ont dégoté une équipe avec 12 nationalités !! Tu peuenses que meuon traducteur il était content ! Il m’a dit au revoir en 5 langues, et il est parti.

Rocheteau : …

Romeyer : par contre, ils ont eu plus de mal avec mon Pogba. C’est que ce bobiat, y voulait pas partir. Il avait sa table au Nautilus, son KFC pas trop loin de chez lui, il se mettait son b’naise. Alors, là, ils ont fait appel à Frédéric.

Rocheteau : Paquet ?

Romeyer : concours de bras de fer. Le perdant devait quitter le club. Mon badabeu, il pensait le camphrer comme les gambelles peu farouches qu’ils croise le soir à Sainté. Dedzeu, il a pris une de ces retournées… La photo, où il fait le faramelan pour la pose en Turquie, c’est pas qu’une questieuon de style, c’est aussi pour cacher sa main toute abistrognée.

Rocheteau : …

Romeyer : pour les recrues, ils ont fait jouer la clincaille. Ils ont explosé le salary cap avec l’accord de Paquet, et ça a attiré les joueurs plus vite que les mouches sur une fourme trop faite. M’Village, Imhotep, Sumoriche, Debouscie… Tout, ça, c’est du joueur qui s’rait jamais v’nu quand on proposait des équ’villes. Mais comme ça a lavorgé niveau fineuances avec le départ de toutes nos jambes d’alu, ben on a pu aligner la caillasse. Ho Dominique ?

Rocheteau : …

Romeyer : fouilla, j’crois qu’j’lai pétafiné avec mes histoires, il a l’ollagne qui joue du grelot dans l’gandot. Et ben on est pas rendu

 

Voilà, avec la mise en retrait du personnage principal de cette série, c’est peut-être le dernier épisode du merscato qui s’est joué sous vos yeux. A voir si la nouvelle équipe me permettra d’avoir autant d’infos. Rendez-vous peut-être cet été, en Ligain on espère.

 

Roland Gromerdier

 


Vocabulaire :

  • Abistrogner : blesser, déformer,
  • Arrosser : ramasser, rassembler un tas de choses éparses,
  • Badabeu : niais, idiot,
  • Badinguet : attardé, simple d’esprit,
  • Belet : agneau, utilisé aussi avec une certaine tendresse pour parler d’un proche,
  • Benaise : content, satisfait,
  • Benon : bassine,
  • Bobiat : idiot, simplet,
  • Bugne : coup, marque,
  • Clincaille : ensemble d’objets (souvent petits) en fer ou métal sans grande valeur,
  • Débarouler : dégringoler, tomber en roulant,
  • Dedzeu: ou nom de dzeu ! juron, forme atténuée de Nom de Dieu !,
  • Défiferlé : usé, effiloché,
  • Equevilles : détritus, miettes,
  • Être rendu : être arrivé (sous-entendu « à bon port »)
  • Faire du soucis : s’inquiéter,
  • Faramelan : prétentieux,
  • Fouilla: intraduisible, c’est l’expression typique stéphanoise qui traduit la surprise, l’étonnement, l’exclamation…
  • Gambelle : fille de petite vertu,
  • Gandot : boîte de métal dans laquelle les mineurs rangeaient leur repas pour le garder au chaud. Ici par extension, le crâne,
  • Jambes d’alu : nigaud, maladroit,
  • Lavorger : laver sans soin,
  • Lermuser : une lermuse est un lézard gris, par extension lermuser signifie lézarder,
  • Lourde : mal de tête,
  • Mâtru : enfant, petit,
  • Ollagne : noisette,
  • Piat : morceau de tissu pour rapiécer, par extension vieux chiffon,
  • Pétafiner : abîmer quelque chose, le casser,
  • Quiner : geindre, miauler,
  • Retournée : baffe.

 

Rendons ici hommage au « Cri du Pillot », qui paraît régulièrement dans le Progrès, édition stéphanoise (pas l’autre qui sent la quenelle), et dont le format de cette fiction est inspiré. Toutes les expressions, et bien d’autres encore, peuvent être retrouvées ici ou .

Roland Gromerdier

Né dans le Chaudron, de la verveine coule dans mes veines. Mes analyses sont aussi carrées que les poteaux de Glasgow. Peu importe les époques : je n’oublie jamais qui sont les plus forts.

One Comment

  1. Finalement vous avez quand même réussi à vous débarasser de votre Pogba… Et nous à vous refiler notre Debuchy. C’était écrit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.