à la limite du footballistiquement correct Twitter facebook
 
Un autre football est possible

Horsjeu est fier de faire partie d'Alterfoot, le portail alternatif.

 




 

Sampdoria – Juventus (3-2) : La Bianconero Académie livre ses notes

Jeudi 23 mai 2013

Face à une Sampdoria sans gêne, la Juve a mené trop tôt et a réduit l’écart trop tard pour espérer l’emporter. 

 

La dévaluation :

Storari 2/5 : le terme « plonger » n’a jamais été aussi approprié tant la surface était détrempée. En seconde période, il avait déjà la savonnette dans le gant gauche. Dommage, il restait trente minutes avant la douche.

Caceres 3/5 : à l’image de sa coiffure, rien ne doit dépasser. Sauf un zizi de temps en temps, comme un symbole de l’Editeur. Ainsi, à défaut de dégager le ballon, concentrons nos efforts sur le joueur.

Bonucci 2/5 : malgré la pluie, Bonucci s’est brûlé les ailes au contact d’Icardi. Oui, j’essaie d’instaurer une forme de proximité intellectuelle – dans la médiocrité évidemment – avec mes lecteurs, notamment ceux de Foot Mercato.

Chiellini 3/5 : la décision de l’arbitre, siffler un penalty contre Giorgio, me semble d’un aussi mauvais goût que de présenter simultanément un nez proéminent et une tenue rayée… Match nul donc.

Isla 1/5 : a établi une relation privilégiée avec le ramasseur de balle, particulièrement gâté au cour de cette rencontre. En effet, qui a dit que les footballeurs n’étaient pas concernés par les problèmes socio-économiques ? Il s’est appliqué à lui donner du travail.

Padoin 3/5 : constatant l’embarras général quand Isla porte le ballon, il a essayé de prendre les choses en main. Il aurait pu donner plus d’éclat à sa performance s’il n’avait pas failli lors de son duel avec le gardien.

Pirlo 3/5 : une superbe passe en cloche pour servir de manière sucrée Quagliarella sur l’ouverture du score. En dépit des averses, pas de précipitation, mais des inspirations distillées au compte-goutte.

Giaccherini 4/5 : « T’es belle, comme une frappe de Giaccherini, qui va dans la lucarne », oui, mais c’est un peu tard. Auparavant, il s’est évertué à démontrer que les petits pas ne sont pas incompatibles avec les grandes avancées.

De Ceglie 2/5 : un habitué du centre « qui n’en veut ? », non, personne. N’insiste pas. Passer par son côté pour attaquer s’avère être une belle preuve de panache. Ou d’inconscience. La Vieille Dame radote.

Giovinco 2/5 : Ce ne sont pas une ou deux remises qui vont lui permettre d’extraire son niveau de jeu de la cave dans laquelle celui-ci est cloitré depuis de longues semaines.

Quagliarella 3/5 : plat du pied sécurité, enfin, surtout pour le gardien. Devant le but, il ne sait plus vraiment comment s’y prendre sans se méprendre. Du déchet, beaucoup de déchet. D’habitude, c’est une qualité de ne pas oublier d’où l’on vient. Dans ce cas précis, c’est un défaut. Napolitain.

 

Les entrées :

Bendtner : a travaillé ses face à face la semaine passée… avec les hôtesses lors de la remise du Scudetto. Il n’y a rien à relever de son entrée, cependant, il s’est tordu le poignet en retombant maladroitement, ce qui devrait l’empêcher de caresser son ego pendant quelques jours.

Lichtsteiner : rien à dire.

Rubinho : encore moins.

 

 

Michel Panini vous embrasse et dédie cette académie à N. C.P

 

 
Vos commentaires (vous pouvez créer votre gravatar en cliquant ici)
  • Lanouile dit :

    Michel où es-tu passé, reviens s’il te plait, tu es un des seuls espoirs des juventins francophones et quand ça ne va pas (genre en ce moment avec ces matchs honteux face à Copenhague, Hellas et Chievo) on aurait besoin de toi si ce n’est pour relever le positif, au moins pour en rire.

    Allez Michou, fais toi voir et reprenons les bonnes habitudes. Tu manques à ton auditoire comme Giaccherini à Pepe ^^.

Laissez un commentaire